Uttvun 80, 

Meggyûr 2003

(Décembre 2003)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

Tameddanit i hettvu n lislam!

Tira n useghdi

Annay xef tama n tudart

Aberrad

Xalid Izri nigh Hamid Lyenduzi?

Tamazgha

Alghem izlan

Tawada nnegh

Atbir amggrad

Tifras n wetlao

Baba Pru

Tabrat i wmeddukel n webrid

Tanda nnex texwa

Français

Problèmes de ponctuation dans le texte poétique amazigh

Standardisation de la langue tamazight

Non à la graphie tifinagh

La réussite de l'enseignement de tamazight est-il assuré?

Sur quelques mots amazighs

Formules de politesse en tamazight

Muhend Saidi: artiste militant amazigh sans frontières

Sakku, ce poète amazigh pas comme les autres

Abehri, le connaisseur et le pédagogue

Malaise au Sud-Est

Sellam Arifi est parti...

Colloque sur la littérature amazighe

Séminaire sur la convention 169 de O.I.T

Activité de Tamaynut de Tiznit

العربية

الحاجة إلى العَلمانية لحماية الإسلام

المغرب وثمن العروبية

أسطورة تاسردونت ن يسمضال

إتنولوجيا المدينة الإغريقية والقبيلة الأمازيغية

حول غياب خطاب ثقافي جديد

المصريون يدعون إلى نزع صفة العروبة عن مصر

التحية الأمازيغية حرام عند أئمة الظلام

جمعية ملتقى المرأة

بيان مجلس المنتدى الأمازيغي

إعلان عن تعاقد لجمع وتدوين الأدب الأمازيغي

الأستاذ حنداين يحصل عل دكتوراه الدولة في التاريخ

أنشطة ثقافية لجمعية تانوكرا

تعزية

 

Sellam Arifi est parti...

«Adieu la France, adieu la France! Bonjour, bonjour l'Afrique! Mana ya war itsellik (Chanson de Sellam Arifi)

Adieu Sellam Arifi, tu es parti trop tôt. Un accident  t'a pris en route.

Tu chantais dans cette langue millénaire, celle de tous les marocains. Forgeant un verbe corsé, tu parlais aux amoureux, aux désespérés, aux rêveurs, aux désappointés. Tu disais tant de choses, pour le peuple c'étaient des merveilles que tu leur offrais avec ta voix en flèche, et des mots «simples et quotidiens» mais combien inspirés et profonds.

Sellam, tu ne peux pas mourir: Tu nous as laissé des albums très «amazighs», de beaux textes bien de chez nous. Juste «Arrif-inu» demeure une chanson du terroir qui rend hommage au Rif et aux rifains, ces éternels émigrés.

Tu as chanté le Rif, tu l'as fait vibrer longuement. Ce Rif que tu quittas, tu l'as bien connu dans tous ses malheurs, ses joies et ses illusions. A ce bout de monde, tu retournes l'âme tranquille. Mon ami, tu as tout montré: notre grandeur et notre misère n'ont qu'un même corps qui marche… sur des ravins tristes.

Tu as bien décrit l'attachement du rifain à sa terre comme le saumon remontant la rivière à contre courant pour retourner dans son milieu et y pondre sa descendance. Tu es resté très attaché aux tiens, à tes rifains, mais combien de rifains ont pris conscience de cet attachement? Ton attachement est un serment, chose que tu répètes souvent dans tes poèmes - chansons.

Mon ami, peut-on dire à quelqu'un qui survit parole - expression de notre être, adieu? Non, au revoir Sellam, que Dieu ait ton âme!

(Muhend Amrabed)

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.