uïïun  151, 

ymrayur 2959

  (Novembre  2009)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

tmazivt d lislam tamaskalt n tioourba d lislam

Awarni tewwart taqburt

Siwl a memmis n umazigh

Tinufra

Titt

Waf

Tawaghit n tmmetrit

Immi

Français

L'amazighité en question

Encore, un parti de l'Istiqlal!

La grippe amazighophobique

La télévision amazighe

Histoire de Khénifra laissée à l'abandon

Décès du militant H.Ibiqs

العربية

الأمازيغية والإسلام بدل العروبة والأسلام

فليمر هذا السلام العنيف بسلام

مقاطعة إسرائيل أم مقاطعة إسبانيا أم مقاطعة السعودية؟

حوار مفتوح مع إدريس الأول

النص الكامل للظهير البربري

حول إدماج الأمازيغية في المنظومة التربوية

الأمازيغية والمعهد

الحصلة الأمازيغية بين متزحلق ومنزلق  

هل "النسب الشريف" نسب عربي؟

صلاة المغرب لا بلاد المغرب

موعد مع يوم منسي

أيها الأمازيغ استسلموا

لا وجود لليبيا بدون أمازيغية

ألبوم جديد لعسينو لحسن

بيان ملتقى الريف الثاني

مذكرة من أجل ترسيم الأمازيغية

جمعيات تستنكر واقع تدريس الأمازيغية

أول إطار نسائي أمازيغي بالمغرب

إعلان لمركز الريف لحفظ الذاكرة

زيارة لقبر المرحوم قاضي قدور

تأسيس جمعية جديدة

كتاب جديد للأستاذ الصافي مومن علي

بيان الحركة الأمازيغية بمكناس

بيان جمعية أسيكل

بيان للمعتقلين السياسيين للقضية الأمازيغية

بيان المرصد الأمازيغي لحقوق الإنسان

 

 

 

La télévision Amazighe.

Par: Oulghazi Hsaine

 

Durant la période du protectorat occidental, au Maroc, la coalition des forces coloniales française et espagnole, en rapport avec le mouvement amazighophobe, avaient sauvagement lutté pour exterminer le peuple autochtone Amazigh et installer un Etat arabe! Aujourd’hui, le peuple marocain amazigh, qui a lutté courageusement à main armée et par tous les moyens pour l’indépendance du pays, continue de survivre. Les rescapés des périodes du protectorat et des années de plomb revendiquent toujours leurs droits identitaire, culturel, linguistique etc.

Si la télévision occupe une place de choix dans la société moderne, elle peut convoyer des connaissances et des informations, elle est ainsi l’un des moyens les plus actifs et fiables pour sauvegarder le patrimoine culturel pour tous les peuples du monde. Il faut donc prendre conscience du rôle capital de la dimension culturelle au niveau national et international. Si de nombreux indices donnent à penser que les différences idéologiques et politiques risquent de dégénérer en conflits généralisés, en revanche, c’est l’absence de la communication et de la tolérance culturelle qui met la paix en péril. Il faut donc accorder la priorité aux systèmes des valeurs de la diversité culturelle; les cultures ne se clonent pas elles peuvent communiquer et s’enrichir mutuellement. La sous estimation du rôle des valeurs des autres est en soi un système qui peut cultiver l’ignorance, alimenter l’aliénation et menacer la sérénité sociale. A cet effet, les pays de l’Occident installent les valeurs culturelles dans le monde de l’économie et des sciences politiques pour s’assurer qu’on ne peut plus les négliger dans les études stratégiques et dans les travaux de recherche sur la paix et la stabilité.

Dans notre pays les régions amazighophones sont celles qui connaissent le taux d’analphabétisme le plus élevé en raison de la marginalisation, de l’enclavement, de l’absence de l’infrastructure et des équipements, malheureusement, elles souffrent de l’hémorragie des forces vives (manuelles et intellectuelles) etc. Mais, évidemment, l’analphabétisme ne va pas de pair avec l’ignorance. Il serait non seulement erroné mais encore injuste de considérer que ces populations sont incultes. En effet, les populations amazighophones ont un capital culturel important, elles produisent et pratiquent toutes les formes culturelles de leur communauté, aussi bien les formes immatérielles (chant, poésie, conte, proverbes etc.) que les formes matérielles (bijoux, tapis, architecture etc.) et la culture organisationnelle, notamment dans les domaines de la gestion des ressources en eau, des terres, des récoltes, des institutions collectives, du mariage, des rituels et des diverses cérémonies, etc. (Voir le livre intitulé: «Contribution à l’étude de la culture amazighe en hommage au recteur Mohamed Chafik» publié par l’IRCAM à Rabat en 2006). Je n’oublie jamais le premier paragraphe de la préface du livre «Pour un Maghreb d’abord Magrébin» qui dit: «le Magreb serait-il autre chose que lui-même? Et pourtant, au fil du temps, le Magreb a cessé d’être autre chose que lui-même, tantôt rivé à l’occident, tantôt à l’orient. Et c’est certainement, sa spécificité géographique et historique qui l’a fait ballotter indéfiniment.»

