uïïun  174, 

mrayur 2961

  (Octobre  2011)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

is d talmmiççt i wanay vur zzat niv d asulf i wavul dffir?

Arrif di 122 n iseggusa

Axiyyq

Kartvaj

Français

Marghighda le jour du référendum

Faut-t-il avoir confiance en nos formations politiques?

Quand la langue amazighe est reléguée au second plan

Le retour inévitable de la culture amazighe

العربية

ترسيم الأمازيغية: فرصة للتقدم أم مناسبة للتراجع؟

اللسانيات الدينية أو ما في الجبة إلا الشيطان

دعوة المشرع المغربي إلى الإقرار صراحة بالقانون الكوني

قراءة في كتاب: وطنية باحتقار الذات

كتاب عن مجموعة أوسمان

حوار مع مجموعة مفتاح صول

المعجم الأمازيغي الفايسبوكي

شروط دراسة التاريخ الأمازيغي القديم

بيان تنسيقية تنمل

جائزة الطيب تاكل

بيان الرباط

بلاغ الشبكة الأمازيغية من أجل المواطنة 

 

 

 

Le retour inévitable de la culture amazighe

Par: Mohamed EL ASSRI

 

Le premier quart du 21ème siècle se caractérise par une dynamique politique et sociale très forte. Il s’agit des révoltes de certains peuples ayant soif de la liberté et de démocratie contre les systèmes tyranniques et autocratiques.

Le Maroc, plus précisément le gouvernement marocain, semble tirer profit des erreurs des pays voisins et a précipité les événements en organisant un référendum sur une nouvelle constitution. C’était un acte politique intelligent de la part du gouvernement. Cependant la manière de déroulement de ce référendum était ridicule et honteuse: Les institutions du Makhzen” ont levé des slogans incitants les citoyens à voter par oui” et certains gens ont été préparé à dire oui”. Le pire est que les mosquées, lieu d’adoration, ont été manipulés pour flatter la nouvelle constitution…Laissons de côté ses « bêtises » commises pendant ce référendum de 1er Juillet 2011 et prenons le contenu de cette constitution. Dans l’article 5, le législateur a fait preuve du courage en considérant la langue amazighe une langue officielle. L’état commence-t-il peu à peu à changer ses convictions rigides envers la cause amazighe ? Grâce à cette officialisation de notre langue mère, on peut espérer un retour inévitable de la culture amazighe dans notre vie quotidienne, mais à condition qu’il y ait une volonté politique.

Il y a encore un obstacle que les intellectuels et les militants amazighs doivent surmonter, c’est celui de l’arabisme et de l’amazighophobie. L’élite arabiste a des convictions et des représentations erronées sur la cause amazighe. On peut dire qu’ils sont des nihilistes modernes puisqu’ils refusent les valeurs et la culture de l’autre. Le philosophe allemand Friedrich Nietzsche estime que « les convictions sont les ennemis de la vérité, elles sont plus dangereuses que les mensonges ». En effet, les amazighophobes sont les ennemis d’une vérité historiques qui confirme l’identité amazighe de l’Afrique du nord. Pour légitimer leurs positions éliminatoires, ils se réfèrent à tort à l’Islam. Ils ne comprennent pas ou ne veulent pas comprendre que la religion islamique ne favorise ni langue ni culture d’un peuple précis, l’Islam ne demande que d’adorer Allah et suivre le bon chemin. L’Islam demande-t-il de nier la culture d’un peuple ?! demande-t-il de détester sa langue ?! privilégie-t-il la culture arabe ?! Ces gens dits islamiques font mal à l’Islam.

La mentalité arabe a dominé et domine encore les pays nord-africains depuis plusieurs décennies. Pendant cette domination, ces pays sont toujours en queue de classement en matière de droit de l’homme, de développement humain et de la recherche scientifique. Donc il est temps pour la mentalité arabe de reconnaître son échec et de céder la place à la pensée amazighe pour jouer ses cartes et conduire les pays de «Tamazgha» vers le succès.

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.