uïïun  137, 

tzayur 2958

  (Septembre  2008)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

mlmi vad ggn aggagn imuvrabiyn am uggag adzayri katb yasin?

aqqa cmm vari da

"Muci" war idji d midden!!

Alelec

Tafruxt d tbaxxa

Français

Imazighen et le Maroc des autres

Soumettre ou détruire

Marcus Cornelius Fronton

A l'aube maghrébin

Tamazight

Saghru chante la liberté

Rapport tamaynut

CMA: le tribunal incompétent

Un été amazigh à Ayt Said

العربية

متى سيفعل المثقفون المغاربة مثل المثقف الجزائري كاتب ياسين؟

أيور، أيور، ما أر تزريذ بابا؟ جهل واحتقار واستفزاز وقلة حياء

لماذا همشت الأمازيغية في احتفالات عيد العرش؟

إفريقيا بين الانتماء والارتماء

الأمازيغية بين الإقبار والانعتاق

تكريس الهيمنة الفاسية والنزعة العروبية الأمازيغوفوبية

الجرائد المغربية وسباق الصفحات الأمازيغية

أفل البدر

تقرير حول أحداث سيدي إفني

عن أوريكن السياحية وسكانها الأجانب

بيان الحزب الأمازيغي

لقاء حول التنمية بأزرو

تخليد ملحمة أنوال

تقرير عن حضور المرأة في رقصة احواش

تأسيس جمعية أفلاواداي

بيان الجمعيات الأمازيغية بشأن وضعية الأمازيغية

ملتقى الهجرة والتنمية المشتركة

توصيات ندوة الهجرة وإشكالية التنمية

نشاط لجمعيات أيت عبد الله

بيان جمعية تامونت

بيان الحركة الثقافية الأمازيغية

بلاغ الحركة الثقافية الأمازيغية

 

 

 

Imazighen et le Maroc des autres

Par: Ben hemmou hassan

Dans l'histoire antique, moderne et actuelle, il est dit et toujours dit que le Maroc est le pays d'imazighen par excellence. Une réalité ethnique, linguistique, génétique, géographique, culturelle et historique indéniable . Un pays où l’amazighité imprègne tous les signes de la vie et de la mort. Un pays amazigh, africain, montagneux, chaleureux, tolérant et historique. Une partie intégrante de la grande berbérie «tamazgha». Cette zone géographique du monde a marqué toute l’histoire de l’humanité en général et de la méditerranée en particulier. Sa participation à l’édification et à l’enrichissement de la civilisation humaine s’est manifestée dans les apports glorieux de nos grands ancêtres amazighs depuis 12000 ans (âge du néolithique) d’histoire et d’entrecroisements entre le peuple amazigh et le reste des peuples méditerranéens. Cette participation a embrassé tous les domaines: politique, militaire, économique, socioculturel, religieux, technique… L’apport d’Imazighen s’est fait en relation avec les civilisations phénicienne, carthaginoise, égyptienne, romaine, musulmane… imazighen n’ont pas été seulement de simples subordonnés à ces civilisations mais parfois et souvent les maîtres du jeu et ce dans la mesure où ils ont fait et défait ces civilisations elles mêmes. Ce sont des hommes qui ont gouverné l’Egypte pharaonique «Chichong, Karomama… de 1085 à 715», Rome l’empire «Hadrian, Trajan, la famille des sévères» et tout l’occident musulman «les empires almoravide, almohade, mérinide, saadienn…». Ce rôle politique est loin d’être le seul car les penseurs et les philosophes amazighs, connus chez les anciens comme chez les modernes, ont gravé leurs noms dans l’histoire de la pensée humaine: Lucius Apuleius, Cyprien, Turtulien, Saint Augustin, Donat, Yuba… Ces contributions énormes des hommes de tamazgha dans la production de l’histoire de l’humanité sont loin d’être exhaustives car la constitution de véritables royaumes gouvernés par igeldan imazighen « Hierbas, Syphax, Bugud, Bukus, Massinissa, Jughurta, Aderbal, Izalkas,… a fait de cette zone un espace d’échange et un Carrefour dans lesquels des flux et des reflux civilisationnels n’ont pas cessé d’enrichir les fondements de base qui ont forgé l’identité millénaire de l’homme amazigh.

