Uttvun 73, 

Semyûr 2003

(Mai 2003)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

Is d amezwaru n uneggar n umyey Ufqir?

Lhefyani nigh tifuzzvert n tughemsa tuoerbent

Uccen d yinsi

Timessunam n imazighen

Aghuyyi n ulezruy

Anazur yetwattun

Awujil war aytmas

Azzel d awi

Di reorasi

Gar amghar

Issi d tissit

Ma s tyid aneslem

Min ghad yinigh

Sfeld zari oafak

Tamurghi

Yedjis n dcar inu

Français

Les cinq péchés insolubles de l'être amazigh

De la toponymie d'Alhuceima

 Diaspora de la communauté amazighe au Canada

Différents procédés dans la création néologique en tamazight

Amazighs et autres, otages du Baât de Saddam

La femme et sa journée internationale

Pour sortie l'oriental de la marginalisation

Propositions pour améliorer tifinagh

العربية

هل هي بداية نهاية أسطورة أفقير؟

أن يكون المرء ذاته فتلك هي الحياة

عن النزوع الأمازيغي وهفواته

مستقبل الأمازيغية على ضوء كتابتها بتيفيناغ

مفاسد الاغتيال اللساني

إتنوغرافية رقصة إحيدوس

لغتي جميلة

مكالمات إلى الكنكو تؤدي ثمنَها تاويزا

بيان تضامني للاتحاد الوطني لطلبة المغرب

بيان لجمعية تلفراوت

بيان لجمعية تيفاوت

بيان استنكاري لمحمد أوشري

تأسيس جمعية تيفاوت

بيان لجمعية تافسوت

بيان لجمعية تامينوت بتيمولاي

 

Amazighs et d'autres, otages du baât de Saddam

Par: ZAID OUCHNA

Il ne faudrait plus se cacher la face, le peuple marocain se fait décidement distinguer par sa mémoire courte. Pour cause et par deux fois, il a manifesté dans les rues de Rabat dans d'immences foules son soutient total et inconditionnel à Saddam le baâtiste. Même si les manifestants ne representent aucunement pas tout le peuple comme ils le prétendent, de loin s'en faut, les artères de notre capitale ont vu scander les photos du tyran. Leurs slogans, nous ne laissent pas pour autant indifferents: «Par notre sang (le leur), par notre âme, nous mourrons pour toi Saddam». Le drapeau d'irak  à  la main des enfants et des  innocents avaient fait le jeu des panarabistes de service. Ils ont fait ainsi d'un tyran raciste non seulement leur héros mais également leur référence. Mon maître tu es merveilleux, la culture de l'allégence oblige!

C'est comme si, notre pays n'était qu'une province de l'empire Saddam le baâtiste. Quelles que soient les raisons d'appui avançées, les bases de calcul sont ailleurs. De toute évidence, les malheurs et les souffrances du peuple irakien, qui est pris entre deux feux, ne sont pas prises en considération. Jusqu'ici, nous n'avons pas encore vu des marocains soutenir des musulmans chiites pourtant majoritaires en Irak. La consience marocaine n'a non plus jugé bon de soutenir la plus grande victime du baât, qu'Ali le chimique a massacré le 16/5/1988. Enfants, fillettes, femmes ou viellards ils  ont tous péri. Leur  seul tort c'est d'être née kurde et pas arabes.

La consience «eveillée» marocaine, n'a jamais  prêté attension aux malheurs et aux humiliations que subissent toujours et encore ses propres compatriotes au Nord comme de l'autre côté de l'atlas!

En déphasage avec les protestations de la société civile mondiale qui réclame la paix «no war», «no guerra»si a la pace» ou pour le peuple  irakien, les manifestants de Rabat eux, soutenaient Saddam le frère! Aidé en cela par les télévisions du peuple marocain, qui a «institutionnalisé» un  discours arabiste et repris par des délires dans des terrases des cafés, ils enveneminent des populations innocentes. Le parti baât arabe al ichtiraki s'est donc fait des poches et des tranchés autour de la civilité et de la pensée proprement marocaine.

 

Qui est le parti  baât? Quelles sont ses répercutions sur nous?

Le parti baât est une organisation séchement arabique qui s'etend du golf persique à l'Est jusqu'à Tamazgha à l'Ouest. Elle est née aux abords de l'eupherate dans la pénisule arabique et s'est étirée et grandie comme un monstre géant jusqu'en afrique du Nord. Chez-nous, nous avons droit à sa queue réparie en deux fouets qui s'entrelassent de temps en temps. Les pseudos fleur-balance me diriez-vous!

C'est un processus de destruction massive des valeurs et des civilisations non arabes. Ses assises sont bien résumées par l'adage arabe célébre suivant:

«Moi contre mon frère, moi et mon frère contre mon cousin, moi, mon frère et mon cousin contre l'étanger»

Lire: moi l'arabo-baât, mon frère l'arabo-musulman, mon cousin l'Arabe (de confession: chiite, juive ou chrétienne).

Il se base donc sur la «qawmiya», c'est à dire la race et pas sur des principes et des stratégies. Dans cette optique, il s'est associé au nacirisme qui lui a donné naissance; ils adoptent le FLN algerien, le P.I et l'USFP marocains et tant d'autres. Dans un discours falsifiant toutes les vérités, ils allaient impliquer le Dieu, l'hypocrisie et le monsonge. Ils mettent en relief l'éxperience acquise dans l'arabisation et la marginalisation des kurdes en Irak et en Syrie. Chaqu'un bien entendu l'adoptera dans son fief, à savoir Le caire, Khartoum, Oran, Fes et Mohammadia. Le financement est assuré par le pétrole irakien au détriment de la paupérisation de la majorité de sa population.

