uïïun  147, 

sayur 2959

  (Juillet  2009)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

i yan n yinaw amaziv d amynu

Tarzugi

Tira

Mma

W attvu n urghmmuy

Français

Zayd Ouchna 1er lauréat du journalisme amazigh

Le voyage de Mouliéras

La dictature du mensonge

La campagne électorale

Dans les girons l'identité

Ferroudja, l'hirondelle du Djurdjura

Les aveugles

Déclaration du Caucus Amazigh

العربية

من أجل خطاب امازيغي جديد

العرب الأمازيغ والانتماء الهوياتي الأمازيغي

الحرب الكبرى ضد اللغة الأمازيغية

سهرة موازين تتحول إلى غضب امازيغي

تامازيفت آية من آيات الله أم كذب على الله

تامغارت تامازيغت مفتاح دولة تامازيغت

عدجو وحريتي

هل منكم من يتذكر رباز ن الريف؟

نداء إلى الضمير الأمازيغي

ارمي ف الزبل

نظام القبيلة

قراءة في كتاب الحقوق اللغوية

وفاة الفنان مبارك أيسار

نيني رشيد ومساوئه

الفنان حسين طالبي

حوار مع الفنان عمر أيت سعيد

الألبوم الجديد لعمر أيت سعيد

الفلم الجزائري إيراون يحصل على الجائزة الأولى

ملتقى الحقوق اللغوية والثقافية

تأسيس جمعية فضاء الفنون

أنشطة الحركة الثقافية الأمازيغية  بمكناس

بيان جمعية إزرفان

جمعية أمازيغية جديدة بطنجة

مجموعة الاختيار الأمازيغي تعزي

بيان تنسيقية تنزروفت

 

 

 

Zayd Ouchana, lauréat du premier prix du journalisme d’investigation en langue amazighe

 

L’écrivain militant amazigh Zayd Ouchna vient de recevoir le premier prix du journalisme d’investigation en langue amazighe, organisé par L’Independant Now Media. A l’occasion de cette distinction, Ali Iken a posé les questions suivantes au lauréat qui a bien voulu y répondre.

Question: L’Independant Now Media vous a remis le 3 mai passé à rabat le 1er prix du journalisme d’investigation en langue amazighe, je vous en félicite ami Zayd et vous demande de nous en  dire quelques mots.

Réponse: Oui, moi qui reviens de loin, voir   de très loin, j’ai pu avoir cette reconnaissance qui parle d’elle-même. Souviens-toi, de ce que nous avons enduré et de ce que nous avons subi ensemble pour avoir osé revendiquer le droit de nous exprimer dans la langue de nos parents. Cette langue Amazighe est jetée aux couffins des oubliettes, pourtant vouée à l’enrichissement du savoir humain par son apport positif des valeurs universalistes qu’elle véhicule. La civilisation Amazighe elle-même nourrie par l’apport des autres langues et par des diverses religions. Ce n’est que parti remise dans le fond; donc un patrimoine utile et nécessaire.

Je ne révèle rien si je te dis que notre mission était, et est toujours, d’introduire la lumière aux ténèbres. Maintenant voici et voilà! Le paradoxe ici, c’est que j’ai reçu ce prix d’investigation en Amazigh  des mains d’un ex ministre de la communication affilé à la secte connue par son hostilité à tout ce qui est Amazigh. Tout un symbole; certes, mais la télévision 2M est malheureusement  là pour nous rappeler à l’ordre. En effet, la dite chaîne a passé les déclarations des lauréats et auteurs en arabe et français faite  lors de la cérémonie de la remise des prix, et  a délibérément omis celle de l’Amazigh

Question: Et Qu’en est-il en général de vos publications?

Réponse:

En ouvrages:

1-Asfafa n Twengimt  (l’éveil de la conscience), l’histoire des chants et des chantres Amazighs du Sud-est. Eidté par l’IRCAM en 2007.

2- Uddur n Umur (Un honneur debout), biographie du légendaire Zaid Ouhmad. Edité par le ministère de la culture en 2006.

3- Coauteur de: Mots de neige, de sable et d’océan. Edité au Canada  septembre 2008.

4- Anthologie culturelle Amazighe- air du Ghriss, une analyse anthropologique des liturgies et des traditions Amazighes, en Français et en Amazigh. Validé par le centre de l’anthropologie de l’IRCAM en  2008.

  5-Le prorata d’un honneur debout, traduction en langue française de la biographie de Zaid Ouhmad. 

En scénario:

1- Un honneur debout, scénario complet pour long métrage, tirée de l’histoire de Zaid Ouhmad.

2–SAKKOU, comédie musicale Amazighe, tirée du livre (Asfafa N Twengimt).

3– Tighermiwin (les civilisations), scénario pour  un feuilleton  de trente heures des  dessins animés, tiré d’une longue recherche du terrain.

4– Igider ittyattun (un aigle oublié), l’histoire d’un pilote perdu au désert voisin  du  sud du Maroc.

Question: Quelles conditions faut-il avoir ou préparer pour un passage aisé de notre langue de son statut d’oralité à celui de l’écriture?

Réponse: Au vu de mon expérience et de ce que j’ai appris sur le terrain depuis des décennies déjà, je ne peux pas dire que Tamazight passe à l’écriture maintenant. Beaucoup de travaux très intéressants ont été réalisés par des chercheurs indépendants depuis longtemps. Pour redynamiser à mon sens  la langue  Amazighe dans un cadre acceptable, il est impératif  de se référer à ces registres anciens. C’est une langue comme toute les autres, avec bien entendu des règles grammaticales et orthographiques spécifiques. N’est pas écrivain Amazigh qui veut, tu vois! C’est pourquoi il faudrait d’abord un travail sérieux sur soi, avant d’entamer l’écriture. Rien n’est difficile et rien n’est  aussi simple qu’on croit.

D’un autre côté et pour que Tamazight retrouve ses marques de langue d’écriture, elle a besoin d’un temps complet et non pas d’un mur de lamentation 

Ali: Tanemmirt  ami Zayd pour tous ces éclaircissements! Votre dernier mot

Zayd: Pour sortir du gouffre, Tamazight, dans  toutes ses dimensions, a besoin d’un travail efficace, intelligent et  très pointu, au lieu des slogans vides  et dénués du sens.

J’ai appris à faire moi-même ce que je revendique sans quêter mes droits les plus légitimes auprès de personne!

(Interview réalisé par: Ali iken)

 

 

 

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.