Cette identité amazighe riche en termes de normes, de culture, de valeurs et de mœurs est objet aujourd’hui de falsification, de mystification et de politique réductionniste qui vise à résumer toute l’identité millénaire du MAROC dans une seule dimension étrange et étrangère, qui est la dimension arabe. L’homme marocain, sa culture, son histoire, son identité… sont tous réduits à ce qui est arabe. Le mot arabe, un terme étranger importé de la péninsule arabique désignant le peuple et la langue de cette zone du monde, est importé par les arabes qui nous gouvernent pour le coller à la peau du MAROC et du marocain. L’usage pathétique de ce mot dans toutes les expressions, dans toutes les dénominations: maghreb arabe, le cheval arabe, l’âne arabe, le penseur arabe, le chat arabe, la ville arabe, l’athlète arabe, la mer arabe… fait de ces arabes la race la plus raciste du monde. Une race incapable de se libérer de ses dogmes racistes. Or cette attitude raciste, dans le champ de la psychiatrie et de la psychologie, n’est que l’attitude des faibles. L’attitude de ceux qui souffrent d’un complexe d’infériorité face à un plus fort qui est l’homme amazigh. Cette attitude des faibles reflète les sentiments de peur et de craintes chez ces faibles. Un sentiment d’être d’un jour au lendemain chassé du MAROC, spolié de ses biens voire même tué, exécuté ou emprisonné. Ces arabes qui nous gouvernent veulent à tout prix faire de nous des arabes alors que nous ne sommes pas des arabes. Ils arabisent et arabétisent; ils mystifient et falsifient; ils détruisent et démolissent; ils cachent et effacent; ils exploitent et répriment…. ils font tout pour dénaturer l’identité du MAROC et du marocain. Alors que, comme disait le parade agrawal d’imazighen LUNES MAATUB: si nous sommes des arabes pourquoi nous arabiser? Si nous ne sommes pas des arabes pourquoi nous arabiser? Vous donc, ces responsables qui nous gouvernent, pourquoi voulez vous détruire notre identité? Pourquoi voulez vous faire de nous des arabes alors que nous ne sommes pas des arabes? Nous, nous sommes imazighen . On veut rester imazighen. On veut rester nous mêmes et non pas un peuple de batârds sans identité et sans rien du tout.

Cette politique ethnocidaire, raciste et fasciste menée dans les écoles, les mosquées, les administrations, les tribunaux, les mass media,.. est fortifiée par des politiques de marginalisation, d’exclusion, d’exploitation, de répression et d’emprisonnement… tout ce pour asphyxier la voix libre de l’homme amazigh. Or ces arabes qui nous gouvernent sont incapables d’arrêter le flux du militantisme amazigh. Car le phénix renaîtra de ses cendres en dépit de cette politique d’apartheid à la marocaine. En outre, l’histoire et les découvertes scientifiques ne font que conforter nos positions et révèlent que le MAROC est un pays amazigh historique et millénaire. Un pays dont l’histoire civilisationnelle remonte à plus de 80 000 ans (quatre vingt mille) avec les découvertes récentes de bijoux de TAFOUGHALET. Un pays où le peuple amazigh a forgé une identité forte d’un homme capable de défier toutes les contraintes et tous les aléas du temps et de l’espace. Ces vérités historiques sont cachées pour le simple petit sujet marocain que nous sommes. Ces vérités sont falsifiées et mystifiées pour créer de fausses vérités qui glorifient le traître et qui méprisent le noble. Or, imazighen sont un peuple fort immortel car l’énergie qui sévit dans nos veines est une énergie inépuisable. Une énergie d’un homme millénaire qui a défié la montagne, la plaine, le désert et la mer. Une énergie d’un homme qui a défié tous les envahisseurs et qui a pu gouverner Rome et l’Egypte. Donc pourquoi vouloir croire et croire pouvoir anéantir l’un des braves, généreux et courageux peuple du monde qui est le peuple amazigh? Imazighen sont immortels et sont de plus en plus conscients de leur propre identité mais aussi de leur propre devoir historique: se libérer du joug de la colonisation arabe.

Oui, face à la colonisation arabe, à la minable et ignoble colonisation arabe: le mot d’ordre est celui de la libération et le droit à l’autodétermination.

Aujourd’hui se posent des questions énormes: Pourquoi ils veulent que le Maroc soit un pays arabe? Pourquoi nous les marocains on n’aime pas la patrie? Pourquoi nous les marocains on meurt pour les causes des autres? Pourquoi on veut être arabes (alors que nous ne sommes pas des arabes) plus que les vrais arabes? Pourquoi on aime nous déraciner et chercher notre origine ailleurs, chez les autres? Pourquoi  nous les marocains on développe le complexe d’infériorité et on veut pas être nous mêmes? Pourquoi on glorifie les petits arabes d’orient? pourquoi on s’agenouille devant eux et on cherche leur pardon et leur faveur? Pourquoi on n’a jamais pensé au MAROC et à ses maux, à son passé et à son devenir, à sa misère et à son développement,...? pourquoi on pense uniquement à la Palestine et à l’Irak, jour et nuit, dans nos écoles et universités,  au travail et à la maison, dans la mosquée et dans les rues? pourquoi on organise des manifestations gigantesques pour soutenir la Palestine et l’irak? Est ce que l’Irak et la Palestine sont nos pays? Est ce que le MAROC n’est pas votre pays ô les marocains? Est ce que notre pays n’a pas de problèmes, est ce qu’il n’est pas menacé dans son existence, dans son devenir, dans son intégrité territoriale? Est ce que le Maroc ne risque pas de perdre le Sahara occidental à cause de la politique non nationale des petits potentats qui le gouvernent? Est ce que le Maroc n’a pas perdu le Sahara oriental et risque de perdre l’occidental? Est ce que Ceuta et Melilla ne sont pas encore sous l’occupation de la puissance coloniale espagnole qui a massacré notre peuple dans le Rif en faisant usage des armes chimiques pour la première fois dans l’histoire des guerres dans le monde? Pourquoi et pourquoi…

