uïïun  151, 

ymrayur 2959

  (Novembre  2009)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

tmazivt d lislam tamaskalt n tioourba d lislam

Awarni tewwart taqburt

Siwl a memmis n umazigh

Tinufra

Titt

Waf

Tawaghit n tmmetrit

Immi

Français

L'amazighité en question

Encore, un parti de l'Istiqlal!

La grippe amazighophobique

La télévision amazighe

Histoire de Khénifra laissée à l'abandon

Décès du militant H.Ibiqs

العربية

الأمازيغية والإسلام بدل العروبة والأسلام

فليمر هذا السلام العنيف بسلام

مقاطعة إسرائيل أم مقاطعة إسبانيا أم مقاطعة السعودية؟

حوار مفتوح مع إدريس الأول

النص الكامل للظهير البربري

حول إدماج الأمازيغية في المنظومة التربوية

الأمازيغية والمعهد

الحصلة الأمازيغية بين متزحلق ومنزلق  

هل "النسب الشريف" نسب عربي؟

صلاة المغرب لا بلاد المغرب

موعد مع يوم منسي

أيها الأمازيغ استسلموا

لا وجود لليبيا بدون أمازيغية

ألبوم جديد لعسينو لحسن

بيان ملتقى الريف الثاني

مذكرة من أجل ترسيم الأمازيغية

جمعيات تستنكر واقع تدريس الأمازيغية

أول إطار نسائي أمازيغي بالمغرب

إعلان لمركز الريف لحفظ الذاكرة

زيارة لقبر المرحوم قاضي قدور

تأسيس جمعية جديدة

كتاب جديد للأستاذ الصافي مومن علي

بيان الحركة الأمازيغية بمكناس

بيان جمعية أسيكل

بيان للمعتقلين السياسيين للقضية الأمازيغية

بيان المرصد الأمازيغي لحقوق الإنسان

 

 

 

Encore, un parti de l’istiqlal!

Par: Hha Oudadess (Rabat)

 

Le Maroc est-il encore colonisé; officiellement s’entend? Des accords, on ne peut plus officiels, ont été signés, à Aix-les-Bains, depuis 1955. (?). Donc le Maroc est officiellement indépendant, depuis un demi-siècle. Alors, pourquoi encore un parti de l’istiqlal (de l’indépendance)? Ce n’est donc plus, et depuis longtemps, une nécessité historique. Cela d’ailleurs ne l’a jamais été, c’est-à-dire l’existence d’un parti ainsi dénommé, autorisé par le protecteur (!), la France, afin de réclamer le départ de celui-ci. L’indépendance du Maroc n’a pas été l’œuvre d’un quelconque parti de l’istiqlal, mais le résultat de sacrifices de la grande majorité des Marocains. Ce fut un mouvement national au dessus de n’importe quel parti ou personnalité. Les meilleurs y ont laissé leur vie ou ont décidé de ne plus en faire cas une fois le but atteint. Sont alors restés les faux, les douteux, les calculateurs, les esprits mercantiles. Ils ont décidé –ils le prévoyaient déjà- de faire fructifier le fond commun, maintenant à leur profit exclusif. Ainsi le dit parti de l’istiqlal s’inscrit dans un choix idéologique malsain, machiavélique et pourri; dont la réalisation est méthodiquement planifiée dans l’esprit de ses concepteurs et maîtres d’œuvre.

Il est indéniable que le Maroc avait besoin d’un mouvement pour l’indépendance, mais pas du tout d’un soit disant tel parti. Une fois le but atteint –ce qui est toujours le cas- le mouvement n’a plus aucune raison de perdurer. Alors des partis –de véritables partis- doivent s’attacher à d’autres tâches. La principale étant de présenter et/ou d’appliquer au mieux des projets de société mûrement réfléchis. Et pour cela, il faut qu’ils se sentent nationaux ou, à défaut, universels. Malheureusement, nous n’avons eu ni une tendance, ni l’autre. Qu’ils se soient déclarés de gauche ou de droite, les partis constitués au Maroc ont basculé –n’étant pas marocains- dans un extrémisme idéologique qui a ignoré l’identité marocaine dans sa totalité; évidemment avec un dédain tout particulier, savamment développé et soigné, minutieusement étudié et programmé, pour tout ce qui concerne, de près ou de loin, Tamazight et Imazighen; en fait l’amazighité de notre pays, le Maroc.

Il n’y a jamais eu de véritable parti de l’istiqlal; ce qui est vrai du reste des autres partis politiques dits marocains: socialiste, communiste, rural, islamiste, etc. Il s’agit d’individus réunis par des intérêts communs, souvent mercantiles, qui sous-estiment les Marocains et qui profitent de circonstances historiques favorables pour assouvir leur besoin de pouvoir et/ou d’enrichissement. Un jeu de mots bien connu consiste à dire parti de l’istighlal (i.e., de l’exploitation).

Chaque société comporte ses tarés et ses poissons pourris. Chez nous, il n’en manque pas, bien au contraire. Et il y’en a des spécimens caricaturaux. Le problème est que, par des avatars de l’histoire, ils finissent par avoir droit à la parole, par se croire importants. On a alors à faire à des médiocrités, sans aucune morale, qui veulent être pris au sérieux. C’est à se demander si, à force de mensonges, ils ne finissent pas par se prendre eux-mêmes au sérieux; ou, alors, se sachant médiocres, considèrent-ils les autres Marocains comme des êtres inférieurs.

Oui, il nous faut un mouvement (non un parti) de Tilelli (Indépendance). Mais c’est vis-à-vis des moyen-orientalisés qui vivent parmi nous, depuis des siècles, et qui continuent toujours à se considérer comme des étrangers. Cela, je crois que la majorité des Marocains, pas bêtes du tout, contrairement à ce que certains pensent, l’ont très bien compris. Oui, il nous faut Tilelli de la mainmise intellectuelle du Moyen Orient, de l’arabisme, de l’arabo-islamisme, de l’islamisme, du terrorisme, de l’antisémitisme, de l’obscurantisme.

(Rabat, 2009)

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.