Numéro  54, 

  (Octobre  2001)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

B.M.C.E d uslmd n tmazight

Addur n wawal amazigh

Alaghi i yllis n umazigh

Asif n inigiyen

Anoarq n arrif

awal amazigh d tadelsa tazarfant n lmughrib

Azayez igdi

Ddan d

zeg idurar

iri cem d ayel

Tabrat n ibba g lxira

Anebdu

Tamazight

Tillawt

Tizi n taqqa

Tuga

Tungalt n yict n tnegmit

udem amxib

xnifra nnegh

Français

Mots et choses amazighs

Internet et les publications sur tamazight

Etat de légitime défense

Les dimensions amazighes du patriotisme marocain

Le sens civilisationnel chez imazighen

La presse nationale et le lobby saoudien

Quelle découverte à fait un prix nobel?

Le silence qui parle

Le journal de M.Ziyane exhibe son amazighophobie

العربية

مشروع م.ب.س. لتدريس الأمازيغية

تعدد اللهجات الأمازيغية وسؤال التوحيد

الخطاب الملكي: مرحلة جديدة في تاريخ المغرب

 

 

 

 

Quelle découverte avait fait un prix Nobel, lorsqu'il est Berbère ?

Par: Aïcha Aït-Hammou

Dans un petit texte, publié dans le journal Al-Bayane du 08/08/01, qui n'est pourtant pas dénué d'un certain sens de l'humour mordant, ce que l'on appelle habituellement le «sarcasme» chez les gens dépourvus d'autres moyens leur permettant d'exprimer leurs émotions belliqueuses, et écrit par un dénommé Hachem dont l'anonymat traduit bien un courage exceptionnel qui n'est même pas digne d'un “asnous”, comme il le dit lui-même.

En dehors de son 'humour', je n'ai retenu de son texte, qui aborde la question de l'apprentissage des langues dans le pays et qui critique en particulier un acteur de l'amazighité soutenant que l'apprentissage de la langue arabe classique, qui est une langue morte en passant, est un gaspillage économique, je n'ai retenu, disais-je, pour le résumer, qu'une seule idée: L'apprentissage de l'arabe classique permet à vos enfants de «décrocher le prix Nobel de physique ou de chimie.»

L'idée n'est pas bête du tout, surtout lorsqu'elle est exprimée par un prix Nobel berbère qui n'a retenu de ses origines que le nom de sa tribu: Aït Ouaridouchan et un petit lexique lui permettant tout juste de l'insulter, comme par exemple: Asnous, ifili, berbéritude, turpitude. Ce dernier mot n'est pas en fait berbère, il a du l'emprunter au grec (turpidus) pour nous peigner l'image qu'il se faisait de lui-même lorsqu'il n'était pas encore capable de s'acheter Idouchan (chaussures) dont il est question ci-dessus.

Finalement, une fois qu'il avait décroché «le prix Nobel de physique ou de chimie» en lisant la poésie de Mahmud Darwich et la prose de Taha Hussein, en arabe classique et dans les textes, il est tout à fait normal qu'il ait désormais de quoi s'acheter Idouchan, et qu'il n'a plus besoin d'appartenir à Aït Ouaridouchan.

Par conséquent, un Berbère métamorphosé, ayant oublié ses origines, et qui décroche «le prix Nobel de physique ou de chimie», en lisant Taha Hussein et Mahmud Darwich dans les textes, a découvert qu'il est 'chaussé' et qu'il n'a plus besoin d'appartenir à sa tribu, et c'est déjà, croyez-moi, un énorme progrès en physique et en chimie en attendant que ses petits enfants, chaussés cette fois dès leur naissance, nous fassent des découvertes plus spectaculaires en informatique et en électronique digitale, en lisant cette fois la grammaire de Sibawayh et la rhétorique d'Abu-Nuwwas, dans les textes bien évidemment.

Aïcha Aït-Hammou

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.