uïïun  120, 

kuçyur 2957

  (Avril  2007)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

taktut n tmunt mgal i tmazivt

Tayyffart n ibiden

Dcar n icumay

Jar tmewwa

Taziri tedder

Tamzvit

Tasrit n ifriqya

Jar mritc d malagha

Français

Imazighen et le cèdre disparaissent

Pourquoi occulter l'histoire d'imazighen?

L'autre mur des lamentations

Chanter la joie

Le président du CMA au pays basque

Lettre du CMA

Communiqué du CMA

Uddur n umur

L'histoire des Aut Aourir

Chansons amazighes pour enfants

Rencontre des créateurs amazighs

العربية

ذكرى الاتحاد ضد الأمازيغية

مع تاويزا في ذكراها العاشرة

أرقام لحليمي

الأمازيغوفوبيا الجديدة

الإخوان المتسلقون

هل هنالك حقا وطن عربي؟

التأسيس للديموقراطية اللغوية بالمغرب

وهم الانتقال الديموقراطي

الأمازيغ وقضية الصحراء

مولاي محند والحركة الريفية

ملحمة آيت عطا في بوكافر

احتفال جبالة بالعيد الأمازيغي

الكلمات الأمازيغية في اللهجة الليبية

الأمازيغية والانتقال الديموقراطي

كتاب المسألة الأمازيغية بالمغرب

الأبجدية الإشارية الأمازيغية

اللجنة الوطنية لدسترة الأمازيغية

فضاء الجمعيات بتاغجيجت

إعلان ملتقى الريف

بيان العصبة الأمازيغية

العصبة الأمازيغية تدين

عريضة مجموعة العمل الليبي

العصبة الأمازيغية تحتفي بعيد المرأة

الاحتفال بعيد المرأة

بلاغ جمعية أكراو

دورة مليكة مزان للشعر الأمازيغي

بيان جمعية تاغزات

تأسيس تمسمونت ن تايتماتين

بيان لجنة نساء أزطا 

 

l'autre mur des lamentations

Par: Ben Hemmou Hassan

Au pays de la Palestine, et plus exactement à Jérusalem se trouve un des anciens murs de l’histoire de l’humanité dénommé: le mur des lamentations. Ce mur historique est un mur sacré pour les juifs; ils y viennent pour pleurer leurs péchés et demander le pardon de Dieu. Or ce mur historique qui remplit un rôle religieux s’est vu transplanter dans tous les pays de tamazgha: pays d’imazighen. Ce mur est créé de façon arbitraire et aléatoire au Maroc, en Algérie et en Libye… C’est un mur qui a ses propres fidèles qui y viennent pour pleurer et non pas pour demander le pardon. Nous sommes donc en présence de deux murs qui portent la même dénomination «le mur des lamentations»; mais qui remplissent des rôles différents. Le mur juif est un mur réel, sacré et vénéré; alors que le mur maghrébin est un mur fictif et virtuel, mais qui remplit une grande fonction pour ses fidèles; il s’agit d’un mur créé par des traîtres, des passéistes, des psychopathes et des schizophrènes qui pleurent leurs mésaventures et leurs multiples échecs avec les politiques de génocide et d’ethnocide qui n’ont pas pu mettre fin à leur ennemi farouche: imazighen.

Le mur des lamentations au Maghreb est une réalité virtuelle, mais aussi une réalité concrète; car les ennemis du peuple amazigh ne cessent de s’accroître et de crier toujours au scandale et à la malédiction. Pour eux, le Maroc, l’Algérie, la Libye… sont menacés dans leur identité arabe, dans leur existence arabe… par les nouveaux phéniciens, par les "barbares" qui veulent expulser les arabes de chez eux. Pour ces ennemis invincibles du peuple amazigh, la montée et le développement du mouvement amazigh est un signe et symbole de la faillite de l’Etat arabe et panarabe au Maghreb. Il s’agit pour eux d’un véritable danger qui menace les pays arabes du Maghreb; un danger que représente les nouveaux "barbares" fils d’Aksil et Tihya. Et comme ces nouveaux "barbares" menacent la paix, la sécurité et les richesses spoliées par les arabes, il faut donner l’alerte et sonner la sonnette d’alarme car l’existence des colons arabes au pays des "barbares" est menacée par les "barbares"; d’où la création d’un mur des lamentations.

