uïïun  90, 

mrayur  2004

(Octobre  2004)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

Tamazivt jar ticli tamaçäayt d usikz unãib anaktam arkkak

Assefru n Lquran s tmazight

Antun n tirra

Rmed ad tesqared

Di rewdva ntgeooad

Ratar n ijj n umezruy

Français

Azaykou n'est plus

Ces berbères, éternels soldats des causes d'autrui

Imazighen, le racisme et les racistes

Awal iddern

Le souffle de la patrie

Toi, l'illettré

Un constat à bâtons rompus

Tamazight rebelle

Quelle langue pour le Maghreb amazigh?

Dihya des Aurès ou esquisses d'une nation

La saison des errances

Ces intégristes qui menacent l'humanité

L'aménagement linguistique

La terminologie

Le musée amazigh saharien

Les re-damnés de la terre

L'enseignement de tamazight: un recul inquiétant

La fin du mythe du panarabisme

Festival d'Imilchil

Communiqué du CMA

Cours de langue amazighe

Déclaration de la délégation amazighe 

العربية

القضية الأمازيغية بين التقدم البطيء والاعتراف الناقص والمتردد

أزايكو كان هنا

أزايكو يغادرنا إلى الأبد

عودة النسر الجريح

مسألة اللغة في الإحصاء العام

الكروج مغربي بالقميص وعربي بالقلب والدم

رد على مقال الانسلاخ الهوياتي

تاريخ المغرب أو التأويلات الممكنة

الأمازيغ من خلال أحاديث الرسول

مرتكزات تجاوز الوعي التقليدي

رسالة مفتوحة إلى وزير الداخلية

هل حدثوك يوما

دورة تكوينية لمفتشي الأمازيغية

بيان كنفيديرالية الجمعيات الأمازيغية بالشمال

بيان جمعية إفني

تعزية

 

La fin du mythe du «panarabisme»

Par: IDBAHA Mohamed (Aït Melloule)

Le panarabisme est un mouvement politique, culturel, idéologique, qui vise à réunir et unifier les «peuples arabe» dans tous les domaines, que ce soit dans les secteurs politiques, sociaux, culturels... (défendre l'identité arabe, et le destin partagé).

Le panarabisme est arrivé au sommet de l'imagination dès la création du parti Baâth par Michel Aaflaq, une chrétien syrien, ainsi la monté de Jamal Abdennasser au pouvoir en 1958, «champion de l'unit Arabe», ce dernier a l'espoir et le désir de construire une nation Arabe, du Golfe jusqu'à l'océan, mais il a échoué dans son projet raciste, colonial et anti­démocratique.

Les panarabistes marocains ont cru aussi à cette légende, et ils ont rêvé et rêvent d'être une nation forte dans tous les domaines, mais après une longue époque ds rêves mythiques, ces panarabistes ont découvert qu'ils nagent contre le courant et que c'est impossible de créer le panarabisme, parce que tout simplement c'est un mouvement (panarabisme) nazi, raciste et Baâtiste, sui ne donne aucune importance aux autres races qui vivent dans les pays dits «arabes». Prenons quelques exemples: en Syrie et en Irak, se trouvent beaucoup de peuples autochtones qui n'ont pas leurs droits linguistiques et culturels, et les plus simples conditions de vie tel que les Kurdes, les Achures, les Turkmènes, les Perses... en Égypte, les chrétiens Égyptiens sont marginalisés et éliminés de toutes les institutions de l'état, ainsi l'identité pharaonique (la vrai identité de l'Égypte) n'est pas reconnue dans la constitution; à Tamazgha (l'Afrique du nord) les Imazighen luttent contre les dictatures arabo-Baâtiste, pour respecter et préserver leur culture, leur civilisation, qui est menacé par l'arabisation sans oublier les autres ethnies qui ont choisi le combat pour la liberté religieuse, culturelle, comme le mouvement populaire la libération de Soudain (MPLS) présidé par le Dr John Guarank qui a préféré la résistance armée afin d'arriver à ses buts, et ils ont réussi à réaliser leur revendications, en signant l'accord avec l'autorité soudanaise, histoire de respecter la liberté religieuse, et de partager les recettes du pétrole. Se sont quelques exemples pour montrer que le panarabisme est un obstacle devant plusieurs peuples autochtones qui les empêchent de progresser et de réaliser le développement.

