Uttvun 80, 

Meggyûr 2003

(Décembre 2003)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

Tameddanit i hettvu n lislam!

Tira n useghdi

Annay xef tama n tudart

Aberrad

Xalid Izri nigh Hamid Lyenduzi?

Tamazgha

Alghem izlan

Tawada nnegh

Atbir amggrad

Tifras n wetlao

Baba Pru

Tabrat i wmeddukel n webrid

Tanda nnex texwa

Français

Problèmes de ponctuation dans le texte poétique amazigh

Standardisation de la langue tamazight

Non à la graphie tifinagh

La réussite de l'enseignement de tamazight est-il assuré?

Sur quelques mots amazighs

Formules de politesse en tamazight

Muhend Saidi: artiste militant amazigh sans frontières

Sakku, ce poète amazigh pas comme les autres

Abehri, le connaisseur et le pédagogue

Malaise au Sud-Est

Sellam Arifi est parti...

Colloque sur la littérature amazighe

Séminaire sur la convention 169 de O.I.T

Activité de Tamaynut de Tiznit

العربية

الحاجة إلى العَلمانية لحماية الإسلام

المغرب وثمن العروبية

أسطورة تاسردونت ن يسمضال

إتنولوجيا المدينة الإغريقية والقبيلة الأمازيغية

حول غياب خطاب ثقافي جديد

المصريون يدعون إلى نزع صفة العروبة عن مصر

التحية الأمازيغية حرام عند أئمة الظلام

جمعية ملتقى المرأة

بيان مجلس المنتدى الأمازيغي

إعلان عن تعاقد لجمع وتدوين الأدب الأمازيغي

الأستاذ حنداين يحصل عل دكتوراه الدولة في التاريخ

أنشطة ثقافية لجمعية تانوكرا

تعزية

 

SAKKOU: Ce poète Amazigh pas comme les autres!

Par: Zaid Ouchna

Cet autre poète (aneccad), unique en son genre, homérique, faisait la loi de la  lyre amazighe pendant des séances d'ahidous des ayet Merghad (le même que celui des ayet Hdiddou) depuis plus d'un demi-siècle. Son originalité réside dans sa production abondante en Izli, tagezzumet et tamedyazt dont il possède surtout la faculté d'aborder les sujets hétéromorphes. Il a toujours évoqué le social, le philosophique ou  le politique qui régissait le pays mais aussi  ses conséquences à venir. Il s'est porté malgré lui en réveil des consciences de ses concitoyens par la force de son choix du verbe Amazigh. «Je suis là pour les morts vivants» se plaît-il à dire!  Il s'est engagé dans la poursuite des mots, à la virée du sens, pour faire parvenir à son prochain son message et une vérité qui est sienne. Pour cela, il a souvent cherché cet état moral pour y parvenir. Il est vraiment un poète dans son monde- son propre monde au milieu des proches. Il n'est pas connu au niveau national car lui et sa création ne sont pas retenus pas la politique culturelle du sud de l'Espagne. En effet, il n'a jamais rien produit ni pour le «GHARNATI» ni pour «ÊL'ANDALOU». Cette politique étrangère, encore une, a fait du marocain qu'il est un orphelin de l'essence même d'un poète:   la parole. Par ce  manque donc de  moyens d'expression, ses cris n'ont pas pu traverser les chaînes des atlas. Son vrai nom est Sekkou ou moha ou âeddi, mais sa simplicité, sa modestie et son aménité lui ont valu des surnoms fleuves: Sakkou, Aâchaq, Bahmama, Bachi, Saâadat…etc. Il est né à Goulmima en 1924.

