uïïun  105, 

ynyur

  2006

(Janvier  2006)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

asniwju n lkddafi i lkungris amaziv

Imazighen n sserbis

Aneqqis n igiwr n islmadn n tmazight

Ingha yagh ifsti

Tiqessisin inu itmenghan

Ass a

Iniyat as

A tamurt

Tihellal

Français

Le complexe d'Augustin

L'amazighophobie de l'istiqlal

Réponse à l'article de "libération"

Le droit à un État pour chaque peuple

Entre les larmes et le sourire

Autonomie économique

Précieuse amazighité

L'amazighité

Communiqué du CMA  

العربية

استضافة الرئيس الليبي للكنكريس الأمازيغي

من هم أحفاد ليوطي الحقيقيون؟

بوجمهة... مأساتنا جميعا  

هرهرة الألسن وسياسة الذاكرة عند الأمازيغ

ردا على كفاح عباس الفاسي

عاش المغرب عربيا فرنسيا

متى سيعيد العرب النظر في تاريخهم الاستعماري؟

بيبلوكرافيا الأدب الأمازيغي الريفي

يوميات سرير الموت

دسترة الأمازيغية بين مطرقة المخزن وسندان الأحزاب

فترة تاريخية محظورة في التاريخ والعلام  

الضجة على ظهير 16 ماي 1930

دفعا لمغالطات صاحب عمود تعرية

التجربة الطلابية بالجامعة

معتقلو تماسينت يغادرون السجن  

بلاغ الحزب الديموقراطي الأمازيغي

بيان المؤتمر الليبي

بيان الحركة الطلابية الأمازيغية

بيان التسيقية الوطنية للحركة الطلابية الأمازيغية  

بيان تنسيقية أميافا

جمعية أزا للثقافة والتنمية

بيان لجنة ميثاق الجمعيات الأمازيغية بالريف

جمعية أزغنغان

جمعية تانوكرا بتنغير

ندوة الأمازيغية بين الوطني والدولي

 

A propos de l’amazighophobie de l’Istiqlal
Par: Said anarouz

Au vu et su de tous les Imazighens et de tous ceux à qui l’injustice est exécrable, Abbas El Fassi a eu le courage et l’audace de dire la vérité de son parti sur tamazight et d’exprimer en toute liberté sa position xénophobe envers cette langue et culture ancestrales. Il a sûrement calomnié Imazighns qui se trouvent sans armes face à un adversaire amazighophobe puissant. Il ira livrer un combat - au sens religieux de ce terme - dit-il «pour que tamazight ne soit pas officialisée». Avec Abbas, nous sommes en plein jeu politique au sens le plus sale du terme, car nous avons affaire à un personnage sans scrupules qui se permet tout dans un pays de «droit» et de «loi».Cette attitude inqualifiable, il a l’a puisée dans une longue tradition istiqlalienne qui a fait du Maroc «une vaste réserve» ou «un espace territorialisé» selon les lois de la jungle.
On connaît l’histoire et la «légitimité» de ce simulacre de parti istiqlalien bâti sur les larmes de crocodile versés dans les mosquées, les sanctuaires et mausolées pour conjurer les forces du mal et les esprits malfaisants et attirer les foudres et le courroux du Ciel sur les indigènes indomptables. La prière a été exaucée et l’ambition seigneuriale l’a emporté sur toutes les considérations. L’Istiqlal forme alors une «entreprise qui n’eut jamais d’exemple et dont l’exécution n’aura point d’imitateur»: ruiner l’homme amazigh, l’anéantir et dans les meilleurs des cas, le réduire à l’esclavage et à la honte de soi; le monde de l’Istiqlal étant divisé en maîtres et esclaves et où cet équilibre doit irrémédiablement être maintenu à jamais.
Abbas qui, à l’instar de ses ancêtres, nourrit l’illusion d’un Empire illusoire, ne surprend pas par ses propos irresponsables. Par la «guerre sainte» qu’il entend engager contre tamazight, il inscrit son combat donquichottesque dans cette histoire mensongère qui fait aujourd’hui du Maroc un pays arabe.
Imazighens n’ont jamais mendié leur droit d’existence, ils l’ont défendu férocement. Si tamazight existe toujours, c’est grâce à leur ténacité et à leur détermination à vivre malgré tout. Ils ne vont pas céder face au fascisme déclaré de l’Istiqlal; ce parti archaïque telle une épave échouée dans le large. Tamazight a la légitimité incontestable d’être officialisée, car elle s’inscrit dans l’histoire profonde de l’Afrique du Nord et s’enracine dans la géographie de cet espace. Elle n’est pas une chienne errante à qui Abbas jette des pierre pour l’éloigner de son territoire, elle n’est pas non plus étrangère à ce pays, à ce peuple et à cette terre. Si Abbas est gêné dans sa peau par la présence indésirable à ses yeux de tamazight, c’est à lui de faire ses valises et partir chercher ailleurs un territoire géologiquement, culturellement et historiquement arabe. Dans ce cas, il aura le plein droit non seulement d’interdire l’officialisation de tamazight, mais de la chasser et même de l’anéantir par les armes. Le combat (avec une connotation religieuse) dont il parle, n’est sûrement pas un combat héroïque car l’héroïsme marocain est sans voix, sans gloire.
Pour Abbas, les discours officiels sont un prétexte à l’éruption de sa haine viscérale, obscure et absurde contre tamazight. Il fait partie de cette classe dirigeante qui cherche un alibi dans le traditionalisme et une religion archaïsante pour maintenir le peuple amazigh dans un état où il est désaxé et désemparé. Car son parti a contribué largement au bouleversement de ses repères historiques et culturels. Aujourd’hui, il se targue d’être le fer de lance de l’indépendance de ce pays alors qu’il était prêt à pactiser avec le diable pour écraser Imazighens. L’entreprise de ce parti basée sur une théologie céleste médiévale et une nostalgie mortifiante de «la gloire arabe» vise le gommage systématique de l’histoire amazighe au profit de la communauté istiqlalienne et de son idéologie fruste et brutale.

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.