Uttvun 59, 

Krayûr 2002

(Mars 2002)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

Asmi tinoacin neqqent tmazight ujar azladv

Anebdu(8)

Anabay

Abrid aghuzzaf

Aghbala

Asidd n Meknass

Tighrmi n igran d igudar

Radas war yeggîjen

Melli d tergibet a yemma

Yan uzal ireghen

Français

L'Amazighe, la COSEF et Le Livre Blanc de Saaf

Droits de l'homme à l'épreuve

“L'histoire” dans les chansons MELLAL

Tamazight entre l’oral et l’écrit

Toponymie de Meknass

Un prénom amazigh Pour l'éternité

العربية

عندما يصبح المال أخطر على الأمازيغية من الخصاص

 

التعدد اللغوي والوحدة

 

السياسية والدينية

 

الاعتداء على المناضل الأمازيغي سعيد باجي

 

هوروس وتامازيغت

 

عودة إلى الماروك والمارويكوس

 

الاسم المركب والاسم المشتق في الأمازيغية

 

حانون  ابن تامازغا

 

ما الهدف من مسلسل تيغالين؟

"أورنيد، شيخ من بورغواطة

 

أنا الأمازيغي

 

Des notes sur «Un prénom amazigh pour l'éternité»

Par: H.Banhakeia (Université d'Oujda)

Une publication sur l'onomastique amazighe, portant le titre de «Un prénom amazigh pour l'éternité», combien nécessaire, vient de voir le jour dans un Maghreb allergique au présent «phénixien» de l'amazighité. L'auteur est Farid Choukri, un jeune chercheur, psychiatre de formation.

Le texte est d'une importance capitale en ces temps d'interdiction systématisée, voire systématique, des prénoms amazighs au Maroc, répondant aux lubies d'un haut responsable de l'état sibylle, peu soucieux de l'histoire du Maroc... Le texte, qui retrace le statut de l'héritage amazigh, condamne cet état d'illégal ou d'illégitime accolé à l'amazigh: «Les prénoms à résonance amazighe ont été écartés de la liste “utile” établie par le ministère de l'intérieur à la fin des années nonante» (p.28). Officiellement, l'amazigh est censé être étranger, plus étranger que Aabir, Suzanne ou Shimon.

L'on comprend après la lecture de cet essai que le prénom, cette première trace socioculturelle indélébile, est à comparer justement à la peau. L'auteur montre avec finesse que le prénom est à définir comme la fenêtre sur l'être collectif. Par ailleurs, la préface de A.Bezzazi (Université d'Oujda) dé-construit sémiotiquement  la même logique: le nom est tout.

Pour citer l'auteur, nous lisons: «Cela ce n'est ni de la politique, ni de l'idéologie, ni une quête de pouvoir. C'est l'amour» (p. 7). Il a raison: analyser le prénom, c'est un acte d'amour de l'humanité. Et il n'a pas raison: le prénom est tout (amour, politique, idéologie, quête, sagesse, etc..) à l'instar du prénom-femme Elsa pour le poète Aragon. L'amour de Choukri pour sa culture est grandissime; il va au-delà de l'engagement simpliste. Il se définit comme exploration de l'être collectif dans ses premières manifestations.

Le texte marie, avec finesse, le théorique (sous forme d'essai ou de réflexion) à la pratique (énoncée en liste-répertoire détaillé). Voilà une pierre philosophale, ce texte longtemps recherché pour transmuer ces Farid, ces Hassan, ces Ahmed, ces Fatima, ces Selwa, ces Souad… en Izem, Afar , Ilmass, Tlaytmass, Nunja, Taziri…

Au commencement, c'était le prénom. C'est pourquoi Farid Choukri retisse un itinéraire important: chercher la première trace symbolique de notre être, en partant du présent interdit au passé (noble par ses différences permises) en passant par l'évolution des signes amazighs qui s'enchaînent dans un labyrinthe historique. Et l'auteur: «Les Imazighen ont eu une sorte d'amnésie rétrograde de leurs vrais prénoms.» (p.12). Que dire alors de la projection incarnée par ton écrit?

Certes, l'Histoire connaît parfaitement: Un être prénommé ou nommé, bien qu'il soit brûlé, renaît magiquement ou alchimiquement de ses cendres comme le phénix.

Aux lecteurs, nous tous, de le remercier pour une telle œuvre qui, dans un style tantôt scientifique tantôt engagé, affirme: «L'identité est le propre, le soi et la différence.» (p.20). Principe ou définition qu'il défend parfaitement dans le texte.

              (H. Banhakeia)

 

 

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.