Quand je l'ai rapproché de très prés il y'a de cela plusieurs années déjà, une seule idée me tourmentait: c'est de faire de sa production un livre pour d'abord sauvegarder cette immense richesse Amazighe et ensuite la mettre à la disposition des Imazighen afin de participer à l'enrichissement du savoir humain. Durant la période allant de 1996 à l'an 2001, j'ai  pu finalement arriver à bout de ce défi que je me suis donné, qui je dois le reconnaître n'était pas de tout repos. Comme d'autres je lui dois beaucoup car il a réussi, grâce à sa poésie, à  nous éclairer sur bien des points d'ombre de notre histoire récente. Depuis 1940, ses Izlan  en effet portaient et commentaient tous les événements de l'heure. En remontant donc Izlan de l'époque au fil des années, nous nous retrouvons avec les étalages des vérités historiques qu'on croyait bien entendu  entièrement étouffées. Grâce à Izlan, à Tagezzumet  mais aussi grâce au chant, nous sommes arrivé à relater et déchiffrer les dessous des événements survenus dans notre pays pendant la période en question.  Un peuple qui chante ne mourra jamais  dit-on!

Ce poète donc  a passé prés de 65 ans dans la confection des vers et dans la composition des mots du vocabulaire de la langue Amazighe. Que pense-t-il  alors de l'enseignement de Tamzighet entrepris dans quelques écoles cette année dans notre pays? Que pense-t-il des Imazighen et de leur devenir? Que nous recommande-t-il pour mieux promouvoir la langue et la culture Amazighes?

Je lui ai posé ces questions pour lesquelles il s'est fait un plaisir de me répondre.

Il dit que les Imazighen sont responsables de ce qui leur arrive, eux les habitués des événements des cinq ans. Chaque tour des élections, ils se jettent dans les bras des partis politiques qui ont toujours nié leur amazighité, voire leur existence même  sur leur propre terre. Comment voulez-vous croire, dit-il,  en un peuple qui a dit «oui» à une constitution qui ne le reconnaît guère?

Il dit également que la plupart des Imazighen ignorent l'immensité de la richesse et du  savoir Amazigh. Il donne pour preuve, qu'ils n'ont pas su montrer à l'autre, aux autres, les  multiples facettes d'une civilisation noble et humaniste pour gagner leur soutien, combien précieux dans ces conditions. C'est plutôt eux mêmes qui se sont transformés en un autre qui lutte contre l'agonie de cette amazighité orpheline! Oui, pour parler de leur civilisation, ils empruntent une virée des chemins pour passer à leur langue et à leur culture.

Le savoir Amazigh, dit-il, est largement adulte, c'est à Imazighen de se réconcilier avec eux mêmes en apprenant beaucoup sur leur civilisation pour espérer la montrer aux autres dans de bonnes conditions.

Quant à la meilleure façon de promouvoir l'amazighité, il dit qu'il doit falloir commencer par le commencement (Uggug! comme il dit) c'est à dire que Tamazighet doit être reconnue clairement et officiellement dans la constitution du Maroc.    

Tadiwennit  d Sakku

Aseqsa: Seg mantur a ya tgid aneccad?

Sakku: Seg 1936 ayddegh ttinigh izlan, d tmedyazet, d tgezzumet. Nnigh g ihidas kul mayed igan ka, ar sfafagh tiwengimin acku gnan ikabaren.

Aseqsa: 65 n useggwas  g  tteggad isefra g wawal amazigh, g tteggad tighemrin i wawal afad ad tessefisd ineghmisen n tsertit. Toent abrid n tusna ad ssaden imezdagh?

Sakku: Nnigh g yan izli:

*Ur udjigh g iwalewen mayed ur nnigh

meqqar yad tenyamam ur iyegi rebbi.

Seg wapli sawalegh i ymazighen, maka idrus mayed i-yesellan!Ghrigh-asen g useggwas n 1962, ghrigh-asen g 1972, 1973, 1997…atg. Nnigh-asen g 1962 ghef ddustur g ur amun:

*Ghrigh-awen a lemsakin mek i tgam rray

xir-awen ad ttinim i gar azdugh noam.

Meona ad ur ttinim noam i ddustur amezwaru.

1972 nnigh-asen:

*Mer taghul s bnadem awedyan iffegh umuttel

ka yusey urawen ka ccebyat as-ti-ttasey

Kulluten Imeghrabiyen usin amuttel, ka yusit g ccoeb, ka ioawen-as. Amazigh innan «noam» i ddustur g ur yamu, yusey amuttel g ighef-nnes d win warraw-nnes. Pat yusey urawen n umuttel. Idd unna yusin ccebyat, unnagh mi yeka cceob lamant ger ifassen immerregh-is. Amm tmeccaput n igdad issehdan imendi i wfullus,

Aayden-d, afen-d  lebrud g udghar n imendi. Nnan-as  i wfullus:

-matta  weya?

