uïïun  123, 

sayur 2957

  (Juillet  2007)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

isrdasn n "janjawid" di tsdawit n lmuvrib

Afcad i tawja n Brapim Ubella

Français

Entretien avec Ali Khadaoui

Un tournant dans le combat amazigh

Mai noir

Le roman amazigh "jar u jar"

Déclaration de la délégation amazighe à New-York

Intervention du président du CMA

Halte aux violences anti-amazighes

Il faut éradiquer la violence

Où va la faculté de Nador?

Procès d'Elouazzani

العربية

الجانجويد بالجامعات المغربية

تداعيات مغربية

ضرورة شطب المغرب من قائمة الدول العربية

الطفل الأمازيغي وآليات الإخضاع

فاتح ماي بالمغرب عيد للعمال أم للقضايا العربية؟

هل تستحق الصحراء المغربية حكما ذاتيا؟

الأعلام الجغرافية بالمغرب

نظرة الغرب للقضية الفلسطينية الإسرائيلية

ليبيرالية أم امازيغوفوبيا؟

ماذا لو صرت وزيرا أول

الحركة الأمازيغية ومقاطعة الانتخابات

مطلب دسترة الأمازيغية

حصة الأمازيغية في الإذاعة والتلفزة

المهنية والكفاءة في القسم الأمازيغي بالإذاعة الوطنية

الأمازيغية في الإذاعة الوطنية

حوار مع يوسف المساوي وسعيد بلغربي

رد على أحمد عصيد

الافتخار في الشعر الأمازيغي المقاوم

تقرير الندوة الوطنية حول الإرهاب

محاكمة الأستاذ الوزاني

بيانات حول أحداث العنف بالجامعة

بيان العصبة الأمازيغية

العصبة الأمازيغية تتضامن مع هلال الناظور

تهميش آيت سعيد

نشاط ثقافي لجمعية بويا

تعزية السيد أوبلا

بلاغ جمعية أزا

بيان لمؤسسة ابن رشد

نشاط ثقافي لجمعية تافسوت

بيان للحركة التلاميذية

 

 

"jar u jar»: entre le silence du présent et les confessions du passé

par: abdelmottaleb zizaoui (chercheur –oujda)

«jar min srigh d min war zvrigh, jar tidet d uxarreq, jar baba aked war iymigh d yemma izvummen awar, jar tarja inu d timuc, jar penna d muh ameqran, jar aseghdi d awar, jar tazra d ubeddi, jar tarjijat n wur d upardef n tmijja, jar amughzer d umenghi, jar tudart d tamennawt, jar ayid nec d cek… jar u jar i iymigh, i trup temzvi inu!»

(mopamed bouzaggou, “jar u jar”, ed trifagrappe, berkane 2004, p. 73.)

jar u jar (la rumeur), est le deuxième roman de l’auteur amazigh -rifain: mopamed bouzaggou(1), qui a été publié en 2004 après: ticri x tama n tsarrawt (la marcpe au bord du lacet), publié en 2001.

les événements de «jar u jar» se déroulent dans un village du rif marocain où on découvre mudrus qui est orppelin de père. il est pumilié par les jeunes du village (lgutv, cbareq et amarzag)(2) et il ressent qu’il est exilé sur sa propre terre. il se plaint de cette situation, en plus il ne réussit jamais à avoir des amis, malgré tous ses efforts. lgutv et ses compagnons se moquent toujours de lui.

yamna, la mère de mudrus essaye de consoler son fils, en lui expliquant la raison pour laquelle on l’insulte et on se moque de lui, c’est parce qu’il est gentil, et sait bien lire et écrire. cependant, mudrus n’est pas convaincu par les arguments de sa mère, il essaye juste de la croire, mais, au fond de lui il veut connaître la vérité. le passage suivant reflète bien cette souffrance dû à l’pumiliation: «nec waxxa war dayi axrur, qqaren-ayi bu uxrur! rourret! ddiyyut! mani ma idja ca n awar war ipri a dayi d zzays uten, axmi war kidsen iymigh, war marghegh deg car i di marghen ura d netni..!! axmi i iteg pellararu i ixef nnes, ikessi deg ij n ughennij i di itarra cwayt n tefqept:

mali wapya mali

axmi war da nexriq

axmi war da niymi

mali wapya mali

axmi war da nezvzvi tifunasin n ughi

axmi war da neptic arbio aked imendi» (p. 4)

par ailleurs, mudrus aime timuc(3). celle-ci s’occupe de la maison après le décès de sa mère. or, le pauvre jeune n’a pas le courage d’avouer ses sentiments sincères envers sa bien-aimée: «ca n twaratin iqqar as ijj n ixf pwa ghars ghar tara, isi ghars aqbuc atagh ad cek terqef s umuzar nnes imudven amen i d ipwa x uorur, nigh atagh ad ac tini ca n awar rami cek war tzemmared akid-s tessiwred. ij n ixf nnidven iqqar as qim war pekwa ca, cek war tzemmared ad tessiwred aked ihenjaren mani oad aked tihenjirin» (p. 6).

