Uttvun 64, 

Tamyûr   2002

(Août 2002)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

Zeg inalkamen n taghmudvi

Anebdu

Ighd n tlelli

Tabrat

Aman n tudert

Tamazight, a yul inu

Winna wer yuminen

Français

L'enseignement de tamazight 

Arabisation, mondialisation et langue amazighe 

La poésie de résistance au Rif(2)

Pour que vive tamazight

Toponymie de la région du Rif

Bientôt dans les kiosques

العربية

من نتائج الشرقانية: من الجنس إلى الإرهاب

بيان ما ورد في العريضة من بهتان

العصرية الأمازيغية: من المسمى إلى اللامسمى

المنع يطال الأمازيغية حتى في ضيافة الملك

برقية تعزية إلى القناة الثانية

عودة إلى الماروك والمارويكوس

بعض مظاهر الميز العنصري ضد الأمازيغ

المغرب العربي وهم عروبي

تنصيب أعضاء المجلس الإداري لمعهد الأمازيغية

حرف الزاي الأمازيغي

رد الاعتبار للعرس الأمازيغي

الهجوم على تاويزا بالفيروسات

بيان جمعيات الحسيمة

 

La poésie de résistance au   Rif: 1893-1926 (2ème partie)

Par: Abdeslam Khalafi (Professeur à l’université Al-Akhawayn, Ifrane)

 

La période de Abddekrim Elkhettabi:1921-1926:

La période de 1921-1926 constituera une étape plus douloureuse dans l'histoire du Rif. Les Espagnols vont mener une guerre sans merci contre les mujahidines. Ils vont à partir de 1920 occuper les tribus de Tafarsit», «Ayt  Ulyiccek», «Ayt Soid»; et ils vont même occuper «Accawen». Abdelkrim, devant ces menaces, va essayer de prendre la place de Chrif Amezian. Il appela   les Rifains à combattre, mais sa mort en 1920, sera une bonne occasion pour l'armée espagnole pour intensifier les attaques. Devant ces graves événements, les Rifains vont choisir Mohammed, le fils de Abdelkrim, comme chef d'un gouvernement local. Celui-ci remplira la place de son père et donnera l'exemple à combattre le «Rumi»: il déclara la guerre de libération en 1921. La production poétique constituera pendant la guerre un véritable flot. Le chef sera vénéré, et même semi-mythisé par la population. Chaque village engendra ces créateurs locaux qui vont exprimer l'attitude collective des Rifains envers le «Rumi», et envers Abdelkrim. Les images et les références stylistiques vont être employées d'une manière traditionnelle, et les structures poétiques stéréotypées vont être réemployées et répétées. La seule différence qu'on peut constater, c'est qu' au niveau du contenu, la présence des prophètes et des saints sera minime. Le héros religieux sera remplacé par le héros local qui  incarnera  en même temps l'identité rifaine (temporelle) et l'dentité religieuse: Abdelkarim, ainsi, sera décrit comme le héros des héros, le musulman, le leader politique, ou comme le «pigeon/ la colombe» qui adore la liberté et enfin comme le  combattant qui défend sa patrie et sa religion:   

 

1.Oebeddekrim a y aryaz n y aryazen

2.War iteggêd idurar

3.War t’ qepparen ayraden

 

4.Oebdekrim d amesrem

5.Ad t’ ioawen arebbi

6.Asebbanyu  reodu

7.g idurar iyebbi

 

8.A sidi Muhmmed

9.D zzaoim d aseyyas

10.Yejjudj hama yara Afransis ar dsas

 

11.Oebddekrim a y adbar ujenna

12.S tzirat n reomar i d ac n tmenna,

 

13.Isuged urumi x wanwar d uoarwi

14.Muhemmed n Oebdekrim

15.A y amjaped ahwri

 

16.Turid ttyyara turid iked uyeddim

17.A sidi muhemmed a wen imenoen ddin

 

(Traduction)

1.Abdelkrim est le héros des héros

2.Il ne craint rien

3.Ni les montagnes, ni les lions

 

4.Abddekrim est musulman

5.Que Dieu vienne en son aide

6.L'Espagnol, notre ennemi,

7.Dans la montagne chasse les Rifains!

