uïïun  171, 

sayur 2961

  (Juillet  2011)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

iãiä n tamazivufubit d tupuäyt n taoarabumanir

Arriif jar tirelli d uhwes

Asmammi

tudert inw

Français

Marghighda au pays de Gurugu

La question de l'identité au Maroc et la réforme constitutionnelle

L'amazighité et la constitution de Mannouni

Pour un Maroc vraiment exceptionnel

La télévision amazighe

Sortie du livre de mostafa Qadery

العربية

سعار الأمازيفوفوبيا وجنون العربومانيا الجاهلية

من مغالطات المعادين للأمازيغية

الله يتكلم الأمازيغية أو هو أعرب

لماذا لا يمكن حاليا إلا دسترة الأمازيغية كلغة رسمية؟

فجر الأوديسا أو دلالة أسماء العمليات العسكرية

ذكرى للتاريخ وإن عاثوا فيه فسادا

الذكرى الثالث عشرة لرحيل لومناس معتوب

صدور كتاب في الهوية الأمازيغية للمغرب

إحياء لذاكرة بوجمعة هباز

ما أبعدك أيها الخليج

كتاب الإعلام الإلكتروني الأمازيغي

بيان تنسيقسة تافسوت للجمعيات الأمازيغية

ندوة التغيير الدستوري وميتقبل الريف

 

 

 

l’amazighité et la constitution de mannoni

par: m.mohamed bahaddou ( sidi ouarazazate )

 

il parait que le régime politique marocain a perdu ses pédales.

disons qu’il a attrapé froid ou qu’il est regagné par la grippe aphteuse

pour des raisons suivantes:

premièrement à cause de l’ absence d’une stratégie unanime et efficace pour la résolution d’ un certain nombre de dossiers épineux qui ont suscité tant d’encre et tant d’ émotions.

ces mêmes dossiers qui ont appauvri les marocains et qui ont époustouflé toutes nos richesses: le sahara, l’école et le chômage .

mais les grandes questions qui ont engouffré les cartes étatiques dans le chaos restent la langue amazighe et l’amazighité.

coup miraculeux ! le 9 mars vient peut être pour mettre en cause les anciennes pratiques des décideurs précédents .

ou bien pour légiférer les abus des pouvoirs des années de fer.

en tout cas c est l’ histoire qui est capable de répondre à ce débat houleux.

dans ce sens certains militants amazighs s’interrogent sur les raisons qui ont motivé les choix de l’état qui ouvre ses yeux sur la question amazighe.

peut - on dire que le mouvement amazigh a trouvé de bonnes oreilles ?

ou hasardeusement la dynamique internationale et la mouvance mondiale tiennent les rennes et font peur au régime.

ou bien c’est le mouvement 20 février qui a bien fait son travail en prenant sur ses épaules le dossier revendicatif de cette question épineuse .

si on dit que c’est le maghzen qui a plus de pitié à l’ égard des imazighens ?

d’autres disent que tous ces propos ne sont que des justifications mensongères et fallacieuses qui ne tiennent pas beaucoup.

tout simplement on veut jeter de la poudre aux yeux des habitants de tamezegha et de mrakeche.

on connait ce disque usé et suranné qui fait mal aux yeux et qui casse les oreilles.

a vrai dire on a marre on a raz le bol.

ils ont déjà fait ces vacheries et ces âneries quand ils ont lancé l’enseignement de la langue amazighe qui est tombé en panne avant même de démarrer .

ils ont déjà fait preuve de mauvaise foi et de mauvais augures quand ils ont parlé de la réparation communautaire pour réhabiliter les victimes des années de plomb.

ils ont démontré de justesse leur obscurantisme et leur régression quand ils ont implanté des associations extraordinaires à l’ enceinte des campagnes marocaines.

ces mêmes associations qui ne cessent pas d’envahir les montagnes, les hameaux et les villages en lançant des projets morts nés:

l’élevage des poules et des coqs ou même des chiens.

quel manque de vigilance ! et quelle absence de patience. quelle risée!

a nos jours la volonté de réformer et le désir de changer se perd entre les mains des politicards qui ont peur de la question amazighe .

les partis et le makhzen hésitent encore, reculent et refusent d’avancer vers le bon rail.

doit - on considérer la langue amazighe une langue officielle ? une langue nationale? ou uniquement un dialecte marocain?

les partis se divisent sur eux mêmes et se jettent des pierres.

par ailleurs ce dossier épineux devient pour certains profiteurs arrivistes un moyen pour grimper les échelons et gravir les montagnes de la promotion .

la question amazighe est instrumentalisée pour atteindre les objectifs des manipulateurs et des arnaqueurs spécialistes de la prostitution politique .

pour gagner les échéances électorales; on entend «ait ma isstma»

pour faire sa place au soleil, les lèches cul chantonnent:

«ougma amazighe oultma tamazighte»

pour traverser la mer avec une planche moisie, les spéculateurs fredonnent

«affousse goufousse fade anhrte tillasse» (mains dans la main pour pourchasser les ténèbres).

