uïïun  115, 

ymrayur

  2006

(Novembre  2006)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

aslmd n tmazivt jar asuyn d usntlay

Tazura

Taghlaghalt n wawal

Min ghar i d usigh?

Tamesghult n ilxiyana

Asitem

Français

Introduction de tamazight à l'université se Sélouane

La religion de Tertullien

Bravo! Chirac

La presse nationale dit-elle la vérité?

"Anzwum" de Mallal

Omar n Ayt Said

Le CMA interpelle

العربية

تدريس الأمازيغية بين التوحيد والتلهيج

تدريس الأمازيغية وإعادة الإنتاج الإيديولوجي

هل الحركة الأمازيغية حركة علمانية؟

القرضاوي يفتي بالشذوذ الديني لمغاربة

إدماج الأمازيغية بجامعة سلوان

تشكل الحركة الأمازيغية

النضال الأمازيغي وسيلة أم غاية؟

طربوش الوطن على الطريقة العرابية

الأمازيغية بين المقاربة الدستورية والتناول التربوي

الأمازيغية في المدارس الكاطالونية

هل هو موقف رسمي من تدريس الأمازيغية؟

معاناة مدرس أمازيغي

مأساة الطفل شيشنق بليبيا

مولاي محند والحركة الريفية

الإبدال في الأمازيغية

كتاب تابرات تاوراغت

لامريك تأسف لاستقالة خداوي

الأمازيغية في المهرجان العالمي للشعر

حوار مع الفنان مصطفى إزران

التحضير لتأسيس الحزب الفيديرالي

جمعية إيمازيغن بكاطالونيا

أوراش لكتابة الأمازيغية في رمضان

لجان العصبة الأمازيغية لحقوق الإنسان

بيان استنكاري للمريك

بيان تاماينوت

بيان الشبكة الأمازيغية

 

 

Le Congrès Mondial Amazigh

interpelle le comité des nations unies sur l'interdiction par le pouvoir algérien d'une conférence sur la Kabylie

A Monsieur le Rapporteur Spécial des Nations unies
pour la promotion et la protection du droit à la liberté d’opinion et d’expression
A Mmes et Mrs les membres du Comité des Nations Unies pour l’Elimination de toutes les formes de Racisme et de Discrimination
A Mme Benita Ferrero-Waldner
Commissaire de l’UE pour les Relations Extérieures
Mesdames, Messieurs,
Un certain nombre de personnalités et de responsables de mouvements sociaux et d’associations ont prévu d’organiser, les 21-22 septembre dernier, une conférence régionale pour réfléchir et débattre de la situation socioéconomique et politique que vit la région de Kabylie (Algérie). Cette conférence à laquelle devait prendre part plus de 250 personnes, devait se dérouler dans une salle appartenant à la municipalité d’Akbou, dans la Wilaya de Vgayet (Béjaia).
La veille de l’ouverture de la conférence, le Maire d’Akbou a décidé d’annuler l’autorisation d’utiliser la salle municipale pour la tenue de la conférence, accordée quelques jours plus tôt, arguant que cette autorisation était "dénuée de caractère légal " et qu’il fallait désormais s’adresser aux services décentralisés de l’Etat (Wilaya).
En réalité, tout semble indiquer que le Maire d’Akbou a tout simplement cédé à des injonctions venues justement de l’administration de la Wilaya qui peut à tout moment invoquer "l’état d’urgence" toujours en vigueur en Algérie, pour intimider, menacer, interdire et au besoin réprimer. On peut d’ailleurs légitimement se demander pourquoi cet état d’exception est-il maintenu alors que le gouvernement algérien ne cesse de clamer sur les places publiques que le pays vit dans la paix et la sécurité retrouvées?
Pour les personnes venues assister à la conférence régionale comme pour l’opinion publique en général, l’empêchement de cette rencontre pacifique constitue tout simplement une grave violation du droit d’association et une atteinte flagrante à la liberté d’opinion et d’expression. La Constitution algérienne (notamment sont article 41), les Conventions et Accords internationaux (en particulier l’article 2 de l’accord d’association UE-Algérie) concernant l’obligation de respect des droits humains et des libertés démocratiques, se trouvent délibérément bafoués par ce grave acte de censure.
Pendant que d’autres courants d’opinion et en particulier les islamistes profitent de toutes les libertés et largesses de l’Etat, les Kabyles sont soumis à une surveillance et à un contrôle des plus stricts. Est-ce l’engagement déterminé de cette région pour la démocratie et l’état de droit qui justifie un tel acharnement de la part des autorités algériennes?
En tout état de cause, les organisateurs de la conférence sur la Kabylie ont décidé de reporter la tenue de leur rencontre au mois de novembre 2006.
Mesdames, Messieurs, nous souhaitons instamment votre intervention auprès des plus hautes autorités algériennes afin de les persuader de ne pas tenter d’empêcher une nouvelle fois, ce rendez-vous des kabyles. Le pouvoir algérien doit être sévèrement mis en garde quant aux conséquences de son comportement particulièrement discriminatoire et violent à l’encontre de la Kabylie.
Restant à votre disposition pour tout renseignement complémentaire, nous vous prions d’agréer, Mesdames, Messieurs, l’expression de notre haute considération.
Paris, le 26 septembre 2006
Le Président,
B. Lounes
Congrès Mondial Amazigh
BP 124 – 108 rue Damremont 75018 Paris
congres.mondial.amazigh@wanadoo.fr
 

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.