Maintenant «les Arabes sont finis» comme a dit Ghadafi, le dictateur Libyen. Nous prenons trois évènements importants pour prouver la fin et la mort de cette légende, cette ancienne blague plus vieille, que les blagues de JOHA «arabe» et son âne «arabe» bien sûr.

Le premier événement: la création en Égypte d'un parti politique par des intellectuels connus comme BAYOMI KANDIL, MOHSEIN LOTFI, et d'autre. Ce parti est nommé «L’Égypte Maternel». Ce dernier est totalement différent des autres «partis» égyptiens. En effet, ce parti affirme et réclame que l'Égypte n'est pas un pays arabe, c'est un pays pharaonique, et parmi les principes de ce nouveau parti pharaonique: La diversité, la justice, la démocratie, la laïcité. Les égyptiens doivent savoir qu'ils ne sont ni arabes, ni turcs, le parti prévoit l'adoption du calendrier égyptien datant de 6245 ans à ce jour, opter pour la langue égyptienne dans l'enseignement, avec les hiéroglyphes comme écriture.

A mon avis, je pense que ce parti est venu au moment qui convient, un moment au «l'unité arabe» est arrivée au cimetière et je pense qu'il va jouer dans l’avenir un rôle important en donnant le dernier coup mortel au «panarabisme», sachant que l'Égypte est toujours considérée comme la locomotive entre les «arabes» de maghrebe et les arabes de Machreq.

Le deuxième évènement:  le retour de la conscience, et le réveil trop tard du fou de l’arabisme, Ghaddafi. Ce dernier lors d'un discours à Sebha, le 5 Octobre 2003, à l'occasion de «l'année de la femme» (la 3Sème année de la révolution, qui va du 1er Septembre 2003 au 31 août 2004) a dit: «les arabes sont finis». Ainsi le colonel déclare «qu'y a -t- il de commun entre la Libye et le Koweït? Rien, l'une se trouve en Afrique, l'autre en Asie et ce sera ainsi jusqu'à la fin des temps. Nous ne nous rencontrons jamais. L'un est au paradis, et l'autre en enfer. Ne nous méprisez pas, ne complotez pas contre nous, nous ne somme plus des Arabes. Nous somme Africains». C'est extrait d'un discours très chaud Kaddafi «le caïd» a fâché ses ex-frères arabes, et il a échoué dans son projet d'unification d'arabes. C'est pourquoi il s’est beaucoup rapproché ces derniers temps avec l'occident, en payant les victimes de Lokerby, ainsi l'annulation de programmes des armes nucléaires, pour gagner l'amitié des américains et les européens, la meilleure que l'amitié avec les pays arabes du moyen orient.

Troisième événement: c'est le grand et le plus important, à savoir, la chute du pouvoir Baâtiste en Irak, et la capture du grand dictateur de 20ème siècle, le criminel de guerre, Saddam Hossein, qui est caché dans un trou comme un rat, avec un barbe à Marx, tout simplement "AHDDA WI", c'est la fin d'un grand sponsor et souteneur du "panarabisme", lui et ses acolytes du parti Baâth seront jugée dans devant un tribunal irakien des crimes qu’ils ont commis contre le peuple: le génocide des kurdes, la répression de l'Intifada chiite..., et la liste est longue. Cet événement historique restera un jour en or, un jour inoubliable dans les mémoires des irakiens et des irakiennes, ils ont enfin respiré l'air de la liberté, la justice, et la démocratie, surtout quand ils verront Saddan et ses criminel en prison où il les attendent de graves peines, comme l'autre dictateur  Slovodan Milosovitch

Félicitations au peuple Irakien, félicitation à toutes les communautés ethnique, religieuse, culturelle, et nous attendons la chute des autre dictatures arabes avec impatience.

(Med IDBAHA, membre de l'Ass TAMAYNUT Aït Melloule)

 

 

 

 

 

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.