uïïun  120, 

kuçyur 2957

  (Avril  2007)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

taktut n tmunt mgal i tmazivt

Tayyffart n ibiden

Dcar n icumay

Jar tmewwa

Taziri tedder

Tamzvit

Tasrit n ifriqya

Jar mritc d malagha

Français

Imazighen et le cèdre disparaissent

Pourquoi occulter l'histoire d'imazighen?

L'autre mur des lamentations

Chanter la joie

Le président du CMA au pays basque

Lettre du CMA

Communiqué du CMA

Uddur n umur

L'histoire des Aut Aourir

Chansons amazighes pour enfants

Rencontre des créateurs amazighs

العربية

ذكرى الاتحاد ضد الأمازيغية

مع تاويزا في ذكراها العاشرة

أرقام لحليمي

الأمازيغوفوبيا الجديدة

الإخوان المتسلقون

هل هنالك حقا وطن عربي؟

التأسيس للديموقراطية اللغوية بالمغرب

وهم الانتقال الديموقراطي

الأمازيغ وقضية الصحراء

مولاي محند والحركة الريفية

ملحمة آيت عطا في بوكافر

احتفال جبالة بالعيد الأمازيغي

الكلمات الأمازيغية في اللهجة الليبية

الأمازيغية والانتقال الديموقراطي

كتاب المسألة الأمازيغية بالمغرب

الأبجدية الإشارية الأمازيغية

اللجنة الوطنية لدسترة الأمازيغية

فضاء الجمعيات بتاغجيجت

إعلان ملتقى الريف

بيان العصبة الأمازيغية

العصبة الأمازيغية تدين

عريضة مجموعة العمل الليبي

العصبة الأمازيغية تحتفي بعيد المرأة

الاحتفال بعيد المرأة

بلاغ جمعية أكراو

دورة مليكة مزان للشعر الأمازيغي

بيان جمعية تاغزات

تأسيس تمسمونت ن تايتماتين

بيان لجنة نساء أزطا 

 

Congrès Mondial Amazigh

Lettre à la HALDE à propos de la discrimination qui frappe les enfants amazighs

Paris, le 28 février 2007

Monsieur Louis Schweitzer

Président de la Haute Autorité de Lutte

contre les Discriminations et pour l’Egalité (HALDE)

11, rue St-Georges

75009 Paris

Monsieur Le Président,

A la demande des inspections académiques, les directeurs des écoles primaires envoient chaque année, une lettre aux parents d’enfants de nationalité ou d’origine d’un certain nombre de pays (Algérie, Croatie, Espagne, Maroc, Portugal, Serbie, Tunisie, Turquie), pour leur demander s’ils seraient intéressés par l’enseignement à leur(s) enfant(s) de la langue et de la culture de leur pays d’origine (annexe 1).

Lorsque les parents répondent par l’affirmative, le ministère de l’Education Nationale (Direction de l’enseignement scolaire) leur adresse un imprimé à compléter afin de confirmer leur intérêt.

Pour les enfants de parents originaires d’Algérie, du Maroc et de Tunisie, il s’agit exclusivement de" l’enseignement de la langue arabe" et de la culture officielle du pays d’origine (arabe également). Ces cours sont assurés par des enseignants du pays d’origine et peuvent être intégrés à l’horaire scolaire (annexe 2).

Or, environ la moitié des familles originaires des pays d’Afrique du Nord vivant en France, sont de langue et de culture amazighes (berbères). Les enfants de ces familles sont donc de facto exclus de cette disposition de l’Education Nationale qui vise à enseigner les langues et cultures d’origine aux enfants issus de l’immigration. Depuis de nombreuses années, parents et associations culturelles amazighes ne cessent d’alerter les recteurs et les ministres, mais en vain.

Ce que ces familles d’origine amazighe souhaitent est simple: Que soit mis un terme à cette grave discrimination qui frappe leurs enfants et que ceux-ci puissent bénéficier, comme les autres enfants, d’un enseignement de leur langue et culture d’origine. Ils souhaitent également que cet enseignement soit assuré par des enseignants recrutés par l’Education Nationale.

Par ailleurs, chaque année, plus de 2000 élèves d’origine amazighe, sont candidats à l’épreuve de langue Berbère au Baccalauréat mais sans qu’aucun cours ne les y prépare. Avec moins de candidats, d’autres langues dites rares, sont enseignées, mais pas la langue amazighe (berbère). Cela est particulièrement discriminant pour les élèves qui ont choisi cette langue.

Il est urgent de réparer cette injustice qui dure depuis des décennies malgré les réclamations maintes fois réitérées auprès du Ministère de l’Education Nationale. Nous souhaitons d’une part qu’une note soit diffusée par les rectorats à tous les élèves de terminale pour les informer de l’existence de cette épreuve et que d’autre part, des cours de langue amazighe soient assurés dans tous les Lycées qui comptent des candidats à cette épreuve, ainsi que par le CNED.

Nous espérons l’intervention rapide de la HALDE afin de faire cesser dès que possible ces discriminations qui handicapent lourdement les jeunes d’origine amazighe et qui n’ont jamais été traitées faute de volonté politique.

Restant à votre disposition pour vous apporter toutes informations complémentaires, nous vous prions d’agréer, Monsieur Le Président, l’expression de notre considération distinguée.

Le Président Belkacem LOUNES

Congrès Mondial Amazigh

BP 124, 108, rue Damrémont 75018 Paris


 

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.