Uttvun 62, 

Sedyûr   2002

(Juin 2002)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

Yuccel ad nennegmi "Ddvapir Lberbari"

Tarezzift i Azayku

Ayt Warayn

Tawiza5

Iwca arebbi ibawen i wenni...

 Azerzariy Issagh nnegh

Izem n tanidilt

Tabrat

Tadva

Taghdveft

Tamazight

Français

En attendant le train sans rails

De la cuisine linguistique dialectale

Lettre ouverte au premier ministre

Pétition contre d'authentiques racistes

Contre tous les racismes...

العربية

لنطالب بإحياء الظهير البربري

الصحافة الفرنكوفونية تنضم إلى حملة العداء ضد الأمازيغيةية

عودة إلى الماروك والمارويكوس

أسباب الأزمة الثقافية

رقصة أحيدوس

بيان ضد العنصرية

عرقلة وصول تاويزا إلى المشتركين فيها

مآسي الشعب الفلسطيني تستغل في الدعاية الحزبية والانتخابوية

 

 

Mouvement Amazigh  GAA (Groupe d'Action Amazighe), Groupe de Rabat

Rabat, le Premier Mai 2002

Lettre ouverte à Monsieur Le Premier Ministre, Président du Conseil, Rabat

Monsieur le Premier Ministre, Nous, militants et militantes du Mouvement Amazigh agissant au sein des Groupes d'Action Amazighe (GAA), avons décidé de vous adresser la présente à l'occasion du Premier mai, qui commémore cette année le huitième anniversaire du plus grand procès politique dont a été victime le mouvement amazigh du Maroc. Vous n'êtes pas sans savoir, Monsieur le Premier Ministre, qu'en mai 1994 à Iguelmimen (Goulmima) des militants de notre mouvement ont été arrêtés, humiliés, incarcérés, torturés, et soumis à inquisition pour avoir osé proclamer leur identité amazighe dans le traditionnel défilé du  Premier Mai.

Nous avons donc décidé de vous adresser ce courrier afin de vous tenir informé de nos positions concernant notre préoccupation et notre cause première et fondamentale: Tamazight, langue, culture, identité et  existence.

Monsieur le Premier Ministre, moins de cinq mois nous séparent des "échéances" électorales législatives. Ainsi, désireux de participer à l'évaluation de l'expérience de ce qu'il est convenu d'appeler "Le gouvernement d'alternance", et essentiellement en ce qui concerne les engagements formulés par vous-même quant aux droits linguistiques et culturels des imazighens, nous sommes au regret de vous communiquer les évaluations suivantes:

1 - Votre gouvernement a été formé sur la base de la constitution révisée le 13 Septembre 1996. Une constitution qui ignore totalement l'entité amazighe et ne fait aucune place à la culture et à la langue Tamazight, faisant ainsi fi de notre revendication de déclarer dans le prologue de cette constitution

la langue tamazight comme langue nationale et officielle et déclarer par la même officiellement l'identité amazighe du Maroc. Votre gouvernement a été formé également par la volonté d'un parlement que vous aviez réprouvé et décrié et dont la création avait été entachée d'irrégularités, de prévarications officielles et ne reflétant point la volonté du peuple marocain.

A cause de cela, le Mouvement Amazigh avait considéré dès le début du travail gouvernemental, que l'essentiel des actes solennels concernant tamazight contenus dans vos deux déclarations gouvernementales, étaient de simples énonciations de principe dont les visées démagogiques n'échappaient à personne. Le but de ces messages était de tromper l'opinion nationale et internationale et faire croire au monde que votre gouvernement en tant qu'outil exécutif comptait bien respecter les termes et les principes des conventions internationales et qu'il comptait bien tenir les engagements du Maroc relatifs à la démocratie et aux droits de l'homme.

Aujourd'hui, alors que le vécu a démontré le bien fondé de notre raisonnement d'hier et qu'il est apparu aux citoyens que le gouvernement que vous dirigez a essuyé un cuisant échec, non seulement dans les domaines économique et social, mais aussi dans celui de l'exercice des droits essentiels, opinion, linguistiques et culturels, nous considérons que la responsabilité de ces échecs ne peut être endossée que par les partis politiques du cocktail d'une "Alternance" dans le renforcement de l'injustice, de la marginalisation, du chômage, de la perte d'identité, qui pousse notre jeunesse au dépit et au découragement et nourrit les extrémistes.

