uïïun  158, 

sdyur 2960

  (Juin  2010)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

is taorabt d tutlayt n tayunt?

Ma yaghan afgan?

Isutar n tmzvi

Di tifrayin n umzruy

Mani tllid?

Français

Les derniers baatistes

Le sort d'imazighn en Afrique du nord

Carneade, critique des certitudes

L'épopée de Dhar n Ubarran

L'orpheline Aicha

Les revirements de l'histoire amazighe

1 mai amazigh à Khnifra

Activités d'associations à Khnifra

العربية

هل العربية لغة الوحدة؟

من هم الانفصاليون حقا؟

الخطابي، الأمازيغية والحركة الوطنية

الأمازيغية المكتوبة باللاتيني ستطرد الفرنسية من بلاد تامازغا

بيان المعتقل عبد الله بوكفو

بيان معتقلي القضية الأمازيغية

الفراعنة الأمازيغ

حوار مع الكاتب محمد الصالح ونيسي

ديوان جديد للشاعر فريد زلحوض

وفاة الفنان أعشوش

بيان المرصد الأمازيغي

نداء إلى الجمعيات الأمازيغية

نشاط لرابطة تيرّا

بيان جمعية أكنول

بيان الحركة الأمازيغية بأكادير

نشاط الحركة الأمازيغية بثيطاوين

الدورة التاسعة للجامعة الصيفية

ملتقى الأدب الأمازيغي

 

 

 

Les derniers Baatistes, Mes condoléances!!

Par : Ali Haddouchi (Boumalne n dades)

 

