uïïun  106, 

sinyur

  2006

(Février  2006)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

zg "tayunt di tuggut" vur "tuggut di tayunt"

Seg tegrawla

Ifri n "Ouna"

Tiqqad

Yelli maren

Tadunnit di Kazerma

Mhend Mrid

Irabraben

Icna a memmi

Français

N'est pas amazigh qui veut

Saint Augustin

L'enseignement de l'amazigh au Maroc

La lutte amazighe ou Sisyphe contre les dieux

Présence marocaine et présence française

Les mauvais prêtres de l'islam

Uccen d yinsi

Visite de la délégation du CMA en libye

CMA: Yennayer 2956

Harcèlement makhzenien contre Afrak

العربية

من الوحدة في التنوع إلى التنوع في الوحدة

الجامعة المغربية تحتفي بالأمازيغوفوبي علي فهمي خشيم

متى سيصدر قانون تجريم إهانة الأمازيغية؟

الكنكريس العالمي الأمازيغي في ليبيا: السياقات والدلالات

لماذا دسترة العربية بجانب الأمازيغية؟

النظام التروي بالمغرب ومشروع تدريس الأمازيغية

مستقبل الأمازيغية: هل ستنقسم مثل اللاتينية؟

الاحتكاك الأمازيغي العربي

حوار مع نائب رئيس الكنكريس العالمي الأمازيغي خالد زيراري  

لجنة إعلان الريف

القيم والاعتقادات القبلية الأمازيغية

استمرار منع الأسماء الأمازيغية

السينما والدراما والأمازيغ

حان موعد تاوادا  

ملا ل موحا، تحفة دادس

لأول مرة تشارك بلدية في الاحتفال برأس بالسنة الأمازيغية الجديدة

بلاغ لجنة دعم مؤسسة عبد الكريم الخطابي

تأسيس جمعية أحواش

تأسيس فرع الشبكة بتزنيت

الجمع العام التحضيري لتنسيقية خير الدين

بيان الحركة الأمازيغية بأكادير

بيان جمعية أمغار

لجنة تفعيل ميثاق جمعيات الريف

وفاة والد الأستاذ الحسين بوالزيت أوماست

بيان جمعية أزمزا

 

