uïïun  160, 

tamyur 2960

  (Août  2010)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

max ur itwafsr lislam dg urubba zund itwafsr dg timizar n asya?

Tayri deg amud n "reowin n tayri" n karim kannuf

Tifawin n Arrif

A yamezruy

Ndvar xaf k dduri

Ufugh zg yidv

Français

De l'idylle au combat

Entretien avec Amoouri M'marek

La Zawya Dilaya, une histoire oubliée

Le débat linguistique et identitaire

Les arabistes à la recherche de la gloire

Matoub, une figure charismatique

Sortie de "Idad n Wihran"

Nouvelle section de l'APMM à Taza

العربية

لماذا لم ينتشر الإسلام بأوروبا مثلما انتشر ببلدان أسيا؟

متى تستوعب الحركة الأمازيغية مفهوم "تاويزا" للهوية؟

الأعراب ولغة الانقراض

بني شيكر وبني سيدال وشفشاون وتطوان

شوف تشوف

الموقف السياسي في الأغنية الأمازيغية

اللغة والسلطة والدين في رواية محمد أكوناض

مبدعو القصيدة الغنائية الأمازيغية بسوس

قراءة في مجموعة (إيرزاك يميم)م

قراءة في المجموعة القصصية لمحمد كارحو

بين الجنس والالتزام في الإبداع الأمازيغي

الإيديولوجيا في المسألة اللغوية

حوار مع زهرة الفكهي

كتاب شعراء تازنزارت

ثمار المطابع في مجال الأدب الأمازيغي بسوس

بوجمعة تواتون في ضيافة ماسينيسا

بيان استنكاري ضد قرار محلس الجالية المغرب بالمهجر

بيان جمعية تاويزا بسلوان

بيان جمعية أسيكل

بيان مكناس حول تدريس الأمازيغية

بيان طلبة مسلك الدراسات الأمازيغية

بالشفاء العاجل للأستاذ إبراهيم اخياط

 

 

Les arabistes à la recherche de la gloire.

Par : Hassan Oulghazi

 

Le désire inassouvi de la prédominance pousse les arabistes à agir autoritairement d’une façon abusive. Régulièrement, le parti unique s’accapare de la totalité du pouvoir et sans se conformer ni à la raison ni au sens commun, il dénature volontairement les vérités historiques. Dans les pays, non arabes, où ils dominent le paysage politique, les historiographes arabes occultent explicitement l’histoire et l’identité des populations autochtones, ils dialectalisent la langue des indigènes, en parallèle, ils courtisent les dirigeants forts des pays puissants et ils tentent de greffer habilement leur identité, leur culture et leur langue! Sous l’égide de la loi de l’Etat arabe, les officiers de la sécurité dictent le jugement derrière les juges.

Dans les pays de Tamazgha les peuples cherchent inlassablement à se débarrasser de la lourdeur bureautique de la classe capitaliste dominante et de la corruption administrative. Dans les pays arabes, généralement en pleine récession, la bourgeoisie montante arabe représente un handicap sérieux à toute innovation et tout progrès des forces productives, le système monétaire arabe ne répond pas aux critères du système monétaire international, des centaines de milliards de dollars traversent illégalement les frontières pour atterrir dans les banques étrangères les plus sécurisées ! Au contraire des peuples développés, le peuple arabe est caractérisé par le faible développement des connaissances scientifiques et techniques qui se répercute sur la production et la productivité qui sont orientées vers l’autoconsommation et non pas vers l’échange. Les conditions préalables du décollage économique de la société requièrent le développement de l’esprit d’entreprise, le développement de l’infrastructure socioéconomique et d’un ensemble de transformations structurelles qui permet, ensuite, le passage de la société traditionnelle à une société industrielle capable de se donner une idée sur les différentes alternatives et stratégies qui peuvent permettre de démolir les structures économiques du régime archaïque et agencer le déplacement de l’intérêt de la société de la production vers la consommation et le bien être social. Malheureusement, le régime autoritaire arabe contrôle tous les aspects de la vie du pays et des habitants : notamment la vie politique, sociale, culturelle et économique. Les régimes politiques dans tous les pays arabes sont caractérisés par des points communs : le chef d’Etat est la source de toutes les lois assemblées dans (la loi de la jungle), il est le guide de la nation. Les moyens de communications : (télévision, radio, presse, cinéma etc.) sont sous le contrôle de l’Etat, ils servent à encenser le chef d’Etat et son élite privilégiée ainsi que son régime et fanatiser les masses populaires. A la suite des abus du pouvoir, des erreurs inhérentes à la nature humaine ou par suite de lacunes juridiques non encore comblées, la réalisation des moyens ainsi mis en œuvres au service des droits de l’homme n’est pas suffisante pour assurer la réalisation parfaite des buts hypothéqués. On ne parle nullement ni du détournement de deniers publics ni de l’enrichissement illicite. L’esprit critique chez les individus est inerte, il n’a pas le droit de penser librement et il doit être aveuglément dévoué à la cause arabe! Les forces de l’ordre oppriment toute tentative de protestation et les protecteurs de l’intérêt général du peuple et les défenseurs des droits naturels sont iniquement paralysés. C’est, en effet, une forme extrême de la dictature prônée par les Etats arabes! La volonté consciente du lobby arabiste qui se précipite à l'aveuglette pour dominer et malheureusement pour agresser la dignité des autres est devenue une forme de gouvernance et un mode de gestion des sociétés, sur le plan national comme sur le plan international. Aux pays de Tamazgha, Afrique du Nord, les abus se sont amplifiés depuis l’instauration des Etats arabes par les autorités impérialistes en collaboration absolue avec les partisans du nationalisme arabe. Il n’y a pas de légalité véritable que celle imposée par le pouvoir politique arabe qui viole les règles les plus élémentaires du droit international.

