Numéro  43, 

(Novembre  2000)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

Ammak n ughunzu n yighmisen imughrabiyn i wsarag aghmsiw n tmazight

Tmzvi yttuzlan

Tanfust n Manku

Izran n wemsbrid

Ammu tudart

Tiseghnest

Zpir n wawarn nnem

 

Français

Apologie du terrorisme par les arabo-baatistes

Apulée: écrivain amazigh

Imouzagh et Amzaghique

Le silence infini des canards

Talessint et le virus d l'"arabêtisation"

 

العربية

النخبة المغربية تكفّر عن خطيئة انتمائها الأمازيغي

فلسفة الفساد بالمغرب

جميعكم وجميعنا

إمارة أيت يدر بسوس

محو الأمية ورش لأية غاية؟

من محن "إمديازن" في عهد الحماية

محمد بردوزي يكشف عن عدائه للأمازيغية

نعم صدقت ياعمر

من أجل إغناء بيان فاتح مارس

مقاطعة الجرائد الوطنية لندوة البيان الأمازيغي

 

 

Imouzagh et Amzaghique (Imouhar et amharique)

Par:  M.Oudadess (Rabat)

L'origine de cette note est l'affirmation sans appel d'un collègue linguiste, que "L'Amharique est une langue sémitique". D'après lui, ce serait une conclusion indubitable. C'était lors de la présentation du livre "Grammaire du tamazight, éléments pour une standardisation", édité par le centre Tarik Ibn ziad pour les études et la recherche, par son auteur Lahcen Oulhaj à la fondation La Source (à Rabat). L'affirmation en question est pour moi étonnante. Ma conviction pour moi est qu'il n'y a aucun domaine dans lequel une quelconque conclusion puisse être considérée comme indubitable. Je signale rapidement, comme il sied dans une note courte comme celle-ci, seulement deux exemples triés de ma spécialité, à savoir les mathématiques. Les éléments d'Euclide ont été une référence, non seulement des mathématiciens, mais aussi de tous les savants et dans une large mesure aussi de tous les penseurs; et ceci pour environ 2000 (deux mille) ans. Jusqu'à ce qu'il soient remis en question, disons grosso modo, par la première géométrie non euclidienne (celle de Lobachevsky). Après la tempête de la crise, le grand mathématicien français H.Poincaré a déclaré, en 1900 lors du deuxième congrès international de mathématiques à Paris, que les mathématiciens avaient alors atteint la rigueur parfaite. Et le grand Poincaré, l'un des rares sur l’héritage desquels il paraît que nous vivons, devait être démentis par K.Gِdel.

***

Dans la revue "Tifawt"n°5, j'avais avancé une idée sur la prononciation correcte du lot "imouhar" (Touarègues). Je la reprends ici avec quelques remarques supplémentaires; et applique la même démarche au mot "Amharique".

Signalons d'abord que le mot "Touarègues" est aussi d'origine amazighe. Il s'agit de "Aït tergwa" (les gens de la rigole) de singulier "u tergwa". Ceci, sans doute, est une référence géographique; l'existence de l'eau étant essentielle dans les régions désertiques.

Mais ce qui nous intéresse ici c'est de ramener le mot "Imouhar" à sa prononciation originelle. Le "r", à la fin du mot, est roulé par les nord-africains, même par ceux qui ne roulent le "r" d'habitude. S'il n'était pas roulé, il serait le "gh" de tamazight. Maintenant, si nous tenions compte du fait, bien établi, que les touarègues mettent un "h" là où il y a un "z", et si nous faisons l'opération inverse nous obtiendrions "Imouzagh". C'est un pluriel, disons écourté (on devrait dire "Iimouzaghen"); le singulier en étant "Amouzagh" ou "Amouzigh" selon qu'on le considère comme pluriel régulier ou brisé. Dans les deux cas, il s'agit d'un proche parent de "Amazigh"; et signalons que "Amouzigh" est encore utilisé, comme nom de familles, au Maroc.

Je ne peux pas laisser passer l'occasion de relever que, dans certains écrits, il m'est arrivé de lire que parmi les langues berbères(!) il y a le "Tamacheq". J'ai eu l'occasion de rencontrer un nigérien touarègue et qui, à ma question de savoir quelle langue il parlait, m'avait répondu "Tamazéght".

Je voudrais maintenant examiner le mot "Amharique";  rappelons d'abord qu'il s'agit de la langue classique éthiopienne; et dans cette langue que le Negris s'adressait à la population. Mais avant, il faut d'abord noter qu'un regard, même rapide, sur des cartes géographiques d'Ethiopie et d'Erythrée, ne peut laisser indifférent quant aux consonances amzighes. Il appartiendra aux linguistes, et sans a priori, de déterminer une parenté éventuelle entre tamazight et l'Amharique. Pour ma part, je propose de ne pas rouler le "r";  ce qui en fait donc le "gh" de tamazight. Et il est ici étonnant de noter que ses nord-africains qui ne roulent pas les "r" le font quand il s'agit de certains mots dont l'Amharique; ainsi avons-nous l'Amhaghique. Et maintenant, c'est une hypothèse osée mais je la fais, remplaçons le "h" par "z", nous obtenons l'Amzaghique! Maintenant, le travail scientifique consiste évidemment à examiner de près le vocabulaire et la grammaire de l'Amzahique; et à les comparer à ceux de tamzight.

***

Certains s'étonnent qu'un amateur se mêle de questions qu'il devrait laisser, aux spécialistes, le soin de les traiter. Oui, les spécialistes pensent faire du bon travail à condition de s'investir dans les véritables questions. Raisonner, même correctement, en restant enfermé dans des carcans de théories considérées comme achevées et définitivement valables ne relève pas du tout de l'esprit de recherche. C'est oublier que toute théorie, quelle qu'elle soit, n'est plus une théorie construite, certes, pour résoudre certains problèmes, mais qu'elle  a, et sans conteste, ses limites qu'elle ne peut aucunement dépasser. De plus, toute terminologie, si fine et savante soit-elle, devient un jargon creux moulant du vent, quand on tient obstinément à l'appliquer dans un terrain inadéquat.

Il y a encore qu'en ce qui concerne les disciplines qui se veulent plus ou moins hypothético-déductives, quelqu'un qui est habitué à l'une d'elles peut facilement s'apercevoir des erreurs vraiment grossières d'une autre. En tout cas, même pour le profane, l’argument d'autorité et l'argutie pinailleuse ne peuvent pas passer inaperçus. Par ailleurs, je ne crois pas, pour ma part, à l'existence d'une science  froide et entièrement objective. Il y a toujours les prémisses analytiques qu'il est illusoire de vouloir taire, à moins de prendre les lecteurs ou les auditeurs pour des ignorants ou des imbéciles.

 

 

 

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.