Cette politique, si elle en est une, insensible à la réalité logique des événements prendra en otage beaucoup d'autres peuples telle que les coptes, les Soudanais, et les imazighen de l'afrique du Nord. Comme une tournade, elle ne laisse toujours derrière elle qu'un décor de désolation.

Ses retombées:

-Après les événements qu'a connus notre pays en 1971 et 1972 le parti baât se manifesta à notre porte. Après deux coups d'états de suite, attribués aux marocains non arabes, les baâtistes étaient en effervessence. Saddam qui n'était pas encore président, se rendra chez les français-l'influant politique de la région. Il leur proposait les champs pétrolifères irakiens et le marché arabe (le souk) contre le soutien de la France à l'arabisation de l'afrique du Nord. Le pauvre Êbèrbère» se vend et s'achète sans son aval!

Comme par tour de bague magique, une république fantôche à connotation arabe se manifeste sur la partie sud de notre territoire. Le parti baât prendra son étendard (même couleur d'ailleurs avec celui d'irak) et deviendra son ambassadeur dans le monde. Damas, elle, lui assurera la logistique necessaire et la guerre arabe eclatait dans le sahara du maroc l'Africain! Des milliers d'amazighs y laisseront leurs vies ou leurs jeunesses.

Là, je ne voudrai pas passer sans évoquer une des histoires qui me sont restées à la gorge. «Le 17/3/1986, j'ai pu voir quelques butins confisqués au pilisario, j'ai lu sur des caisses des références et le nom des pays dont celui de la Syrie du baât. Neuf jours plus tard, sur une terrasse du café à Agadir, j'ai lu dans le journal «l'opinion» que les dirigeants du parti de l'istqlal et ceux du parti baât se sont réunis à Fes. Cette rencontre ordinaire s'inscrit dans le cadre des pourparlers sur des stratégies communes!» C'était ma première foi de voir une trahison légalisée.

-Notre pays deviendra un enjeu panarabiste sur tous les autres fronts. Sur le plan culturel, l'aliénation est de mise, l'enseignement se détériore et se banalise et nos valeurs s'estampent. Le politique quant à lui se clanditise et nourrira la regression  ou la montée de l'intégrisme absurde. La presse financée par le baât s'ethnitise et forme donc des médias de la haine. Sur le plan administratif, les partis arabistes distribuent les postes d'importance vitale à leurs adhérents à l'image du parti baât qui a donné des armes à ses seuls fideles! L'Amazigh deviendra muet  et renie ses inspirations. Il subira alors, le double embargo: celui de l'esclavagisme arabiste et celui de l'emprise de la mondialisation.

La réponse du berger à la bergère:

Durant la guerre de la coalition contre le parti baât, la presse et les medias  arabes en general, sont unanimes  sur les points suivants:

-Ils tiennent tous comme fer à leur civilisation et à leur histoire qu'une grande partie de Bagdad symbolise.

*C'est en effet le pays de Saladin, berceau d'une grande civilisation. Une légitimité noble dirais-je, mais pourquoi s'acharnent-ils à détruire celle des autres?

-Ils disent tous que les richesses  d'un pays sont pour son peuple!

*Le peuple amazigh est dépourvu des siennes. Savent-ils  que d'Imi n lchil jusqu'au desert n'a connu de l'état marocain que le batton?

-De l'imam AL AZHAR: selon lui, celui qui a envahi la terre des autres est un terroriste et n'a rien de musulman.

*Si voue le dites Mr. Le älim, nous, nous ne pouvons qu'être avec vous. Sauf si le «bon pour moi, mauvais pour toi» est régit

D'autre part:

Quant l'armée algerienne massacrait nos frères kbyles non armés dans les rues de la kabylie, Imazighen du maroc se voient interdits de manifester pacifiquement leurs soutien et leur désolation par l'état marocain. Par contre, maintenant qu'il s'agit du frère arabe d'irak, toutes les bénédictions même diines- sont permises!

Les télévisions qu'Imazighen payent de leurs poches relayent et en directe leurs manifestations.

*N'est-il pas un acte de racisme? Les mensonges et la honte qu'a essuyé l'état marocain le 4/3/2003 au palais Wilson de genève ne lui suffisent-ils pas?

Les enseignements tirés:

-L'Irak, pays du baât est un des plus riche de la planète. Il est également le berceau de la civilsation universelle, inventeur des chiffres et du temps, s'est vu décapité, démoli et anéanti  par la gestion du  parti baât.

Que peut-il alors apporter à un pays de faibles ressources, si ce n'est  la désolation? Comment un parti à connotation  tyranique et guerrière peut-il servir de référence, si ce n'est pour le trafic de l'influance et du racisme?

-L'entêtement du parti baât dans l'absurdité n'est plus à démontrer, le ministre de l'information de ce parti   Said Sahaf s'en  est bien chargé. Il est sa parfaite illustration car il persistait dans l'insulte de l'intelligence des medias du monde  entier jusqu'à l'effondrement de Bagdad. Les Kurdes et ses peche-mergas le savaient après de longues années de souffrances. Toutes les options de négociations avec lui sont inopérantes. Aujourd'hui, le vent de la liberté qui souffle sur le kurdistan n'est pas le fruit de la baraka.

 

 

 

        

 

 

 

 

 

 

 

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.