Uttvun 62, 

Sedyûr   2002

(Juin 2002)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

Yuccel ad nennegmi "Ddvapir Lberbari"

Tarezzift i Azayku

Ayt Warayn

Tawiza5

Iwca arebbi ibawen i wenni...

 Azerzariy Issagh nnegh

Izem n tanidilt

Tabrat

Tadva

Taghdveft

Tamazight

Français

En attendant le train sans rails

De la cuisine linguistique dialectale

Lettre ouverte au premier ministre

Pétition contre d'authentiques racistes

Contre tous les racismes...

العربية

لنطالب بإحياء الظهير البربري

الصحافة الفرنكوفونية تنضم إلى حملة العداء ضد الأمازيغيةية

عودة إلى الماروك والمارويكوس

أسباب الأزمة الثقافية

رقصة أحيدوس

بيان ضد العنصرية

عرقلة وصول تاويزا إلى المشتركين فيها

مآسي الشعب الفلسطيني تستغل في الدعاية الحزبية والانتخابوية

 

 

En attendant le train sans rails!

Par: Hassan Banhakeia (Université d'Oujda)

Avant tout, ne caressons pas la langue qui sous-entend les choses, disons les choses comme elles sont. Il faut dire maintenant: le peu qui nous reste, ils font tout pour le déraciner! Voilà la philosophie qui prédomine chez cette classe de politiciens maghrébins qui prétendent construire une démocratie sans jamais se soucier du peuple. C'est courant, c'est correct. Et, c'est toujours juste. Tout devient alors absurde.

Cette pensée naît dans ma tête au moment de voir des grues, des camions et des dizaines d'ouvriers assaillir Ayt Nsar (connu comme Beni Ensar). C'était à l'aube, sur cette voie ferrée longue d'une trentaine de kilomètres, construite par les Conquistadores à coups de balles et de blessures, déclarée morte avant temps, abandonnée depuis plus de deux décennies et inondée de poubelles publiques, règne un silence historique et politique. L'on dit que les mines de fer du Rif ne sont plus rentables, proches qu'elles sont de l'usine sidérurgique «SONASID» réduit à un «calentador de barras»! L'on dit que le chemin de fer coûte beaucoup! L'on dit que les trains sont aussi chers.  Aussi n'y a-t-il pas de terrain pour construire des infrastructures et des établissements, frayer des routes, canaliser... Et de ce seul chemin «civilisationnel», on en fait une  ratur pour toujours. Quelle politique sociale et économique!

Y aura enfin un train pour voyageurs, pensent les naïfs, y aura des stations de train, rêvent les jeunes condamnés  au chômage, et les citoyens rendus nomades derrière la paperasse recherchée dans les bureaux de la capitale disent: voyager sera facile et agréable en ces temps où les autocars malmènent les voyageurs. Tawrart (Tawrirt) sera à un élancement  bref, et le Maroc septentrional sera fluide dans son mouvement vers le Maroc entier.

Au début, les gens croient que ces rails vont être remplacés par des neufs afin que la locomotive électrique, tirant des wagons, puisse venir jusqu'à Nador, comme cela a été répété par les gouvernements et le Parlement depuis 1968. Des ponts raccordent les monts, coudent les ravins depuis Tawrart. Maintenant, se répètent les citoyens, cette nouvelle voie fait partie du programme du développement des régions du nord qui veut remonter sur les rails cette partie du Maroc tant oubliée. Des routes, des rails, des aéroports, des barrages, des égouts, des... Mais combien la surprise fut grande à la vue des rails dévissés partir; soulevées comme des feuilles légères par les grues, mises dans des camions-monstres et disparaître for good.

Parties sont aussi ces longues promenades de désoeuvrement, les voilà finies! Dans un hameau où parcs et jardins manquent, marcher sur les rails et rêver de traverser la Méditerranée, compter ses propres pas et discuter de tout, sautiller et se dire que la vie est comme ces rails, alignée et fixe. Et ces mots allemands «Krupp und... » gravés sur les rails, inculquent aux jeunes le rêve de partir vers cette terre où le pouvoir se promène partout, et les richesses s'avèrent faciles...

Si on démantèle les rails, cela veut dire d'une part que les mines de fer du Rif ne vont jamais rouvrir leurs galeries qui se rengorgent encore de minerai, et de l'autre que le train n'arrivera jamais à Ayt Nsar-port pour déverser les émigrés. Où est parti le projet de développement? Où est la lutte contre ce syndrome du chômage qui souffle continûment aux jeunes de ne pas étudier, de ne rien faire, leur murmurant tes caprices de l'émigration? A l'instar de cette terre qu'on brûle, peut-être qu'on incinère, sans penser évidemment à la reboiser, on l'asphyxie dans sa langue et on la ridiculise dans sa culture, maintenant on la déracine de ses barres économiques, blessures bénites de la colonisation espagnole. Démanteler le peu qui reste, c'est ça le développement des régions du nord

Ce démantèlement I déracinement est un exercice courant en Afrique du nord: tout ce qui sert, tout ce qui est et tout ce qui vivifie vaut la peine d'être enterré. Ces rails, à l'instar des cités antiques, sont là liés à la préoccupation constante de tout refaire autrement. Qu'on les efface. Qu'on les efface!