 

8.Sidi Mohammed

9.Est un leader politique

10.Il a juré qu'il expulsera les Français jusqu'aux frontières!

 

11.Aebddekrim, le pigeon du ciel!

12.On vous souhaite une longue vie!

 

13.Le  «Rumi» a attaqué «anwar» et «Aarwi»

14.Mohammed n Abddekrim

15.Oh! le combattant libre!

 

16.L'avion s'envole sur la montagne

17.Sidi Mohemmed est le héros qui défend la religion

 

Ainsi, Aebddekrim ne se présente pas comme une personnalité qui  transcende la réalité humaine, mais  comme un homme qu'on peut critiquer, et à qui on peut dire non quand il le faut. Les Rifains ont dénoncé sa décision de mettre l'armée espagnole battue à l'abri des attaques des Rifains:

 

Muhemmed Obdekrim aneggar n regnus

Mayemmi tejjid roaped uoarwi deg fus      

(Traduction)

Muhemmed Abdekrim, le dernier des nations

Pourquoi tu nous a privés dans «Aoarwi» de se venger?!

 

 Et ils ont aussi dénoncé sa décision d'interdir la danse:

1.A yarebbi ad t’ tepdi ad anex yuc ttesrih

2.Ad anex yuc ttesrih x lalla buya d cdvih

3.A sidi Muhend ma wa ihin wur nnec

4.Aqqa c ralla buya tekkes zi tmurt nnec

 

(Traduction)

1.Que Dieu te mette sur le bon chemin

2.Et que tu nous donnes la liberté de chanter et de danser.

3.Oh sidi Muhend

4.Pourquoi ton coeur est si dur?

5.Il faut que tu saches que ta patrie est à l'origine de la chanson et de la danse!

 

La poésie rifaine suit dans ses détails, le déroulement des  événements, et commente l'évolution de la guerre et exprime même la mutation de la mentalité rifaine. Elle célèbre les héros:

 

1.A ya rehmam inu tteyyara yettvawen war trus

2.Siwedv as sram i yarrayes n regnus

3.In as ndvar d tacurt, Oebdekrim d amenhus

4.Omar n Rmadani

5.A yamjaped ahimi

6.Tjapded s rkabus

7.Tpawded s uxedmi

 

(Traduction)

1.Oh  mon pigeon

2.Oh  l'avion qui s'envole

3.Et ne se dépose plus

4.Passe mon bonjour au président des nations

5.Dis-lui de nous jeter des bombes

6.Abdekrim est  très fort

7.Emar n Rmadani

8.Est un combattant sans égal

9.Il a lutté avec son pistolet

10.Et avec le poignard

 

Et elle ( c'est-à-dire la poésie) dénonce aussi les traitres et les collaborateurs:

 

1.a tasraft imendi ma teomar a oenti

2.aqam aryaz nnem yeggur war yetsdhi

3.xminni war ixeddem netta iked urumi

 

4.Aqarqac  ughembub iruh war idveppar

5.S weghrum d watay ytumis deg uorur

6.Tamghart toayan it xmi xas idebbar

7.Toejba s ad tzeyyat ad yemmet am upeggar

 

8.A min ac isvehhen, a yaxbarji n dcar

9.Ma turya c «ccepreya» x waddud ucewwar?!

 

(Traduction)

1.As-tu rempli ton silo avec du blé, ma tante?

2.Ton mari est un homme insolé

3.Quand il tombe au  chômage 

4.Il se précipite pour regagner le «Rumi».

 

5.Le visage colorié

6.Part en se dérobant

7.Sur son  dot  porte du pain et du thé

8.Sa femme attend de lui apporter de quoi manger

9.Lui , adore le vin

10.Soyez sure qu'il crèvera comme un chien!

 

11.Qu'est ce que tu as  gagné

12. Oh toi qui espionnes son village?!

13.Est-ce qu'ils t'ont donné un salaire?!

14.Pour que tu exploites le moissonneur!

 

Les“Izran” deviennent des catalyseurs incitant les Moujahidines afin qu'ils s'engagent   dans  la guerre de libération :

 

1.A yihramen irifeyyen

2.Utet x tmurt nwem

3.Asebbanyu yuss d

4.Ad yawi recbub nwem

 

5.Ighzvar umasin itjapad ra netta

6.Yejja igheyd n wezghar ipedda yezvra

 

(Traduction)

1Oh jeunes Rifains

2.Defendez votre patrie

3.L'Espagnol nous a attaqués

4.Afin de posséder nos femmes!