Sur ce mur des lamentations maghrébin ne cessent de pleurer des dizaines, des centaines voire des milliers et des milliers de personnes; partout, n’importe où, et à tout moment ils viennent pleurer auprès du mur des lamentations; ils viennent pleurer non pas leurs péchés mais leurs échecs et leurs incapacités à stopper les eaux du fleuve amazigh qui risquent de déborder et de jeter les parasites et les intrus dans les eaux de l’océan atlantique. Pour ces arabes juifs, l’arabité du Maghreb qui date depuis des millénaires est objet de refus et de contestation par les barbares"; un peuple créé par la France et établi par la France dans un territoire arabe qui est le Maghreb (!!!???). Par conséquent, il faut agir pour mettre fin à ce danger éminent qui menace les colonies arabes dans le pays des "barbares". Ces constructions pathologiques ne peuvent être dérobées à personne; car elles sont le produit des ignares, des malades et des falsificateurs de l’histoire de l’humanité qui veulent arabiser tout le globe terrestre pour faire de ce globe de petites colonies arabes qui exercent la dictature arabe sur toutes les nations du monde.

Au pays de tamazgha, connu chez tout le monde être le pays d’imazighen depuis des millénaires et des millénaires, comme l’attestent non pas seulement les données et les réalités archéologiques, anthropologiques, historiques, sociologiques, topographiques, toponymiques, culturelles et linguistiques… mais aussi les écrits de Hérodote, d’Ibn Khaldoun, de Charles André Julien, de Gabriel Camps, de Malika Hachid… dans ce pays où les soient disant arabes n’ont pas pu y accéder qu’après un siècle (100 ans) de guerre avec ses habitants imazighen (de 640 à748), et seulement grâce à l’appui d’imazighen de Libye (tribu louata), croient être les véritables autochtones de ce territoire. Ils croient et veulent faire croire au monde que l’Afrique du nord est un territoire arabe et que la population qui y habite est une population arabe qui fait partie intégrante de la nation arabe. Toutes ces constructions utopiques et illusoires semblent dominer l’esprit d’un grand nombre de psychopathes dans le pays des "barbares".

Personne ne peut ignorer que l’Afrique du nord est un pays d’imazighen; un peuple brave, généreux et courageux; un peuple qui a soumis Memphis de l’Egypte (du 22e au 24e dynastie); un peuple qui a gouverné Rome (Trajan, Hadrian…) pour enfin détruire l’empire romain; un peuple qui a ses propres rois «Igeldan», tels Massinissa, Jugurtha, Syphax, Juba, Aksil, Tihya… un peuple qui a sa propre langue, culture et civilisation; un peuple africain amazigh et non pas arabe; un peuple qui a contribué à forger la civilisation du pourtour méditerranéen grâce à ses hommes tels St Augustin, Cyprien, Donat, Hannibal, Scipion…Tarik Ben Ziad, les Bourghwates, les Almoravides, les Almohades, les Mérinides, les Wattasides, les Saadiens… Mohammed Ben Abdelkarim El Khettabi, Moha Ouhemmou Zzayani… Tous ces hommes amazighs ont été le symbole du grand rayonnement de la civilisation amazigh; civilisation d’un peuple insoumis et imbattable; un peuple qui défie l’histoire et qui défie tous ses ennemis partout où ils sont.

Or des petits ignares, des psychopathes, des bâtards, voire des petits colons ne savent rien de toutes ces données et réalités scientifiques et historiques. Ils veulent rien savoir car ils sont malades et veulent à tout prix effacer l’histoire glorieuse du peuple amazigh; ils falsifient l’histoire et mentent pour la jeunesse d’aujourd’hui. Ils ont oublié que les populations arabes au nombre de 200 000 personnes (deux cents mille personnes) n’ont pas pu accéder en Afrique du nord et de l’Ouest (et non pas seulement au Maghreb) qu’au 12e siècle de l’ère chrétienne avec l’empire almohade qui a utilisé ces arabes expulsés par les fatimides d’Egypte pour contrebalancer leurs ennemis frères amazighs: tribu de lamtouna almoravide. Ces tribus arabes sauvages considérées par Ibn Khaldoun comme des criquets qui ont détruit le vert et le sec en raison de leur nature bédouine se sont éparpillées dans tous les pays d’Afrique du nord et du sahel,; c’est ainsi qu’ils sont aujourd’hui en Libye, en Tunisie, en Algérie, au Maroc, en Mauritanie, au Tchad, au Soudon, au Cameroun ,au Mali, au Niger… Ces arabes ne se sont pas limités au Maghreb; ce dernier compte à l’époque 7 millions (sept millions) d’amazighs; et si nous sommes un peu rationnel on peut se poser ces questions: combien de pourcentage d’arabes a pu accéder au Maghreb: 2%, 10%, 30%, 50%, 100%; supposons que 100% des 200 000 se sont établis au Maghreb alors que les autres arabes qui vivent dans les autres pays africains sus cités sont tombés du ciel et se sont établis dans ces pays africains qu’ils veulent arabiser, c’est le cas aujourd’hui du Darfour, du Niger et du Tchad; dans ce cas est ce que 7 000 000 est supérieur à 200 000 ou c’est l’inverse qui est exacte: 200 000>7 000 000; ça c’est le calcul arabe; le calcul de personnes malades de l’arabité; des gueux qui ne voient pas que leur propre nez.

