uïïun  152, 

mggyur 2959

  (Décembre  2009)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

içnga imdadtn n tutlayt taorabt

tirra s mazivt: man tayafut?

Irifiyen n Fraku

Inwjiwn n ughlluy

Ijjign gh lqaloa n umggun

Tarja n arrimet s raxart nnes

Mayemmi neccin d imeggura

Ungal n "Nunja tanecruft n izrfan"

Tafunast n jeddi

Tisfay n tayri

Tayri inw

Xatci rwazna

Français

Tichonius, le chrétien iconoclaste

La culture amazighe entre le sérieux et l'ironie

La désertification culturelle

Poetas del Mundo et Tamazgha

العربية

الأعداء الحقيقيون للغة العربية

ماذا لو أن الأمازيغية...؟

التعريب رجس من عمل الشيطان

أن نكون "نينيين" أو لا نكون

تصور علي شوهاد ومجموعة أرشاش لأملرك

الحركة من أجل الحكم الذاتي للريف: هواية أم سياسة؟

قراءة في ديوان الشمس الآفلة

مجلة مركز الريف لحفظ الذاكرة

جمعية سكان الجبال تحل بتغسالين

بيان تامازغا/الحسيمة

جمعيات الأطلس في لقاء بأزرو

تجديد مكتب جمعية تانكرا

بيان تنديدي للتنسيقية الوطنية

بيان الحركة بموقع القنيطرة

بيان جمعية تامازغا بالعروي

تجديد مكتب جمعية تيفاوت

 

 

 

La culture amazighe entre le sérieux et l’ironie

Par: Hsaine Oulghazi

 

Il est évident que, pour tous les Etats consciencieux et responsables dans le monde entier, la politique est la science qui s’intéresse aux affaires de l’Etat, de son gouvernement et, généralement, au devenir de l’être humain. Elle fait preuve d’habileté et de calcul de manière à mener les affaires de l’Etat au succès. Chez nous, l’Etat met en œuvre une stratégie pour parvenir au résultat correspondant à ses intérêts, il prépare une tactique qu’il met entre les mains d’une élite favorisée pour conserver le pouvoir et il sait retourner la situation délicate à son avantage!

En effet, le peuple marocain perçoit que le gouvernement élabore une stratégie qui est en fait un instrument entre les mains de l’élite privilégiée qui monopolise le pouvoir malgré que les politiques qu’elle mène se succèdent sans succès. Le peuple amazigh aperçoit que le pouvoir politique applique une politique du pire caractérisée par l’intention délibérée pour ironiser sans cesse la cause amazighe! Une cause nationale, du fait que l’amazighité appartient à tous les marocains. Le peuple marocain qui voit des actes de violation flagrante à ses droits naturels et autant d’atteintes à la dignité humaines, en est convaincu, pour briser le mure du silence! Conformément à ce que la situation actuelle impose, pour éviter de tomber dans le persiflage des adversaires politiques, le peuple marocain doit s’unir et mettre la main dans la main «Afous g Oufous» pour atteindre ses objectifs. Les intellectuels défenseurs de l’identité, les détenus politiques de la cause amazighe, nos parents, nos grands parents, les martyres de la salle guerre (imposée conte le peuple amazighe innocent durant les années du protectorat occidental), les militants amazighs et tous les Imazighen «qui ont servi de chair à canon pour leur pays et qui sont tombés dans l’oubli» exigent tous, et pour toujours, que Tamazight ait ses droits naturels. Si pour les médias de l’Etat la sérénité règne dans le pays et les marocains vivent dans un régime politique démocrate fondé sur la souveraineté et sur la liberté et l’égalité de chacun; pour les amazighs, il n’y a pas de démocratie sans tamazight, nier l’identité amazighe du pays et exclure sa culture amazighe est une haute trahison et l’état d’esprit du peuple est fragile en l’absence des droits de l’amazighité. S’agit-il donc d’un pays arbo-musulman où la démocratie boiteuse et le racisme se côtoient ? Imazighen ne peuvent plus rester inactif devant les actes sanguinaires de la politique anti-amazighe qui empêche tout changement en faveur d’une résolution adéquate aux problèmes sociaux, culturels, économiques et politiques non résolus.