Les arabistes en quête de la gloire se conduisent en seigneurs, ils se croient meilleurs et considèrent éperdument que l’amazighophobie va leur rendre rapidement la gloire, ils excommunient les peuples non musulmans, ils sacralisent la langue arabe et ils considèrent leurs villes saintes. Dans les pays dominés par le pouvoir politique arabe, sous prétexte de redynamiser la politique de proximité, on favorise les populations d’origine arabe et on marginalise abusivement les populations autochtones! Dans les pays de Tamazgha, au nom de la loi et de la démocratie, on dit oui au multipartisme et non au multilinguisme, les sympathisants des partis politiques arabistes passionnés du nationalisme arabes cherchent leurs propres intérêts, ils défendent l’idéologie de la langue unique: l’arabe. Au nom de l’intérêt général, on dépossède les populations indigènes de leur terre ancestrale et on modifie injustement les noms des lieux qui portent les patronymes amazighs. Au nom de la loi régissant la forme politique du gouvernement, on interdit aux imazighen de nommer leur progéniture des noms amazighs etc. Il est difficile d’envisager une situation intolérante sur le plan politique et socio-économique pire que celle que nous vivons !! On baigne dans une humiliation répercutée par les responsables sur les populations des pays nord-africains, Tamazgha. Le pouvoir compte sur l’autorité, il laisse peu de place à la tolérance, au respect de l’autre et encore moins à la justice, pire encore, une vive inquiétude règne et le pouvoir politique intolérant représente une véritable «arme de destruction massive» contre la dignité humaine ! En matière de l’humiliation, une bonne partie de la force de l’humiliateur se trouve dans l’impunité et le peuple humilié vit une sérieuse crise éthique qui augmente les méfaits résultants de l’absence de la justice sociale, de la recrudescence de la xénophobie, de l’analphabétisme, de la pauvreté, de la maladie etc.

Chez nous, sans s’expliquer ni assumer les conséquences, il est permis aux responsables du scandale financier d’accéder aux postes gouvernementaux pour leur rendre gracieusement la gloire. Les historiographes arabes bornés, insoucieux de l’histoire amazighe, négligent d’évoquer les empires amazighs, les rois, les héros, les savants et les personnes célèbres de la glorieuse histoire amazighe: Hérodote, Appolius, Massinissa, Jugurtha, Youba, Koceila, Dihya et la liste est longue, sont volontairement omis dans l’histoire ancienne de l’Etat arabe ; les martyrs amazighs: Abdelkrim khattabi, Moha Ou Hammou Zayani, Assou Ou Baslam, Abdellah Zakour etc. sont intentionnellement négligés dans l’histoire officielle de l’Etat arabe contemporain. Malgré la disparité de l’opinion des idéologues xénophobes, les arabistes veulent à tout prix affirmer leur prépondérance, imposer la supériorité de la race arabe et ils cherchent la gloire pour le peuple arabe, quelque soit la source de sa résurgence. Ils témoignent, sans honte, que la provenance de la technologie occidentale remonte aux origines arabes ! L’écrivain érudit amazigh : Ibn Khaldoune est devenu «un sociologue et historien arabe» !! Le courageux combattant amazigh : Tariq Bnouziad est devenu «un héros arabe»! D’autres savants religieux perses et pakistanais sont également devenus arabes après leur disparition ! Probablement, monsieur Armstrong Neil Alden deviendra dans quelques décennies le cosmonaute arabe! Dans la fable: Un âne chargé de reliques qui s’imagina qu’on l’adorait, Mr La Fontaine avait dit: «Maître baudet, ôtez-vous de l’esprit une vanité si folle, ce n’est pas vous, c’est à l’idole à qui cet honneur se rend».

