uïïun  102, 

mrayur  2005

(Octobre  2005)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

lirkam d tuäut n tisunawin

tinnçmit n usuvvl

Dda Azaykou

Wen i yccin tiri nnes

Timnadvin seg telwat

Idrim n biblghu

A tamurt

Neccin nxes ad nili

I bu tiwan

Iklan d irkan

Français

Quelques souvenirs

Le myghe d'Imi n Lchil

L'association Amghar

Tamazight négligée

Pour la formation de grands pôles

Communiqué du CMA

Je ne suis pas un folklore

Nouvelle association à Tinghir

Zahra Ben Zennad victime d'un accident

Condoléances

العربية

ليركام وسقوط الأقنعة

خشيم موظف بليركام؟

ومات موذروس

هيرو واللهو في العتمة

خريطة الطريق الأمازيغية

متى ترسم الأمازيغية؟

في أفق مؤتمر جمعيات الشمال

القضاء والقدر والمازيغية

عندما يعجز الخفاش عن التفريخ في عش النسر

جامعة بالريف ممنوعة على الريفيين

الداروينية اللغوية والبقاء للأصلح

الاشتقاق في الأمازيغية

المرأة الأمازيغية عبر التاريخ

هل يرفض مجتمعنا الحداثة؟

رد على الأستاذ بلال التليدي

الريف يكسر طابو الكنكريس العالمي الأمازيغي

التلفزة تقدم الإسلام كدين إرهاب وانتقام

فاطمة ملال

ألبوم جديد للفنان عمر  نآيت سعيد

سعيد الزروالي يصدر ألبومه الأول

التقرير العام لدورة الجامعة الصيفية

سلام على روح أزايكو

رحيل الفنان أزروال حسن

المؤتمر الليبي للأمازيغية

عنوان جديد

تصحيح

بلاغ جمعيات تفعيل الدسترة بالريف

جمعية أزمز الثقافية

تعزية

تهنئة

 