Devant le comportement déraisonnable des politiciens, l’état d’esprit hostile et haineux des amazighophobes et la démagogie mêlée du mépris sarcastique de certains adeptes, à double face, de l’islamisme politique empreint d’une intolérance excessive importé d’ailleurs pour nourrir la doctrine d’un radicalisme intransigeant et encourager l’intégrisme et le fanatisme religieux, le peuple amazigh doit s’unir pour pouvoir prescrire une disposition cohérente et rationnelle afin que la cause amazighe puisse retrouver son cours normal. Si nous vivons aujourd’hui une véritable crise qui augmente les méfaits de l’humiliation résultant de la marginalisation, la pauvreté, l’analphabétisme, l’injustice sociale, les violations des droits de l’homme etc. et si le degré d’humiliation d’une région est directement proportionnel à la compromission politique de ses dirigeants et à la soumission aveugle de sa population, Imazighen sont appelés à s’unir pour retrouver leur dignité et trouver un dénouement évident au refus de satisfaire leurs revendications légales. Nous vivons aujourd’hui des situations d’humiliation et d’avilissement sans précédent, c’est un tournant mal pris dans la civilisation humaine. La destruction et la disparition du patrimoine culturel amazigh sont des choses les plus épouvantables dans l’histoire de l’humanité. La démolition et le détournement des valeurs fondamentales de la société amazighe et le pillage des œuvres d’art et de la riche production de l’esprit amazigh qui remonte à plusieurs siècles sont des crimes contre l’humanité. La peur de l’amazighité est l’une des plus grandes obsessions angoissantes des racistes; cette phobie est due probablement à l’absence de la communication culturelle et à l’ignorance! Il est vrai que la puissance des amazighophobes réside essentiellement dans la faiblesse amazighe résolue dans l’obéissance sans limite pour leur propre négation alors que la force des Imazighen est déterminée dans leur unité.

Les intellectuels amazighs offrent au mouvement culturel amazigh un argument crédible et rasséréné, ils inscrivent la problématique de l’officialisation de la langue amazighe dans un cadre général et mondial, ils militent pour la constitutionnalisation de l’amazigh et sa reconnaissance dans les textes fondateurs de l’Etat en faveur d’une objectivité saine qui offre une alternative civilisationnelle à la coexistence fructueuse des langues et des cultures. Nos ancêtres (Imazighen) qui vivaient en Afrique du nord depuis des milliers d’années avaient une culture propre sur laquelle ont été greffées, au cours de l’histoire, d’autres cultures: Africaine, Arabo-islamique et Européenne. Autrement dit, la culture amazighe est enrichie, cela fait d’elle une culture à plusieurs composantes et exclure une partie d’elle est une façon de déformer notre identité. La méconnaissance de la culture amazighe altérera notre patriotisme et nous contraindra à investir des sentiments dans le malheur des autres peuples souvent prêts à nous affaiblir et orienter notre nationalisme vers des objectifs éloignés de notre nation! Il est ridicule de chérir dans nos cœurs des patries imaginaires et notre véritable patrie passe au second rang! Il est du devoir de tous les marocains, en particulier les intellectuels, de travailler pour mettre en évidence tout ce qui peut aider tout le peuple amazigh pour saisir la totalité de sa culture; cela fera de nous un peuple fier et équilibré.

Les responsables amazighophobes au gouvernement de l’Etat de droit dit «musulman» laissent en suspens le dossier des droits de la cause amazighe, ils évoquent hypocritement les droits culturels et linguistiques amazighs à l’occasion de la commémoration du célèbre discours royal d’Ajdir le 17 octobre de chaque année! Les partis politiques ne parlent ironiquement au publique des droits culturels et linguistiques amazighs que pendant les campagnes électorales! Les responsables du gouvernement et des partis politiques doivent élaborer honnêtement un programme d’action qui pourra distinguer entre la politique du sérieux et celle de l’ironie pour permettre le respect absolu des droits naturels de l’être humain et la satisfaction immédiate et inconditionnelle des revendications fortes et légitimes du mouvement culturel amazigh. Malheureusement, le négativisme de la schizophrénie des ségrégationnistes porte atteinte à nos valeurs humaines.

Si la question amazighe semble aujourd’hui occuper une place importante dans la stratégie politique nationale depuis la récente création de l’IRCAM, il est incontestablement sûr que l’amazighité (dimension amazighe de l’identité marocaine) plonge généralement ses racines dans l’histoire lointaine des pays de Tamazgha et en particulier au Maroc. Le peuple amazigh doit donc s’unir et poursuivre l’itinéraire des pionniers et des figures emblématiques qui ont œuvré pour la restauration de la vérité historique amazighe et qui ont réclamé haut et fort la nécessité de réécrire l’histoire multimillénaire de notre peuple amazigh qui a été injustement marginalisée et falsifiée.

 

 

 

 

 

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.