Innan-yasen:- tufan-i-d da tteroabegh awed nekk! Da tteroabegh ar d uhlegh qqimegh digh ar tteroabegh i yemendi iaoyeden gan lebrud!

1973 nnigh-asen:

*A yag axemmuj ikka ul-innew

«noam» n uyellid a mi oeqqalegh.

Meona ddustur n 1962 isul ur t-nettu, urta namu myed ur diges tamazighet. Ixessva ad nili zwar, oad ar tsawalem. Kwenni tennam-as «nâam»!

1997 nnigh-asen:

*Ulligh wad i dilligh nna g da ttessam

annayegh mkerdul-a qbel ad yawed da.

Bdan Imazighen ar sawalen, nnigh-asen pat seg lli awen-ttinigh, ar tekkatem abeqqa.

Aseqsa: Mayed tghid ad asen-tinid i ymazighen dghi, matta ubrid  ttekkan mar ad sbeddin awal-nsen?

Sakku: Seg useggwas n 1939 ayed ddegh sawalegh, key hak tarud g «lkitab» kull mayed nnigh, unna 60 n useggwas n wawal-inew inada-t. Maka, ixessva ad isinn idd kull mag illa «noam» nekk nnigh diges «la». Amm nekk trura-t leolamet s azyin! Agensu n wawal amazigh, g izlan, g tgezzumet, g tmedyazet tella diges tusna iwseoen. Diges tusna n tudert, tusna n tsertit, yili diges useksew s dat. Izli ixessva-t ad idus ishu ad idus mar ad imun d tsutiwin. Awal amazigh s uyenna t-ttinnigh ur da ittalem.Nfeo n tmazighet idrus mayed yukzen tallunt n tusna-nnes. Amata ighal idd ghas awal hill, ayennagh a mi ur ssin imazighen  n dghi ad oeten udem-nnes i wiyed mar afen mas skuttun. Ur ghiyen ad sfesten s tusna iodawen n tmazighet. Illa g idles amazigh mas kkaten, mas ttebeddan dat winna ur irin tamazighet. Ixessva-ten ad ts-fpmen beoda nitni acku kkan iberdan yaden s awal-nnsen!

Aseqsa: G uyenna ttinid, mayed nuwd-nn imazighen dat winna ur t-irin, dghi g tebda da ttughar g likul?

Sakku: Da ttughar g 300 likul hillayed i-tennid, d urta nannay adu, han Gwelmima beoda wlutt akw diges! Maka mani tekka 50 n useggwas n txendallast?  tedda, tzerey , nettu-t?

Imazighen walfen lemnazil n 5 n iseggwasen, da seksiwen ad ilin tawuri winna idelhen winna tt-ilan  d winna tt-iran. Mek ran ad ilin, umun g wawal, ixessva ad fghen abrid g ddan. Pan dghi ku xemsa n iseggwasen yagh-asen-d mayed tteggan afus zrin-t! Amun nitni g ikabaren ikkaten imazighen d tmazighet. Ku lintixab ar retthen amm ioisawiyen, gern tiwriqin i winna ten-ikkaten! Inin digh «noam» meqqar ur amun. Zrin tamzighet tunef imi da ttini mawed idd ittawin ka, pat righ ad bnugh uggug. Ku yuwun ad yasey iselli-nes, negh d uttub afad ad nebnu uggug: tugdut.

Aseqsa: Illa ka n izli d yuwin ghif dghi?

Sakku: Llan  win tassaoet-a mek d ad ten-fepmen ukwan!

Izlan:

*Nnker-at yuwed ladan ad tezzalem

pan ass turt-id a yayet yittes.

2) wis sin:

*Yaghul da yeshillil imi ig acekkam

ikka ger as d tasa i wul d izuran

3)wis krad

*Icahet-as mek illi leghyar g izuran

pan aqmu idda-d ineot-as-d igh n ka

4) wis kuz:

*Bubbigh g umuttel cigan s imi

da yagh ishillil s labas wlut.

 

                  

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.