Congrès Mondial Amazigh:
Visite de la délégation du CMA en Libye

Comme prévu, une délégation du Congrès Mondial Amazigh, conduite par son président Belkacem Lounes, a séjourné en Libye du 17 au 26 décembre 2005.
La délégation initialement composée de représentants des différentes régions de Tamazgha et de la diaspora, a été finalement amputée de sa partie algérienne composée du vice-président (Hocine Azem) et de deux membres du Conseil Fédéral (Faroudja Moussaoui et Kamira Nait Sid). En effet, au dernier moment, les trois membres du CMA se sont vus refuser l’accès à l’embarquement pour Tripoli sous le prétexte qu’ils n’étaient pas en possession de la somme de 400 dollars chacun. Il est à signaler que cette exigence ne leur a été nullement signifiée au moment de l’achat de leurs billets d’avion et que les membres de la délégation étaient porteurs d’une invitation mentionnant leur mission en Libye et leur prise en charge totale dès leur arrivée à l’aéroport de Tripoli. Il s’agit donc d’un empêchement voulu et prémédité par les autorités algériennes qui veut entrave à la liberté de circulation, contraire aux lois nationales et aux conventions internationales. Le CMA dénonce et condamne fermement ce nouvel acte arbitraire à l’encontre de militants des droits de l’homme et qui vise à restreindre les activités de notre organisation et à limiter son déploiement à l’échelle nationale et internationale.
La visite de la délégation du CMA en Libye a débuté par un entretien avec Maamar Kadhafi, leader de la Jamahirya libyenne, qui a duré près de trois heures au cours duquel les représentants du CMA ont exposé une nouvelle fois les principes et les missions de l’ONG amazighe ainsi que ses principales revendications. Les membres de la délégation ont exprimé leur plaisir de se trouver, pour la plupart d’entre eux, pour la première fois sur le sol de cette partie de Tamazgha qu’est la Libye, afin de poursuivre le dialogue entamé le 5 novembre dernier, en vue de trouver les solutions adéquates aux problèmes posés par les Amazighs de Libye et de réaliser des projets concrets visant à réhabiliter l’identité amazighe de ce pays. La délégation du CMA a rappelé que cette visite était suivie par des millions d’Amazighs qui attendent avec espoir des décisions concrètes qui mettront fin à l’ostracisme et aux discriminations anti-amazighes et qui œuvreront à l’instauration de l’égalité des citoyens dans tous les domaines et au respect de la pluralité culturelle et linguistique en Libye.
Les représentants du CMA ont exprimé leur soutien aux appels lancés et aux efforts consentis par le leader de la Jamahirya en vue de concrétiser l’union africaine et ont réaffirmé leur disponibilité à œuvrer à l’union des peuples de la région Afrique du Nord, sur la base des principes de démocratie, de tolérance et du respect de la diversité et des droits humains. "Alors que nous sommes une délégation amazighe, appartenant à la même nation, nous sommes aujourd’hui porteurs de passeports différents, qui font de nous des étrangers les uns par rapport aux autres, à cause du maintien des frontières coloniales qui nous divisent et qui nous empêchent de circuler librement dans notre propre pays. Nous demandons par conséquent le démantèlement de ces frontières artificielles, comme symbole et comme base de l’édification de l’union nord-africaine", ont affirmé les délégués du CMA.
Concernant la situation en Libye, les membres de la délégation du CMA ont rappelé au chef de l’Etat libyen, les principales violations des droits des Amazighs dans ce pays ainsi que leurs revendications qui sont d’ailleurs quasiment les mêmes que dans les autres Etats de Tamazgha. "Les Amazighs de Libye n’aspirent qu’à être considérés comme "tarwa n Libya", les enfants de la Libye, mais à part entière, c’est-à-dire avec leur identité socioculturelle et linguistique", ont précisé les membres du CMA.
Pour finir, le Président du CMA rappellera que les instances de son organisation sont comptables devant leurs membres et devant l’opinion publique et qu’en conséquence l’avenir de cette démarche en Libye dépend des résultats concrets qui en sortiront. La volonté affichée par les hautes autorités libyennes doit trouver son aboutissement dans les décisions et les actes concrets. A ce titre, le premier responsable du CMA a réitéré les revendications et recommandations suivantes:
•Déclaration officielle du leader de la Jamahirya libyenne en faveur de la reconnaissance de l’identité amazighe,
•Levée de toutes les formes d’interdits et obstacles qui entravent l’expression de la culture et de la langue amazighes,
•Création d’une instance de coordination et de suivi des projets de réhabilitation et de promotion de la langue et de la culture amazighes.
Les échanges entre M. Kadhafi et les membres de la délégation du CMA, ont été très intenses et animés, ce qui démontre pour le moins, l’intérêt du chef de l’Etat libyen pour le thème de l’amazighité.
En conclusion, M. Kadhafi a réaffirmé son attachement personnel à cette culture millénaire et son engagement à lui redonner toute sa place dans la définition de l’identité nationale. Il accepte les propositions et recommandations du CMA et souhaite que d’autres rencontres sur ce thème soient programmées. Il a dit que même s’il ne partage pas toutes les convictions et les analyses présentées par les représentants du CMA, il voue le plus grand respect à ceux qui croient en une cause et qui luttent pour son épanouissement.
La mission de la délégation du CMA en Libye s’est ensuite poursuivie sur le terrain, par une visite à trois localités importantes de la région de Nefussa: Zwara, Jadu et Yefren.
La délégation du CMA qui s’est déplacée en cortège officiel, a été accueillie par les responsables des différentes institutions locales et régionales (comités populaires, municipalités, Conseils Régionaux, députés…). Comme attendu, les autorités locales ont d’emblée affirmé que la culture et la langue amazighes s’expriment librement et que rien ni personne ne les entrave et que si la question amazighe se pose, c’est certainement ailleurs qu’en Libye. Ce à quoi, les jeunes gens notamment, toujours très nombreux dans nos rencontres, ont répondu de manière très courageuse en posant clairement tous les problèmes qui interdisent ou empêchent l’expression l’amazighité en Libye, en citant les exemples tels que l’absence de toute référence au fait amazigh dans l’historiographie officielle, les lois qui font obstruction à l’expression de l’identité amazighe, l’absence de la langue et de la culture amazighes dans les institutions administratives, scolaires et dans les médias publics et bien sûr les atteintes au droit de donner un prénom amazigh à son enfant. A Yefren, un père de famille est venu dire que depuis la naissance de son fils Massinissa il y a 5 ans, l’administration refuse son inscription sur les registres de l’état-civil, ce qui empêchera de facto sa scolarisation.
Devant une assistance nombreuse et attentive, des étudiants, des fonctionnaires, des avocats, ont usé de leur liberté de parole pour réaffirmer que l’amazighité est non seulement un fait historique mais une réalité bien vivace en Libye, avant d’exiger le respect de leur droit inaliénable à leur langue et à leur culture et pour avertir qu’il est inutile et même dangereux de continuer à nier l’oppression subie par les Amazighs en Libye. A ceux qui arguent que Tamazight est un facteur de division, ils ont répondu que c’est au contraire le déni du droit et les discriminations qui portent atteinte à la cohésion nationale et qui finiront si l’on n’y met pas un terme rapidement, par pousser les populations amazighes à la révolte. Par ailleurs, ils rappelleront que la question amazighe ne se pose pas en termes ethniques et que les Amazighs sont un peuple pacifique qui s’est toujours caractérisé par le respect de l’Autre et pour les principes et les valeurs de démocratie et de tolérance.
Les membres de la délégation du CMA ont exprimé leur bonheur suscité par ces rencontres chaleureuses et fraternelles avec les populations de Nefussa et le plaisir de constater la vitalité de l’amazighité et du mouvement amazigh en Libye. Les délégués du CMA ont été très agréablement surpris par l’identité de vue avec les publics de cette région, ce qui constitue une preuve de plus que malgré les distances et le manque de communication entre les différents pays de Tamazgha, les Amazighs constituent une nation unie non seulement par sa langue mais aussi par ses valeurs civilisationnelles et son identité de destin.
La délégation du CMA a eu la chance de visiter le petit et magnifique musée de Jadu, fierté des habitants de cette localité, et a été conviée à partager un repas traditionnel dans les différents endroits où elle s’est rendue. Bien que trop brefs, les moments passés à Nefussa ont été très riches en émotions et en enseignements. Le CMA remercie très chaleureusement tous ceux qui ont contribué de près ou de loin à rendre possibles ces moments d’enthousiasme et de joie partagés avec les populations locales et regrette de n’avoir pas pu se rendre, faute de temps, dans les autres régions de Libye. Il prend l’engagement d’effectuer d’autres visites pour aller à la rencontre de tous les Amazighs de cette région de Tamazgha.
Tripoli, le 27 décembre 2005
P/La délégation du CMA en Libye
Le secrétariat.


 

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.