uïïun  181, 

smyur 2962

  (Mai  2012)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

wi iskasan tanttit tamazivt n tmura n tamazva?

Imidver

ass d

Tamghart teffegh...

 

Français

la principale raison de la marginalisation de l'amazighité

A la mémoire de notre mère amazighe

L'Azawad ou quand l'histoire a raison sur le politique

Communiqué du CMA

Communiqué de

Communiqué de AMA

Livre de B.Lugan sur les berbères

العربية

من يجادل في أمازيغية بلدان تامازغا؟

الأمازيغية بين الإقصاء والاحتواء

هل شمال إفريقيا أرض أمازيغية أم عربية أم إسلامية؟

فقه الهوية: تعريب الإسلام أم أسلمة العروبة؟

حتى لا ننسى

حوار مع الطفل الكبير بدر

منجم كبير وقرية منكوبة

تدريس الأمازيغية: حقيقة أم زيف؟

كتاب الأمازيغية والسلطة لرشيد الحاحي

رواية أكوناض تترجم إلى الفرنسية

مسرحية تاواركيت ن وفكاركان

فيلم مشاهو والعمق الثقافي القبايلي

نشاط لجمعية اناروز

الاحتفاء بالشاعر محمد أرجدال

تجديد مكتب جمعية دشار إينو

بيان تنسيقية أميافا

بلاغ المرصد الأمازيغي

بيان المؤتمر العالمي الأمازيغي

بيان جمعية إزرفان

بيان مكتب الحكم الذاتي للريف

بيان جمعية أمغار

بيان جمعية تيماتارين

 

 

 

 

L’AZAWAD OU QUAND L’HISTOIRE A ENFIN RAISON SUR LE POLITIQUE

Par: Hassan Banhakeia (Université de Nador)

 

Combien de dialogues entre Touaregs et gouvernements ont été entamés, ensuite oubliés au moment de voir le poids des rapports prendre des déséquilibres ? A travers les siècles, les accords écrasent les Touaregs, les tournent en dérision, comme si ces Imazighen, à l’instar des autres, appartenaient à un univers si lointain dans le passé, et que la politique, fait moderne, ne devait pas être logiquement leur affaire. Au nom de l’intégrité démagogiquement factice et de création jacobine, faut-il exterminer un peuple et son histoire?

Les Touaregs sont bons à être écrasés par les régimes militaires, bons à connaître l’exil, l’expatriation, la misère, tout court les affres de la Marge. Quand ils revendiquent l’autonomie nécessaire, voilà le monde qui s’y oppose, à ce droit d’être ce qu’on est censé être. Curieusement, les Etats-Unis de Barack Obama ne peuvent point tolérer l’autonomie des Touaregs bien qu’ils défendent dans le monde l’autonomie politique de tant d’ilots sans identité propre.

Crier fort que les Touaregs religieux sont des islamistes, voire de l’alqaida, est une ineptie. Ils croient tous à Mahomet et au Coran, et s’ils luttent pour survivre, ils ont surtout besoin de la foi, car à la mort ils vont pour sauvegarder le peu de l’être qu’ils ont...

Qui peut défendre la souveraineté d’un peuple plus que le Peuple lui-même? L’histoire du Grand Maroc? Ce dernier urge à dénoncer l’autonomie de l’Azawad. Une autre position du gouvernement marocain nous aurait étonné. Seulement que fait-il de l’histoire millénaire du royaume? Que dire du Maroc des Saadiens ?

L’origine est politique: rien par l’engagement que les Touaregs peuvent se réapproprier le droit à être dans leurs pâturages arides. En consultant les toponymes d’Azawad, aucun Amazigh, sans avoir besoin de sa conscience identitaire, ne se sentirait loin de ce peuple. Citons : Tessit, Tawardé, Tidaghmen, Tigharghar, Tinkar… Là, en plus de l’initiale féminine qui est omniprésente, comme signe culturel et historique, il y a l’idée symbolique d’une source tant recherchée, celle de l’être, peut-être...

Enfin, si le politique n’est pas maîtrisé ni servi comme expression, l’économique s’use à défaut d’institutions pour le défendre. Une telle équation est bien assimilée dans l’esprit touareg.

Nador, 6 avril 2012

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.