Uttvun 82, 

Sinyûr  2004

(Février  2004)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

Imenzayen n "Tsertit tabarbarit" tamaynut

Mayd msen imazighen?

Xminni tudart teddakkûr d tira

Ixfawen n umazigh

Tamxsuyt

Abrid g nteddu

Tagharrabut n tadjest

Neccin d isudjas

Aghuyyi

Tafuyt

Sal, sal...

Ixef nnek a yaseggûs

Français

Imazighen de Hérodote(2)

Visite à une classe de tamazight

Point de vue d'un amazighiste

L'amaighité est un otage

Ainsi parlait le Sud-est

L'être à l'autre rive (2)

Aheddawi

Mohammed Choukri est bien connu  Rome

La reconnaissances des berbères de France

Sauvez les sites touristiques

Communiqué du MCA

Communiqué du Mak

Communiqué de Tilelli

Communiqué d'indignation

Communiqué 2 de "Azemz"

L'association Ziri

العربية

مبادئ السياسة البر برية الجديدة

الظاهرة الظلامية

الريف بين الهجرة وتشتيت الجماعات

آثار القلاع المحصنة بالأوراس

لسنا شرقيين ولا غربيين

هل هو السهو؟

نقطة نظام

جمعية تانوكرا تحتفل

بيان جمعية تانوكرا

إخبار لجمعية إزمز

بيان للحركة الأمازيغية ببرسلونة

بيان جمعية تاماينوت بإفني

بيان الاتحاد الوطني لطلبة المغرب

بيان الاتحاد الوطني لطلبة المغرب بالرشيدية

الحركة الطلابية الأمازيغية بوجدة

شكر وامتنان

تهنئة

تعزية

تعزية1

 

 

LETTRE A L’AUTRE RIVE (2ème partie)

De la mère des langues… Un cadeau de nouvel an!

Par: Mmis N’ATLAS, ZYANE MOSTAPHA (Boulemane)

Nouvel an!... Souhaitons qu’il soit Bon… Chacun à sa façon…

Plutôt songeuse et absorbée dans sa contemplation de ce monde qui mue, fête, gesticule, exerce ou subit dans «l’utopie» son destin, perplexe devant «les symbolismes» avec lesquels ces «nations de l’histoire» conçoivent leurs visions des choses dont celle de la conception du calendrier annuel, Tamazight voudrait rendre son témoignage de l’origine du calendrier universel et du sens scientifique, pourtant primitif, des noms connus des mois de l’année…

Car, au fait, constatons que toutes ces célébrations de part le monde des «têtes d’années» qu’elles soient grégoriennes, hégires, chinoises ou autres sont inscrites dans le cadre d’une approche tournée vers le «symbolisme» quoi qu’elles ne peuvent échapper aux dispositions de l’astrologie... Ce système donne des débuts d’histoire plutôt lié à des événements symboliquement choisis pour marquer une «existence». Or, laquelle existence s’étend au-delà de ces événements quelques soit leur sacrement dans la pensée et la croyance des hommes… Certains Imazighen, eux aussi, de bonne foi, croyant marquer la présence amazighe, ont fini par s’imaginer une date pour «compter l’histoire amazigh» et des noms en préfabriqués pour nommer les mois de l’année… Or, l’histoire amazigh, au-delà des 2954 que nous affichons aujourd’hui, s’étend dans les profondeurs du temps pour aller plus loin dans les zones inconnues de l’existence des nations… En outre, il serait mécréant de l’histoire de lui donner des datages erronés… C’est pourquoi les anciens imazighen, au temps de la «sagesse» ne comptaient pas les années… Savaient ils vraiment quelque chose sur leur propre âge d’individus…

Ce qui devait être important pour eux était d’apprivoiser la nature. Ils ont découvert «le cycle annuel», les saisons et les périodes devenues des mois plus précis… Ils ont compris la relation avec la position des astres dont l’essentiel était le soleil «Ass»… Cela était important pour leur vie qui n’avaient aucunement, peut être pas encore, ce soucis de compter les «campagnes» des systèmes «utopiques» qui gouvernèrent l’histoire après… Et depuis…

