uïïun  131, 

krayur 2958

  (Mars  2008)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

max i d yusa lmuvrib d anggar n waorabn dg uslmd?

Azwag di izran n Arrif

Azuyyet

Muray Muhend

Memmi

Tlulluct inu

Imirn n usggûs

Français

Rachid Nini ou le dénigrement en soi

La tolérance mythique des civilisations

Le voyageur Loti

L'écriture amazighe au féminin

Tarik, le berbère conquérant d'espanya

Tiwizi ou la tradition amazighe de solidarité

Appel aux poètes amazighs

Le CMA interpelle les instances internationales

Communiqué de Tilelli

Ilughma n tmazight

العربية

لماذا صنف المغرب في مؤخرة الدول العربية على مستوى التعليم؟

الحركة الأمازيغية وسؤال الحكم

الأمازيغية ومكر التاريخ

هنيئا للمغرب بالمرتبة 126

رحيل الفنان شعطوف

برق ماتقشع أو لغة الخشب مرة اخرى

دفاعا عن الهوية الأمازيغية

لا حق للسفياني أن يتحدث باسم المغاربة

حوار مع الفنانة الأمازيغية تيفور

الخطوط الملكية المغربية تستفز الأمازيغ

رسائل سرية وتقارير مخابراتية

أبراج إيكدمان بأيت سدارت

احتراف العنصرية ضد الأمازيغية

تانضامت

تألق الإبداع الأمازيغي

بيان حقيقة حول قافلة تيفيناغ

بيان اللجنة الوطنية لإنصاف الإعلام الأمازيغي

بيان تاماينوت

بيان الشبكة الأمازيغية

بيان تنسيقية مولود معمري

تأسيس جمعية تنزيرت

بيان جمعية تكزيرت

بيان لجنة دعم معتقلي بومالن ن دادس

نجاة الهاشمي تفوز بجائزة الأدب الكطلاني

لقاء تنسيقيات دعم التنمية بالناظور

لقاء مع معتقلي بوملن ن دادس

بلاغ لجنة دعم المعتقلين الأمازيغيين

المنتدى الأمازيغي يراسل المجلس الاستشاري

رسالة مفتوحة إلى الوزير الأول

بلاغ الحركة من أجل الحكم الذاتي للريف

الريف أية ذاكرة وأي أفق؟

تقرير جمعية أزا

نشاط ثقافي لجمعية أناروز

 

 

 

La tolérance mythique des civilisations.

Par: Oulghazi Hsaine

Au Maroc, le pays des contrastes, le pouvoir politique cherche à montrer au monde un visage qui ne lui appartient pas. En effet, le gouvernement marocain a participé à l’alliance des civilisations tenue à Madrid, pour dire hypocritement que la tolérance entre les civilisations est sa première préoccupation. D’une façon usuelle, le discours officiel nous fait connaître que tout ce qui se passe dans notre pays convient à merveilles au peuple.

Si l’histoire n’oublie jamais, peut-on évoquer la réalité amère de la civilisation amazighe détruite par l’idéologie arabo-musulmane au nom d’une démocratie qui n’est autre que la politique ségrégationniste? Par une idéologie diffamatoire que mènent les arabistes contre la civilisation amazighe et le dénigrement de la critique arabe que subit l’amazighité, les tribus amazighs sont contraintes et forcées de s’arabiser rapidement. La toponymie des pays de Tamazgha prouve clairement que des milliers de lieux amazighs sont arbitrairement arabisés, par exemple Assif Idderne est devenu «Oued drâa», les villes amazighes s’arabisent rapidement depuis la 2ème décennie du 20ème siècle coïncidant avec le protectorat français par exemple Ahermemou est devenu «Ribat al khair». Les animaux nord africain s’arabisent aussi, le cheval nord africain est devenu le pur sang arabe, les chaînes de la télévision auxquelles imazighen contribuent financièrement sont arabes alors que la chaîne de la télévision amazighe demeure toujours une illusion séduisante et malheureusement, Tamazgha est devenu «l’Union du Maghreb Arabe» où l’Etat de droit est systématiquement bafoué! Ainsi Imazighen sont mystérieusement orphelins de l’histoire dans leur territoire. Les civilisations qui se sont implantées sur le sol de Tamazgha ont toujours mis en relief des questions qui se traduisent au sein des indigènes en un étrange sentiment de la complexité de la situation politique et de l’infériorité devant la concurrence! Ceci est perceptible dans le fait que les Amazighs acceptent facilement comme chefs des étrangers.

Au nom de la loi de la jungle, lorsque Imazighen revendiquent leur droit naturel, ils se trouvent face aux forces de sécurité et aux autorités judiciaires qui les accusent d’avoir porté atteinte aux valeurs sacrées de l’Etat ou d’incinérer le drapeau national pour alourdir leur peine!! Les jeunes amazighs qui ont revendiqué récemment les droits identitaire, culturels, politiques et économiques à Boumalen Dades et à M’semrir dans la province d’Ouarzazate, sont arrêtés, ils s’ajoutent aux détenus politiques dans les prisons civiles de l’Etat arabe! La justice arabe serait-elle un jour juste? Eh bien voilà la tolérance mythique d’une civilisation qui ne tolère que l’arabe! En lisant l’ouvrage, édité récemment en arabe par le docteur Mustapha Aguerd, intitulé: «les dix prétentions antiamazighes», on pourra définir simplement la politique xénophobes des Etats arabes dans les pays de Tamazgha.