 Une traversée au mythe d’Imi N Lchil
Par: Zaid Ouchna

Adrar est le nom donné ici au plateau de l ‘Assif Melloulen, aux cimes du haut atlas Est du Maroc. C’est un très beau must jonché d’une série des Igherman (des bourgs) à une altitude allant de 2900 m, pour Tizi N Taghourghist, jusqu’à 2150 m pour L’Ighrem d’Imi N Lchil, de son véritable nom: Imi N Lkil. Un détroit étalé sur une latitude de près de 50 km à la rive de l’Assif Melloulen (le flot). Ce dernier alimentant le barrage d’Afourar du coté de Bni Mellal.
Ses habitants, dans leur écrasante majorité, appartiennent au groupe Amazigh des Ayet Hdiddou, une frange de la célèbre confédération des Ayet Yaf Lman, elle-même une organisation de farouches résistants qui avaient tenu par la gorge l’armée de Lyautey et ses acolytes au mont de Baddou et de Hamdoun. L’étalage du groupe des Ayet Hdiddou ne se limite pas à cette paillette de l’Adrar, d’autres partagent leur territoire avec le groupe maringouin et allié de toujours les Ayet Merghad. Ensemble, ils se sont établis à l’aval de Tizi (le col) aux sources de L’Assif n Ghris. Une division longe les sources de l’Assif n Ziz à Outerbatt, d’autres sont du coté Ouest (Imdghas) à Mesmrir aux sources du Toudgha et également du Dadés, au sud  ils habitent l’Ighrem n Igwlmimen à Goulmima en parfaite harmonisation, au Nord ils se sont pareillement installés à la vallée de Ayet Âyyach près de Oudad, actuelle Midelt et enfin une tranche non négligeable s’est essaimé vers le moyen atlas et dans des ex villes impériales. Avancer donc un chiffre pour dénombrer cette population relèverait de l’utopie.
Les Ayet Hdiddou de l’Adrar en général, ceux du Melloulen en particulier, vivent de quelques terres irriguées le long de l’Assif Melloulen, de très maigres parcelles de terrain pour une récolte qui ne viendra à bout de la suffisance de deux à trois mois que péniblement; et encore quand la crue de Melloulen veut bien le permettre. C’est pourquoi ils se sont donnés, à l’image de leurs voisins Ayet Merghad, à l’élevage champêtre du bétail, notamment: des chèvres, des moutons, des brebis, des dromadaires et quelques vaches. Le mulet ici, sert de moyen de transport de base.
Le parcours du Melloulen commence après Tizi n Taghourghist à 15Km au sud de l’Igherm n’Ougdal. Ce dernier est le plus beau de l’Adrar, le plus pittoresque et le plus isolé. Celui de Timariyin est à 6 km de là, et un peu plus loin celui de Aqdim. De l’autre rive de l’Assif, l’Ighrem des Ayet Âmer. C’est à la proximité de celui-ci, dans un espace dégagé des lacs secs, ou ait lieu le fameux rassemblement des éleveurs de bétail (Agdoud/Moussem). En effet, les Ayet Hdiddou se rassemblent le deuxième week-end de septembre de chaque année pour vendre leur productivité en bétail pour s’approvisionner en vivres en prévision de la rudesse des hivers glacials particulièrement interminables, étant donné la haute éminence. Cette pratique antique est très courante chez tous les Imazighen des cimes des atlas. Les Ayet Merghad, le groupe voisin, se rassemblaient, et encore aujourd’hui, à leur tour chaque année le courant du mois d’août alternativement à Timdwin N Udrar ou à Azag n Tizi. C’est à dire à une trentaine de kilomètres à vol d’oiseau de celui des Ayet Hdiddou. Au sud, la confédération Amazighe des Ayet Âtta se rassemble dans la même configuration au cœur du Mont Saghro au lieu dit: Sidi Sâid. Ce groupement Amazigh est le plus nombreux de tout le pays; à lui seul, il occupe un espace égale au sixième du territoire marocain. Il y en a d’autres le long des plateaux du haut atlas notamment à Laâzib n Ikis, à Ouikaymden...etc. Certes, l’Agdoud des Ayet Hdiddou est le plus connu, - nous allons voir les  raisons plus loin - c’est pourquoi l’administration coloniale en profita pour y installer un bureau d’état civil. Le mekhzen à son tour vit là une aubaine pour y instituer ses règles par le biais de la Zaouia de Tilmi. L’Izerf (la loi Amazighe), qui régit jusqu’à nos jours dans certains cas, devrait laisser sa place au Chraâ: la loi arabo-musulmane.