5.Le vallée d'amasin lutte elle aussi

6.Il a laissé les Espagnols embrassant les pierres!

 

Le poète décrit la mobilisation générale des Rifains contre l'invasion:

 

1.Babat negh ameqran

2.Rami yegga barreh

3.War yeqqim bu umeysa

4.War yeqqim bu fedjah

5.A tterba semhen di rerwah

6.Xelli tiwessura arzint iqudah

7.Xzvar ghar umjaped

8.Min id yiwi zi resnah

9.Rehdida teqdeo

10.D ufucir afedjah

11.Yemneo rekrata

12.Yekkar ad iteyyeh

13.A seboa raf i tengha

14.Zi rmeghab ar svbeh

15.Tengha yi Fatima

16.S umidhin acemcah

17.Rami d ayi tenna

18.Baba war id yareggêh

19.Baba ma d awaryigher

20.Yi di reqseh

21.Wa meqqaregh qa yemmut

22.Wa m qqaregh qa yejreh

23.Babat negh ameqran

24.Iyucin rmeftah

25.Yenna wem tammurt nnegh

26.Cbar war dayes nsemmeh

 

(Traductuin)  

1.Notre père le grand!

2.Quand il nous a demandé pour la guerre

3.Tout le monde s'est mobilisé:

4.Le berger et l'agriculteur

5.Le fqih qui a quitté sa mosquée

6.Les vielles femmes qui ont brisé leurs pots!

7.Regarde le combattant

8.Combien d'armes il a apporté avec lui

9.Regarde: le poignard très tranchant

10.Regarde: le sabre de l'agriculteur

11.Le fusil dans la main

12.A fait tomber les ennemis

13.Il a tué sept mille

14.Du coucher du soleil jusqu'au matin

15.Fatima m'a  brisé  le coeur

16.Avec sa blouse jaunâtre

17.Quand elle m'a dit:

18.Mon père n'est pas rentré

19.Oh! ton père est un  awaryigher

20.Il a grandi dans la calamité

21.Je ne dirais pas qu'il est mort

22.Je ne dirais pas qu'il est blessé

23.C'est notre père le grand

24.Qui a livré la clé

25.Il vous a dit: nous ne  rendrons même pas un pan de notre terre à l'ennemi

 

Le poète a essayé d'écrire son histoire propre: il a réactualisé l'événement  et a décrit poétiquement et d'une manière extraordinairement stylisée, la façon dont les Espagnols ont dominé la terre rifaine:

 

1.isug d urumi yettvef Aoarui s drao nnes

2.yiwedv driwec yetfvf it s imeddukar nnes

3.yiwedv tafarsit yessu yas adrim nnes

4.yiwedv tizi oezza tzura n yexsan nnes.

 

(traduction)

1.Le «Rumi» a occupé «Aearwi» avec force

2.Il a occupé «Driwec» en s'appuyant sur ses collaborateurs

3.Quand il est arrivé a «tafarsitت», il a distribué son argent

4.Mais quand il a mis son pied à «Tizi Oezza», c'est la fin de sa vie!

 

La dénonciation de la lâcheté des non-combattants, et la condamnation des positions non militantes constituera pendant la guerre une admonestation morale  majeure  contre les individus et les groupes: le style satirique comble souvent cette fonction.  

 

1.Ihramen iqeroyyen znuzan ijedjaben

1.jjin mawsat nsen deg wfadvis n ioewwaden

(Traduction)

1.Les jeunes de la tribu Iqerîeyyen

2.Vendent les djellabas

3.Ils ont quitté la guerre

4.Et ils ont abandonné leurs fusils suspendus aux  arbres de Iîewwaden

  

Affirmant les valeurs du groupe, et glorifiant le «jihad» et le courage des résistants à l'opposé de la lâcheté de l'ennemi, la poésie constituera  dans une large part un témoignage sur le genre de la mentalité qui a engendré des réactions violentes contre  les Espagnols:

 

1.Su a busus nigh ad swegh nnit

2.Arruxu bucenkuk yexs ad yehkem nnit

3.Netta aqa yudef d d usebbanyu itbinsvar

4.Itbarra s Obddekrim i t’ yerqan s wemjar

 

5.Isug d urumi war qqar ad ibed

6.Yiwedv tizi n dris ighir war dinni hed

7.Nghin din rqebtvan rhakem gharsen as ibed

 

1.Rqareb n ssukkar izeyyan s ufiru,

2.Fadvma tawaryighetc cenna mara turu ,

3.Cenna mara tebyes rehzam n seboa duru,

4.Cenna mara tenna s i Muh “hella ra ru”.

