uïïun   89, 

tzayur  2004

(Septembre  2004)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

"tazmamart": yan n ugmir n ukcuf

tillas n tifawt

Tasertit n wesoarreb ula deg wjenna

Tutlayt n tmazight d imoraq

A tatzriti

Français

La société des masques 

Le MCA et la réforme des l'université

Tamazight au forum social

Réplique au forum social de Rabat

Les dernières potières du Rif

Réplique à H.Awrid et Abbas Lfasi

L'esprit de Tawiza

Témoignages

Conférence sur la terre

Session du conseil national de Tamaynut 

 

العربية

تازمامارت: نصب من العار

استثاء الميز اللغوي كشكل من أشكال العنصرية

 الجامعة العربية والتطهير العرقي بالسودان

اكتشافات أمازيغية

الأمازيغية المنسية للصحراء المغربية

الأمازيغية هي هوية الجزائر

من المنتدى الاجتماعي إلى المنتدى العروبي

بنادق أنوال تلعلع في تفرسيت

نجوم العرب بالمغرب

إيدير يحل بالحسيمة

 تضامن فني مع المعطّلين بالحسيمة

   تطورات معركة المعطّلين بالحسيمة

بيان المؤتمر الليبي للأمازيغية

إصدار صحفي للمؤتمر الليبي

المعهد يوقع اتفاقية مع وزارة الاتصال

بيان جمعية اناروز

بلاغ جمعية تاماينوت

تعزية

 

 

  Réplique à Mr Hassan Aourid et Mr Abbès du parti de l’Istiqlal

 Par: Houssa n Henna Ouachine

Mr Hassan Aourid  Porte parole du Palais Royal, devait  faire preuve d'une neutralité  équitable, vu la mission  qu'il assume; l'autre, Abbès du parti de Istiqlal, connu pour être à la tête d'une idéologie encastrée dans les relents d'une certaine conserverie, n'ayant jamais, à notre connaissance fait un effort citoyen  pour connaître et considérer les constituants culturels de la nation, est allé jusqu'à vouloir empêcher le processus engagé  pour l'enseignement de la langue amazighe bien que de manière timide, affirmant dans l'une de ses déclarations qu'il faudra attendre 10 ou 20 ans  pour constitutionnaliser l'expression linguistique et culturelle de l a majorité du peuple marocain.

Quel tort aurait commis tamazight à des individualités marocaines qui lui imposent un
éternel châtiment? Je dis "Individualités" puisqu'il semble que les personnalités en question auraient émis leurs fatuités qui bousculent bien les bornes de notre morale nationale en se fondant sur leurs opinions personnelles alors que les forces vives de la nation revendiquent la constitutionnalisation de la langue amazighe.

Monsieur Hassan Aourid qui, je l'espère, a opiné  personnellement sur le destin de la culture et la langue amazighes a commis un acte outrancièrement partial, allant même contre la promulgation royale du Haut Arbitre de la Nation, le Roi Mohamed VI qui a su
assumer son devoir d'éminent citoyen envers ses compatriotes  à la fois amazighes, arabes et juifs, car tous les marocains sont partie prenante  dans tamazight avérée et révélée historiquement comme étant  mère et mère adoptive de tous les enfants de la marocanité. Ce fut alors, au cours d'une rencontre avec l'Union des Écrivains du Maroc, que Monsieur le Porte Parole de la Haute Maison
Nationale où versent toutes les attentes populaires prioritaires, culturelles puis sociales, a déclaré qu'il ne pourrait y avoir au Maroc  une deuxième langue officielle, vouant par sa conception des choses toute l'entité vivante marocaine à l'oubli, et par voie de conséquence à la disparition, puisque non reconnue constitutionnement, pourtant présente  et vivace dans les aires montagnardes et dans les villes, où les populations  sont déconnectées culturellement des moyens de diffusion et de vulgarisation, rejoignant ainsi en le réconfortant dans sa prise de position impopulaire et réductrice.

Si Abbès SG de l'Istiqlal. Je me souviens d'un passage à la télévision (alwajiha) où, harcelé de questions autour de l'enseignement de Tamazight, si Abbès a brandi un bras qui aura été pour ceux qui regardaient la tortueuse émission, une incongruité obscène, criant autoritairement: "Vous avez les régions, allez enseigner tamazight si vous voulez!". On ne comprendrait jamais la dichotomie de ce personnage constamment guindé dans son absolutisme. D'un côté, les théoriciens de son parti sont contre la création de régions autonomes, et de l'autre Si Abbès qui conseille d'enseigner tamazight dans les régions, dans un sens à travers tout le territoire marocain.