Après le bourg de Ayet Âmer, en légère décente et en direction du nord à une douzaine de kilomètres, l’Ighrem de Bouwzmo pointe à l’horizon. C’est ici le chef lieu des meilleurs résistants et des combattants, avant et après l’indépendance, ceux du mont Baddou, ceux de l’armée de résistance, ceux d’Ajdir, ceux du Sahara...etc. Ils se sont illustrés dans presque toutes les causes Amazighes en général. C’est aussi le bourg qui a donné naissance au grand poète AMENDAL qui mystifia, sans le vouloir et sans le savoir, toute la région grâce à un de ses poèmes qui portait sur les deux lacs. Selon des témoignages recueillis sur place à Bouwzmo et dans la périphérie ou la narration séculaire garde toutes ses dimensions, Amendal serait un pasteur et poète à la fois. Il accompagnait toujours ses troupeaux, un fifre à la main. Il chantait la bonne annotation qu’elle magnifiait sur les cimes, il était sage et vivait toujours au singulier aux hauteurs de Tizi n wanou (2900m) non loin de l’Agdal. Il était connu des habitants de toute la vallée de Melloulen. Les hommes comme des femmes répétaient ses chants et ses poèmes au long des journées. On donnait beaucoup d’importance à sa maîtrise du langage au point qu’on l’appela: le visionnaire. Amendal était aussi le symbole de la sagesse, de la parole juste et de la parole percutante. Même arrivé à un âge avancé, à l’image d’un aigle indomptable, il aurait préféré la vie dans le massif aux élévations de l’Adrar. Un jour, des bergers l’auraient trouvé mort à Tizi n Wanou. Ils alertèrent les habitants, qui se sont déménagé massivement pour lui rendre un dernier hommage et l’enterrer sur les lieux mêmes, comme il l’aurait souhaité. Selon des témoignages transmis par voix orale de génération à une autre, recueillies dans des régions du voisinage, le corps d’Amendal aurait été trouvé hors de sa tombe le lendemain de son enterrement. Les habitants l’auraient remis dans sa dernière demeure ; mais deux jours plus tard, on retrouva son cadavre gésir à même le sol déterré encore une fois. C’est ainsi que les habitants auraient décidé de construire une carrée autour du corps qui servirait d’enterrement à sens inverse. Par la suite, les gens avaient sacralisé les lieux à cause de la forte croyance à l’indécis, qui sévit toujours dans cette contrée. L’endroit deviendra alors une destination pour les pèlerins afin d’y émettre des vœux sur leurs propres sorts. Après tout, le cas d’un poète enterré au sens opposé du sol ne court pas toutes les régions!
La vallée du Melloulen continu vers le nord avec l’autre frange des Ayet Hdiddou, nommée Ayet Iâezza; réputée pour être libérale que la précédente: Ayet Brahim, très conservatrice. C’est une suite des Igherman, qui gisent sur des collines aux abords des maigres parcelles de terrain cultivables, dont Mouttizli (celle du lac) à une douzaine de kilomètre de Bou Ouzmo. Puis vient le bourg d’Imi n Lchil devenu aujourd’hui un village comme les autres avec ses peupliers au décor austère et un «souk» sinistre et sale. Il s’est fait un peu plus triste par la banalisation car il abrite, désormais, l’occasion de danses et de réjouissances spontanées. Voir Imi n Lchil et mourir!! Bof, il faut bien passer par-là.
En remontant une sorte de pente de trois kilomètres, on arrive dans un cadre enthousiasmant de TIZLITT  (signifiant en Tamazighet le petit lac) à 2200 m d’altitude. Tizlitt est un réceptacle naturel d’une eau claire dans un éther rustique, surprenant et bon pour la méditation et la prospection. Un peu plus loin, à droite, l’étendu de IZLI: le lac ou le grand lac par rapport au petit antérieur. L’endroit est tout simplement sensationnel! C’est ici, sur le col qui domine les deux lacs, que le poète Amendal aurait trouvé son inspiration. C’est ici qu’il aurait composé le fameux poème (Tamdyazet) qui bluffa l’histoire de toute la vallée (ses vers sont en cours d’assemblage). Dans le rythme de Wacht (danse locale), il désigna les deux lacs comme étant de très beaux yeux satinés qui auraient piégé Ayet Hdiddou à se sédentariser aux atterrages en pleine montagne. Une même eau séparée par une arête de trois kilomètres à l’image des deux franges locales Ayet Brahim et Ayet Iâezza. Il aurait imaginé le petit lac-Tizlitt- comme une marié – Tislitt- d’un coté, et de l’autre le marié – Isli- pour le grand lac: Izli. Il invoqua la difficulté naturelle de leur jonction et donc condamnés à gésir chacun de son coté. Plus tard, ce poème sera relayé par toutes les bouches de la vallée. Il est repris et chanté par les habitants dans toutes les occasions car le chant ici, accompagne toutes les besognes; dont même la marche! Heureusement qu’un peuple qui chante ne meurt jamais. Par la suite et à force de l’usage, les deux lacs allaient prendre les deux dénominations à la fois, l’une réelle: Izli, Tizlitt; et l’autre poétique: Isli, Tislitt.
