uïïun  184, 

tamyur 2962

  (Août  2012)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

asmi "tawmat" ttili d assav jar "awma amqëan" d "aytmas ibarbariyn"

Tighri dg wammud n "ajdvidv n ucar"

Tifuyin ighellyn

"I tenni d ikkin"

Tasrit n unzvar

Français

Vie amère d'un vieux boutiquier amazigh

Tabaamant: l'apprentie dihia!

Tamazight et le développement humain

Le cinquante-huit de Marghighda

Sans titre

Hors_série dy bulletin "asirem amazigh"

Dilemmes de la monarchie marocaine

Communiqué du CMA

العربية

كلمة الختام

عندما تتخذ الأخوة شكل علاقة بين الأخ الأكبر العربي وإخوانه البرابر

التبجح بقضاء اللغة العربية على لغات الأقوام الأخرى

الأمازيغ في شمال إفريقيا عبر التاريخ

اللغة الأمازيغية: القوة والصمود والتجدد

القانون التنظيمي لترسيم الأمازيغية

الرد على مزاعم رابطة إيمازيغن

هدم الأمازيغية من الداخل

المرأة بين التصورين الأمازيغي والعربي

من هلدرين إلى معتوب لونيس

تجليات المنسي في شريط الجامع

عن الدولة الدينية واللادينية والمدنية

كتاب تاريخ المغرب في ضوء علم الآثار

الشاعر حمو خلا من الأطلس الكبير الشرقي

من أجل منع العبارات ذات الدلالة العرقية

أية آفاق للأمازيغية بعد الترسيم

بيان الكنكريس العالمي الأمازيغي

الأمازيغية بالمكسيك

بالشفاء العاجل للفنان محند سعيدي

تأسيس جمعية تاوادا

بيان التجمع العالمي الأمازيغي

مسابقة إسافن للشعر الأمازيغي

مهرجان تماوايت

 

 

 

 

Sans titre

Par: Hassan Oulghazi

Si on s’efforce à nous injecter une bonne dose d’ignorance pour que l’on base nos jugements sur des préjugés, humilier notre «soi-même et renoncer aisément à nos droits socioculturel, politique économique etc.», faut-il dire non à la falsification de notre authentique histoire? Faut-il dire non à la marginalisation et non à la discrimination raciale? Faut-il dire non au chômage, non à l’ignorance, non à la maladie, non à la corruption, non à l’humiliation etc.? Eh bien, la politique boiteuse menée par nos dirigeants nous oblige à dire «non» quand il fallait dire «oui» et dire oui quand il fallait dire «non» !!

