uïïun  123, 

sayur 2957

  (Juillet  2007)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

isrdasn n "janjawid" di tsdawit n lmuvrib

Afcad i tawja n Brapim Ubella

Français

Entretien avec Ali Khadaoui

Un tournant dans le combat amazigh

Mai noir

Le roman amazigh "jar u jar"

Déclaration de la délégation amazighe à New-York

Intervention du président du CMA

Halte aux violences anti-amazighes

Il faut éradiquer la violence

Où va la faculté de Nador?

Procès d'Elouazzani

العربية

الجانجويد بالجامعات المغربية

تداعيات مغربية

ضرورة شطب المغرب من قائمة الدول العربية

الطفل الأمازيغي وآليات الإخضاع

فاتح ماي بالمغرب عيد للعمال أم للقضايا العربية؟

هل تستحق الصحراء المغربية حكما ذاتيا؟

الأعلام الجغرافية بالمغرب

نظرة الغرب للقضية الفلسطينية الإسرائيلية

ليبيرالية أم امازيغوفوبيا؟

ماذا لو صرت وزيرا أول

الحركة الأمازيغية ومقاطعة الانتخابات

مطلب دسترة الأمازيغية

حصة الأمازيغية في الإذاعة والتلفزة

المهنية والكفاءة في القسم الأمازيغي بالإذاعة الوطنية

الأمازيغية في الإذاعة الوطنية

حوار مع يوسف المساوي وسعيد بلغربي

رد على أحمد عصيد

الافتخار في الشعر الأمازيغي المقاوم

تقرير الندوة الوطنية حول الإرهاب

محاكمة الأستاذ الوزاني

بيانات حول أحداث العنف بالجامعة

بيان العصبة الأمازيغية

العصبة الأمازيغية تتضامن مع هلال الناظور

تهميش آيت سعيد

نشاط ثقافي لجمعية بويا

تعزية السيد أوبلا

بلاغ جمعية أزا

بيان لمؤسسة ابن رشد

نشاط ثقافي لجمعية تافسوت

بيان للحركة التلاميذية

 

 

Il faut éradiquer la violence.

Par: Oulghazi hsaine

Dernièrement, le secteur universitaire marocain a connu un afflux de la violence au milieu estudiantin. Effectivement, les actes de violence perpétrés à l’université d’Agadir par des étudiants panarabistes racistes contre les étudiants militants de la culture amazighe et à la cité universitaire d’Errachidia où des indécrottables étudiants du groupuscule ‘’Annahj addimocrati Qaïdi’’ qui ont été encouragés par des instigateurs amazighophobes récalcitrants qui défient le discours royal et s’opposent aux droits légitimes du mouvement culturel amazigh pour recourir illégalement à la violence et commettre bêtement des incidents graves. En faisant l’usage des armes blanches et des barres en fer. On déplore le décès de certains étudiants et plusieurs autres blessés, on dirait qu’il s’agit du bilan d’une guerre déclenchée entre deux armées régulières!

Ce scandale a laissé chacun prendre une position: certains choisissent d’être contre ce malheur indigne qui a secoué l’opinion publique, d’autres sont pour cette situation catastrophique, une partie trouve le plaisir de prendre la position du spectateur, alors qu’une autre partie préfère prendre une position neutre et, malheureusement, l’Etat de droit musulman qui connaît parfaitement les conséquences de la violence se trouve sans gêne et s’écarte de la norme sans prendre une décision ferme! Qui gagne et qui perd? C’est clair, le peuple marocain est désavantagé et nul n’est gagnant! Devant le mutisme total des responsables, il serait possible de classer ces actes parmi les crimes perpétrés contre Imazighen au nom des Etats de la rive sud de la Méditerranée. Ou bien imazighen sont encore condamnés à vivre la transition des années de plomb aux années de calvaire?

Pour remédier à cette ignoble désorganisation, il suffit d’instituer d’abord l’égalité entre les races humaines, d’admettre le pluralisme des cultures et des civilisations, de sensibiliser le public pour qu’il soit persuadé que le racisme n’est pas toléré qu’on soit démocratique, progressiste, réactionnaire, musulman, catholique, juif ou irréligieux. Ensuite il faut éradiquer tout acte de violence par l’instauration de la justice sociale, le respect des libertés publiques et des droits naturels de l’homme et du citoyen. Cela requiert inévitablement de se référer aux réalités concrètes et sensibles notamment: la suppression radicale de toutes les formes de l’hégémonie dictatoriale, la reconnaissance constitutionnelle de l’amazighité et la proclamation officielle que tamazight est l’identité de base de tous les marocains. Du fait qu’Imazighen ont le tempérament calme et très sociable, il faut aussitôt retrouver le droit chemin pour éviter de tomber maladroitement dans une hécatombe.

Ceux qui préfèrent consacrer leur vie à la cupidité dévorante, pour que les autres souffrent toute leur vie, doivent ressentir les obligation envers eux-mêmes et savoir qu’il est, en conséquence, temps de normaliser aussitôt et pacifiquement les difficultés qui ne cessent de surgir de toutes parts, avant de chercher à saisir un tribunal d’exception suprême pour juger ces étonnants litiges et sans attendre que le pays tombe dans un véritable chaos particulièrement quand les victimes de la réaction agressive se procurent les moyens pour se faire justice. Montaigne avait raison de dire: «il n’est réplique si piquante que le mépris silencieux».


 

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.