uïïun  102, 

mrayur  2005

(Octobre  2005)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

lirkam d tuäut n tisunawin

tinnçmit n usuvvl

Dda Azaykou

Wen i yccin tiri nnes

Timnadvin seg telwat

Idrim n biblghu

A tamurt

Neccin nxes ad nili

I bu tiwan

Iklan d irkan

Français

Quelques souvenirs

Le myghe d'Imi n Lchil

L'association Amghar

Tamazight négligée

Pour la formation de grands pôles

Communiqué du CMA

Je ne suis pas un folklore

Nouvelle association à Tinghir

Zahra Ben Zennad victime d'un accident

Condoléances

العربية

ليركام وسقوط الأقنعة

خشيم موظف بليركام؟

ومات موذروس

هيرو واللهو في العتمة

خريطة الطريق الأمازيغية

متى ترسم الأمازيغية؟

في أفق مؤتمر جمعيات الشمال

القضاء والقدر والمازيغية

عندما يعجز الخفاش عن التفريخ في عش النسر

جامعة بالريف ممنوعة على الريفيين

الداروينية اللغوية والبقاء للأصلح

الاشتقاق في الأمازيغية

المرأة الأمازيغية عبر التاريخ

هل يرفض مجتمعنا الحداثة؟

رد على الأستاذ بلال التليدي

الريف يكسر طابو الكنكريس العالمي الأمازيغي

التلفزة تقدم الإسلام كدين إرهاب وانتقام

فاطمة ملال

ألبوم جديد للفنان عمر  نآيت سعيد

سعيد الزروالي يصدر ألبومه الأول

التقرير العام لدورة الجامعة الصيفية

سلام على روح أزايكو

رحيل الفنان أزروال حسن

المؤتمر الليبي للأمازيغية

عنوان جديد

تصحيح

بلاغ جمعيات تفعيل الدسترة بالريف

جمعية أزمز الثقافية

تعزية

تهنئة

 

Neccin nxes ad nili!
Par: L.Azergui

Février 1998, Faculté de droit de Meknès. Lors d’une soirée artistique organisée par le Mouvement culturel amazigh estudiantin, un jeune militant de Biya (Al Houceima) monte sur scène et chante «Inasen i medden neccin nxes ad nili» (dites à tout le monde que nous voulons exister). Un poème mélancolique d’un poète inconnu pour nous, jeunes militants du Sud-Est du Maroc. Il s’appelait Abdesslam Achahbar.
Les paroles de la chanson ont fait le tour du campus. Photocopiées et distribuées, elles étaient pour nous une sorte d’hymne à l’image de «Kker a Mmis Umazigh» en Kabylie.
7 ans après, je découvre la face cachée de notre triste hymne des années universitaires.
23 juillet 2004 au Festival Amazigh Méditerranéen de Tanger, le groupe Imetlaâ (sans abris) monte sur scène et chante «Ad nili». La foule se déchaîne. L’émotion se lisait sur les visages de tous ceux qui ont connu Abdesslam. Il revient avec force dans les discussions. J’interroge mes amis Mohamed, membre d’»Imetlaâ» et Said Zerouali, jeune chanteur talentueux d’Aberkan (Rif), sur la chanson. Said, très sensible, me met en contact avec Fettah, le frère de Abdesslam. L’histoire qu’il me raconta est tragique. Elle m’avait secoué.
Abdesslam Achahbar est porté disparu depuis 1992. La nuit l’avait entassé, avec plusieurs autres désespérés, sur une barque d’immigration clandestine en Espagne. Il ne reviendra jamais. Il avait 23 ans.
Les chants de ce jeune talent de Biya, qui s’est senti poussé à fuir la misère et l’oppression subies par le Rif, résonnent de plus en plus sur sa terre. «Abdeslam avait composé une série de poèmes prestigieux que beaucoup d’autres chanteurs amazighes du Rif ont chanté, dont «Imetlaâ» et Najib Amazigh», me dit son frère.
Un groupe amazigh de Hip Hop de Hollande a même repris l’une de ses célèbres chansons «Fouad Iwaddar» (Fouad s’est noyé!). Le poème raconte l’histoire d’un jeune qui a choisi d’immigrer clandestinement et qui meurt noyé dans la mer. Etrange histoire. Abdesslam trouvera le même sort que le personnage de sa chanson quelques années plus tard.
Des dizaines d’autres poèmes écrits et chantés par Abdesslam existent. Son frère pense les éditer, accompagnés d’une traduction.
Abdesslam, mort à la fleur de l’âge, demeure l’un des grands poètes qui ont marqué leur temps. Sa poésie, puisée dans les souffrances du Rif et de la lutte des Imazighen pour la dignité, est d’une force extraordinaire.
Ce jeune, qui aspirait à une vie digne et qui s’est sacrifié pour la liberté, mérite qu’on lui rende hommage en publiant notamment ses textes.
Pour que Abdesslam, qui a tant rêvé de notre existence, puisse exister au moins dans la mémoire de son peuple qu’il a tant aimé, mettant nous au travail pour que sa poésie soit éditée.
Abdesslam, repose en paix. On existera.
 

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.