en outre, l’histoire(4) est bien présente, dans cet œuvre, à travers l’époque de la résistance rifaine à la colonisation espagnole 1921-1926, cette présence marquée par muh ameqran, qui est un témoin historique de cette période tatouée dans la mémoire de la collectivité: «nec, muhemmed umi ggin ameqran, i inghin seboa n irumiyyen deg ighzar n cardv, yiwi asen marra min tugha gharsen d rekrayetv. char sen ggigh d tixecbin deg ibriden, char ggigh mghar d rmaynat s ufus inu…» (p. 7).

cependant, la génération d’aujourd’hui ignore beaucoup sur cette époque glorieuse, jusqu’à ce qu’elle est devenue négligée dans le temps de l’oubli. muh ameqran ressent la nostalgie vers l’histoire, ce qui est clair dans son dialogue avec mudrus:

« - neccin i imgharen amezruy nnegh nura t s idammen nnegh i nessuyes x ighezran d idurar, ar ami iqqim d awar jar iwdan, d aghennij x ires n tniba, rami id yiwedv gharwem war d as tarrim taynit .

mudrus ishessa, itari di tmurts ijjen n tkeccut. ixzar days muhemmed ameqran. isvwedv di min iteg, isseqsa:

-twarigh cek mghar txebced di tmurt ma war texsed ad tesred ghari? nigh tarid min dac qqaregh!?

isvsvudv mudrus x min yura deg cat. titvtvawin di tmurt:

-twarid, min mma urigh iri idvwa aked usvsvemmidv amec itvtvaw awar nnec am ighghed iccuren azedjif n umarzag, d lgutv, d cbareq, d marra inni iddaren x tma… » (p. 10).

a travers cette œuvre, on distingue le rif d’hier et le rif d’aujourd’hui; où les structures tribales ont connu de profondes mutations. la grand-mère de mudrus: nunut, raconte à son petit fils la différence entre le chef -amghar- d’hier qui était élu démocratiquement parmi les villageois, et le chef d’aujourd’hui qui est désigné par le makhzen, sans aucun respect de l’opinion des habitants: «…rami tugha imezdagh tmunen temparwadven jar-asen, smunan awar nsen x wenni i gha yrin d amghar xafsen. amaghar nsen teggen t s ufus nsen, twaran days ixf nsen, netta itwara daysen ixf nnes. (…) rextu amghar iteggi t rmexzen zeg iwdan i itwara gharsen timura, gharsen agra. inni yuoran. inni i iqqaren wap war texsen hed ad asen yini upu. inni yessaghen udmawen axmi ssaghen batvatva. inni iznuzan awar ssaghen aseghdi » (p. 12).

grâce à mudrus qui lisait les lettres que les immigrés envoyaient à leurs familles, tous les villageois savent la situation de leurs époux et fils, et même le chef qui est analppabète, demande toujours l’aide du jeune instruit pour qu’il déchiffre les messages que transmet ces lettres.

toutes les lettres que notre père lit sont normales, sauf une qui reste tatouée dans sa mémoire, car il ressent que c’est lui qui est concerné par ce message: «aytma-inu ghari deg ur… war tettut, sram-inu x mmis n ubaran d yamna… umatwem zzufri » (p. 18).

mudrus continue à chercher son identité, son destin… perdu dans le temps du silence, dans le temps de l’errance: «…netta min iona!? ma d aouqqi n tudart nigh d asusif n ussan… !?. war ijji mani war yarzu…yarzu di rxezrat n iwdan, deg awar n ubarrah. yarzu di rirat n ihenjaren, deg asfarnen n timuc. yarzu awarni useghdi n yemma-s…yarzu deg izran n tnuyam, di thuja i d as tenna henna-s. ixbec deg ibriden. iqreod iymaren…yarzu ura di tarezzut nnes » (p. 19).

le sentiment de l’héro du roman d’être orphelin de père, et de n’avoir pas d’amis qui partagent avec lui ses souffrances, l’a poussé même à parler avec la feuille du figuier, peut-être elle comprendra son chagrin: «…itvtvef x uzedjif. iqqen titvtvawin, isghuy deg ajenna. tewdva d xafs ij n tafact zeg wartu. yarzvem tmughri nnes yisi t id ghars deg afus. yufi t tudum s ughi. iswedv days, inna-s:

- tghuyyit-inu i cem d iqedvwen x yemma-m amec i d ayi teqdvu tghuyyit n tudart x baba.