 

(traduction)

1.Bois Busus!

2.Bois ou bien je bois

3.Arruxu à la chevelure ébouriffée

4.Veut nous commander!

 

5.L'Espagne nous a envahit

6.En se livrant à ses plaisirs

7.Elle  cherchait Abddekrim

8.Qui l'a battu avec sa faucille

 

9.Le «Rumi» nous a envahis

10.Il ne s'arretera jamais à telle tribu ou à telle autre

11.Quand il s'est arrivé à «Tizi Eezza»

12.Il croyait qu'il n'y'avait personne

13.Les «Mujahidines» ont tué le capitaine

14.Et le gouverneur l'ont égorgé debout.

 

La bataille de «Dhar Ubarran»:

 

Après la nomination de Abddekrim comme chef de la région du Rif, par les représentants des tribus rifaines (Ayt Arboin), en 1920, Abddekrim essayera d'ouvrir quelques pochettes diplomatiques avec les Espagnols, mais le refus de Silvestre, et sa décision  d'occuper «Dhar Ubarran» en 1921, a poussé Abddekrim à réagir, ce qui'a déclenché une guerre violente, contribuant ainsi à une catastrophe pour les forces éspagnoles. Le poète était présent pour décrire la victoire rifaine:

 

1.A ya Dpar ubarran, a ya ssus n yexsan

2.Zi zzay k igharren, ad zzay s  igharr zman

3.Yessek usebbanyu ghar uliman

4.Yenna s zvûr d tamurt n temsaman!

5.Tamsaman ma tpewn ac

6.Ma tghir ac d benneoman

7.Wellap huma ixerq  i bab ac

8.Am wi yeodan!

9.Nezzep  a Mimunt

10.Mahend ghar m aytmam

11.Tteffah wer yemmî

12.Rbaquq d asemmam

13.A ya Dhar ubarran, a ya ssus n yexsan

14.Wi zzay k igharren, ad zzay s  igharr Zman,

15.Rami tewtid  rbûrqii tarnid ra d tixuzan,

16.Ma igharri c d Uqarqac,  ma d Omar n Buyuzan,

 

17.Ma gharrent cek tebrighin i ybeyasen  s ifiran,

18.Am igharr ugharabu x weorur n w aman

19.Qimen d day s irumeyyen tembarazen am imuyan

20.Qqiment tcuccay nsen am rferfer yemmûn

21.Yeqqim ssreo nsen g waman am ighunam)

22.A ya Dhar ubarran, a ya ssus n yexsan

23.Dinni  yenpem rbûrqi, din idepcen iysan

24.Din ig yemmut rhakem, dinni ig ymmuh u tarejman

25.Rqebtvan Uwarfa (pyarba) iharg d ghar temsaman,

26.Temsaman ma tpewn a c, ma tghired d Benneoman,

27.Hargen d ayt Waryigher, amezvyan ameqran,

28.Ggin as i Bu Ijarwan am netta am Iserman,

29.Hargen d ayt Waryigher gi tenoac ameyya,

30.Umi d gh aa oeqben, oeqben d gi xemsa,

31.Hemmu (Ahmed) n Rhaj oisa a bu yis aziza,

32.A ya Ccix Omar a x ssrek ig ifsa (yuda)

33.A rebbi mac gh ad ggegh?

34.I Xedduj  a  oemmi  xmi  day d gh aa terqa,

35.Xmi day gh ad tini Muh mani yekka,

36.Muh Amjapd tenghi t’ harraqa,

37.A Rebbi mac gh aa ggegh?

38.I waber abercan  yetbepbar d s umetta,

39.A ya ralla yemma x ufud inu  iwettva,

40.kenniw Ayth Ozza d imjapden zi rebda,

41.Thjapdem s ufus nwem japdhent ra d tiniba.