Ces données historiques et scientifiques sont aujourd’hui de plus en plus renforcées par des données génétiques; de nombreux travaux scientifiques portant sur les gènes des maghrébins réalisés dans des labos respectés ont démontré que ces gènes sont à 99% amazighs et que seulement 1% est un mélange dû au brassage historique qu’a connu l’Afrique du nord entre amazighs, carthaginois, romains, vandales, ibériques, noirs, arabes, andalous… Ces mêmes résultats ont été trouvés en Tunisie dans une étude comparative récente entre les tunisiens et les libanais d’aujourd’hui pour détecter les éléments de ressemblance génétique entre les libanais et les tunisiens; le résultat est négatif.

Nous imazighen si on parle aujourd’hui de ces données scientifiques et historiques, ce n’est pas pour fonder et baptiser les rancunes tribales et raciales entre nous les maghrébins; c’est à dire entre amazighophones et arabophones, mais c’est uniquement pour rappeler qu’en dehors de ces données il ne s’agit que des mensonges, des illusions et des mythes qu’on raconte à notre progéniture. Ces mythes et mensonges sont diffusés par l’Etat arabe, par ses institutions, par ses serviteurs tels les petits journalistes comme le soit disant moustapha el alaoui; mais qui est ce moustapha el alaoui? D’ailleurs dans sa page «al haqiqa ddai3a» il ne cesse de glorifier ses seigneurs; il me rappelle uniquement un certain Machiavel qui a servi les Médicis pour enfin le mettre en prison; moustapha el alaoui n’est pas un cas isolé de petits panarabes malades qui ne sont pas des marocains; il allume le feu qui va le brûler; c’est ainsi qu’il est temps de le mettre en garde, lui et ses semblables, qu’imazighen commencent à perdre patience et que les choses doivent changer; notre action est jusqu’à présent pacifique mais elle ne tardera pas de changer de cap. Car après la politique d’ethnocide, nous sommes aujourd’hui en face d’une politique de génocide menée contre notre peuple à al Hoceima, à Anfgou, à Anemzi, à Tounfit, à Ifni, à Figuig… Ces crimes de l’Etat s’accroissent et poussent imazighen vers plus de radicalisme.

Moustapha el alaoui, rédacteur en chef d’un petit torchon dénommé «al ousbou3 ssahafi» est un homme perdu qui parle de vérités perdues. Mais est ce que ce monsieur est un homme de vérités pour parler de vérités perdues. Ce monsieur ne cesse depuis longtemps de dénigrer imazighen, de dénigrer leurs actions et leur mouvement; il est l’exemple de milliers et de milliers de petits panarabes au Maroc, en Algérie, en Libye… qui falsifient les vérités pour construire des vérités mythiques. Ces hommes perdus défendent et consacrent le mythe dans des pays amazighs malheureusement soumis à la dictature arabe telle.

Et comme ces petits gens sont incapables de changer le cours de l’histoire et les réalités historiques, ils ont créé pour eux un mur des lamentations pour pleurer leurs échecs. Ils accusent les ex puissances coloniales européennes, Israël et les Etats Unis d’Amérique… d’être responsables de leurs malheurs; ils accusent imazighen d’être des traîtres et des collabos du colonialisme et du sionisme contre les intérêts de la nation arabe…Ces petits colons et racistes qui ne pensent vivre que dans le noir, ont créé pour eux des dogmes et des mythes qu’ils ont baptisé comme des vérités dans un territoire qui n’est pas le leur.

