uïïun  164, 

mggyur 2960

  (Décembre  2010)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

tamukrist n tnttit di lmrruk

Tamsghrit n tmzzuyt n Ibadviyn

Abrid ghar uzarug

Azekaw n Zen

Siwel, ini

Français

Le Maroc, une transition démocratique ou un autoritarisme sophistiqué?

Une langue à couper

Faut-il sacraliser la langue arabe?

Conte amazigh

Nouvelles interdictions de noms amazighs

Amnesty interpelle le ministre de l'intérieur sur à propos de Chakib Kheyyari

Organisation des jeunes amazighs

Cinéma des hautes montagnes

Conférences sur les recommandations aunisiennes concernant tamazight

Nouvelle publication amazighe

العربية

إشكالية الهوية بالمغرب

لمشترك العنصري بين القومجية العربية والصهيونية

محمد أركون والأمازيغية

الجهوية الموسسعة أو المؤامرة العروبية الموسعة؟

التعايش والمساواة في بلاد الأمازيغ

الحركة الانفصالية الصحراوية

تدريس الأمازيغية: واقع هش وآفاق غامضة

لقاء مع الحاج اعراب اتيكي

عمل جديد للفنان أحمد باعمران

بيان حول اغتيال بجمعة الهباز

بيان الحركة الأمازيغية لأكادير

بيان منتدى حقوق الإنسان للشمال

بيان جمعية أسكيل

بيان منظمة أزرفان

هيومان رايتش تلتقي بالمرصد الأمازيغي

المرصد الأمازيغي يتضامن

الوقفة الاحتجاجية لطلبة الدراسات الأمازيغية

عيد ميلاد أوسرغين أمناي

 

 

 

Faut-il sacraliser la langue arabe?

Par: Hassan Oulghazi

La langue est le système codé des communications phonologiques, propre à un groupe humain titulaire de sa souveraineté et lié par la conscience d’une histoire, d’une culture et des traditions, à une communauté ou à une nation, avec lequel une personne apprend à parler et se communiquer avec ses semblables. Toutes les races humaines parlent leur propre langue, on compte près de 7000 langues différentes dans le monde. Les peuples des pays dit aujourd’hui: «monde arabe» parlent des langues spécifiquement propre pour chaque groupe ou «tribu» que les nationalistes arabes veulent brasser pour former une et une seule langue classique dite: «langue arabe sacrée!».

