Uttvun 85, 

Semyur  2004

(Mai  2004)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

Max imughrabiyn tiffen innidven deg wsiwef islamawi?

Tizera i wessefru n leswran s tmazight

Lhusima ma d tameghrabect?

Tughallin n umusnaw

Mlilij

Taghuyyit n umcumer

Imzuren

Jar u jar

Ider

Tidett ur sar temmut

Asounda

Kradv itran

Uma g Arrif

Timmuzgha

Zvrut

Ur ipenna wul

Tabzvizvt d twettuft

Asefru

Français

Peut-on expliquer l'amazighité à un parlementaire?

A la recherche du sens perdu

Obscures divagations en plein "Innahar"

Le tourisme à Alhuceima

Quel avenir pour l'urbanisme à Alhuceima?

La discrimination reprend du service

Lettre à l'autre rive

Tifinagh-Ircam

L'islam politique au Québec

A monsieur le directeur de 2M

Plainte contre l'État marocain

Lettre ouverte à J.Chirac

Mallal et sa soeur Fatima exposent

العربية

لماذا أصبح المغاربية يبزّون غيرهم في الإرهاب الإسلاموي؟

من المقاومة الريفية إلى الجمهورية الريفية

صناعة الهوية

أشكالية خطاب الذات

مقامة التعزية في قمة تونس العربية

في معنى كلمة أمازيغ

بلزمة عبر العصور

أزمة النخبة المثقفة

صحافة الكارثة أم كارثة الصحافة؟

نظرية التعدد الإثني لشل التاريخ الأمازيغي

أنصفهم يا تاريخ

الإرث الثقافي احيدوس

لقد مللت هذه الاستفزازات

الشاعر لوسيور

حول حكاية تاسؤدونت ن يسنضال

مجلة العربي تسرق نصا من تاويزا

تحية للمرأة الأمازيغية في عيدها الأممي

طلب فتح تحقيق

جائزة الملتقى الثالث للمسرح الأمازيغي

إلى نوميديا بمكناس

بيان لجمعية تاماينوت

الاحتفال  بمعركة بوكافر

تأسيس جمعية آيث عبد الله

أنشطة ثقافية بثانوية الخوارزمي

الجمع العام لجمعية أناروز

تعزية

تعزية في وفاة عبد الله المؤذن

 

 Congrès Mondial Amazigh 

 Lettre ouverte à Mr Jacques CHIRAC Président de la République Française

 Monsieur Le Président,

Ce 15 avril 2004, vous vous rendez en visite officielle en Algérie. Comme nous l’avions fait à l’occasion de votre précédente visite dans ce pays en mars 2003, nous souhaitons de nouveau vous alerter sur le fait que le pouvoir algérien et le chef de l’État qui vous accueille, sont responsables d’un certain nombre de très graves violations des droits humains et des principes démocratiques.

Grâce à la monopolisation abusive et illégale des moyens publics et en recourant au trucage électoral, Mr Bouteflika vient de se faire "réélire" avec près de 85% des suffrages, un score fixé de manière à lui permettre de renforcer son absolutisme, d’écraser l’opposition démocratique et de réduire au silence toute voix discordante.

Mr Bouteflika qui a réhabilité au cours de son premier mandat les fondamentalistes islamistes responsables et auteurs de milliers de morts, s’apprête à poursuivre sa politique en faveur de l’islamisme criminel, au mépris de la justice, de la dignité des victimes et de la stabilité du pays.

Depuis trois ans, aux revendications démocratiques de la Kabylie, le pouvoir algérien, sous l’autorité du chef de l’État, n’a pas eu d’autre réponse que la violence, les manœuvres politiciennes et l’embargo économique à l’encontre de cette région berbérophone. Les 124 assassinats et les milliers de blessés du printemps noir 2001 demeurent à ce jour impunis malgré les promesses et malgré, ou à cause, des conclusions de la commission d’enquête conduite par le Pr Issad qui a clairement établi la responsabilité des autorités dans la tuerie d’avril-mai 2001. La stratégie du chaos économique et social conjuguée à la répression et la terreur policière conduit de plus en plus de jeunes de cette région à la "solution" du suicide lorsque les portes de l’exil se referment. Au cours des trois dernières années, plusieurs dizaines de milliers de kabyles fuyant les menaces, ont rejoint le territoire français où ils sont actuellement en situation de "demandeurs d’asile" ou de "sans papiers".

Mr Le Président,

Dans votre dernier message au chef de l’État algérien, vous réaffirmez la détermination de la France à accompagner l’Algérie sur le chemin du "pluralisme démocratique et de la modernisation économique et sociale". Or, force est de constater qu’avec le pouvoir actuel et particulièrement avec Mr Bouteflika à sa tête, l’Algérie tourne le dos aux idéaux démocratiques, à la liberté, à la modernité et aux droits humains.

C’est pourquoi nous espérons très vivement que cette visite ne soit pas perçue par le régime algérien comme une caution qui le conforterait dans sa tentation totalitaire.

La France des valeurs humaines doit être particulièrement intransigeante sur la question de l’État de droits. En France où la communauté berbère compte deux millions de personnes, nous souhaitons que la très préoccupante situation en Kabylie soit une des questions principales à l’ordre du jour de la rencontre d’Alger. Le Congrès Mondial Amazigh, ONG de défense des droits du peuple amazigh (berbère) sera particulièrement attentif aux exigences françaises à ce sujet.

Monsieur Le Président,

Vous avez toujours manifesté votre indéfectible attachement aux valeurs humaines de liberté, de démocratie et de justice. Nul doute que vous saurez une fois de plus les défendre avec force et conviction, cette fois-ci face à vos interlocuteurs algériens. Vous répondrez ainsi à l’ardent désir d’amitié et de paix des populations des deux pays et contribuerez à aider véritablement l’Algérie à se réconcilier avec elle-même et avec les autres et à ressusciter l’espoir.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur Le Président, l’expression de notre haute considération.

 Paris, le 13 avril 2004

Le Président

B. LOUNES

Congrès Mondial Amazigh, BP 60 – 75861 Paris cedex 18

www.congres-mondial-amazigh.org

 

 

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.