Uttvun 64, 

Tamyûr   2002

(Août 2002)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

Zeg inalkamen n taghmudvi

Anebdu

Ighd n tlelli

Tabrat

Aman n tudert

Tamazight, a yul inu

Winna wer yuminen

Français

L'enseignement de tamazight 

Arabisation, mondialisation et langue amazighe 

La poésie de résistance au Rif(2)

Pour que vive tamazight

Toponymie de la région du Rif

Bientôt dans les kiosques

العربية

من نتائج الشرقانية: من الجنس إلى الإرهاب

بيان ما ورد في العريضة من بهتان

العصرية الأمازيغية: من المسمى إلى اللامسمى

المنع يطال الأمازيغية حتى في ضيافة الملك

برقية تعزية إلى القناة الثانية

عودة إلى الماروك والمارويكوس

بعض مظاهر الميز العنصري ضد الأمازيغ

المغرب العربي وهم عروبي

تنصيب أعضاء المجلس الإداري لمعهد الأمازيغية

حرف الزاي الأمازيغي

رد الاعتبار للعرس الأمازيغي

الهجوم على تاويزا بالفيروسات

بيان جمعيات الحسيمة

 

Pour que vive Tamazight

Par: Jrifa Mohammed (Imouzzar Kendar)

 

Sans revenir en arrière dans l'histoire, il est vrai que l'Amazigh est d'autant plus vieux qu'il détient une relation naturelle avec la (Sa) Terre qu'est: TAMAZGHA. Il convient donc de donner ici notre opinion sur ce que nous souhaitons comme alternative dans la voix du manifeste berbère, à ce que nos frères Imazighens ont proposé avant nous. Pour ce, nous estimons que le Mouvement Amazigh est d'ores et déjà dans l'obligation de s'unir (allusion faite aux associations culturelles) en une ou deux jusqu'à trois associations régionales, voire trois parties politiques, car de là à croire que les associations culturelles existantes aboutiraient à changer le comportement des gouvernants envers ce qui est Amazigh est loin de se réaliser.

En effet, l'esprit Amazigh est tolérant, influençable  jusqu'à la soumission, voire l'assujettissement, mais il est encore redressable,  plus résistant et répudiant, rejetant tout, lorsqu'il s'acharne et s'engage à le faire contre qui et quoi que ce soit.

De là, il y a de quoi regarder de près cet ensemble d'idées et recommandations:

- Il faut à juste titre, dans le cadre de la conjoncture mondiale qui véhicule la notion des droits de l'Homme, inciter l'OMDH (organisation marocaine des droits de l'Homme) à constater les faits et à agir, à l'égard des pouvoirs et leurs démembrements, comme le leur permet leur statut, pour faire le nécessaire à promouvoir le développement, car il est vrai que les démunis de leurs droits, ceux qui vivent loin de tout signe de civilisation, les privés de l'eau potable, de l'électricité, et surtout de la scolarisations, sont dans la majorité Imazighen.

Sur la même ligne droite, la question suivante s'impose: où en est notre droit des libertés publiques? car les Autorités ne cessent d'interdire l'action des associations culturelles amazighes, et même la non-autorisations de la création d'associations … etc.

Dans le cadre de la politique de décentralisation qui prouve le désengagement de l'Etat, le gouvernement ne cesse de renforcer l'emprise de ce dernier sur l'Amazigh en le privant de son Droit le plus mince de citoyenneté qu'est: l'Identité, et ce par le biais de la circulaire du Ministre de l'Intérieur interdisant les noms et prénoms Amazighs; et encore pire est l'arabisation des noms des lieux, rues et établissements …. C'est-à-dire son déracinement, sa “désidentification” pure et simple.

 

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.