A droite des deux lacs, à une poignée de kilomètres du coté Est, l’Ighrem de Tilmi est au pied de Tizi n Inouzar (le col des pluies) qui fait effet de la délimitation du territoire des Ayet Hdiddou. Ce bourg abrite la Zaouia- une institution politico-religieuse et Arabo-musulmane. Ses habitants sont originaires de «LEQBELT», qui signifie à la fois l’Est ou l’horizon du soleil. Ce sens, a fait dire aux folkloristes des télévisions des arabophones de Rabat, comme ceux de Casablanca que cette légende provient de l ‘Est, et pour eux ce cap n’est autre que Oujda! Certes, une demi-douzaine des habitants de la Zaouia de Tilmi était de genèse ou d’idéologie arabe car ils avaient une double mission; celle affichée est d’islamiser la vallée. Alors que le non-dit, c’est de l’arabiser et par voix de conséquence détruire les valeurs régies. Une charge à ce jour de 2005 qui reste tout de même très loin d’être acquise; c’est beaucoup trop prétentieux de penser qu’on peut dompter des mammouths par des chéchias rouges. Pourtant, ces missionnaires auraient utilisé des glorioles frénétiques où le sacré s’est étroitement lié avec le mensonge. Ils se sont passé pour des «sidi» signifiant à peu près: des béatifiés. Mais les Ayet Hdiddou n’avaient pas branché; des histoires connues de tous dans la région sont là pour le confirmer. C’est ainsi que la Zaouia délégua un orateur déguisé en chanteur. Il aurait repris les chants d’Amendal qu’il répéta devant les péristyles des Igherman le long de la contrée, en sachant au préalable, que le résonnant de ces vers auprès des habitants est très considérables depuis l’époque de l’auteur. Avec une sorte de mandole traditionnelle, il s’est donné au gagne-pain du troubadour. Il s’est présenté lui-même aux gens en tant que «Lmoughenni» qui veut dire en arabe: chanteur. Au bout de chaque chant, il glissa, avec cette finesse orientale, une des recommandations islamiques; mais aussi des louanges à l’Est arabe. Finalement, les gens l’avaient adopté et accepté. On le surnomma: «Oulemghenni», puis Hmad Oulemghenni et par la suite: Sidi Hmad Oulemghenni. La faculté de «sidi», l’aurait gagné non pour son appartenance à la Zaouia de Tilmi, mais parce qu’il a tout simplement appris quelques versets du Coran par cœur.
Après sa mort, la Zaouia aurait demandé aux habitants du bourg des Ayet Âmer de lui permettre son enterrement aux alentours des lacs secs; c’est à dire près du lieu du rassemblement annuel des éleveurs de bétail ou l’Agdoud. Les sédentaires auraient consenti, sous réserve d’interdiction des visites des lieux. La preuve c’est que les Ayet Hdiddou avaient repoussé le parage des «Zaouaia » jusqu’aux fin fond des confins de leur terroir; une du coté Nord et l’autre au Sud-ouest. Elles portent toutes les deux le même nom révélateur: TILMI.
Des années plus tard, Tilmi auraient réussi finalement à construire un mausolée dans un espace analogue; mais au voisinage de l’Agdoud. Ce dernier, ne céda finalement que le nom et deviendra: Agdoud n Oulemghenni. Il continu toujours de rassembler les éleveurs de toute la région et d’ailleurs. Les enjeux s’opèrent de l’autre coté de la pierre tombale dont Tilmi, encore une fois, en a profité pour seller des mariages des jeunes à la manière arabe et musulmane au lieu de celle régie par l’Izerf. Ainsi, Les «Âdoul» affilaient chaque année sous des tentes pour officialiser des fiançailles.
Pendant les années quatre vingt, les «soukistes» et des folkloristes en a voulu tirer parti par deux fois en le baptisant: le moussem des fiançailles! D’une part, ils voulaient ranimer le secteur tourisme qui ne profitait qu’à une bande de démolisseurs. De l’autre, il fallait à tout prix avilir tout ce qui est Amazighe notamment des occasions de ralliements. Cette orientation fallacieuse a échoué en 1997 grâce au travail judicieux d’une phalange de militants Amazighs- dont je faisais partie. L’Agdoud retrouva alors un autre parafe; néanmoins moins sauvage: le «moussem d’Imi N Lchil». Cependant, la Zaouia, celle d’Errachidia cette fois-ci, ne l’entend pas de cette oreille. Elle s’est déguerpie carrément de ses réserves, mettant ainsi du coté l’islam, et opère dans une mission utopique pour arabiser ce qui ne le deviendra jamais.
 

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.