uïïun  133, 

smyur 2958

  (Mai  2008)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

is tmazivt d agra n imuvrabiyn niv nitni i illan d agra nns?

X tma n tirra

Temrer n tucemretc

Yumes ayejdur!

Elamir oebdlkrim elxattvabi

Amadval n igrawlen

Asfidjet

Adrar

Amour n ixf inu

Français

"Alwatan" ou la défiguration de l'amazighité

Déclaration  au sujet de l'"Option Amazighe"

L'amazighité à la croisée des mouvements

Une réponse commentaire

Liberté amazighe et liberté française

Intervew de Jawad Abibi

Communiqué du CMA

Publications de l'association Afrak

العربية

هل الأمازيغية ملك للمغاربة أم أن كل المغاربة ملك لها؟

إعلان الناظور بشأن الاختيار الأمازيغي

حل الحزب الأمازيغي تاكيد للاستعمار الهوياتي والسياسي العروبي للمغرب

 لتسقط الفرنسية

الإنتليجنسيا الأمازيغوفوبية

في نقد عدم الحاجة إلى الخطاب

الأمازيغي

قصة ضربة المدفع التي مددت حدود مليلية

من يصطنع الأزمة؟ 

أطفال أنفكو أولا

الحال في غير محله

محمد خير الدين

المنتدى الأمازيغي يقاضي وزارة الداخلية

وفاة الفنان الرايس جامع

مشروع جديد لحماية شجرة الأركان

بلاغ الشبكة الأمازيغية من أجل المواطنة

رسالة مفتوحة إلى وزير العدل

بيان المنتدى الأمازيغي

إعلان تنسيقية أمياواي

بيان المعتقلين السياسيين للحركة الأمازيغية بسجن مكناس

بيان العصبة الأمازيغية

فرقة إحنجارن تفوز بالجائزة

تعزية في وفاة بنت عبد الكريم الخطابي

عرس أمازيغي بامتياز

بيان تضامني مع الحزب الأمازيغي

بيان العصبة الأمازيغية

الإضراب عن الطعام تضامنا مع المعتقلين الأمازيغيين 

 

 

 

Déclaration de Nador au sujet de l'"Option amazighe"

 

Nous, militants et associations amazighs, ayant assisté et participé à la conférence sur "Les enjeux politiques de l'amazighité à la lumière de l'Option Amazighe", organisée par le "Forum de Noumidya pour la famille et le développement", le 19 avril 2008 à la salle de la chambre du commerce à Nador à partir de 15h,

Après avoir lu la plateforme de l'"Option Amazighe", écouté les exposés qui ont été donnés et suivi les débats qui leur ont succédé, nous déclarons ce qui suit:

- En 1912, le Maroc est entré dans une nouvelle étape historique caractérisée par le recours du pouvoir makhzénien, encouragé et soutenu par sa camarilla arabiste, aux forces étrangères pour détruire, par les armes, les structures amazighes, avec leur substrat socioculturel, qui constituait, depuis toujours, la base de l'identité nationale au Maroc. À  la place de cette identité amazighe, exclue et combattue, un nouvel ordre est mis en place, à l'aide des autorités coloniales, qui proclamait que l'unité des marocains a pour seule base l'identité culturelle arabo-islamique. Ce qui prédisposait le rattachement du Maroc à l'enceinte des pays arabes et préparait les conditions idéales d'une "option arabiste" qu'adoptera sans aucune réserve l'État après l'indépendance.

- Pour mettre en œuvre cette option, cet État va appliquer une politique d'arabisation linguistique et identitaire où les ressources publiques, matérielles et financières, et les appareils idéologique de l'État, ont été utilisés à outrance pour faire réussir et aboutir cette politique d'arabisation générale afin d'anéantir complètement l'identité amazighe du Maroc, et la supplanter par l'identité arabe, imposant au pays et aux populations une "option arabiste" où il n y a plus place à l'amazighité qui est devenue, dans le lexique de cette "option arabiste", synonyme de division, de séparation et de sécession.

- Aujourd'hui, quand le Mouvement Amazigh, appelle à rectifier cette situation anormale, en recouvrant l'identité amazighe du Maroc, des voix s'élèvent pour dire que l'identité du Maroc est "multiple" et "diverse", confondant la notion d'identité avec celle de race, pour donner aux revendications amazighes une dimension raciale – voire raciste – et séparatiste qui prendrait la forme d'un conflit ethnique entre arabes et amazighs.

- Cette conception de l'identité est totalement erronée, car cette dernière ne se définit pas par la race et la descendance ethnique, mais par le territoire qui donne son identité à ceux qui l'habitent et dont les ancêtres ont appartenu à ce même territoire, d'où ils tiraient leur identité, qu'ils soient d'origine autochtone ou allochtone. Par conséquent, l'identité du Maroc et des marocains est une identité dépendante de l'identité du pays où ils habitent suivant par là leurs ancêtres. Et comme l'identité de ce pays est, géographiquement et historiquement, amazighe, tous les marocains sont donc d'identité amazighe, en dépit de leurs descendances raciales et ethniques différentes, qui pourraient êtres d'origine arabe, juive, andalouse, sénégalaise, voire romaine ou phénicienne.

- Et puisque le territoire géographique qui détermine l'identité du Maroc est un territoire amazigh, et que le peuple qui vit sur ce territoire est un peuple amazigh qui tire son amazighité de l'amazighité de son territoire, le pouvoir politique doit être donc amazigh lui aussi – sur le plan de l'identité et non de la descendance ethnique  - pour qu'il ne soit pas étranger au peuple qu'il dirige et au pays qu'il gouverne.

-Il est temps donc de rectifier l'"option arabiste" que l'État à imposé après l'indépendance au Maroc et aux marocains, en adoptant une "option amazighe" puisée dans le pays amazigh qui donne aux marocains leur identité, leur appartenance et leur originalité.

- Le recouvrement de l'amazighité du Maroc, que détermine l'identité de la terre amazighe, comme identité de l'État et du peuple, conformément à l'identité du territoire, est un parachèvement de la souveraineté nationale, qui a été objet d'agression depuis 1912.

- l'unité de l'identité amazighe, produit de l'unité de la terre amazighe, ne nie ni rejette la diversité culturelle, linguistique et ethnique qui enrichit cette identité comme il se passe chez tous les pays qui connaissent une diversité culturelle, linguistique et ethnique,  mais toujours à l'intérieur de l'unité de l'identité tirée de l'identité du territoire.

- Nous saisissons cette occasion pour exprimer notre vive condamnation de la dissolution du Parti Démocratique Amazigh Marocain, par le biais d'un verdict de première instance prononcé le 17 avril courant à la demande des autorités arabistes, qui ont prouvé, par cet acte hautement amazighophobe, qu'elles veulent continuer à imposer encore leur "option arabiste" et antimazighe, héritée du protectorat, où elles rejettent et combattent l'amazighité dans sa dimension identitaire et politique. Aussi nous déclarons notre solidarité inconditionnelle avec le PDAM, et affirmons notre détermination à poursuivre la lutte pour le recouvrement de tous les droits amlazighs, y compris le droit de constituer des partis qui défendent l'identité amazighe du Maroc.  

- Par la même occasion, nous réitérons notre appel aux autorités arabiste pour libérer immédiatement les détenus politiques du Mouvement Amazigh. Nous soutenons également les détenus de la prison de Meknès qui ont entamé une grève de faim illimitée, en protestation contre les tergiversations des autorités vis-à-vis de leur dossier, surtout après que le laboratoire de la police scientifique ait établi que les détenus n'ont aucun rapport avec la scène du crime dont ils sont accusés.      

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.