A partir du 07.12.2007, le Maroc est-il devenu un pays multi linguiste et multiculturel? En effet, plusieurs langues ont été utilisées pour annoncer l’ouverture du 07eme festival du cinéma à Marrakech, la sélection de cette année regroupe 110 films représentant 23 nationalités. Le Fado «le chant populaire portugais» et le Flamenco «la danse traditionnelle andalouse» que la TVM1  nous en a fait connaître ont chaleureusement passionné le peuple marocain et le comité organisateur du festival a rendu l’hommage à plusieurs artistes. Malheureusement, les anazours (artistes) et les itranes (stars) amazighs se trouvent à l’accoutumée dans les oubliettes de l’histoire! Les responsables ne font allusion, même par un mot de regret, ni à la langue tamazight, ni au film amazigh; c’est la force des incompétents, des minables forts, des partisans de l’injustice et de la politique ségrégationniste!

A la suite du mémorandum des revendications amazighes adressé aux partis politiques marocains à l’occasion des élections législatives du 07 septembre 2007, malgré les directives royales qui visent à promouvoir la langue tamazight et l’introduire dans le cursus de l’enseignement public marocain et toutes les institutions de l’Etat, on n’a pu observer que:

Moins de 10% des partis politiques ont écrit les slogans électoraux en tamazight, moins de 05% ont écrit les slogans en tamazight (caractère Tifinagh) et aucun parti n’a traduit l’intégralité de son programme électoral en tamazight.

02/33 partis politiques ont réclamé le statut de la langue officielle à la langue Tamazight dans la constitution.

11/33 partis politiques ont considéré l’importance de développer l’enseignement de la langue Tamazight.

04/33 partis politiques ont estimé important de réserver une place privilégiée à la langue et aux programmes amazighs dans les médias nationaux publics et privés

06/33 partis politiques ont fait la liaison entre le développement de la diversité culturelle, la promotion de la culture amazighe et le renforcement de l’appartenance à une nation dont l’identité est plurielle (africaine, amazighe, juive, arabe et méditerranéenne).

Mais le peuple marocain qui connaît parfaitement que la majorité de ses partis politiques sont dans un état de fading mental a décidé de s’abstenir au vote et la majorité parlementaire qui a formé le gouvernement actuel n’est pas élue par le peuple, c’est la démocratie arabo-musulmane qui tolère l’intolérance des civilisations, qui marginalise le peuple amazigh et qui le condamne conformément aux lois anti-amazighes décrétées par les autorités politiques xénophobes.

Le fait marquant de l’histoire amazighe est que la culture amazighe s’est retrouvée dans les périodes historiques, presque toujours dominée, et elle garde le souvenir immémorial de son indépendance ancienne. En effet, depuis le succès amazigh contre les Pharaons, il y’a 2958 ans, Imazighen célébraient Asggas amaynou, le jour de l’an amazigh qui correspond au 13 janvier de l’ère chrétien. Aujourd’hui, on se décale de deux jours pour célébrer la journée du 11 janvier pour commémorer le jour de la présentation du manifeste de l’indépendance! C’est-à-dire l’avènement du succès franco-arabe contre Imaighen! Imazighen qui luttaient au nom de la France en Indochine et durant la 2ème guerre mondiale ils menaient une guerre acharnée pour libérer ce pays européen contre l’occupation nazie; et quand ils décidaient de libérer leur pays, ils se trouvaient face à l’alliance franco-arabe pour arabiser tout. A partir de cette période, au nom de la civilisation arabo-musulmane, Imazighen ont été victime de l’injustice sociale, de la violation des libertés fondamentales, de la violation des droits linguistiques, culturels, politiques et économiques ils ont été émargés et dépossédés illégalement de leur terre ancestrale, le patrimoine spécifiquement de la culture amazighe a disparu  et malheureusement, les activistes des droits légitimes du peuple sont soit kidnappés soit sauvagement liquidés, les régions amazighophones demeurent marginalisées et enclavées! Et malgré que la situation des droits de l’homme est lamentable dans les pays de Tamazgha, dirigés par les Etats arabes, les amazighs qui étaient envahis, colonisés, attaqués… se vantaient depuis leur existence de vivre la diversité culturelle.

Pour marquer le premier pas vers la tolérance des civilisations, il faut d’abord se réconcilier avec les autres et reconnaître leurs droits culturels, linguistiques, économique, politiques… il faut renoncer à la politique abaissante et il faut lever toutes les mesures qui excluent l’amazighité sur son propre territoire. Stop killing us please.

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.