uïïun  100, 

tamyur  2005

(Août  2005)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

asmurs amdaddt n lirkam

Atay inghan kradv

Imma nw

Samhi a yimma

Kuyass tamedyazt

Asfru n tilili

Asfru n tmazight

Asfru n Lhusima

Righ cem

Ameksa amezvyan

Asif izwan

Français

De la politique de la langue à la constitutionnalisation

8ème session de l'université d'été d'Agadir

M.Chafik, ex-militant de l'AMREC?

Entretien avec le webmaster de tifawin.com

Le chant de l'aurore

Ce pays n-t-il pas besoin de repassage?

En route pour Boudinar

a nouvelle forme du récépissé du dépôt

Communiqué du CMA

La politique de santé et l'amazighité

العربية

النجاح الحقيقي لليركام

هيرو: فلسفة الاختلاف لما بعد التخلف

أستوديو الثانية يأتي على ما تبقى من الحس الوطني

جمعية إيغبولا تحتفي بعملاق آيث سادّن

الاستقلالية مبدأ ونزعة

هل هناك حقا وطن عربي؟

الثنائية اللغوية في المجتمع الليبي

من آثار الغزو المشرقي البغيض

من أجل إنجاح تدريس الأمازيغية

أسئلة الشبكة الأمازيغية من أجل المواطنة

معتوب لونيس

المسرح الأمازيغي

تيفاوين تتحول إلى ظلمات

إعادة قراءة تاريخ ليبيا

الذات الليبية والهوية الوطنية

الجنوب الشرقي

حوار مع الفنان بين عمر لحسن باحا

لا تحتقر ذاتك وتخن اجدادك

بيان اجتماع مكناس

 

En route pour Boudinar un 4 juin
Par: Mohamed El Bouchhati

Boudinar. Pas loin de la mer bleue azur de la méditerranée. A 45km à l’Est d’Al Hoceima. Qui connaît ce petit coin perdu sur un plateau du Rif appelé Temsamane et dépendant de la province de Nador? Il faut être bohémien ou aventurier pour connaître une agglomération dans une zone pareille. A Marrakech, seul un poète: M. Abdellatif Belhirech, originaire de Kenitra et qui a sillonné la région dans les années quatre vingt, m’en a parlé.
La route qui y mène d’Imzouren était jusqu’à 1968 macadamisée et desservie par deux cars qui venaient de Nador à Al Hoceima via Temsamane. Mais la chute du pont de Boubraham, près de mon village natal, en 68 à cause des pluies diluviennes, a mis fin au transport public sur cette ligne. Loin de plus de 100km du chef lieu de la province, il est à 2km au Nord du souk Khmiss Temsamane qui était dans les années quatre vingt encore, selon le géographe français Troin, le plus grand souk au Maroc devant celui de Chichaoua. Quand on arrive du côté Ouest, c’est- à dire d’Al Hoceima par la route secondaire 204 d’Imzouren- Tafarssite, on vient forcément par la montagne et la forêt des Aït Bouyaaqoub. Et d’en haut, à l’aube surtout, par la route sinueuse qui n’a été goudronnée que depuis la fin des années quatre vingt dix, on voit Ighzer Amekrane (la grande rivière) venant du Sud et séparant la montagne du plateau. De là, on voit aussi les lumières pas encore éteintes qui donnent aux étrangers une impression d’arriver bientôt à une ville moyenne. Or, dès qu’on monte vers le plateau, on découvre Krona (probablement de l’espagnol «corona» = couronne), puis à deux km plus loin, on arrive à Khmiss Temsamane, ensuite deux km au Nord et on arrive à Boudinar.
Boudinar c’est une commune rurale qui donne sur la côte méditerranéenne, c’est-à-dire un horizon. Pour cela, l’histoire a marqué l’espace et l’homme. Des vestiges phéniciens par ci, d’autres de l’époque romaine par là. Des dchar (douars rifains) portant des noms qui rappellent la rive nord de la méditerranée comme tarifa probablement en nostalgie à l’Andalousie. Est-ce parce que Temsamane a beaucoup commercé avec Al Andalouss? Ou parce que certains aïeux des habitants de la zone sont chassés de là bas? Qui sait? Ne dit-on pas que l’artisanat du Sud d’Espagne ressemble à celle de Temsamane? Toujours selon l’histoire, Abderrahmane Eddakhil n’a-il pas séjourné à Temsamane avant de traverser vers Al Andalouss? Et Taqseft n Dhar de même que Taqseft n wadday (la haute kasbah et la basse kasbah) noms de deux dchar qui rappellent des kasbah de l’état de N’kor selon les historiens. Tout au long de la route, Je n’arrêtais pas de raconter la région à mon collègue qui venait pour la première fois dans cette zone.
Oui, je disais plus haut: et on arrivait à Boudinar. J’avais oublié…C’était le 4 juin. La journée mondiale pour l’environnement. Pour la fêter, la commune rurale, le Secrétariat à l’environnement, le forum des architectes de Nador et des associations ont décidé d’organiser une journée d’étude sur l’écotourisme. Il faut le vouloir. Les communications étaient sur l’environnement, le potentiel touristique dans la commune, l’exemple de l’écotourisme dans le Haut Atlas, les traces archéologiques dans la province et pour conclure; un exposé de diapos sur la commune. La sortie qui a suivi était un circuit où les visiteurs ont vu un peu de tout. La mer, les dchar, le chantier de la rocade, le milieu naturel, la maison qui servait de tribunal à l’époque d’Abdelkrim…etc. Diagnostic: Une possibilité extraordinaire de développer mais pas seulement que l’écotourisme.
 

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.