Uttvun 70, 

Sinyûr 2003

(Février 2003)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

Max tsul tegdelt n izewlan imazighen?

Imazighen n Lmughrib

Tikli n walutv agd bungal Buzeggu

Agdud n tghessiwin

Yat n tebrat

I Mimunt umi turi

Attvan n usoarreb

Tamazirt inu

Asekud

Fus inu

Tissas n wawal

Awal

Français

Hourvari morbide d'"Attajdid" autour de la graphie

Le gouvernement Bouteflika

Faire honneur  amazigh, notre grand-père

2M TV et tamazight

La lettre 'O' en tamazight

La délégation d'Errachodia sort de sa caverne

العربية

لماذا الاستمرار في منع الأسماء الأمازيغية؟

حول اعتقال الأسماء الأمازيغية

الحزب الإسلاموي يحيي الظهير البربري من جديد

عندما يرتهن قدر المغرب بمصير الأمة العربية

استحالة تقعيد الأمازيغية باستعمال غير الحروف اللاتينية

عن النزوع الأمازيغي وهفواته

عن تعريب الأرض والإنسان

ميلاد مدينة الحسيمة

عبد الكريم الخطابي

أبو لهب ليس جدي

المعهد الملكي في مفترق الطرق

بيان لمجموعة من المثقفين الأمازيغيين حول الحرف

بيان استنكاري من النيف ضد أصحاب التجديد

أمازيغيون من ليبيا يهنئون محمد شفيق

إصدارات جديدة أخرى لمكز طارق بن زياد

 

La délégation de l'E.N d'Errachidia sort de sa caverne!

Par: Zaid  Ouchna

Le dimanche 15 décembre 2002, le club culturel attaché à la délégation de l'éducation nationale d'Errachidia a organisé une conférence sur un large thème «l'amazighité et le politique» à la salle de l'école des instituteurs de la même ville. Ils ont participé à cette conférence Messieurs:

-آabbi Omar, enseignant et membre de l'assoçiation culturelle TUDERT.

-Ali Iken, enseignant et membre de la même association.

-Lehcen Ayet lefkih, enseignant d'histoire.

-M.said, animateur de la conférence.

Elle a drainé une assistance importante et diversifiée, qui se compose d'étudiants stagiaires, d'enseignants, du MCA estudiantin d'Errachidia et bien entendu des militants de la cause Amzighe.

Prenant en premier la parole, l'animateur et contre toute attente situe d'entrée l'amazighité et le Maroc en général dans le cadre des tribus. Comme pour faire détourner l'attention, il enveloppe la question  dans une caverne archaïque. Il revenait sans cesse à la tricherie désormais légendaire de la chéchia, en l'occurrence le  dahir «arabe» du 16 mai 1930. Il évoquait également les coups d'état des années soixante-dix, que leurs vrais auteurs n'échappent plus à personne, les liant de surcroît à la cause Amazighe qu'il qualifie très volontiers de «masala»! Pour lui l'arabisation de notre pays est une chose acquise! Pour terminer, ils'est laissé emporter, montrant ainsi ses limites et ses faiblesses dans le domaine. Il qualifiera son intervention de scientifique!!

-M. Lehcen Ayet lefkih, quant à lui, tire les fondements de la tutte Amazighe au temps lointain à 46 av.jc!! Il remonte les ères avec mariage du religieux et du culturel à l'appui. Après avoir été égaré dans la récitation de l'histoire officielle makhzenienne, il cherchait des racines et des origines aux Imazighen que lui-même en est un! Pour conclure, il a tenu à finir son intervention par un mouvement de hanche ou à queue de poisson en  déclarant que  l'action d'une de nos grandes figures, en l'occurrence feu Moha ou Hemmou Azayyi, n'était pas nationliste!

- S Tmazighet: tumez diges titinya.

 -Avant de commencer son intervention, M. آabbi Omar un des militants de la cause Amazighe dans la région, a félicité M. Mohames Chafik pour son obtention du grand prix prince Claus 2002 à la Haye aux pays bas. M. Omar qui a préféré ne pas donner d'importance aux propos de son voisin du jour et de la table  entre calmement dans le sujet. Dans un langage très professionnel, il a montré à l'auditoire l'importance et la nécessitée vitale pour un enfant d'être éduqué et instruit dans la langue de ses parents. Pour fonder son intervention, il s'est  remis aux lois internationales des nations unies et des droits de l'enfatants.

 -Prenant de son coté la parole, M. Ali Iken dans un langage que  nous lui  connaissons, appuis les propos de Mr.Omar avant d'entrer dans l'explication philosophique de l'importance de la reconnaissance de l'identité de la personne. Il dénonce par ailleurs les intentions du  ministère de l'enseignement quant à la façon dont elle a traité l'enseignement de la langue Tamazighet dans sa version actuelle.

-A l'heure des interventions de l'assistance, 9 interventions sur 10  ont dénoncé la manière dont l'animateur a présenté la question Amazighe à l'auditoire. Mr.Bajjou Moha, un militant Amazigh de Goulmima, est  revenu pour expliquer les fondements du dahir 16 mai 1930 dont l'animateur s'est fait un plaisir d'évoquer à tout bout de champs. De mon coté, j'ai d'abord remercié la délégation d'Errachidia d'avoir permis à notre association TUDERT d'utiliser  sa salle des conférences  de temps en temps. Après, je suis  intervenu sur l'usage abusif du  mot «mouvement national», j'ai demandé à l'assistance de désigner ceux qui se le sont  accaparé faussement: mouvance sectaire. J'ai déclaré également, que Tamazighet  était elle aussi détenue dans les geôles des prisons du Maroc. Elle a été déclarée coupable dans un procès pas comme les autres car elle,  elle n'avait ni motif ni defense! Pourtant à sa soi-disant sortie, elle n'a eu encore droit qu'à 45 mn la séance  et deux fois par semaine et encore sans manuels et un statut de facultative! Dans cette région, les instituteurs sensés enseigner Tamazighet sont arabophonne! Cela veut dire tout simplement que le Maroc détient toujours le plus vieux prisonnier du monde: TAMAZIGHET.

 

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.