uïïun  128, 

mggyur 2957

  (Décembre  2007)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

"amlullt" musïafa loalawi itååd s tmazivt

Azvri n wawal

Abbas Lfasi ad ak nini yaw awal

Tuknda

Taseklut n uraji

Français

IRCAM, cette prison d'or de l'âme amazighe

Insolite

Imazighen du Maroc: un peuple margilalisé

Ax responsables du "poètes du monde"

Algérie: grève de faim des enseignants de tamazight

Les montagnards du Maroc s'organisent

Journée d'étude à Ayt-Baâmrane

العربية

الأمازيغية بين الوعي الإيديولوجي واستعادة الذاكرة الجماعية الأمازيغية

الأمازيغية في خطر

حكومة الفاسيين تشن حربا على الأمازيغ

الاستنجاد بالإخوة العرب في الرضاعة

الأمازيغية بين محاكمتين

الحركة الثقافية الأمازيغية والنقد الإيديولوجي

المصريون ليسوا عربا

قبائل آيت سدارت

مولاي محند والحركة لاريفية

إدسالم  في حوار مع تاويزا

صحافة حزب الاستقلال والاستغلال

الجمعية المغربية لح.إ.تطالب بترسيم الأمازيغية

قصة المثل الشعبي

بيان حقيقة بخصوص ادعاءات ليركام

ساكنة الجنوب الشرقي

تلاميذ يبيتون في المقاهي

حوار مع الفنانة سعاد شكوتي

اعتراض على جائزة ليركام

لاتسامح حفل التسامح

حوار مع حسن أوهمو

حوار مع حفيظ البوجدايني

المنتدى الأمازيغي لحقوق الإنسان

تأسيس جمعية الانطلاقة بأيث بوعياش

مسرحية ثازيري ثاميري

تعليم الأمازيغية بكاتالونيا

بيان ممن أجل حق الشعب الكردي

بيان النقابة المغربية للمهن الموسيقية

بيان العصبة الأمازيغية لحقوق الإنسان

تجديد مكتب فرع تاماينوت لخصاص

بيان التنسيقية الوطنية للحركة الأمازيغية بالجامعة

بيان لطلبة مكناس

بلاغ الاتحاد الوطني لطلبة المغرب

بيان المركز المغربي لحقوق الإنسان

بيان تنديدي لطلبة قنيطرة

بيان تنديدي لطلبة أكادير

بيان تنديدي لطلبة الناظور

بيان الجمعيات الأمازيغية بالناظور

بيان بشأن زيارة خوان كارلوس

بيان الشبيبة الأمازيغية

نعي سعيد الخطابي

تأجيل محاكمة الوزاني

 

Congrès Mondial Amazigh:
Algérie: Grève de la faim des enseignants de langue amazighe


Une dizaine d’enseignantes et enseignants de Tamazight (langue amazighe), observent une grève de la faim depuis le 27 octobre 2007, dans les locaux de la Maison de la Presse à Alger, afin de protester contre leur licenciement abusif par le ministère de l’éducation nationale.
Ces personnes qui ont enseigné Tamazight pendant plusieurs années (5 ans pour la plupart), ont vu leurs contrats de travail unilatéralement rompus par le ministère à la rentrée 2007-2008.
Ces enseignants qui sont contractuels de l’Etat, subissent depuis des années les atteintes à leurs droits sociaux et les discriminations. Ils ont un statut précaire, une rémunération inférieure et des conditions de travail plus pénibles que celles de leurs collègues (emploi sur plusieurs sites éloignés les uns des autres, salaires versés avec des retards pouvant atteindre plusieurs mois, etc). Ces injustices les ont poussés à entreprendre de nombreuses actions de protestation (lettres, pétitions, grèves, manifestations publiques) mais sans résultat.
Aujourd’hui, le ministère de l’éducation nationale s’en prend tout simplement à leur emploi après les avoir exploités pendant plusieurs années au mépris de la légalité et de toute considération humaine.
Le licenciement des enseignants de Tamazight est particulièrement absurde car il se produit au moment où l’Algérie, après avoir reconnu le statut de langue nationale à Tamazight, avait justement besoin d’un grand nombre d’enseignants de cette langue afin d’en généraliser l’enseignement comme le stipule clairement l’article 3 bis de la Constitution: "Tamazight est langue nationale. L'Etat oeuvre à sa promotion et à son développement dans toutes ses variétés linguistiques en usage sur le territoire national".
Au lieu de créer de nouveaux postes afin de faire face aux besoins croissants d’enseignement de Tamazight, le gouvernement a décidé de supprimer cette année plusieurs postes budgétaires, particulièrement dans la Wilaya de Tubirett (Bouira) qui fait partie de la région de Kabylie. Cela correspond visiblement à la stratégie du gouvernement arabiste d’Alger de réduire progressivement l’aire géographique de l’amazighophonie jusqu’à son extinction totale en Algérie.
Le Congrès Mondial Amazigh condamne cette politique ethnocidaire et le mépris du droit fondamental des Amazighs d’Algérie de jouir de leur identité socioculturelle. Il exprime son total soutien aux grévistes de la faim et à l’ensemble des enseignants de langue amazighe dont les contrats n’ont pas été renouvelés cette année. Aux côtés de tous les enseignants de Tamazight, des enfants amazighs et du peuple amazigh d’Algérie, le CMA exige du gouvernement algérien:
•la réintégration immédiate de tous les enseignants de Tamazight licenciés,
•la généralisation de l’enseignement de la langue amazighe conformément à la Constitution,
•la reconnaissance du statut de langue officielle pour la langue amazighe et sa promotion avec des moyens institutionnels et financiers au moins égaux à ceux alloués à la promotion de l’arabe,
•Le respect par l’Etat algérien de ses engagements et ses obligations internationales en matière de droits de l’homme et de libertés fondamentales.
Le CMA dénonce l’hypocrisie du gouvernement algérien qui consiste à multiplier les annonces de bonnes intentions en faveur de la langue et de la culture amazighes tout en pratiquant une réelle politique anti-amazighe.
Paris, le 30/10/2007
Belkacem Lounes, Président
CMA
BP 124
108, rue Damremont
75018 Paris, France
 

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.