La répartition des langues dans le monde n’est pas due uniquement au hasard, c’est souvent à cause de la colonisation que certaines langues se sont répandues sur tous les continents. Lorsqu’un peuple part à la conquête de nouvelles terres, il tente d’imposer aux peuples conquis certains éléments de sa culture notamment sa langue. La conquête arabe des pays de l’Afrique du nord s’est soldée par l’extension de la zone d’influence des arabes aux pays de Tamazgha, l’arabisation de la majorité des Imazighen et la marginalisation totale des irréductibles. Aujourd’hui, les marocains arabisés estiment largement les arabes pétrodollars, malheureusement, ces mêmes arabes humilient les passionnés arabistes marocains et portent atteinte à leur dignité, ils définissent notre «plus beau pays du monde» comme un pays de drogue, de sorcellerie, de corruption administrative et de l’activité du commerce charnel! Face à ce scandale immoral qui touche la dignité de tous les marocains, l’Etat arabo-islamique au Maroc, obéit et accueille vivement ses seigneurs les pétrodollars arabes moyen-orientaux! Les pays dits: «arabes» sont très différents les uns des autres, chaque pays a ses propres caractéristiques qui constituent les données de son histoire. L’Arabie Saoudite a toujours été un pays à structure tribale, elle est loin de former une seule et unique collectivité nationale, à la suite du contact direct avec les arabes, les tribus sémites (non arabes) qui occupaient la péninsule ont adopté la langue arabe; l’Iraq et la Syrie sont les pays des Kurdes; l’Egypte est le pays des Pharaons et des Coptes en plus des Amazighs sédentarisés jusqu’aujourd’hui dans la région de Siwa, la ville d’Alexandrie égyptienne a été fondée par le roi de la Macédoine: Alexandre le Grand; le Liban est le pays des Druzes; la Palestine c’est le pays (israélo-arabe); les pays de l’Afrique du Nord constituent les pays des Imazighen: Tamazgha, la ville de Kairouan a été fondée au VII éme siècle par les arabes pour servir de base arrière aux armées des conquérants dévastateurs qui pillaient la région, qui occupaient les terres fertiles et qui imposaient la culture et la langue arabe aux Imazighen; les conflits qui ont ravagé le Darfour au Soudan sont à base des désaccords ethniques! Aujourd’hui, les détracteurs de l’amazighité prônent la destruction d’Israël, la supériorité de la race arabe et la sacralité de la langue arabe. Malheureusement, tant que les Amazighs ne s’explosent pas pour la cause palestinienne, ils restent aux yeux des islamo intégristes les «alliés» de l’Etat hébreu tant qu’ils ne s’adhèrent pas à la vision dualiste arabe: l’intolérance et la violence! A l’instar des despotes arabistes, le chauvin arabiste Kaddafi, oublie que tous les êtres humains ont été créés égaux et il ignore que si les arabes ont conquis l’Afrique du nord il y’a moins de 12 siècles, l’homme moderne apparut sur cette terre dite: Tamazgha il y’a plus 1500 siècles, l’alphabet amazigh «Tifinagh» a été découvert il y’a plus de 08 millénaires et ce leader arabe «révolutionnaire appelle» sans honte à l’expulsion de tous les peuples indigènes pour faciliter l’annexion de cette terre africaine à la patrie du prétendu «monde arabe»! Alors que «l’Afrique est aux africains», disait le grand roi amazigh Massinissa. La xénophobie arabiste défie la logique du principe de la tolérance et de la paix dans le monde, elle vise tous les autochtones, elle déclanche la croisade religieuse contre Imazighen en Afrique du Nord dont les revendications légitimes et le militantisme actif dérange à foison les convoitises des nationalistes arabes et du chef de l’Etat libyen connu par son refus catégorique de toute ouverture sur l’amazighité, ancrée dans l’histoire, et qui préexistait en Afrique du nord de l’arabisme depuis plusieurs millénaires. A cet effet, l’unité politique arabe demeure un objectif utopique, elle fut prestement réalisée dans le passé sur des bases religieuses et non nationales. Il n’y a pas de collectivités unifiées mais des tribus hétérogènes et les arabes veulent imposer arbitrairement leur supériorité. Dans l’histoire de toute l’humanité, l’être humain a pu révéler les religions célestes, notamment: l’évangile et le judaïsme en langue hébreu et l’islam en langue arabe. Certains arabes persévérants et quelques groupuscules du récent mouvement islamiste radicaux ou intégristes sacralisent excessivement la langue arabe sous prétexte qu’il s’agit de la langue de la parole du créateur de l’univers. Si nous partons de ce principe, on doit considérer également que l’hébreu soit aussi une langue sacrée. Pourquoi donc omettre le rôle des anciennes langues, le latin et le grec: les langues des sciences humaines et de la philosophie ancienne et surtout le rôle capital de: «la langue anglaise» qui a servi toute l’humanité dans le cadre de la technologie et du développement technique et scientifique dans le monde entier, ainsi, l’anglais n’est-il pas une langue sacrée? Les arabes du golf apprennent et parlent couramment la langue anglaise et les têtus défenseurs de la langue arabe aux pays de l’Afrique du Nord perdent leur langue maternelle et les langues étrangères qu’ils connaissaient relativement: l’anglais, le Français et l’espagnol etc. A travers l’histoire de l’existence humaine, toutes les religions célestes ont été révélées par des prophètes, que le bon dieu a voulu choisir, avec la langue qu’ils parlaient. L’idéal du fait est que le message divin soit notifié pacifiquement à l’ensemble des peuples du monde avec la langue qu’ils parlent. D’où il faut conclure, à cet effet, que toutes les langues du monde sont égales, elles doivent être tous au service de la science dans toutes ses disciplines et porteur du message divin. En conséquence, il n’y a pas de langue sacrée par rapport à une autre langue. Les précurseurs de ce phénomène apparaissent il y’a quelques décennies pour consolider l’essor du «nationalisme arabe» qu’ils constatent actuellement en décadence progressive. Dans une tentative de réaliser l’unité politique à base du «nationalisme arabe», le chef de: «l’union mondiale des ulémas musulmans», l’africain Youssef Kardaoui, prêche un lien ferme entre l’islamisme et l’arabisme et il cherche à arabiser tous les musulmans, il incite les islamistes à apprendre la langue arabe et abandonner les langues étrangères! Quelques ulémas traditionnels soutiennent naïvement cette théorie, ils essayent de réislamiser les couches cultivées et les classes populaires suivant leur conception, ils dictent obstinément que la langue arabe, la langue du saint coran, est la langue du paradis; ce qui pousse les arabes machinaux à ressentir, malheureusement, une certaine antipathie à l’égard des autres langues! Le pouvoir politique arabe sympathisant à ce mouvement continue d’occulter la réalité et l’origine des arabes! Les cours d’histoire qui nous ont été donnés à l’école les années 1970 précisent que les arabes sont les habitants de la péninsule arabique, les amazighs constituent le fond des habitants du Maroc et les pays de Tamazgha: l’Afrique du Nord. Les habitants des pays dits: «arabes» se composent d’une minorité arabe et de divers groupes ethniques non arabes ou arabisés. L’aspect original de cette construction politique fait ressortir l’historicité d’une tentative de mettre à l’écart tout autre groupe ethnique différent de la race arabe! Ce sont les retombées de la politique discriminatoire institutionnalisée par les Etats arabes. Ce phénomène islamiste apparaît probablement dans le contexte de la crise structurelle, caractérisée par le manque de l’équité sociale, d’où l’accent sur les rapports aux valeurs islamiques visant à répondre négativement aux sollicitations d’un monde de plus en plus fétichisé. Nous remarquons, en effet, que la confusion entre les différentes manifestations religieuses dans les pays arabo-islamiques reflète l’imprécision des critères utilisés par les uns et les autres pour façonner leurs typologies perspectives. Plusieurs chercheurs refusent l’idéologie réactionnaire des islamistes qui rejettent les valeurs de la civilisation moderne et les acquis du progrès. L’impression générale qui se dégage des conclusions des uns et des autres n’a pas une seule cause qui pourrait prétendre à expliquer un phénomène complexe, nous estimons qu’il est nécessaire de chercher ses causes et sa structuration dans la réalité afin de parvenir à une reconstruction théorique des faits. Afin d’éviter les erreurs, il faut avoir présent à l’esprit des limites objectives du bon sens. Il faut être d’une grande gentillesse avec ses congénères, il faut plutôt que les arabes renoncent aux défauts de la vanité incommensurable, il faut se convaincre que tous les êtres humains sont égaux devant la loi divine et devant la Charte de l’Organisation des Nations Unies, que notre pays a ratifié et s’est engagé à respecter. La charte de l’ONU stipule que: «Dans les Etats où il existe des minorités ethniques, religieuses, ou linguistiques, les personnes appartenant à ces minorités ne peuvent être privées du droit d’avoir en commun avec les autres membres de leur groupe, leur propre vie culturelle, de professer et de pratiquer leur propre religion, ou d’employer leur propre langue». Il faut le savoir aussi que tout être humain peut obtenir par la raison et la douceur ce qu’il cherche à obtenir par l’injustice, l’absurdité et la violence; un peu de parfum adhère la main qui offre une rose, dit-on. Il faut éviter que la religion musulmane soit à l’origine des conflits entre les groupes humains! Il faut également se convaincre que tout être humain qui ira au paradis pourra, avec la volonté du bon dieu, parler la langue du paradis quelque soit la langue qu’il parle dans sa vie. Les arabistes déséquilibrés, adeptes du fanatisme religieux musulman, qui défendent et sacralisent aveuglément la langue arabe, qui n’est qu’une langue identique à toutes les langues des peuples du monde, ne sont pas des saints qui ne se trompent jamais, ils doivent se faire leur autocritique et rectifier leur conduite, comme le stipule le verset du sacré coran: «wala touzakkou anfoussakoum allahou ya3lamou bimane ittaqa». Le gouvernement de l’Etat de droit moderne doit développer le dialogue constructif pour éviter la manifestation des désaccords ou des sentiments opposés entres les différentes couches sociales, il doit lutter contre la corruption administrative et il doit savoir que les êtres humains sont égaux. L’arabisme n’est pas un critère de classification des êtres humains et rien ne justifie la supériorité d’un arabe et d’un non arabe et la langue arabe classique n’est qu’une langue pratiquée ou parlée exclusivement par ceux qui l’apprennent à l’école. Pour permettre aux peuples du monde d’appliquer convenablement les règles de vie de l’islam et obéir aux préceptes du coran, révélé en langue arabe, il faut traduire «le saint coran» à toutes les langues du monde. Il est en conséquence inadmissible de sacraliser la langue arabe au détriment des autres langues, en effet, il est inconcevable que les maîtres de la loi musulmane soutiennent le délit de la disparition irrévocable de la langue amazighe dans nos pays. La loi divine n’autorise nullement pas la distinction ni entre les races humaines ni entre les langues qu’elles parlent, malheureusement, les arabistes chauvins défient la loi sacrée du bon dieu, ils contestent l’existence du peuple amazigh et ils cherchent injustement à éliminer la langue Tamazight dans tous les pays de Tamazgha! Dans le cadre de la perspective globale de faire de la société marocaine une société moderne fondée sur la démocratie participative, il faut que l’Etat de droit et des institutions prenne les mesures nécessaires pour préserver l’égalité entre les différentes composantes de la population du pays qui doivent faire preuve de la tolérance, respecter les libertés publiques, promouvoir le développement social, économique et culturel, soutenir les institutions chargées de la défense des droits de l’homme et fournir un cadre législatif adéquat pour éliminer toute forme de discrimination et de marginalisation.