Ces rails seraient, à des degrés divers, l'incarnation d'un être qui lutte pour survivre. Mais, voilà on les démantèle: on arrache les rails aux secousses d'une terre qui les désire encore, aux étreintes du bois qui s'accouple avec eux pour l'éternité, et ces rails qui résistent on les coupe avec des scies électriques avant que la même grue géante, sans coeur, les mette sur le dos d'un camion horrible. L'on dit que ces barres sont vétustes, ont-ils alors un prix si maintenant on décide à les vendre? Et ces locomotives...

Les rails signifient le train, les marchandises, le mouvement économique, la liberté, l'ascension, en un mot la vie. Et que signifie le démantèlement? Le contraire de tout ça. Pis encore, la négation de tout ça.

Faut pas tant rêver, pauvre être: le train ne peut point arriver à Nador. Les machines à vapeur des colons se refroidissent au lendemain de l'indépendance, et des milliers de mineurs charriés dans des paquebots pour s'écorcher, s'user, mourir et sombrer dans les mines hantées du Rhin, ils partent pour ouvrir l'hémorragie infinie qu'est l'émigration pour le peuple. A ce paysage humain mis en débris durant la seconde moitié du vingtième siècle, vient se greffer un autre paysage infrahumain: démanteler les rails des mines de fer du Rif (SEFERIF). Est-ce pour préparer l'arrivée d'un train sans rails? Un train digital!?

A Nador on se rend compte, à défaut de s'en apercevoir au premier contact, que l'avenir n'est qu'un à venir qui n'arrive point: des rails font défaut. Tout peut faire du retard. Godot en sait beaucoup! Il ne va venir, décç, très déçu à voir Pozo et Vladimir souffrir à cause d'un aéroport construit alchimiquement!

Ces rails, autant que je sache, ont une histoire très lointaine. Ils sont une mémoire. L'histoire ou la mémoire, faut-il les enterrer? Et Si un jour on les déterre... On peut y lire systématiquement l'histoire d'une lnjustice qu'affronte la fierté d'un Peuple, le récit d'une Invasion que pare la Résistance, le conte d'une Ogresse de fer qui détruit l'entêtement des tribus de Guelaya à s'accrocher mains et pieds à leur terre. Cette horrible machine à vapeur, chrétienne et anthropophage, démarre l'invasion permise. Les rails de Adrar n lyysan-Ayt Nsar n'ont pas seulement une histoire, mais ils sont l'histoire de la région. Des cadavres, restés anonymes, sont tombés pour que ces barres ferrées de l'étranger ne pénètrent le sol marocain. Des corps particuliers, dits martyrs anonymes, tombent en faisant choir avec eux des chrétiens étoilés. Le Conquistador tombe sur le champ de bataille. Pas de monument, comme c'est le cas pour l'adjoint del Generalissimo à la mémoire de qui on édifie un musée sur le bord du chemin de fer disparu. Sur le lieu, à la mémoire des marocains martyrs, il n'y a rien: «lghzar n Tuchent» où l'armée espagnole pleure encore ses morts (des officiers et des régiments entiers), est vide. Cette même rivière, aujourd'hui amincie à force de recevoir des crocs de constructions illégales, inonde tout Ayt Nsar avant de rapporter à la Méditerranée des tonnes de plastique et des milliers de «latas». Ces rails, de nature aquatique, s'en vont aussi, vers une destinée inconnue...

Sur ces rails, je vois encore des lmazighen marcher les pieds enchaînés, accoutrés d'ùne djellaba sombre et courte, pieds nus et parfois portant des chaussures d'alfa, le coeur insufflé d'une rage, l'estomac affamé, creusant des lieues de terre dure, tirant les barres, les plaçant dans une position parallèle, les clouant sur du bois qu'ils couvrent de pierres afin de tout fixer, et à la fin ils soulèvent la locomotive qui hurle, hurle et hurle...

Les rails arrachés en quelques jours, voilà du bon travail. Les rails, ces racines de la puissance, ne sont plus. L'empreinte reste... si la pluie, le vent et la main très inhumaine ne l'effacent. Les traces de la désolation la substituent, elles prennent corps sur tout. De la désolation créée, créée en toutes pièces.

Le train n'arrivera pas à Nador: il n'y a pas de rails. Faut attendre d'autres temps où la technologie peut créer un train sans rails. Là, il arrivera à Nador.

Extérieurement, Nador ou le Rif peuvent avoir l'image d'un corps inerte, mais pour ceux qui les connaissent à fond, c'est plutôt un cadavre déchiqueté infiniment par des vautours invisibles. Suivant l'exemple, Ayt Nsar meurt, d'une mort lente, au début d'un siècle qui n'arrête point ses «tuftuf» de vie, au milieu des cris de contrebandiers étoilés et inconnus. Disons les choses comme il faut: le Rit n'a que faire des fossoyeurs - il a tellement besoin de sages-femmes économiques.

Pleurer ces rails est une bêtise, diront quelques-uns et combien ils sont nombreux. Oui, c'est une bêtise illuminée. L'on ne plaint pas des barres mais une région «déraillée», Ici, après ce démantèlement, je peux dire que les peines commencent... si d'autres rails ne sont pas posés.

En général, dans le pays des Imazighen, pas de rails. Pourquoi? Les rails sont l'écoulement vif de l’Histoire. Le train ne peut pas arriver au désert ni au cimetière. Et, avec un tel exercice possible, vous faites du Rit vallée un désert, et du Rif mourant un cimetière.

                    H.Banhakeia

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.