Malgré son enracinement millénaire dans l’histoire marocaine, l’amazighité ne jouit d’aucune reconnaissance constitutionnelle, c’est l’injustice caractérisée! C’est la force des chauvins incompétents! Cela conduit malheureusement les citoyens à souffrir les affres de l’usurpation de leurs droits fondamentaux. Face à l’intransigeance du pouvoir arabo-musulman xénophobe qui se dit sournoisement démocrate! Et à l’instar de tous les peuples du monde, le peuple amazigh lutte pacifiquement pour ses droits naturels. Il revendique fortement ses droits légitimes: linguistique, socioéconomique, politique etc. Il s’efforce pour obtenir tous ses droits culturels, il demande la reconnaissance et la protection constitutionnelle de la langue amazighe au Maroc et dans tous les pays de Tamazgha, il réclame avec insistance la mise en service de la chaîne de télévision en langue amazighe; or ce moyen de divertissement et culturel, qui constitue un loisir pour les habitants, est monopolisé par l’Etat dans tous les pays de l’Afrique du nord pour véhiculer un ensemble de conceptions idéologiques et critiquer violemment tout ce qui n’est pas conforme à leur sentiment en adoptant une attitude d’extrême intransigeance qui incite finalement à l’intégrisme religieux. En Afrique du nord, les Etats arabes enjoignent le peuple autochtone amazigh, ils le privent malheureusement de sa propre chaîne de télévision à ce jour! Au Maroc, les responsables ont fait plein de promesses en l’air pour mettre en service une chaîne de télévision amazighe, le budget nécessaire à la réalisation de ce projet d’une importance capitale a été alloué et les locaux pour abriter cette institution ont été aménagés; le ministre de la culture marocain avait promi officiellement de mettre en service la chaîne de la télévision amazighe dans un délai maximum de 09 mois! Sans au moins manifester un simple sentiment de regret, ce délai a expiré et rien n’a été réalisé!! Malheureusement, la volonté politique n’est pas encore acquise, il s’agit comme d’habitude des illusions séduisantes. Le gouvernement «de l’Etat de droit moderne» défit alors la nature rationnelle de l’homme et la proclamation universelle des droits humains, il défie la volonté divine qui a promis à tous les êtres vivants de vivre en pleine liberté et garanti la libre jouissance exigible de tous les droits naturels! Il méprise la volonté de la masse populaire amazighe et il manifeste le mutisme total aux directives royales qui préconisent une large promotion de la langue amazighe et son intégration dans toutes les institutions du pays! Les responsables qui ont contraint tout le peuple marocain à contribuer financièrement pour toutes les chaînes de la télévision du bouquet de la SNRT, ignorent délibérément les droits culturels du peuple amazigh. Ils connaissent parfaitement que le peuple marocain attend avec impatience la mise en service de la chaîne de télévision en langue amazighe et ils s’aperçoivent clairement de la nécessité absolue de la réalisation de cette chaîne de télévision en langue amazighe, malheureusement, ils n’accordent pas à ce projet primordial l’intérêt qu’il mérite! C’est la loi édictée par un programme politique qui est empreint de la xénophobie! Un indien anonyme avait dit: «ils nous ont fait beaucoup de promesses, plus que je ne m’en souviens, mais ils n’ont tenu qu’une seule; ils avaient promis de prendre notre terre, et ils l’ont prise».

«Dans la mesure où l’amazigh constitue un élément principal de la culture nationale, et un patrimoine culturel dont la présence est manifesté dans toutes les expressions de l’histoire et de la civilisation marocaine, nous accordons une sollicitude toute particulière à sa promotion dans le cadre de la mise en œuvre de notre projet de société démocratique et moderniste, fondée sur la consolidation de la valorisation de la personnalité marocaine et de ses symboles linguistiques, culturels et civilisationnels. La promotion de l’amazigh est une responsabilité nationale, car aucune culture nationale ne peut renier ses racines historiques… » (Extrait du discours royal du mercredi 17 Octobre 2001 à Ajdir).