2 - Les droits linguistiques et culturels des imazighen n'ont jamais été autant bafoués que sous vos gouvernements. La langue tamazight n'a pas été intégrée à l'enseignement public comme en avait donné l'ordre Feu S.M. Hassan II dans son discours du 20 Août 1994. Les ordres du Souverain défunt concernant l'intégration de tamazight dans les médias, dans l'administration et dans toute la vie publique ont été également ignorés par votre équipe. Bien au contraire, les pouvoirs publics dans le gouvernement dit "d'alternance" ont interdit des manifestations culturelles, politiques et de contestation initiées par le mouvement amazigh, comme ils ont incarcéré ses membres, refusé la création d'associations et refusé dans l'état civil des prénoms amazighs et ont continué comme par le passé la folklorisation de l'art et de tout le patrimoine culturel amazigh. Les pouvoirs publics sous votre gouvernement ont continué, comme par le passé, les opérations d'altération de toute empreinte de civilisation amazighe en encourageant l'arabisation et en renforçant ainsi l'exil et ont tout couronné par ce qu'ils ont appelé "la charte nationale de l'Education et de la Formation" qui a oeuvré de son côté dans le sens du renforcement du dénigrement de tamazight en rendant son enseignement facultatif et en la mettant au service

de la langue arabe et de la généralisation de l'arabisation.

Pour ce qui est des moyens d'information gouvernementaux, ceux-ci ont bien entendu tout au long de votre mandat, continué à perpétuer le souci sécuritaire et à le renforcer dans la vision de la question tamazight au Maroc. Les journaux des partis au gouvernement ont oeuvré de leur côté dans la

création d'un sentiment amazighophobe chez leurs lecteurs. Ce-ci n'a pas manqué de générer un élan d'inimitié à l'égard des droits linguistiques, culturels et politiques les plus élémentaires des imazighen du Maroc. Ceci ne manque pas de nous rappeler des temps révolus où les ténors du "nationalisme arabe" du Maroc menaient une lutte acharnée contre tout ce qui est authentiquement marocain afin d'asseoir la dictature d'un parti unique à l'instar du mouvement "baâth" dont ils étaient les pantins.

3 - Depuis l'annonce par S.M. le Roi Mohamed VI de la création de l'Institut Royal de la culture amazighe et depuis la nomination du doyen des militants amazighs, le professeur Mohamed CHAFIQ au rectorat de cet institut, les bousiers de la "Qawmia" arabe ont bougé de nouveau criant au scandale et annonçant l'approche de l'apocalypse pour le Maroc. Votre gouvernement s'était empressé de fabriquer, en express, une "Académie de la langue arabe". Et voilà même que d'autres commis revendiquent un "Institut de culture andalouse"... Ceci nous rappelle la manière dont a été occultée la création de l'institut de recherches et d'études amazighes par le parlement des années 80. Toutes ces manœuvres relèvent de la volonté délibérée de vider l'Institut Royal pour la culture Amazighe de sa substance de façon à ce qu'il n'y ait en son Conseil d'administration pas d'éléments amazighs à compétences reconnues et à authenticité amazighe attestée par des années de travail et de militantisme pour la démocratie et la diversité culturelle.

 Monsieur le Premier ministre, Tenant compte de ce qui précède, et en réponse logique et objective à la politique antinationale, antidémocratique et impopulaire qu'a adoptée votre gouvernement; durant vos deux mandats, à l'égard de la question amazighe et à l'égard des revendications légitimes des imazighen du Maroc, et vu que les partis politiques, soit directement en ce qui concerne la coalition, soit indirectement par leur silence, en ce qui concerne l'opposition, avaient tous participé à ce complot ourdi contre les revendications légitimes des imazighen, nous, Groupes d'Action Amazigh, faisant partie intégrante du Mouvement Amazigh du Maroc, considérons ce que vous appelez "Echéances électorales" comme opération ne nous concernant en rien. Ses résultats étant connus d'avance.

Ainsi, avons nous décidé la Non-Participation à toute opération électorale jusqu'à qu'il soit reconnu par la Constitution, que le Maroc est Amazigh et que la langue tamazight est une langue nationale et officielle dans ce pays.

Veuillez agréer Monsieur le Premier ministre l'expression du profond respect des imazighen.

(Ci-jointes les premières listes de signataires.)

Croupes d'Action Amazigh

 

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.