Depuis que le Maroc a acquis son Independence formelle en 1956 suite aux accords d’Aix les bains, la nouvelle junte au pouvoir représentée par le «parti de l’istiqlal» a redéfini l’image de ce pays. Il s’agit de l’adoption d’une politique de minorisation programmée de tout ce qui est signe d’authenticité et d’amazighité. Cette politique qui s’inscrit dans la lignée de la stratégie générale définie par la minable puissance coloniale française protectrice des protégés du traité de Fès de 1912, vise à briser l’honneur, la bravoure et le courage des hommes de la liberté: imazighen. C’est ainsi que les nouveaux arabes soutenus et armés par la France, l’Espagne et les Etats unis d’Amérique, ont mobilisé tous les moyens pour asseoir des régimes dictatoriaux et racistes dont le pouvoir, tout le pouvoir est concentré dans les mains d’un seul. Cette réalité politique a marqué l’histoire moderne du Maroc.

Le MAROC s’enfonce dans la misère, la criminalité, le vol des deniers publics, le tourisme sexuel, et la répression de toute voix libre qui dit non. D’ailleurs les événements d’Ifni, de Boumalen Dades, de Sefrou… en sont la preuve. Pire encore le MAROC d’aujourd’hui est en train de vivre un vide politique très dangereux.

Or, «la nature est contre le vide». C’est une évidence développée dans le cadre de l’épistémè de toutes les sciences. Ce vide est le signe de la mort, de la décadence et de la chute. Tous ces éléments reflètent la réalité d’un système féodal anachronique qui refuse de se soumettre aux règles de l’évolution de l’histoire.

Dans notre malheureux pays qui est la MAROC, le régime du makhzen use de la répression, de l’oppression, de l’emprisonnement, de l’exclusion, de la marginalization et du mensonge (le dernier cas de Abbas Lfasi avec ifni) pour faire régner sa loi. Tous les moyens sont légalisés et légitimés pour faire régner l’ordre de la terreur.

Un MAROC où le makhzen de Fès de nature arabiste et panarabe, et raciste «version omayyade» a voulu consacrer la supériorité de la minorité arabiste concentrée autour du palais. À cette idée de supériorité du centre correspond l’infériorité de la marge: populations constituées de barbares vivant dans bled siba. Une vision erronée construite par les lettrés (foqahas) du makhzen. Or, le rapport entre le centre et la périphérie est un rapport de forces entre un petit monde féodal, absolutiste qui est le centre (1/4 du territoire) , et un grand monde (3/4 du territoire) de fédérations tribales bien organisées et structurées de façon démocratique.

Et si on affirme aujourd’hui que le MAROC appartient aux autres, c’est pour dire qu’imazighen qui ont toujours été les maîtres de ce pays n’ont plus les commandes. C’est la minorité du makhzen qui détient les leviers de tous les pouvoirs: politique, économique, militaire, religieux… le MAROC appartient aux autres: 05% détient 80% des richesses du pays et 95% de la population ne jouit que de 20%. Il s’agit du MAROC des autres .Un Etat toujours sous protectorat français, et où la France détient une grande part dans tous les secteurs clés de l’économie marocaine. Seuls le palais, les juifs et les grandes familles makhzaniennes issues des andalous chassés de l’Espagne jouent le rôle de compradore entre les richesses du MAROC et le capital étranger.

Le MAROC n’appartient plus à ces siens. Il s’agit d’une petite colonie gérée conformément aux bons plaisirs de l’élite arabiste et des intérêts du capital étranger. D’ailleurs ils ont voulu que le MAROC soit comme ça car il n’est pas le leur. Ce, se manifeste dans cette stagnation politique fracassante qui menace l’avenir de ce pays. Toujours la constitution offerte consacre l’absolutisme monarchique. Pas de réformes, pas de changement.

