Uttvun 72, 

Kuzvyûr 2003

(Avril 2003)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

Man wen ghad yekkusen Muhammed Cafiq?

Imazighen jar weoraq d useoraq

Iseffaren n yires

Tullizt

Atbir n imazighen ay tgid a tawiza

Imuray

Anecruf n tudart

Rix

Seghuyyugh

Tabrat inu

Tadva

Tamazight

Tamazight inew

Uccen d yinsi

Ur ikkul

Xalti Griru

Hezmet oawed hezmet

Français

Après Chafik, que nous est-il permis d'espérer

Diaspora amazighophone et arabophone de tamazgha au Canada

Comment construire le modèle amazigh?

8 Mars, journée internationale de la femme??

Différents procédés dans la création néologique en langue amazighe

La morphologie du proverbe kabyle

Nouveau livre sur la phonétique berbère

Mbarek Taouss a été enlevé et torturé

العربية

من يخلف محمدا شفيقا؟

عن النزوع الأمازيغي وهفواته

قراءة أولية في رواية تاواركيت ي يميك

مشروعية الحركة الأمازيغية

من إبادة الأسماء الأمازيغية إلى إبادة الأشجار الأمازيغية

عودة إلى معركة الحرف

تين ن ويدلان

وأخيرا يفرج عن اسم نوميديا

كنفيديرالية تاضا

جمعية بويا بآيت بوعيّاش

 

 

Mbarek Touss de l'Association Amazighe TILELLI a été enlevé et torturé

Déclaration

Moi, Mbarek TOUSS, membre de l'Association Amazighe TILELLI, ex-détenu politique et ex-coordinateur du Comité de Soutien au Mouvement des victimes de l'ANAPEC, déclare à l'opinion publique locale, nationale, amazighe et internationale avoir été enlevé et torturé, le 28 février 2003 à Tinghir (province de OUARZAZAT) par des agents de la D.S.T., en présence de policiers en uniforme.

Les événements se sont passés comme suit:

Après avoir consulté un chirurgien dentiste à Tinghir, j'ai pris un bus, vers 21 h, en direction de Goulmima. Arrivé à un restaurant à dix kilomètres de Tinghir, le bus s'est arrêté pour une pause.

Dès mon entrée dans le restaurant, quatre personnes se sont jetées sur moi, m'ont mis par terre et se sont mis à me rouer de coups de pied, de coups de poing. Ils m'ont traîné par terre jusqu'aux toilettes et ont continué à me tabasser. Ensuite, ils m'ont menotté.

Je leur ai demandé d'arrêter de me torturer et de me traduire en justice si j'étais accusé de quoi que ce soit. Je leur ai demandé d'appeler une ambulance car ils m'ont grièvement blessé: je saignais du nez, de la bouche. Mais, ils étaient indifférents à mes demandes. Mes affaires traînaient par terre.

Tout ce spectacle, qui a duré plus d'une heure, s'est déroulé en présence de deux policiers en uniforme, ainsi que du gérant de l'établissement, témoins-complices de cette opération "boukharienne".

Après avoir terminé leur "besogne", et après m'avoir restitué mes affaires, mes agresseurs ont quitté les lieux "tranquillement", sous le regard des agents de l'"insécurité"..

 

Quand je suis sorti du restaurant, le bus n'était plus là. Alors, j'ai rebroussé chemin vers Tinghir, à pied.

J'ai passé toute la nuit, terrorisé et éprouvant des vertiges, dans un hôtel de la ville. Le matin, j'ai pris un autre bus vers Goulmima.

Il est évident que je n'aurais pas été victime de cette agression "légale" si je n'étais pas poursuivi par mes prédateurs. Ils n'étaient là que pour me faire subir ce qu'ils m'ont fait subir parce que, aux yeux de leurs maîtres, je suis un élément "subversif".

Je considère ce traitement que m'ont réservé ces agents du makhzen comme une atteinte grave à mes droits, par ceux-là mêmes qui sont sensés assurer la sûreté des citoyens.

Cette tentative de m'intimider et de me neutraliser ne fait que renforcer mes convictions et mon attachement aux principes et objectifs du Mouvement Amazigh.

Je lance un appel à toutes les forces vives et aux organisations des Droits Humains, nationales et internationales, de m'apporter leur soutien dans cette épreuve.

Mbarek TOUSS, Goulmima le 04 mars 2003

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.