Ceux qui militent pour tamazight, sûrement de bonne foi, la traite très mal parfois en croyant en l’authenticité de versions de créations contemporaines telle la stupidité de symboliser les mois amazighs par ce simple comptage : Yanyour, sinyour… 1, 2, 3,… Stupidité et simplisme qui ne rend aucune utilité à l’humain qui l’aurait choisi, autre que celle de compter les jours et les mois... Aucune ingéniosité!. Autant, cela rappelle celle de «l’âne qui savait compter»…

Oh! Au nom de la vérité… Imazighen n’étaient pas aussi simples d’esprit…

Pour apprivoiser et rendre utile ce que les hommes ne pouvaient que subir, ils leur fallait comprendre le cycle naturel du temps impliquant le cycle biologique de la faune et de la flore et les états climatiques de la nature… Ensuite concevoir une conduite –agriculture- pour en tirer profit… Imazighen ont conçu le calendrier original qui, agricole, lui seul répond aux normes scientifiques quoi qu’il lui échappe toujours de répondre aux normes «de l’utopie politique»… Remarquons de passage que si l’on fais intervenir tamazight sur le mot «agriculture», elle dira qu’elle y reconnaît «agr» qui rappelle étrangement «Iger ou Iyer», le champs, la terre… d’où le sens «Cultiver le champ»…

Il s’agissait, en effet, de se doter d’un «agenda annuel de travail» à l’image des développements de la nature… Veuillez juger de vous-mêmes la version ahurissante que cette Tamazight, langue savante des origines, vous rend en cadeau du nouvel an, des significations originales des mois de l’année... Des noms que les autres langues utilisent sans savoir vraiment pourquoi c’est ainsi… Admirez !.

N’Ayer

Janvier Yanayer

Tout le monde serait d’accord que le cycle biologique de la vie commence par la semence… Il faut semer d’abord pour récolter ensuite… Le premier mois du cycle devrait donc être celui des semis… Imazighen diront: Ayour N’Ayer. (Ayour (mois) N’(de) Ayer (semis))… Ils disent aussi «IYER» pour désigner la terre semée… Il faut faire la différence…

Iffr Iyer (Ferr Iyer)

Fevrier Fabrayer

Un mois après le semis, «Iyer»-La terre semée- commence à se couvrir des premières feuilles d’orges ou de blé et des adventices… Le labour est donc recouvert, caché!, d’où «Iffr» pour cacher, suivi de «Iyer» pour sujet… C’est sans doute aussi le moment de procéder au premier éclaircissage et enlèvement des mauvaises herbes… D’où, notre autre supposition, «Ferr!» qui est un appel à débarrasser «Iyer» de ses mauvaises herbes…

M’Ghars

Mars  Marès

C’est le mois des plantations d’où: M’Ghars qui veut dire «la période pour planter»… «Ghars!» est un impératif qui désigne: Plantes!... «M’» est un article qui désigne ici «celle de »…

Afr Iyel

Avril    Abril

C’est le mois du mensonge… Sûrement à cause des états incertains de son ciel… Mais l’important c’est qu’en ce premier mois du printemps, les champs de céréales présentent avec le vent un aspect de vague évoquant la mer… D’où «Afr» qui veut dire: aile, ici celle des plants du champs et «Iyel» qui veut dire mer. L’expression entière «Afr Iyel» est une comparaison du champs à la mer: «Les champs se meuvent comme les vagues de mer»… C’est le moment pour d’importants désherbages et d’enlèvement des adventices… Les femmes se font leurs provisions en tisanes cueillies dans la nature…

Mghai

Mai May

Après les ailerons, c’est la tige de la céréale qui prend son élans pour croître pour donner naissance en fin du compte à l’épie… Le mois de phénomène devrait s’appeler: «Le mois de la croissance». Ce que feront Imazighen en disant «Mghai» pour croissance.

