uïïun  160, 

tamyur 2960

  (Août  2010)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

max ur itwafsr lislam dg urubba zund itwafsr dg timizar n asya?

Tayri deg amud n "reowin n tayri" n karim kannuf

Tifawin n Arrif

A yamezruy

Ndvar xaf k dduri

Ufugh zg yidv

Français

De l'idylle au combat

Entretien avec Amoouri M'marek

La Zawya Dilaya, une histoire oubliée

Le débat linguistique et identitaire

Les arabistes à la recherche de la gloire

Matoub, une figure charismatique

Sortie de "Idad n Wihran"

Nouvelle section de l'APMM à Taza

العربية

لماذا لم ينتشر الإسلام بأوروبا مثلما انتشر ببلدان أسيا؟

متى تستوعب الحركة الأمازيغية مفهوم "تاويزا" للهوية؟

الأعراب ولغة الانقراض

بني شيكر وبني سيدال وشفشاون وتطوان

شوف تشوف

الموقف السياسي في الأغنية الأمازيغية

اللغة والسلطة والدين في رواية محمد أكوناض

مبدعو القصيدة الغنائية الأمازيغية بسوس

قراءة في مجموعة (إيرزاك يميم)م

قراءة في المجموعة القصصية لمحمد كارحو

بين الجنس والالتزام في الإبداع الأمازيغي

الإيديولوجيا في المسألة اللغوية

حوار مع زهرة الفكهي

كتاب شعراء تازنزارت

ثمار المطابع في مجال الأدب الأمازيغي بسوس

بوجمعة تواتون في ضيافة ماسينيسا

بيان استنكاري ضد قرار محلس الجالية المغرب بالمهجر

بيان جمعية تاويزا بسلوان

بيان جمعية أسيكل

بيان مكناس حول تدريس الأمازيغية

بيان طلبة مسلك الدراسات الأمازيغية

بالشفاء العاجل للأستاذ إبراهيم اخياط

 

 

Matoub une figure charismatique

Par : Rachid Iseksioui (Imi n tanoute)

 

Matoub Lounes est le patriote de toutes les patries opprimées, comme il a dit dans l’une de ses chansons inoubliable.

Ce chante de la berbérité est né le 24 janvier 1956 en Kabyle et que les berbérophobes ont assassiné le 25 juin 1998.

Il n’était pas un simple chanteur mais aussi et surtout un défenseur et un emblème de la culture berbère et dans le sens le plus large, un défenseur des Valeurs Humaines. Matoub a choisi de composer des chants sur la joie de vivre, l’amour… Pour lui il n y a pas de différence entre la vie et la mort puisque ce qui détermine sa vie est bafoué par le régime pseudo-nationaliste algérien. A travers ses chansons, il mettait en question la situation culturelle et politique de son pays. Il était un chanteur et poète plein de personnalité et de talent, il sait décrire et raconter les souffrances des être humains. Il a un style qui le caractérise des autres chanteurs et poètes de son époque.

Matoub était influencé par le père spirituel de la chanson berbère Sliman Azem. Ce dernier n’a pas eu sa part de médiatisation à cause de son engagement par ses propres moyens, dans le but de mettre en valeur sa culture. Donc, Matoub a mis en question l’identité berbère avec la participation d’une masse assez considérable d’intellectuel tels que : Jean Amrouch, Taher Djaout, Mouloud Mammeri, Katyb Yacine, Mouloud Feraoun et tant d’autre.

Pour eux et surtout pour Lounes la question identitaire est parmi les facteurs qui déterminent l’existence de l’être humain.

Le berbérité occupe une bonne place dans ses chants, ses interviews et même dans se vie quotidienne. Il était un militant berbère indépendant. Autrement dit, Matoub n’avait pas de carte d’adhésion dans une telle organisation ou association.

Le ton de ses chansons est noir, radical, revendicatif, contestataire de points de vue de ses ennemis (le pouvoir, les islamiste, les pseudos démocrate..) parce qu’il dénonce tous leurs obus à l’égard du peuple Algérien et de sa culture autochtone. Alors, on peu dire que Matoub Lounes était contre l’imaginaire social officiel en Algérie.

L’Algérie officielle est Arabo-musulmane niant les réalités socioculturelles et linguistiques du peuple. Comme a souligné Moukrane , "une Algérie officielle a toujours existe au mépris du peuple sous un régime de dictature et parti unique ou le pouvoir est totalement militarisé".

La dichotomie Arabité/ islamité était imposée par le régime totalitaire Algérien. Ce dernier est un nouveau colonisateur qui vit des abus de pouvoir et d’autorité. En revanche, il y a une autre Algérie, l’Algérie réclamée par Lounes Matoub et autres.

Une Algérie qui a su demeurer contre les invasions barbares, profondément attachée à ses racines, à son histoire millénaire. Le rebelle considérait la kabyle tout comme l’Algérie de même que l’Afrique du nord n’est pas arabe. Il a une vision unique pour la question de la berbérité. Autrement dit, il militait en Kabyle, mais en même temps, il pensait à Tamazgha toute entre et aux autres causes justes.

Il était en pleine confrontation politique contre un pouvoir qui sait bien utiliser la stratégie Lénino-Staliniene basée sur la torture, l’assassina, la tyrannie... vis-à-vis, tous ceux qui sont contre leurs idées.

Finalement, la Kabyle tout comme les autres pays de Tamazgha ont été grièvement touché par l’assassina de la voix du peuple berbère. Il était une figure charismatique et rassembleuse, il n’a jamais songé de changer son instrument musical par une arme à feu comme c’est le cas de Che Guivara et bien d’autre. Par contre, il a cru au principe de non-violence puisse que sa cause qui est la notre était et sera juste, noble.

Donc, la question qui me semble être très importante à poser consiste en le degré de compréhension où d’exploitation de l’expérience Matoubienne au niveau de Tamazgha en général et le Maroc en particulier. Autrement dit, est ce que les militants berbères ont pu bien assimilé cette expérience ?

"Aimez vous à mort, et tout les reste n’est que simulacre (Lounes Matoub).

 

 

 

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.