uïïun  138, 

mrayur 2958

  (Octobre  2008)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

mlmi vad tssçmç tavdmt tamaäalt imasayn n usizdg atlay di lmuvrib?

Tazrawt n tedyazt

Imttvawn n wmsbrid

Ighghed

Inuffaren

Awal inu s dar willi ferknin

Kradv n isefra

Akamiyyu n ughayyu

Français

La mémoire collective à travers "tasrit" de Bouzeggou

Marcus Cornelius Fronton

V congrès du CMA aura lieu à Meknass

Rappel du CMA aux associations

Imazighen à l'université de "régions et peuples solidaires"

Appel à contribution

العربية

متى ستتابع العدالة الدولية المسؤولين عن التطهير اللغوي بالمغرب؟

الانفصاليون العرب

اثنا عشر قرنا من التاريخ فقط أو الإصرار على الفضيحة

فرخ الوز عوام

تعريب السحور

إغرم أو قصر أيت عمر إبراهيم كتنظيم اجتماعي وبنية سكنية أمازيغية

وقفة تأملية في المسيرة الفنية لمولاي علي شوهاد

الغزل في الأغنية الأمازيغية

قراءة في الأبوم الجديد لمصطفى الوردي

المعجم العربي الوظيفي

الميتولوجيا الأمازيغية

كتاب بالعبرية حول زلزال أكادير

عن كتاب المجموعات الغنائية  العصرية السوسية

الكنكريس العالمي الأمازيغي يحط الرحال بمكناس

رفض الاسم الأمازيغي سيفاو

تأسيس جمعية الهوية الأمازيغية بسلوان

نشاط ثقافي لجمعية محمد خير الدين

بيان المعتقلين السياسيين للحركة الأمازيغية

بيان المؤتمر الليبي للأمازيغية

دورة تكوينية حول تدريس الأمازيغية

تأسيس جمعية إسوان

الإفراج عن معتقلين من الحركة الأمازيغية

بيان جمعية أفريكا

 

 

 

 

Appel à contribution

L'enseignement de la langue amazighe au Maroc et en Algérie: pratiques & évaluation

La langue amazighe (amazighe au Maroc, tamazight en Algérie) est intégrée aux systèmes éducatifs nationaux algérien et marocain depuis plusieurs années déjà. Au Maroc, son enseignement arrive à traverser le primaire alors qu'il commence officiellement en Algérie au cycle moyen (collège), malgré quelques exceptions. Des départements universitaires sont même créés à Tizi Ouzou et à Bougie depuis 1992, et bientôt à Bouira. Au Maroc, on enseigne l'amazighe dans plusieurs universités et l'IRCAM forme les enseignants de l'amazighe.

Etant donné les circonstances politiques et les impératifs particuliers du moment, cette intégration de la langue dans le système scolaire a parfois été décidée de façon précipitée, sans véritable étude de terrain, sans formation réelle des enseignants, sans projet expérimental pour en analyser les premiers pas. Elle n'a pas été non plus, depuis, évaluée par des instances spécialisées et indépendantes pour en déterminer l'efficience ou les insuffisances, Et on n'a pas toujours fait une analyse des besoins des principaux acteurs (élèves, parents, enseignants).

On sait aujourd'hui que cet enseignement souffre, d'après les principaux intéressés, d'un certain nombre de difficultés, au rang desquelles on peut noter le déficit certain en formation des enseignants, l'absence d'une didactique de la langue adaptée, appuyée sur une solide réflexion théorique et dotée d'outils pédagogiques adaptés. En Algérie, l'enseignement de tamazight souffre de plus d'une absence de réflexion et de décision officielle sur la norme à enseigner, de manuels scolaires normalisés ou encore d'une graphie consensuelle capable de le prendre en charge.

L'heure est peut-être venue de faire un bilan de ces deux expériences algérienne et marocaine. La ressemblance des situations sociolinguistiques et éducatives rend en effet instructive la comparaison entre ces deux contextes.

La revue des deux rives, au travers de ce numéro, coordonné par Michel Quitout & Marielle Rispail, prétend proposer ce travail de réflexion, en participant au débat autour de cette expérience unique d'enseignement de la langue amazighe. L'objectif est d'en faire un premier bilan, en s'interrogeant plus particulièrement sur la valeur et l'intérêt didactique des pratiques pédagogiques en cours, en relation avec les recherches contemporaines en matière de didactique des langues, particulièrement des langues minorées, avec les recherches en pédagogie concernant la formation des enseignants.

Deux types de contributions sont sollicités: les premières pourront proposer une réflexion didactique théorique en rapport avec l'enseignement de l'amazighe en tant que domaine de recherche, en privilégiant les interrogations de nature épistémologique et méthodologique. Sont ici attendus des articles de type réflexif sur les conditions d'une pédagogie des langues minorées en contexte. Seront bienvenues les contributions qui réfléchiront sur le rapport entre normes et variations, ainsi que celles qui aideront à penser le passage de l'oral à l'écrit.

Les secondes contributions s'efforceront de présenter des aspects concrets de la pratique didactique et pédagogique de l'amazighe et les interrogations qu'ils soulèvent ou les réponses qu'ils appellent. On pourra s'appuyer sur des études de corpus précis, en particulier s'ils sont récoltés dans les classes. L'objectif est de mieux connaître les pratiques de classes dans les deux pays, d'offrir des outils pour les améliorer éventuellement, d'enrichir la réflexion didactique et créer des ponts entre chercheurs et enseignants des deux pays. Le but ultime est peut-être d'encourager la recherche en didactique et sociolinguistique, dans leur indispensable rencontre autour de l'objet scolaire. Cette double orientation n'exclut pas évidemment d'autres interrogations qui permettraient d'ouvrir des champs d'études encore en friche aujourd'hui ou d'aborder sous des angles nouveaux, comparatif par exemple, la réflexion sur l'enseignement-apprentissage de l'amazighe dans les deux pays concernés. Notons que les études précises et contextualisées auront la priorité sur les propos trop généraux.

Ce numéro veut surtout être une rencontre, et proposer peut-être des pistes de travail futures.

Calendrier:

- Pour le 30 octobre: signaler aux deux responsables votre intention d'envoyer une proposition d'article, avec votre (ou vos) nom(s), le titre de l'article, un rapide résumé (5 à 10 lignes).

- Un avis retour avec commentaires vous sera renvoyé courant novembre.

- Pour le 30 novembre: les propositions de contributions sont à envoyer par courriel conjointement à:

Michel Quitout: miquitout@yahoo.fr et à Marielle Rispail: Rispail.marielle@wanadoo.fr

- Les auteurs des contributions retenues recevront ultérieurement une notification et des recommandations pour la présentation de leur texte.

Merci pour votre participation

(Michel Quitout, Toulouse, France)

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.