Yuly Oul

Juin        Yunyouh

Lorsque la plante est complète, les premières chaleurs d’été commencent à faire jaunir les champs… Pour la plante de céréale, ce jaunissement débute au niveau de la base et remonte la tige qui représente son cœur… Imazighen ont alors, dit: «Yuly» pour remonter et «Oul» pour cœur… Maturité dans le cœur.

Yuly Ozz

Juillet Yulyouze

Le mûrissement, après épuisement des réserves en eau et sève de la tige devenue toute jaune et dure comme morte, arrive dans l’épie qu’il remonte aussi pour compléter le cycle… Imazighen diront que ce mûrissement «Yuly» pour remonter et «Ozz» pour épie… Maturité dans l’épie.

Ouett

Août     Ghucht

Déjà la moisson devrait battre son plein et les récoltes sont en ramassage pour le travail final, le battage… Imazighen présenteront ce mois en impératif de battre la récolte pour séparer le grain du foin. Pour ordonner de battre on dit en amazigh: «Ouett!»… Le lien du mois et de l’activité humaine est ici évident…

Sefd Anber

Septembre Chutanmber

C’est le mois des congés, des mariages, des souks annuels et des transactions importantes… C’est pourquoi le mois est venu sous forme impérative «Sefd!» appelant à achever les travaux de l’extérieur «Anber = Chose de l’extérieur» pour s’occuper de la vie sociale et y remettre de l’ordre… C’est aussi le moment des comptes et des remises en cause avant de réengager une nouvel campagne… Repos du guerrier!.

Chthu Ber

Octobre Octouber

Après de longues fêtes avec les nuits blanches et l’habitude de dormir de jour, les hommes prennent l’habitude d’une certaine paresse. Comme leurs femmes, ils ont tendance à rester au foyer… Ce silence d’après la fête est coupé par cet appel vers l’homme. «Chthi!» veut dire: Souviens toi! et «Ber» veut dire: Extérieur. «Chthu Ber = Souviens-toi de l’extérieur»… C'est-à-dire, ô homme! , prépares-toi pour les travaux dans le champs (Ber l’extérieur) en révisant le matériel (L’attelage, la charrue, les socs et tout l’almanach et en prenant soins des animaux de traction…).

Now Anber

Novembre Nouanber

Tamazight utilise le terme «Now» pour désigner la pluie et l’eau en général… On la trouve dans des mots tel: «Isignow» qui est composé de «Isig» qui veut dire «il s’est montré» et «Now» qui veut dire pluie… Ici, dans le cas de novembre, «Now» vient comme condition à un impératif à exécuter, le labours qui est un travail d’extérieur… «Now Anber» prend donc le sens de l’expression: «Quand il y pleut, à vos champs pour les labours»…

Idj Anber

Décembre Dujanber

C’est le mois des grands froids, il neige et le temps ne s’apprête à aucun travail au champs… «Idj» voulant dire: «Laisses!», est une mise en garde contre toute aventure aux travaux de l’extérieur «Anber»… Hommes et animaux devraient rester au chaud, à l’abri des aléas climatiques difficiles de ce mois…

Les mois de (Ayour N’) AYER , IFFRIYER, M’GHARS, AFRIYEL, MGHAI, YULIUL, YULIOZZ, AOUET, SEFDANBER, CHTHUBER, NOWANBER  et IDJANBER, ainsi traduits et conçus par tamazight comme ils s’y révèlent en tant que mots recouvrant leur sens réel et naturel loin de tout mythisme où utopisme symboliques… Ici, ces mois retrouvent leur rôle primitif, mais sensé, en tant que calendrier organisant la vie des hommes libres… Libres car justement ils se sont rendus compte, un jour oublié il y a longtemps, que leur seule maîtresse était la nature… Ils construiront leur civilisation et leurs us à son image… Nous avons mis à côté les versions latine et arabe qui découlent par simple transcription et copiage de Tamazight. Celle ci aurait elle le droit d’enchérir à la bourse des la linguistique: Qui dis mieux!?...

(ZYANE MOSTAPHA, tilili@menara.ma)

Tamzgha le 1er du mois des semis…Chacun met ce qu’il veut pour son année!.

 

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.