Dans le but d’écarter et faire disparaître la culture de la haine, Mr Barack Obama, le président des USA avait dit dans son discours historique prononcé à partir du Caire, destiné en particulier aux arabes et généralement aux musulmans du monde: «Il doit y avoir un effort soutenu pour s’écouter, apprendre l’un de l’autre et chercher des terrains d’entente, comme le dit le saint Coran: «Sois conscient de dieu et dis toujours la vérité.» c’est ce que je me propose de faire: dire la vérité du mieux que je peux, humble devant la tâche qui nous attend et ferme dans ma croyance que les intérêts que nous partageons en tant qu’être humain sont beaucoup plus forts que les forces qui nous séparent.» Mr le président n’a pas omis d’évoquer des versets du saint coran, du Talmud et de la bible qui incitent à la paix et l’égalité entre les races humaines. Mr Obama a conclut son discours par des versets suivants:

Le coran nous dit: «Oh, humanité! Nous t’avons créé mâle et femelle et nous t’avons dispersé en nations et tribus afin que vous puissiez vous connaître.»

Le Talmud nous dit: «Toute la Torah n’a pour but que de promouvoir la paix.»

La bible nous dit: «Bénis soient les bâtisseurs de la paix car ils seront appelés fils de dieu.»

Pourtant, chez nous, des années durant, les autorités gouvernementales ont nié sans aucun fondement l’existence amazighe malgré son ancrage dans cette terre depuis plusieurs millénaires; c’est très évident, il s’agit de l’incompétence et du danger que représentent les racistes sur la scène politique quand on leur donne un pouvoir illimité, plus grave encore c’est quand les racistes se rallient aux rangs des intellectuels érudits, il s’agit probablement d’une action irréligieuse. Les problèmes de la nation, qui sont l’apanage des hommes politiques, doivent se régler uniquement par un dialogue fructueux. Placer un raciste sur la scène politique, c’est comme si vous mettez dans un match de foot quelqu’un qui n’a jamais touché le ballon. Il faut donc que les arabes intransigeants se corrigent, il faut qu’ils soient ouverts et tolérants, il faut se partager les principes communs: justice et progrès, tolérance et dignité des êtres humains, ils doivent cesser d’exclure et d’excommunier les autres.

Les médias sont devenus aujourd’hui des moyens de communication de masse de fort impact. Vu que la radio et la télévision se sont frayé un chemin dans un grand nombre de foyers à travers le monde, l’utilisation de ces médias a pour effet de toucher un grand nombre d’auditeurs et de spectateurs dans notre planète. Pour rendre justice à la culture et à la langue amazighes, conformément aux directives royales, à la charte des droit humains et à la détermination du peuple amazigh, il faut accorder à la langue et à la culture amazighes leurs droits dans les mass média écrits et audio-visuels, il faut sensibiliser les marocains de l’importance de leur authenticité afin de les rapprocher à leur origine, il faut combattre la politique de l’exclusion et il faut instruire l’élève et l’étudiant à considérer la diversité linguistique comme une richesse nationale à exploiter et non un obstacle à la communication entre citoyen. Pour mener à bien ce projet, il est indispensable de mettre sur place un ensemble de structures qui auront pour mission de mettre sur place les outils nécessaires pour la réalisation de ce noble projet.

Le produit médiatique amazigh est très riche et la mise en service de la chaîne de la télévision amazighe est une revendication civilisationnelle, socio-culturelle, à cet effet, tous imazighen en particulier les militants amazighs ont le droit d’exhorter les responsables décideurs au Maroc et dans tous les pays de Tamazgha à mettre une fin à cette horrible indifférence et activer le lancement d’une chaîne de la télévision amazighe longuement attendue; sous réserve de garantir la liberté d’expression et éviter l’aspect folklorique au riche et millénaire patrimoine culturel amazigh, il faut que les programmes audiovisuels en langue amazighe soient éducatifs, ils doivent constituer le moyen encourageant des modes de la résistance à l’invasion culturelle étrangère et ils doivent fustiger l’importation de l’idéologie aliénée. La mouvance amazighe se veut puriste de la pensée, elle s’oppose à la politique de la discrimination qui vise le déracinement de la culture et de la langue amazighes.

 

 

 

 

 

 

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.