uïïun  164, 

mggyur 2960

  (Décembre  2010)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

tamukrist n tnttit di lmrruk

Tamsghrit n tmzzuyt n Ibadviyn

Abrid ghar uzarug

Azekaw n Zen

Siwel, ini

Français

Le Maroc, une transition démocratique ou un autoritarisme sophistiqué?

Une langue à couper

Faut-il sacraliser la langue arabe?

Conte amazigh

Nouvelles interdictions de noms amazighs

Amnesty interpelle le ministre de l'intérieur sur à propos de Chakib Kheyyari

Organisation des jeunes amazighs

Cinéma des hautes montagnes

Conférences sur les recommandations aunisiennes concernant tamazight

Nouvelle publication amazighe

العربية

إشكالية الهوية بالمغرب

لمشترك العنصري بين القومجية العربية والصهيونية

محمد أركون والأمازيغية

الجهوية الموسسعة أو المؤامرة العروبية الموسعة؟

التعايش والمساواة في بلاد الأمازيغ

الحركة الانفصالية الصحراوية

تدريس الأمازيغية: واقع هش وآفاق غامضة

لقاء مع الحاج اعراب اتيكي

عمل جديد للفنان أحمد باعمران

بيان حول اغتيال بجمعة الهباز

بيان الحركة الأمازيغية لأكادير

بيان منتدى حقوق الإنسان للشمال

بيان جمعية أسكيل

بيان منظمة أزرفان

هيومان رايتش تلتقي بالمرصد الأمازيغي

المرصد الأمازيغي يتضامن

الوقفة الاحتجاجية لطلبة الدراسات الأمازيغية

عيد ميلاد أوسرغين أمناي

 

 

 

Conférence sur «les recommandations unisiennes relatives à l’amazighité au Maroc» à Khénifra

Par: Anarouz SAADANI- Khénifra

 

L’Association Amghar pour la Culture et le Développement a organisé, en coordination avec le Congrès Mondial Amazigh, une conférence sur les recommandations du Comité des Nations Unies pour l’élimination de la discrimination raciale (CERD) portant sur la problématique amazighe au Maroc. Cet événement de grande importance a eu lieu samedi 30 octobre 2010 au centre de Formation et de Qualification de la Femme à Khenifra. Il est à signaler que les recommandations en question ont été publiées le 27 août 2010 après l’examen périodique du cas du Maroc qui a eu lieu à Genève les 16 et 17 août 2010. L’objectif de cette activité est de faire connaître les observations et les conclusions du Comité onusien et de relancer le débat sur la question amazighe au Maroc.

Deux interventions étaient à l’ordre du jour : «Les textes internationaux relatifs aux droits culturels et linguistiques». Cette intervention a été présentée par Omar Choukri. La deuxième intervention porte sur «une lecture des recommandations du CERD relatives à la cause amazighe au Maroc». Cette communication est présentée par Khalid Zerrari, vice-président du Congrès Mondial Amazigh de la Région du Maroc.

Dans son intervention, Omar Choukri a passé en revu les conventions, les traités et les pactes internationaux se rapportant aux droits culturels et linguistiques, notamment la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, la Déclarations des droits des peuples autochtones, la convention de l’ONESCO, la Convention Internationale des Droits de l’Enfant, la Convention Internationale pour l’Elimination de toutes les formes de Discrimination Raciale… A la lumière de ces instruments internationaux, il a interrogé la réalité amazighe au Nord de l’Afrique et plus particulièrement au Maroc et a mis l’accent, des exemples a l’appui, sur les diverses formes de discrimination subies par Imazighen et a violemment critiqué les intellectuels marocains d’obédience arabiste qui ont appelé et donné des justifications au génocide culturel perpétré au Maroc. Il a aussi explicité la signification et la portée des textes internationaux visant à protéger l’environnement culturel et linguistique de chaque communauté humaine.

Dans la deuxième intervention, Khalid Zerrari a expliqué le contexte dans lequel les recommandations onusiennes ont été émises et a rendu compte des actions initiées par le Congrès Mondial Amazigh au niveau international pour faire connaître la cause amazighe et dénoncer les abus des Etats arabistes au Nord de l’Afrique. Il a aussi expliqué le contenu des conclusions du CERD et leur importance pour le combat amazigh et pour le mouvement amazigh qui doit faire pression sur l’Etat marocain et exiger l’application des recommandations en question. Les recommandations du CERD ont porté sur le niveau constitutionnel ainsi que le niveau institutionnel et exige l’inscription de la langue amazighe dans la Constitution du Maroc et l’alphabétisation des amazighs dans cette langue. Sur le plan socio-économique, il est recommandé au Maroc de «mettre un accent particulier sur le développement des régions habitées par les amazighs».

Un débat intéressant est déclenché par la suite. Le public a pris massivement la parole pour approfondir la discussion sur les différents aspects de la question amazighe et particulièrement le recours aux instances internationales. Les réactions sont diverses: la majorité approuve le recours à ces instances. Mais quelques interventions estiment que ce genre de recours n’est pas judicieux pour des raisons relatives à l’impérialisme occidental. La divergence des points de vue est une richesse en soi et demeure caractéristique d’un débat public serein et démocratique.

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.