Imazighen ont beaucoup perdu de temps avec ce genre de discussions avec des petits ignares; c’est ainsi qu’il est temps d’appliquer le proverbe: «les chiens aboient la caravane passe»; il est temps de laisser les chiens aboyer et agir au lieu de perdre son énergie pour répondre à ce genre de malades. Nous, imazighen on a beaucoup parlé de notre discours, on a détaillé notre philosophie; par conséquent on doit plus perdre du temps dans de vaines discussions. On a affirmé à maintes reprises que le mouvement amazigh défend l’amazighité du Maroc, ipso facto l’identité amazighe du Maroc et non pas son arabité; c’est ainsi que le mouvement amazigh combat le panarabisme qu’il considère comme une idéologie raciste et fasciste qui a colonisé le Maroc et l’esprit de l’Etat marocain; celui-ci est un Etat panarabe qui a détruit l’identité amazighe du Maroc pour créer un Maroc arabe mythique sans rapport avec ses véritables origines. C’est cette idéologie raciste et fasciste que combat le mouvement amazigh; une idéologie basée sur le déracinement identitaire de notre peuple: faire de nous des arabes par la force (politique d’arabétisation), exclusion politique de la gestion des affaires de l’Etat , marginalisation économique et sociale de toutes les régions amazighes, interdiction d’utiliser les noms amazighs pour nos enfants… du racisme pure et simple à l’égard d’imazighen. Ces derniers ont bel et bien explicité leurs projets; ils ne distinguent pas entre amazighophones et arabophones; nous sommes tous des marocains de souches amazighes et non pas arabes; ceux qui sont des arabes ou veulent être des arabes et non des marocains, ils doivent quitter le Maroc et chercher pour eux un pays arabe qui peut les accueillir. Le Maroc est un pays amazigh et il va toujours demeurer un pays amazigh.

Compatriotes amazighs, il est temps de laisser les chiens aboyer et de travailler; et donc main dans la main pour agir. Il est temps de renforcer les rangs des associations culturelles indépendantes ainsi que des partis politiques amazighs qui viennent d’être créés: PDAM et PDF; il est temps aussi d’agir à travers des manifestations, des sit-in, des boycott… imazighen doivent agir sur terrain et ne laisser plus la possibilité aux autorités arabes d’intervenir dans leurs propres affaires; ils doivent imposer leur volonté aux petits commis de l’Etat; utiliser les noms amazighs et transcrire tifinnagh dans leurs voitures, camions, autocars, boutiques, maisons, entreprises…. compatriotes amazighs: les droits s’arrachent et ne se donnent pas. Et si les petits panarabes ont créé pour eux un mur des lamentations on doit pas les imiter, et donc créer pour nous aussi un mur des lamentations. La phase de réactions contre les sals propos écrits dans les torchons des pseudo partis politiques est révolue; il est temps d’agir énergiquement et pousser les autres nationalistes marocains et non panarabes à penser aux grandes vérités perdues dans notre pays: les vérités de liberté, de démocratie, des droits de l’homme, du fédéralisme, du développement et du décollage technique et scientifique… et non pas aux vérités perdues d’un homme perdu comme moustapha el alaoui.

Compatriotes amazighs, nous imazighen nous sommes des nationalistes; des hommes qui aiment le Maroc; des hommes qui ont sacrifié tout ce qu’ils ont pour la patrie; des hommes qui ne pensent qu’au Maroc et aux intérêts du Maroc; on doit savoir que le pouvoir politique au Maroc est une pouvoir arabe qui sacralise l’arabité du Maroc au détriment de sa véritable identité amazighe. Nous imazighen, on doit consacrer les autonomies locales de nos régions: le Rif (al hoceima, nador, tittaouin, taza ,achchawen, taourirt, aberkan, agersif…) , le Souss (massa, draa, ifni ,agelmim…), le Sud-Est (la région de tafilalet), la région du haouz tansift, la région de tadla azilal, la région du grand moyen atlas, la région du sahara occidental… toutes ces régions doivent consacrer l’autonomie pour poser les bases du fédéralisme au maroc. Compatriotes amazighs, il est temps de renforcer l’action politique du PDAM, PDF, et du FNU; trois formations politiques amazighs qui doivent mener le combat politique pour le Maroc amazigh de demain.

Il est temps de préciser que le développement du Maroc doit être le souci principal de tout le monde; si imazighen sont anti panarabisme, anti makhzen, ils ne sont pas contre la langue arabe ou contre l’islam; mais contre l’usage de ces deux éléments pour affirmer l’arabité du Maroc; la langue arabe comme la langue amazighe doivent être consacrées comme deux langues officielles du Maroc dans une constitution démocratique élaborée par une assemblée nationale constituante; et si on rêve d’être comme les autres qui nous devancent, il est temps de mettre fin à l’arabétisation de notre société; il est temps d’enseigner toutes les matières scientifiques soit en français soit en anglais; alors que tamazight et l’arabe doivent être enseignées uniquement comme des matières de langue; il est temps d’inculquer à notre jeunesse les valeurs de tolérance, du civisme, de l’amour de la patrie… et non pas les valeurs du fanatisme et du refus de la différence; notre combat est celui du développement et de la lutte contre la pauvreté, la dictature, l’arbitraire, le corruption, le détournement des deniers publics, le paternalisme, le féodalisme et contre toute autre forme de despotisme qui entrave notre libération; donc unissons nous pour un Maroc libre et démocratique.

(Ben Hemmou Hassan, Mars 2007- MCA)


 

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.