 

(Traduction)

1.Oh! mon «Dhar Ubarran»,

2.Oh! le tombeau de l'humanité

3.Qui t'a trompé

4.Le destin le trompera.

5.L'Espagne demanda à l'Allemagne

6.De visiter «Temsaman»!

7.Oh! «Temsaman» est imprenable!

8.Est-ce que vous la croyez comme la fleur de «benneoman»?!

9.Je vous jure que votre sort sera comme les agresseurs précédents.

10.Oh! ma chère Mimount

11.Ballade-toi

12.Tes frères sont à tes cotés!

13.Les pommes ne sont pas mures!

14.Les prunes sont aigres!

15.Oh! mon «Dhar Ubarran»,

16.Oh! le tombeau de l'humanité

17.Qui t'a trompé

18.Le destin le trompera

19.Tu  nous as bombardés

20.Oh! ennemi de l'humanité!

21.Tu as même déposé tes coussinets!

22.Est-ce que c'est  Aqarqac

23.Qui t'a friolé?

24.Ou, c'est  Omar n Buyuzan?!

25.Ou bien ce sont les belles femmes rifaines?!

26.Ton sort sera comme celui du navire

27.Sur l la mère!

28.Les «Rumis», dedans, coincés comme les boucs!

29.Leurs casquettes se sont dispersée comme le poivre cuit!

30.Oh! mon «Dhar Ubarran»,

31.Oh! le tombeau de l'humanité

32.C'est ici que la bombe a explosé et que les chevaux se sont effrayés!

33.C'est ici qu'est  mort le gouverneur

34.Et le traducteur

35.Le capitaine «Byarepya» a attaqué «Temsamanت»

36.Ohت! «Temsaman» est imprenable!

37.Est-ce que vous la croyez comme la fleur de «benneoman»?

38.«Ayt waryagher» ont attaqué l'ennemi

39.Le jeune et le vieux!

40.Ils ont fait à l'ogre

41.Ce que le pêcheur faisait aux poissons!

42.Ils étaient 1200 soldats

43.Mais quand ils se retourna

44.Il ne reste que cinq vivants!

45.Oh! cher  Hemmou n Rhaj Eisa!

46.Le mîitre du brave cheval gris

47.Oh! mon chikh Emar

48.Toi qui es  tombé sur le fil de métal!

49.Oh! mon  Dieu que puis-je faire?

50.Quand Kheddouj me demanda:

51.«Où est Mouh?»

52.Muh est un combattant

53.Tué par la bombe!

54.Oh !mon  Dieu que puix-je faire?

55.Quand Khedduj, les larmes dans les yeux, pleura les siens,

56.Oh! ma mère!

57.Il m'est difficile de se tenir debout!

58.Vous, ayt Eezza, vous êtes des combattants depuis toujours !c'est avec vos propres mains que vous avez lutté contre l'ennemi

59.Et ce sont vos femmes qui ont résisté!

 

 Le bilan est très lourd: plus de 18.000 tués.

Les Français devant cette victoire des Rifains sur les forces espagnoles, s'inquiètèrent de la situation bouleversante dans le nord du Maroc, ce qui les poussera à participer à coté des Espagnols, et des autres forces coloniales. Abdelkrim devant les menaces séreuses de ces deux états, il essaiera de mener une campagne diplomatique devant les autorités françaises, afin de leur expliquer les vrais préoccupations des rifains et afin de s'occuper aussi de ses problèmes organisationnelles internes, et de profiter de sa victoire dans «Anwal». Mais la France  décida d'éradiquer la révolution rifaine. Le poète traduira cette tendance de Abddekrim de lier des relations d'amitié avec les Français:

 

1.A ya Rehmam inu

2.Yettvaw war yetrus

3.Rah siwedv as sram

4.I arrayes Ufransis

5.In as uddukert,

6.Abddekrim d amenhus

 

(Traduction)

1.Oh  mon pigeon

2.Qui s'envole sans qu'il se  dépose

3.Passe mon bonjour

4.Au président de la France

5.Dis-lui de lier une relation d'amitié avec Ebddekrim

6.Sinon, soyez sûrs qu’Abddekrim est dangereux!