C’était lors d’une table ronde qu’on a souvent l’habitude d’animer au café littéraire N’Tmazirte -n- Dades que la discussion tourna au vinaigre. La table unissait souvent les mêmes figures d’obédience gauchiste à la sauce panarabe baatiste allergiques à tout ce qui est amazigh .Que fait donc un Amazigh soucieux de l’avenir de sa culture avec des personnes de pensée aussi fasciste que totalitaire ? La réponse risquerait de retarder l’intérêt de cet article. Ce jour là on était autour de la même table, mêmes personnes, même sujet, même réflexion, même point de vue … Ici donc s’arrête l’histoire de l’humanité, succombe le mode de pensée socialiste baatiste panarabique. Ce qui est curieux dans cette histoire c’est que les personnes entourant la table quoique parlant parfaitement l’amazigh ne recouraient à aucun moment à son emploi, une parfaite acculturation et une aliénation très avancée. A plusieurs reprises le grand chef «big brother» répétait que les Amazighes sont racistes, chauvinistes et autres… Une litanie récurrente et interminable … Au point que c’est devenu pour lui une obsession, un complexe qui le torture à mort. Ce jour là hyper heureux qu’il est! Vient nous annoncer la naissance d’un mouvement amazigh d’obédience socialiste à la sauce baatiste marxiste et dieu sait que c’est un parfait mensonge, bouffonnerie, pure invention du big brother pour rendre une lueur d’espoir à ses petits vassaux qui l’entouraient, avançant que c’est un mouvement plus ouvert, plus souple, plus tolérant, plus … enfin pour dire un mouvement amazigh baatiste . Délire! Hallucination  et trouble mental! Le Maître de la dernière bande socialiste baatiste souffre de la schizophrénie et de l’alzheimer. Le mouvement amazigh ne lui laisse plus l’opportunité de proliférer ses inepties ; une bonne raison de l’haïr, de le traiter de tous les noms et de le concevoir comme il le souhaite .Le mouvement amazigh doit être arabe nassérien, palestinien, irakien pour qu’il soit au goût du big brother, le baatiste. Comme dit le sain coran dans un verset : « Les juifs et les chrétiens ne vous apprécieront guère que lorsque vous embrasserez leurs religions ». Même logique, même pensée : le refus de l’autre, la négation d’autrui est le mot d’ordre du baatiste égocentriste. Le big Brother baatiste panarabique marocain ne serait jamais content de l’être amazigh que si une fois ce dernier accepte volontairement d’aller s’exploser à Tel Aviv ou à Bagdad city. C’est en ce moment là que cette pensée suicidaire qualifierait l’être Amazigh de modèle parfait, de démocrate, d’humaniste, du panarabique. Au moment que le Tsar baatiste parlait ses petits suzerains l’écoutaient attentivement tout en secouant affirmativement leurs têtes ; ils n’ont aucun droit de l’entrecarrer, de mettre en doute sa pensée  ou encore moins de l’interrompre, c’est la personne charismatique et l’idole sacré à l’image de Nasser, de Mehdi, de Omar et d’ autres tombés de la dernière pluie. Mais dans quel chapitre du Manifeste ou du Capital Marx a ordonné d’adorer les fétiches ? De pas quoi s’inquiéter du moment que c’est du marxisme à la sauce baatiste panarabique pimenté de religion païenne tolérant la soumission des êtres en chair et en os, divinisés et idolâtrés par des simulacres socialistes . Cependant, lorsqu’il s’agit d’autres personnes charismatiques d’obédience différente du baatisme, les pseudo marxistes remuent terre et ciel, ils crient au blasphème et Au DJihad communiste … Un double discours, l’incohérence, la contradiction, tout bonnement de la pure hypocrisie, un socialisme a mi-figue, mi-raisin . L’amazigh qui était en face de moi était de culture moyenne, naïf, ayant son bac à 18 ans, et ayant la chance d’être instituteur à 20 ans et de s’adhérer accidentellement à un syndicat baatiste qui lui a fait au fil des années un lavage d’esprit, Le misérable ne participe jamais au débat, il ne fait qu’ouvrir tout le temps sa bouche tel un lézard se réchauffant au soleil, et s’il arrive de participer c’est pour dire au big brother «vous avez raison Maître!». C’est le genre de personne qui attend la fin du mois pour aller toucher sa paie, d’allez au souk hebdomadaire, de s’acheter des Marquises pour aller ensuite les griller une par une autour de la table où le maître lui raconte incessamment les prouesses d’un syndicat qui n’existe plus.  L’autre Amazigh assied à côté de moi, quinquagénaire et homme de couleur, a le complexe d’être noir, un stigmate incurable; il porte tout son racisme sur le mouvement amazigh, à croire que c’est le mouvement qu’on est responsable de sa pigmentation. Et puis le fait d’être mélanoderme ou blanc ou rouge est une loi naturelle. Les amazighs sont noirs, blancs, bruns, et ils en sont très fiers, c’est un atout et une diversité qui fait la richesse du peuple amazigh, la couleur ne doit jamais être un complexe surtout lorsqu’ on est un instituteur, garant et transmetteur des valeurs humaines les plus nobles, les gens sont égaux nonobstant la différence de couleur, de pensée, d’appartenance ethnique; c’est ce qu’il faudrait enseigner aux élèves futurs citoyens d’un Maroc uni et démocrate . Le maître baatiste, le big brother - le moment d’avoir avalé un verre d’eau- reprend rapidement la parole pour éructer ses inepties : « La langue Amazighe ne doit pas être enseignée ( tout le monde à l’air d’accord ) le problème du peuple ne réside pas dans l’enseignement des langues, il réside dans la lutte des classes, c’est là qu’ on doit s’intéresser, c’est là qu’on doit faire la sensibilisation, réveiller la conscience du peuple. ». Le crétin «maître » a oublié qu’ on ne pourrait jamais réveiller un peuple avec une langue étrangère qu’il n’a jamais parlée, encore moins avec une langue élitiste et non vitale d’après les sociolinguistes . Le summum de l’absurdité : le big baatiste veut libérer le peuple en commençant par exterminer sa culture et sa langue! Est-ce une libération d’être interdit arbitrairement de parler sa langue? D’être spolié de sa culture? D’épouser une culture suicidaire? Monsieur big brother a oublié que les amazighs ont lu mille fois la ferme des animaux de George Orwel et qu’ils ont tiré suffisamment leçon. On connaît bien les rouages de votre idéologie !! Les cochons « socialistes »   ont réussi leur stratégie dans cette ferme pour ensuite opprimer le peuple dans le sang. Au pays de tamazgha c’est inimaginable, et c’est stupide de tenter! Plutôt à lui de répondre à quoi sert d’enseigner une langue invalide dans notre quotidien, une langue emprisonnée dans les livres, une langue figée, une langue que nos enfants amazighophones et darijaphones ne découvrent qu’à l’âge de la scolarisation, un moment bien traumatisant tatoué à jamais dans la mémoire du jeune élève amazigh : le malheureux jour où il avait reçu injustement le fameux gros bâton sur son crâne pour avoir appelé inconsciemment le «difddaaa» Agrou. C’est ce qu’on appelle tout court la schizophrénie de notre école.   N’est- ce pas une perte de temps, une perte des fonds publics attribués un enseignement raté d’avance. Monsieur le baatiste ne sait pas que nous sommes toujours les derniers de la classe au monde dans chaque nouveau rapport mondial ! Le comble! Il ne sait pas qu’on accumule du retard  en matière d’enseignement para rapport même aux pays en état de guerre? Le baatiste ne veut pas se rendre à l’évidence et continue à mentir au peuple. Fini le temps où tu hypnotisais les marocains par ton idéologie obscurantiste, fini ton discours utopique socialiste baatiste, fini ton mensonge, tes supercheries !!! Tu fais partie désormais de jadis! A dieu ta pensée! Il s’arrête un moment et se tourna vers moi pour me scruter tout en m’accusant de raciste, de chauviniste et de … Les petits vassaux m’en voulaient à crever pour la simple raison que j’ai osé contrarier l’idole «  le big brother ». Je lui répondais froidement «  Monsieur L’amazigh baatiste tu es plus arabe qu’un vrai arabe». Des marocains de souche arabes défendent l’amazighité du Maroc, des arabes qui voient l’Amazigh et l’arabe marocain « la darija » imprégnée de l’amazigh comme des langues à porter à l’enseignement. Des langues vivantes maternelles qui pourraient sauver notre enseignement d’une crise que nous hébergeons depuis la politique d’arabisation, des langues porteuses d’espoir pouvant substituer une langue périmée et non fonctionnelle dans le quotidien de la majorité des Marocains . Comment considères-tu ces arabes? Des racistes aussi! Des chauvinistes, des ennemis de l’arabité! Ta logique tombe à l’eau vieux fantôme des ténèbres. Monsieur le batiste souffre d’un mal d’être, d’un trouble idéologique, d’une crise identitaire, du complexe de réduire l’autre à néant. Messieurs les Morts (Baatiste !!!) L’histoire a enterré votre pensée terroriste et suicidaire, BON DEBARRAS! La terre peut désormais respirer. Mes condoléances!!

(Ali Haddouchi, Ouhddouch@gmail.Com)

 

 

 

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.