Face à cette réalité alarmante, imazighen fils du pays, dévoués aux intérêts de la patrie, sont invités à agir rapidement pour secourir la patrie. Le devoir d’imazighen est grand et énorme. Par conséquent, il est à préciser que:

yan: le maroc d’aujourd’hui est gouverné par arabistes, ce qui explique la nature moyenâgeuse et arriérée de l’état.

Sin: le pays vit un vide politique fracassant qui consacre l’exercice du pouvoir personnel au détriment du pouvoir institutionnel;

kradv: la présence d’un gouvernement faible incapable d’écouter et de suivre les attentes des forces vives du pays, un gouvernement illégale issue des élections législatives du 07 septembre boycotté par plus de 70% des électeurs.

kuzv: le développement vertigineux de la misère, de la criminalité, détournement des fonds publics, défaillance de l’Etat, tourisme sexuel…

semmusv: la marginalisation continue des régions amazighes et répression de toutes les manifestations populaires;

sdvis: la violation des droits de l’homme, des libertés publiques et la dissolution du PDAM;

tsa: l’absence d’infrastructures: routes, électricité, eau potable, chemin de fer, hôpitaux, écoles…

tam: la défaillance totale de l’enseignement et échec de la politique d’arabisation de l’école marocaine;

Tzva: la domination de l’absolutisme et absence totale de tout signe de démocratisation du pays;

Mraw: la négation continue de l’identité amazighe du Maroc: interdiction des activités des associations, interdiction des noms amazighs, absence de chaîne télé, enseignement biaisé de Tamazight;

dans ce contexte, imazighen sont invités à ne pas baisser les bras et à œuvrer de façon énergique pour réaliser leur projet national d’un Etat amazigh démocratique, développé et prospère. Un Etat pour tous les marocains amazighophones et darijiphones dévoués aux causes de la patrie. Imazighen doivent faire comprendre aux autres forces vives de la nation que leur projet politique est un projet national qui n’est en aucun cas ni chauviniste/ raciste, ni purement culturaliste et linguiste, mais un projet politique global. Ce projet vise à mettre fin au patriarcat, au patrimonialisme, à l’arbitraire et à l’autoritarisme.

Imazighen qui ont déjà vécu l’expérience des igeldan avant l’islam ne sont pas contre l’existence d’un régime monarchique au Maroc mais où le roi règne sans gouverner comme le cas des monarchies espagnole, britannique, belge… Imazighen sont pour un royaume amazigh où le roi n’est qu’un symbole d’unité politique et n’ont pas un gouvernant politique. D’où la nécessité d’une nouvelle constitution à élaborer par une assemblée nationale constituante. Une nouvelle constitution démocratique qui mettra fin à l’absolutisme monarchique et qui posera les bases d’un nouvel Etat de droit et non pas un Etat de cerfs et d’esclaves.

Aytma imazighen il est temps de récupérer la patrie des mains des traîtres, des voleurs et fils de collabos. Le Maroc est le notre et non pas celui des autres. Par conséquent, afus g ufus maka ad inder iggig amazigh pour mettre fin à l’arbitraire. Fini awal et répliques contre tel ou tel petit journaliste ou traître qui attaque imazighen comme rachid ninni, bouaachrine, ssasi, abdelhamid elaouni, mestapha elalaoui, harakat, el aamrani… il s’agit de petits pions au service du makhzen. Notre devoir est de travailler «action, action, action et rien que l’action» au niveau interne et externe. L’action interne vise la formation et la consolidation des actions des formations politiques amazigh «PDAM, le prochain parti fédéral de belkasem, le FNU des étudiants…»; la diffusion du discours amazigh au milieu de la population amazigh en particulier et marocaine en général; l’usage de tifinnagh dans tous les domaines de notre vie «coller tifinnagh dans les murs des maisons, sur les portes, les voitures, les boutiques, les vêtements, brandir le drapeau amazigh; boycotter toute forme d’élection et de participation aux activités du makhzen, renforcer le tissu associatif, lutter contre le panarabisme…». Sur le plan externe, imazighen doivent faire connaître leur cause auprès des organisations internationales, des gouvernements européens, américains, asiatiques et africains; pousser les universités étrangères à créer des chaises pour Tamazight, soutenir la lutte armée de nos confrères touaregs et leur projet de création d’un Etat toaureg qui réunifie tout les touareg du Mali, du Niger, de l’Algérie, du Burkina Fasso et de la Libye».

Telles sont quelques formes d’actions qu’imazighen doivent toujours entreprendre pour mener le projet amazigh vers l’avant. Imazighen ddan d g ubrid, midden n lmexzen ggweden attvas; maka afus g ufus d itijv (tafuct) amazigh ad ilal.

(Ben hemmou hassan, Juin/ juillet 2008)

 

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.