uïïun  148-49, 

tamyur - tzayur 2959

  (Août - Septembre  2009)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

asudyt d usoarrb d asrtit d taçuëant d ictn

Nada

Tanessist

Akud n tmazight

Tarwa n imazighen

Awal d iman

Ar diqqar

Imal

Français

Entre racisme et nationalisme

L'amazighité entre le marteau historique et politique

Approche de l'érotisme à travers la poésie rifaine

La mer dans la chanson rifaine

"Timatarin" de lahoucine Jouhadi

Le "livre noir" et le temps des liquidations

Livre Sur M.Chafik

Communiqué de l'association Amghar

العربية

التهويد بفلسطين والتعريب بالمغرب: وجهان لسياسة عنصرية واحدة

أنا الأمازيغي بلادي عربية

لن ترضى عنك العرب والفرنجة حتى تسجد لأصنامهم

التمثيل الباراميتري للشلح

الفعل المدني والملف المطلبي الأمازيغي

المغرب مملكة أمازيغية

أمرّوك أم موراكوش؟

هل العرب عرب؟

التاريخ الاجتماعي لدادس

الخطب قد طمى

تملالت، وجهتي الأخيرة

المطالبة بالحكم الذاتي مضيعة للوقت والجهد

الشهد الشعري في الشعر الشوهادي

قراءة في فيلم بولملاين

كتاب الأمازيغية والسلطة

القصة الأمازيغية والطفل

ديوان أكزيرن

المؤتمر الأمازيغي الأول للشباب

جمعية إيكيدار تعقد جمعها العام

 

 

 

Le thème de la mer dans la chanson rifaine

Par: Mohamed Rougie

La mer est un élément de la nature qui a inspiré beaucoup de poètes et prend une place primordiale dans la poésie mondiale. Elle a également inspiré tant de poètes rifains. La plupart des chansons rifaines qui s’articulent autour de la mer ont eu un grand succès.

Le bateau rifain titube dans l’océan de la marginalisation

A titre d’exemple, le groupe Isfdvawn fait partie des groupes pionniers da la chanson engagée au Rif.Ils ont chanté tant de chansons qui restent indélébiles dans le registre de la chanson amazighe parmi lesquelles:»aqayi di rbhar» qui parle d’un groupe de matelots qui dirigent leur bateau en affrontant l’agitation des vagues en pleine mer.

Dans ladite chanson on comprend immédiatement que le bateau renvoie au peuple rifain qui souffre le martyr sous le joug de la marginalisation et de l’ignorance ainsi que les oppressions sous tous rapports exécutés par le makhzen. Cela se remarque clairement dès le commencement de la chanson qui décrit la corde dénouée: «Indvu zayns usghun wasnggi bu yimmi»

«La corde est dénouée à l’improviste» C’est le commencement de la souffrance. Le bateau n’est ni ivre ni étourdi, il est tout simplement lâché par un pouvoir absolu au sein de cet océan déchaîné. Au milieu des flots grandioses et le noir qui couvrent tous les coins et les recoins entre le tangage et le roulis; le bateau franchit la mer en dépit de tous les risques: «D’aucuns ne savant pas nager, d’autres atteignent l’autre rive sur des bateaux en ricanant sans éprouver aucun soucis».

D’ailleurs , à travers ces vers que j’ai cités en vrac, on constate que cette mer houleuse et impitoyable n’est qu’une société qui stagne dans tant de problèmes surtout la négligence de L’Etat qui laisse le peuple traverser l’océan de ces tourments et se débrouiller malgré tout les dangers. Ceci est très apparent dans le vers qui pose la question: «Où êtes-vous? Vous qui nous avez jeté à l’eau sans se soucier de notre sort?»

En outre, dès que le rythme change dans la chanson, nous remarquons un soulagement des matelots rien qu’on apercevant l’étoile aurorale qui n’est que le signe de la dissipation de l’obscurité! «Même si nous étions en pleine mer nous avions aperçu l’étoile aurorale, ce qui signifie que la fin de l’assombrissement est très proche «

Ces navigateurs qui ont affronté le danger de la mer qui symbolise, en effet, une réalité amère au sein d’une société marginalisée et torturée sous tous les rapports, évoquent leur songe qui vise bel et bien à diriger le gouvernail de leur bateau. Ils affirment également, la résistance contre l’ennemi qui veut leur arracher le bateau .Le bateau qui symbolise l’homme rifain et; le Rif en général; qui aspire à une vie meilleure ceci en traversant cette eau houleuse qui est la sueur des ancêtres mâtinée de la couleur rouge renvoyant au sang de nos ancêtres qui ont arrosé la terre ocre:

«Nous ne laissons aucun ennemi guider le gouvernail de notre bateau, on va le diriger de notre propre main …»

La mer comme force salvatrice

À travers la chanson de Allal Chelah: «ô mer tends moi ta main! La mer constitue une force salvatrice. Le poète adresse une prière à la mer afin de devenir d’abor son compagnon avec lequel il traversera la souffrance parce que la force de la mer est imbattable: «ô mer tends moi ta main! Ta force est suprême». Le refrain est un cri qui revient à chaque reprise pour prier la mer à faire un bout de chemin avec le poète dans le dessin de tracer le chemin dans les montagnes.

La chanson est basée sur une personnification dans laquelle le poète adresse sa parole à la mer afin de lui procurer un tantinet de sa force.

Pour mettre fin à l’enclavement qui atteint les gens dans la montagne. N’est-il pas une allusion au peuple amazigh opprimé, marginalisé, et méprisé depuis tant de siècles par le pouvoir?

En résumé, le poète voit dans la mer une force salvatrice qui arrive bel et bien à surmonter cette souffrance. Notamment, quand le poète désire se métamorphoser à la vapeur, à l’orage et à l’eau de la pluie pour unique but: «faire le chemin aux gens dans la montagne»/ «ang abrid iyûdan degûdrar»

La mer est un accès d’espoir pour les défavorisés

On constate aussi un ensemble de chansons rifaines qui ont traité le thème de la mer de façon presque semblable. Par exemple: Ayyawn Buoarfa considère la mer comme le dernier espoir lorsque la vie dans son pays ancestral ne procure que l’amertume des déboires:» Ma mère la mer pourrai-t-elle me trahir! Mais la mer reste toujours un accès d’espoir pour ceux qui n’ont pas de capacité». Mieux encore , Kamal Zhimi a posé la question à la mer dans l’une de ses célèbres chansons: «La mer ,dis-moi combien as-tu englouti d’hommes? La mer quand laisseras-tu mes frères rejoindre l’autre rive?

Dans le même sens Ithran ont chanté une chanson dont le refrain est une phrase interrogative «En dépit du nombre de tes habitants ô mer tu veux engloutir aussi des hommes?

Ce sont des chansons qui parlent des jeunes désespérés qui ont opté pour le voyage sur les barques de nuit pour rejoindre l’autre rives où ils pourraient réaliser leur rêve.

Au bout du compte, la mer dans la chanson rifaine demeure un thème crucial et inspire tant de poètes dans la mesure où elle constitue une source d’inspiration intarissable. La mer a des dimensions très variées à tel point qu’elle change de signification d’une chanson à l’autre.

(Mohamed Rougie - Tamsamane77@hotmail.com)

 

 

 

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.