Si au fil des années et des siècles, l’Afrique du nord a été visée par la convoitise obsédée d’une série d’envahisseurs étrangers: les Vandales, les Byzantins, les Romans, les Phéniciens, les Ottomans etc. c’est en 1927 qu’Emile-Félix Gautier avait publié une œuvre intitulée : «le passé de l’Afrique du Nord, les siècles obscurs». Si la nouvelle vision coloniale conçoit une synthèse terrible et juge arbitrairement que les pays de l’Afrique du nord : (Berbèrie, Grand-Maghreb, Afrique du nord…) est un pays sans nom, un pays isolé et incapable de se doter d’une autonomie étatique ou culturelle et il demeure un territoire disputé entre l’occident et l’orient ! Certes, l’Afrique du nord est le grand pays du peuple amazigh, il n’est pas dépourvu de nom ni d’histoire : c’est le pays de Tamazgha où des dynasties amazighes avaient régnés avec sagesse durant des siècles sur cette terre. Aujourd’hui, les dirigeants arabophones dressent des embûches à l’officialisation de la langue Tamazight et dans le but d’arabiser forcément le peuple amazigh, les pays de Tamazgha sont devenus fortuitement : (Maghreb Arabe humblement rectifié en : Grand-Maghreb) !! Les hautes autorités amazighophobes s’acharnent sur l’idéologie du nationalisme arabe raciste et s’opposent iniquement aux principes de «l’unité dans la diversité» ! Au Maroc, le traité du protectorat et l’accord signé entre les autorités françaises et les nationalistes pan-arabistes à Aix les bains ont pu installer un Etat arabe qui avait lutté farouchement contre l’existence amazighe au Maroc ! Les responsables gouvernementaux, issus des partis politiques fondés sur des bases religieuses et/ou ethniques et sur des bases purement discriminatoires et contraires aux droits humains mettent le bâton dans les roues pour entraver l’avance concrète de la langue et de la culture amazighes!! Incontestablement, la langue amazighe est devenue l’une des langues officielles du pays, mais, les «tocards de la presse nationale» ignorent encore la vérité des choses et ils publient des déclarations dangereuses au moment où la justice marocaine interprète mal la liberté de la presse, elle condamne énergiquement «le Chouf-t-Chouf» de Rachid Nénni et fait semblant d’ignorer les incitations très dangereuses à «la guerre civile» du ségrégationniste Mustapha Alaoui! Malheureusement, certains parlementaires amazighophobes «représentants de la nation»  encouragent injustement la politique unitaire !! En effet, conformément à la raison et au bon sens, on se demande: est ce qu’on avait établi «une loi organique» pour officialiser la langue arabe?! Si oui, cette même loi doit être valable et immédiatement applicable également pour la langue amazighe. Si aucune «loi organique» n’a jamais été établie pour officialiser la langue arabe, à son tour, la langue amazighe n’a pas besoin d’aucune «loi organique» pour définir le processus de mise en œuvre du caractère officiel de cette langue amazighe. Cette loi n’est qu’une allégation et un moyen efficace inventé pour retarder intentionnellement la mise en œuvre du caractère officiel de notre langue amazighe !! Si l’article 05 de la nouvelle constitution du pays envisage d’établir cette loi, eh bien, pour éviter des contradictions au sein de la constitution qui stipule de: «Bannir et combattre toute discrimination à l’encontre de quiconque, en raison du sexe, de la couleur, des croyances, de la culture, de l’origine sociale ou régionale, de la langue, de l’handicape, ou de quelques circonstance personnelle que ce soit», ce même article doit être sagement révisé et rectifié immédiatement.

Si les intolérants gouvernementaux appliquent la politique du dialogue des sourds, est-il possible d’établir un «dialogue social» avec un gouvernement dirigé par un parti politique récalcitrant qui ne respecte pas la discipline du dialogue?! En effet, au lieu de chercher à nous étourdir par l’illusion d’une justice utopique, au lieu de continuer à marginaliser la langue et la culture amazighe et sacraliser la langue arabe, il faut se convaincre que l’officialisation de la langue Tamazight est un devoir national et il faut arrêter de regarder avec hostilité tout ce qui est amazigh! Dans notre pays, la langue Tamazight doit bénéficier, sans conditions, d’un traitement objectif et correct au même titre que la langue arabe. En conséquence, loin du scénario rocambolesque du programme mensuel des «réponses narquoises» aux «questions orales» au parlement, on demande au gouvernement actuel d’arrêter ses clowneries et d’indiquer au peuple marocain s’il y’a une bonne volonté politique pour élaborer une stratégie globale et faire régner la justice sociale, instaurer une démocratie concrète où l’égalité des citoyens en droit et en devoir soit véritablement tangible et rendre justice à l’amazighité qui demeure injustement marginalisée en dépit de la nouvelle constitution?! Les hauts responsables sont appelés à adopter une politique correcte et opter pour une économie de subsistance capable de subvenir aux besoins des familles démunies et qui permettra aux fils des pauvres l’accès aux grandes écoles et aux instituts supérieurs. Finalement, les hauts responsables sont appelés à préciser au peuple marocain, de toute urgence et toute transparence, l’approche globale envisagée par le gouvernement pour aborder sérieusement la question amazighe, consolider le respect des droits humains conformément à la déclaration universelle des droits de l’homme et donner une idée sur les différentes alternatives et stratégies qui peuvent permettre à notre pays de sortir de l’état du sous-développement.

 

 

 

 

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.