….

donc officialiser, nationaliser régionaliser ou constitutionnaliser tels sont les verbes qui ont cassé le sucre sur le dos des politicards.

force est de constater que l’amazighitude devient tantôt un éventail pour chasser tous les reproches de négligence et d’ égoïsme tantôt un calmant contre les douleurs de la faiblesse de l immunité .

l’ amazighitude devient aussi un plat ou se mangent toutes la magouilles de la démagogie sauvage.

elle devient un verre ou se boit tous les poisons de idéologie obsolète et surannée .

on peut ajouter que l’ amazighité est célébrée à l’ occasion des activités festives ou à l’ occasion des moissons électorales.

ils doivent savoir que leurs stratégies diaboliques sont divulguées et leur réseau de toile d’ araignée doit être démantelé.

je dis à ces jobards dont toutes les actions sont au préalable de mauvaise foi que l’ amazighité est plus noble que vos ignominies.

je vous dis que l’ amazighité appartient au peuple de marrakche de la grande amazighie et tamezggha .

je vous dit halte je vous dit stop arrêtez votre arnaque et votre escroquerie.

on a plus de temps à perdre.

tous les ingrédients sont présents.

prenons l’exemple de l’irlande, le sud d’afrique ou le canada et l’inde qui ont bien compris que l’ amélioration d’une langue passe d’abord par sa constitutionnalisation .

etrange de constater que le régime a nommé un comité de concertation et de consultation avec les autres partenaires afin de préparer une feuille de route qui constitue la charpente de la nouvelle constitution .

mais selon certains analystes politologues marocains ou étrangers , cette commission dialogue avec elle même et n’engage qu’elle même.

ce comité de mannoni est désigné sans prendre en considération les enjeux de la démocratie.

qu’attendez-vous d’une réforme cousue selon la taille des marocains connus et modulés par le makhzen ?

qu’attendez vous d’une constitution qui considère les citoyens comme de simples sujets? .

qu’attendez-vous d’une réforme qui dépend de l’article 19 ?

qu’ attendez vous alors d’ une réforme qui est plongée dans le doute et dans l’ambigüité ? puisqu’elle parle de l’identité amazighe sans avoir le courage de parler de la constitutionnalisation de la langue amazighe .

peut être certaines questions s’imposent et se posent .

pourquoi doit-on dire que la constitutionnalisation est obligatoire et constitue un dossier urgent ?

d’abord ; la constitution actuelle marginalise la composante amazighe en dictant que l’arabe est la langue officielle de tous les marocains .

secundo la charte internationale des droits de l’homme stipule que tous les peuples du monde ont le droit de défendre leur langue, donc de valoriser leur identité .

en troisième lieu le processus de le constitutionnalisation donne à la langue une grande valeur et aux autochtones un sentiment de sécurité.

ainsi on parle de la protection de cette langue et son intégration dans la vie socioéconomique et politique au lieu de rester sans statut à coté des portes des écoles .

par conséquent la constitutionnalisation est un droit et non pas un désir de la mendicité.

on ne fait pas la charité! on réclame nos droits pacifiquement pour l’instant mais la mer n’est jamais stable, elle dépend des courants des flux et des reflux .

on a plus envie d’entendre les résidents amazighs au maroc. nous réclamons une constitution qui donne à chaque citoyen sa dignité et son honneur, nous voulons une constitution qui protège le droit d’ expression; une constitution qui garantit une meilleure vie à tous les marocains, une constitution qui considère les membres de la société égaux devant la justice, une constitution qui assure le droit à l’emploi, l’accès aux services; une constitution capable de réhabiliter et de valoriser la culture et la langue amazighe.

nous exigeons une constitution votée par le peuple, une constitution démocrate, une constitution qui contrôle et juge tous les corrupteurs, une constitution qui répond aux exigences et aux aspirations de tous les citoyens.

par contre nous refusons une constitution trompeuse. nous disons non à une constitution de fard et de maquillage ; nous crions fort et haut contre toute constitution offerte. nous désapprouvons toute constitution imposée par les fourberies du makhzen . surtout nous sommes contre toute constitution qui ne prend pas en considération l’amazighité dans toutes ses composantes.

on a assez attendu, l’attente est trop longue et étouffante.

on doit agir, bouger et passer à l’action, s’ engager, s’investir et s’impliquer .

enfin avant toute réforme socioéconomique, les réformes politiques s’imposent par force des choses mais la réforme la plus urgente: revoir le statut de l’amazighité loin de l’amazigh phobie pour éradiquer tout processus du linguicide amazigh.

donc la constitutionnalisation de la langue amazighe est une priorité nationale et une exigence politique loin d’ une constitution cuisinée dans les fours impitoyables du makhzen .

enfin que notre akal, notre awal et notre affgane soient pérennisées.

(ecrit par m.mohamed bahaddou - lycee sidi daoud, ouarazazate -

amazighyouba@gmail.com)

 

 

 

 

 

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.