 

 Mais ces tentatives n'ont pas eu de bons résultats. Alors Abddekrim attaque les Français et occupe plus de 25 postes et centres militaires. Le poète fier de cette victoire, exprime les sentiments collectifs des Rifains:

 

A Mulay Muhend a Zzaoim aseyyas

Yejjudj ar ami yarra Afransis ar dsas

 

(Traduction)

Oh! Mulay Muhend

Le leader politique

Tu as juré

D'expulser les Français jusqu'aux frontières!

 

Il ne reste que 27 km pour entrer à Fes, les Français vont attaquer les maquisards de Abddekrim en utilisant les avions. Le Rifain, pour la première fois, se sent incapable d'affronter une telle force de “Jnoun” comme l'a bien décrit un  “combattant”. La supériorité des Français sur le plan militaire est écrasante, les conséquences immédiates c'est de pleurer  l'humanité et  l'Islam qui s'écrasent sous les bombardements du “Rumi”:

 

1.Turi d tteyyara, tekk d tizi Oezza ,

2.Tejja tamesrent kulci ttenpezza

3.Turi d tteyyara deg wjenna tegga ghidu

4.Deg iyyarmawas i di tegga ghezzu

1.Tengha din muhemmed tqedvwi t’ oad deg ghidu

 

(Traduction)

1.L'avion s'envole dans les cieux de «Tizi Eezza»

2.Oh! mon Dieu

3.Elle a laissé la nation de l'Islamse consolant

4.L'avion s'envole dans le ciel De la région de «Iyyar Mawas» comme une fumée

5.Ils ont tué l'humanité

6.Elle a tué Mohammed

7.Et elle l'a coupé en deux!

 

Les villages ont été detruits, et les habitants quittent leurs demeures: 

 

1.a taddart a utcma ten yebnan deg wdrar

2.ma yekka bab nnem war d ayem ideppar

3.ma yeprec ma yekkar? ini yi mani yeffegh?

4.ma zi rmut  i yemmut?e ttar kid i svbar!

 

1.A ya ralla yemma i min rugh d amettva,

2. x dcar ameqran, umi d yeffu yexra,

3.A svbar a yur inu, svbar ammi war tru,

4.Am sebbren Idurar I tayyut d usinu,

 

5.A ya Mulay Muhend

6.Man abrid gh ad nawi

7.Abrid ghar tmurt nnegh

1.Ruxa qao , qao d arumi

 

(Traduction)

1.La maison dans la montagne

2.Oh !ma bien-aimée

3.Où est ton maître?

4.Pourquoi  il  n'est  pas là?

5.Est-ce qu'il est malade?

6.Dis-moi, où  il est  parti?

7.Est-ce qu'il est mort?

8.Si c'est le cas

9.         Demande à Dieu de te consoler

10.Oh! ma  mère!

11.Combien j'ai pleuré le grand le village quand on l'a vidé de ses  habitants

12.Console-toi mon coeur ne pleure pas

13.Console-toi comme les montagnes qui résistent aux nuages!

14.Oh! Moulay Mohend

15.Quel chemin prendrons-nous!?

16.Le chemin qui mène à notre patrie

17.Est plein maintenant des «rumis»

 

La frustration est d'une ampleur profonde, poussant le poète rifain à demander l'aide des Allemands:

 

1.a zvwa d a Yaliman

2.nigh ad zvwigh nnit

(Traduction

3.Oh! L’Allemagne, traverse la mer

4.Ou c'est nous qui traverserons!

 

Et puis c'est la perte de confiance dans le leader rifain: Aebddekrim:

 

Sidi Mulay Muhend,

Mechar i gh ad nesvbar

Rbûrqi zi tzirit

Farkata zi Rebhar

(Traduction

Oh! sidi Mulay Muhend

Notre patience/confiance est  épuisé!

La bombe nous vient du ciel!

Et le fusillade nous vient de la mer!

 

Conclusion:

Marginalisé depuis des siècles, la langue amazighe exprime le Maroc profond; elle véhicule les valeurs d'un  peuple  opprimé et exclu du paysage culturel. A  travers son parcours historique cette langue a manifesté la vitalité d'une poésie qui a décrit la vraie évolution de la mentalité maghrébine. Ainsi, elle a exprimé le vécu quotidien dans ses profonds détails.

 

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.