Uttvun 76, 

Tamyûr 2003

(Août 2003)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

Netzvayet s tmazight deg wgherbaz azayez

Muhend abeldi

Izri n tudart 

Oica Mezrighd

Aghuyyi n wawmaten

Ifeqqeo dadad imazighen

Yurew icoeb asadv

Taghuyyit

Kenniw d awmaten

Ussan n tisegma

A Sifaw nnegh

Tasurifet n tidert 

S wuddur

Tawargit

Lunis 

Qrar

Toensvart

Français

En marge du vendredi 16 mai 2003

De l'"oraliture" à laLangue  littérature

Langue et violence au Maghreb

 La situation du berbère au Maroc 

C'est pour quand l'union des Etats de Tamazgha?

Berbères, libres et fiers de l'être 

Le vieux kabyle et l'arabe

Plainte contre les médias de la haine  

 

العربية

مرحبا بالأمازيغية في المدرسة العمومية

  هوس العربومانيا

الاستمرار في إعادة إنتاج أسباب 16 ماي

عودة إلى موضوع تيفيناغ ـ يركام

إتنوغرافية رقصة أحيدوس

القومجية والإسلاميزم: وجهان لعملة واحدة

المفاهيم باللغة الأمازيغية

على هامش سنة الجزائر بفرنسا

الإعلام الأمازيغي

أالمركب الثقافي للخميسات

عن الشيء الذي هو غير طبيعي

عذرا لوناس

أنت دم في عروق الأمازيغ

أغبالا تكرّم بحري وتدين الإرهاب

المؤتمر الليبي للأمازيغية 

بيان لجمعية تيفسا

بيان تنديدي لجمعية تاماينوت

بيان لجمعية تاماينوت

بيان لجمعية إيصوراف

جمعية آيت حذيفة

ببيان لجمعية إيموزّار

 

Humour
Le vieux kabyle et l’arabe qui a libéré la France!
Par: Ideflawen* (Tinjedad)


Roubaix(1), début janvier. Il fait horriblement froid et les rares passants dans la grand place se dépêchent pour gagner leurs destinations afin d'échapper aux gouttes fines d'une pluie matinale qui s'abat silencieusement sur le pavé. Les premières rangées commencent à se former devant les guichets de la poste ouverte sous les yeux mécaniques des caméras de surveillance.
"La queue est un acquis de la démocratie", me glissa malicieusement mon ami Anzar dans l'oreille. Cet acquis ne tarde pas toutefois à être perturbé par les cris d'une femme qui dispute une place à un vieil homme. Dans la foulée de ce malentendu et suite à quelques échanges verbaux, elle lui lança dans la gueule: "Ce sont les arabes qui ont libéré votre pays (c'est à dire la France)!".
J'ai pensé machinalement à tous les Moha, les Sekku, les Baha, goumiers de l'armée coloniale qui ont été de toutes les guerres européennes et qui ne parlent un traître mot de la langue des tolbas. L'histoire de Sekkou Amzil, le forgeron de mon village qui raconte à celui qui veut le croire qu'il a mis hors d'état de nuire "hikler" (prononcez le "H" svp), Adolf Hitler en personne, après un échange des coups de feu au cours duquel les munitions de l'allemand ont été épuisées m'est revenu à l'esprit. J'ai étouffé un fou rire qui allait m'échapper.
- "Les arabes doivent en premier lieu se libérer de ces leitmotivs maladifs qui les placent au-dessus de tous les autres peuples. Vous aurez dû libérer la Palestine avant de penser à libérer la France", lui rétorqua le vieil homme, non sans humour.
Et d'ajouter en roulant les "R": Ma chère dame, je vous invite à libérer la Kabylie des CNS!
Dernière la lourde moustache et les yeux bleues du vieillard se cache en effet un montagnard issu d'un village de Djurdjura venu rendre visite à l'un des jeunes de son village blessé par les balles explosives des gendarmes d'un malade mental que le destin a appelé "Bouteflika".
Les arabes, libéreront un jour la Kabylie comme ils ont libéré la France?. Affaire à suivre …
-------
* journaliste
1- petite ville française sur la frontière belge.

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.