Apprenez d’abord la langue tamazight puis les autres langues selon votre disposition et votre choix, il n’y a pas de langue sacrée ni de langue maudite, toutes les langues du monde sont égales et sont congénères. Défendons donc la survie de notre langue nationale tamazight et sauvegardons-la de l’oubli, car elle nous permet de comprendre notre propre mentalité, en tant que société humaine, elle est pour nous l’objet d’art sans pareil, sa vivacité et sa longue histoire sont les motifs de gloire pour notre patrimoine. Selon le témoignage de certains spécialistes éminents, la langue tamazight était supérieure et plus riche dans le passé que le latin. En conclusion, aytma d istma imazighen, hane toutlayte tamazighte nna igane toutlayte n’oufgane amazigh, tla ouddour nnes, tamou g toutlayine n’oumadal, nna yaghd ifka sidi rabbi. Iwa, sahha nnoun, ad our nttou awal nnegh hat illa diks koullou loumour n ddine wla wine ddounite. Issinat sg tizwouri toutlayte tamazight, slmdat’s i tarwa nnoun, lamdate «tghrim» toutlayine yatnine aynna mi tghym d’aynna mi toufame. Ad our t’ttoum amzroy amazigh oula tamaguite tamazighte achkou hat igu idda oumzrouy d’toutlayt d t’maguit n’imazighen hat n’dda koullou t’ngh.

 

 

 

 

 

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.