A la rigueur, Si Abbès dont le défunt père  spirituel Si ALLAL  n'a jamais connu  selon les affirmations de chroniqueurs dignes de foi ni les montagnes  ni leur civilisation ni leurs cris de joie et de douleur, en un mot, la saute d'humeur de si Abbès  ne serait qu'une humeur vagabonde  ne pouvant
atteindre les barrières protectrices du Maroc
civilisationnel et qui ont toujours  empêché les convoitises d'envahisseurs errants et empêchent encore aujourd'hui les nuées de sauterelles de ravager les grasses plaines du pays.

Mais la bévue la plus irréparable est celle
venant de Mr Hassan Aourid. On se souvient  d'une certaine presse indépendante qui nous fit découvrir un Hassan Aourid "berbère officiel" comme elle a aussi imaginé des "Partis Politiques berbéristes ", on apprit par la suite qu'il est originaire de Errachidia. C'est à dire d' une grande et noble région où chaque pan  de terre recèle une épopée qui ne demande qu'à être narrée et présentée au
peuple s'il n'y avait pas cette barrière discriminatoire montée par  nos dissimulateurs, artistes en faux semblants et qui défigurent la géographie, la culture et la mémoire auguste du Maroc. L'entorse qui blesse profondément la mémoire de ces hauts plateaux berceurs de grands chevaliers amazighs est le fait de vouloir taire les 34  ans de guerres patriotiques… Et le drame de l'adrar n'Baddou est tombé dans l'oubli. J'étais encore enfant de 5 ou 6 ans quand on chantait: "a tislit n'baddou makhf ur tmoud. Mmutn ait Baddou nn'ay ra Rabbi" (ô mariée de baddou, pourquoi n'es-tu pas morte puisque les ait Baddou que Dieu aime sont morts).

Pour un bref rappel des chroniques de
militaires français, deux colonnes militaires(régiments), l'une partait de Meknès, l'autre
de MarraKech pour encercler l'imprenable Baddou qui livrait de vaillantes batailles aux bataillons déjà sur place. Appuyées par la couverture aérienne, les deux colonnes encerclèrent Baddou où se sont réfugiées  toutes les tribus guerrières de la confédération  des ait Yaflman. Le familles, femmes, enfants et guerriers se tapirent dans les grottes et dans les anfractuosités de la montagne. Tout  ce  peuple qui organisa  sa contre
offensive dans la langue  et la stratégie amazighes pour défendre sa terre, excédé face aux forces modernes et supérieures, s'est mis à  lire le Coran, adressant des imprécation à Dieu pour que fonde tout l'arsenal monstrueux  des irummin "armées françaises".

Hélas! toute une population fut ensevelie vivante. Et pourtant, la 2m nous a parlé un jour de la bataille de Baddou qu'elle a escamotée, en lui suppléant l'action politique des années 53. Les horribles batailles de Baddou eurent lieu vers les années 20. Alors seule la
tislit resta vivante car elle n'a pu rejoindre son mari  qui était parmi les  siens encerclés et ensevelis sous les obus d'avions et des artilleries d'où le chant émouvant "A tislit n'baddou m'akhf ur tmoud...". Il en allait ainsi pour les hauts lieux de batailles à travers le Royaume: dans le Rif, les M et H Atlas, dans le sud, le Sahara… Hélas, les imazighen montagnards appauvris ne pourront jamais monter des films mettant en valeur ces patrimoines augustes…

Sur les mêmes plateaux de l'invincible Amagha, les enfants de Goulmima furent emprisonnés voici quelques années pour avoir simplement exprimé  leur dignité dans leur langue maternelle! Aujourd'hui encore, des gens soit par méconnaissance, par excès de zèle ou tout simplement par le goût de la bêtise puisqu'elle devient partie de notre culture, s'emparant de la majorité des  lieux communs, politiques  et d' autres sphères où le donquichottisme fait des massacres non imaginaires à ceux-là. Des gens cultivant l'insignifiance en  embrouillant les esprits, déviant ainsi le peuple des vrais problèmes  et des actes dont ils sont les auteurs qualifiés.

ohoussa@yahoo.fr

PS/ Le lecteur est prié de m'excuser si je n'ai pas ajouté "FASSI" aux prénoms cités dans le texte car moi même je suis fassi et aussi par respect à la majorité des fassi qui désapprouvent  Si Abbès et les autres...
 

 

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.