Déjà les arabistes supposés glorieux rejettent l’appartenance du principal fondateur de l’organisation terroriste d’Al Qaïda: «Oussama Benladen» à la peuplade arabe. Les dirigeants arabes acharnés à la renommée exercent un assujettissement remarquable sur leurs peuples, ils s’enrichissent cupidement et ils préconisent des institutions liberticides. L’intérêt qu’ils portent à leur pays est loin d’être le fruit du hasard, il découle du souci de sécurité et de la recherche des conditions optimales pour garantir la stabilité de leur régime autocratique. Si les relations bilatérales et multilatérales entre les chefs d’Etats arabes, qui appliquent souvent la politique du pire, sont caractérisées par une multitude d’obstacles inventés pour empêcher les solutions politiques et dialectiques des différents problèmes, ces hauts responsables cherchent, à tout prix, à affirmer leur préexcellence. Pour se positionner dans l’échiquier politique, ils insistent sur les références islamiques et ils se proclament leader en matière de tolérance religieuse ! Les groupes de mobilisation populaire conjoncturelle pervertissent les jeunes et quand les citoyens réclament plus de transparence, les responsables justifient leur confusion par: la référence islamique n’est pas la seule source de la législation! La fraude et l’évasion fiscales sont à l’origine des pertes considérables pour les pays en voie de développement, les hautes sphères de la société bourgeoise arabe est toujours aussi prompte à transférer illégalement des capitaux aux banques des pays étrangers pour les sécuriser. Certains se dressent sur leurs ergots et prennent le travail communal pour leur référence politique, d’autres confirment qu’il est très difficile dans l’action communale d’adopter la référence politique. Les arabes marqués politiquement, manquent la faculté de discerner le bien du mal, font toujours échec au dialogue multilatéral. L’Etat arabe se heurte vite à l’insuffisance et l’incompétence des cadres et les experts engagés se révèlent, dans beaucoup de cas, en dessous du niveau requis. Habituellement, les cadres chevronnés n’acceptent pas de travailler dans des conditions difficiles et limitées par le traditionalisme, surtout qu’ils ont tendance à quitter leurs propres pays pour l’Europe ou l’Amérique où ils peuvent bénéficier dignement des conditions bien meilleures. En conséquence, les responsables arabes regrettent l’émigration des cerveaux vers les pays démocratiquement développés. Les fondamentalistes insistent à jouer la dernière carte au commerce avec les USA et l’Europe en vue d’oppresser sur Israël pour qu’elle se soumette aux appétences arabes, mais, d’autres voient en cette initiative une lourde perte qui sera infligée aux pays arabes. Les arabes vivent encore le calvaire de «la terre parle arabe» et l’unité du «Monde arabe» alors que cette unité individualiste est loin d’être réalisée, certains arabes préconisent présomptueusement la référence du «nationalisme arabe» pour l’unité de ce qu’ils appellent obstinément «le monde arabe» ; d’autres affirment que l’idéologie du «nationalisme arabe» est révolue, ils font appel à la référence islamique pour unir la «Oumma islamia» alors que l’idée élitaire du monde arabe et du monde islamique exclut injustement les autres nations, l’unité idéale doit englober équitablement : tous les peuples du Monde. L’intransigeance arabe ne pourra jamais régler le problème israélo-palestinien, qui pourra être définitivement résolu si, on envisage des solutions politiques où le droit, des peuples israélien et palestinien, pour vivre dans la paix soit obligatoirement garanti. Malheureusement, l'intolérance politique des arabes oblige les absurdes à s’immiscer dans les affaires qui ne leur appartiennent pas. Dans le but de rechercher la gloire, les arabistes applaudissent la Turquie qui bombarde les kurdes dans leur pays légal et les Pjdistes turcs et leurs alliés arabes décident incontestablement de violer forcément le blocus imposé par l’Etat hébreu; cependant, ils récupèrent leurs défunts: les victimes de la caravane de la liberté pro palestinienne. Dans le but de rechercher la gloire, après l’échec de la mission : flottille internationale pour l’aide des palestiniens de Gaza, les arabes cherchent une coalition multinationale anti-israélienne. Mais, l’ironie c’est que l’humiliation provient aux arabes du sentiment exagéré de la valeur personnelle des Etats arabistes où le fanatisme religieux est notoire et qui sont idéologiquement dirigés par des intégristes et des fondamentalistes dominateurs qui cherchent consciemment d’agresser la dignité des autres. L’avarice perd tout en voulant tout gagner, dit-on.

L’idéal est le respect tangible des droits naturels de toute l’humanité dans sa diversité pour parvenir à une unité équitable. Les réformes radicales s’imposent, il faut combattre les aspects qui résultent des évolutions nocives pour se mettre convenablement au diapason des revendications sociales. Il faut mettre l’accent sur l’importance que revêt la déclaration universelle du droit des peuples autochtones voté par l’assemblée générale de l’Organisation des Nations Unies pour défendre les droits à la terre, au territoire et ses ressources naturelles. Il faut méditer sur l’avenir des générations futures, de nos peuples en tenant compte de la belle leçon que donne le peuple amazigh qui n’a jamais demandé d’autre que le respect de sa dignité. Ce jour-là une crédibilité réduira notre vulnérabilité et notre humiliation dans un monde tolérant où régneraient enfin la liberté, le savoir, la créativité, l’équité et la justice sociale.

 

 

 

 

 

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.