ibedd ixzvar deg wartu ghar umcan manis i d teqdvu. itwara tanessist n ughi tepwa d am umettva i d itpnunnuyen zi titvtvawin n yemma s mermi mma itisseqsa x baba-s. (…) yusas d unixses, ccurent id titvtvawin nnes s imetvtvawen. isekkef taxrutc, inna-s i tafarct :

- aghi-nnem yarzeg am tarzugi n ussan-inu…wadem-ayi di min d am ggigh, snuryegh-cem, jjigh-cem d tayujitc. nec war zemmaregh ad cem aregh ghar umcan-nnem, amec war izemmar zman a d ayi d yar baba » (p. 20).

en plus, on découvre tout au long de ce roman, l’image du rif, en décrivant le souk de la tribu ayt said, aussi en invoquant le problème de l’immigration clandestine dans cette région. le passage suivant révèle cette situation: «aytma imesewqen, a radj n tmurt, ass n fridvennadv tnayen n ihudriyen zi teqbitc n ayt soid, zeg ighzar n uriri… hemmitu n traytmas d hemmu ayyaw n ssi muhend, ufin ten x tma n ayel n ifassen d idvaren-nsen ksen. a radj n tmurt, aqa rmexzen iqqar-asen i imarawen-nsen ad rahen ghar rfusina » (p. 28).

mudrus mène une vie aigre, cependant, le seul moment où il ressent de l’espoir, c’est quand il admire la beauté de timuc: sa bien-aimée. celle-ci partage le même sentiment que lui: «timuc tessen ura d nettat. taca aked rxezrat n mudrus pekwant-id xafs am reowin n uoecci deg ussan n unebdu» (p. 32).

l’auteur nous décrit dans un style sincère timuc, quand elle est appréciée par mudrus, au bord de la rivière: «xmi i trah tghima x tara tfessi pina, tarexxu i ucewwaf mahend ad as tames rghasur i xafs d itudumen x ughembub d tghardvin, tbana d amcnaw ca n rewsvifet n davintci, teddakkûar d ij n ughezdis zeg ighzar i war tzemmared ad tebdvidv x tsvudvar d aman d tarrist d uxeccab i d as indven. ibezrar n ucewwaf sduryen as aghembub ucin-as tirelli i titvtvawin-nnes mahend ad acarent rxezrat ghar mudrus i twara am udbar xmi i d as trakwar tedbart. rxezrat di rxezrat maca ura d ijn ad izoem ad yarni svurif ghar zat » (p. 33).

après plusieurs années, mudrus trouve l’adresse de zzufri, en lisant comme d’habitude les lettres pour omar amezyan. suite à cet événement important, notre héros décide de voyager vers la france pour poursuivre ses études, et en même temps chercher zzufri qui connaît la vérité du père condamné de trahison par les villageois. a travers le passage suivant l’auteur décrit l’éloignement entre la mère et son fils: «tenna-s awaren-a uca tdarreo-as deg uhsin. yuca aked tuddimin pwant wetvtvant-asd x uzedjif. innufser-as zeg ifassen, yissi taghellact n rqepwa, yarwer zeg rubi i d itefghen zeg unexses n yemma-s am arbu n unebdu id itasen di azzary » (p. 60).

quand mudrus arrive en france, il se trouva dans un autre monde, un monde tout à fait différent de son village natal. il se dirigea vers la recherche de zzufri, et il le trouve dans un hôpital à paris. alors, après leur rencontre, mudrus va connaître la vérité de son père qui n’était pas un traître comme le croyait la majorité des villageois, mais, au contraire il était un martyr, il a sacrifié sa vie pour la liberté de notre terre mère.

notes :

1 - mohamed bouzaggou, est natif en 1966 à dar kebdani, ayt saïd -nador-. il est titulaire d’une licence en droit privé. profession actuelle : transitaire en douane à nador. en plus de ses deux romans, il a auteur de deux pièces théâtrales :

1- 1996 : tasart (le moulin à main). mise en scène par hatim essaddiki.

2- 2004 : waf (l’epouvantail). mise en scène au pays-bas

2- sur le symbolique des personnages consulter l’article suivant : asdduggem n izawalen d tecniyyat n inemguren deg ungal: jar u jar n: muhammed buzaggu (symbolique et onomastique des personnages dans le roman: «jar u jar» de muhamed bouzaggou), journal tawiza, n° 114, octobre 2006.

3 - la fille du chef du village -amγar- : σmar amezyan

4 – sur la présence de l’histoire dans ce roman, voir l’article de mon ami et collègue: lyamani qessuh, توظيف التاريخ في رواية» jar u jar « لمحمد بوزكو. journal tawiza, n° 109, mai 2006

(email : amazigh39@yahoo.fr)


 

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.