uïïun  91, 

yemrayur  2004

(Novembre  2004)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

aslmd n tmazvt niv tiknaä tixatarin

Imseggilen n ixs n T.Djaout

Amnukal imezzviyn n S.Exupéry

Hmed umerri: "azamul n tirrugza"

Akud n izeggilen

Awar n ucar

Amssru

Amkraz n tilili

Tanut n awal

Itri amzwaru

Tamazight

Tufrayt

Nlla yilin

Imedla

Ighil d

Ayyuz i tmesmunt n Numidya

Ayyuz i Taziri

Français

Il y a dopage et dopage

Pour un front national unifié

Femmes rurales amazighes

Amnay en quête d'édition amazighe

Réinventer la proclamation du MCA

Terrorisme d'un concept

A rectifier s'il vous plait

Troisième anniversaire de l'Ircam

Communiqué de Tamaynut-Ifni

Azaykou est vivant

Condoléances

Condoléances

العربية

تدريس الأمازيغية أو خدعة القرن الكبرى

كيف نقرأ الفضاء المغاربي

نحو سوسيولوجية أمازيغية

تاريخ المغرب

دراسة أنتروبولوجية حول الأطلس

موسيقى أحيدوس تغزو الكونية

الأمازيغية أو اللامفكر فيه

الموروث الميتولوجي لمجتمع الأمازيغي

تزييف تاريخ المقاومة

إقصاء اللغة الأمازيغية

الكتابة والموقف عند الشاعرة مايسا

العائدة ديهيا

دروس لتعليم وتدريس الأمازيغية

نقطة نظام لابد منها

نداء إلى الحركة الأمازيغية

استحقاق هوية تحترق

إلى دعاة عروبة ليبيا

المؤتمر الليبي للأمازيغية

بيان للشبكة الأمازيغية

تعزية

 

Réinventer la proclamation du MCA

Par:  Salim Guettouchi (Algérie)

Dix ans déjà passés depuis le 2ème séminaire du MCA organisé à Batna et la revendication amazighe, malgré ses avancées plus au moins timides, est loin d’atteindre ses objectifs et reste en deçà des attentes de millions d’Algériens.

L’organisation de ce séminaire qui s’inscrivait, rappelons-le, dans le prolongement de celui de Tizi Ouzou de 1989 a permis, si besoin est, la «dérégionnalisation» du mouvement amazigh, et consacré cette jonction des Aurès aux autres zones amazighophones pour le combat identitaire. Ce qui était, à l’époque, à même de battre en brèches tous les arguments fallacieux des tenants du pouvoir qui s’obstinaient à voir en Tamazight une affaire propre à une région bien connue.

Le pouvoir ferait toujours la sourde oreille aux interpellations du mouvement berbère à cause, disait-on, de cette idée réductrice qu’il faisait de la revendication amazighe. Ainsi, ce séminaire organisé loin de cette Kabylie rebelle constituait une véritable aubaine pour lui pour «lâcher du lest» et se pencher une fois pour toutes sur le problème identitaire. D’autant plus que la "proclamation historique de Tbatent", née à l’issue de ce rassemblement des militants auressiens, aurait pu servir de document de base pour le pouvoir pour résoudre ce problème, surtout que ladite proclamation, où sont consignées toutes les revendications légitimes du MCA, rejetait toutes les accusations des tenants de l’unicisme arabo-musulman en réitérant l’attachement du mouvement amazigh à une Algérie une et indivisible.

Il n’en eut rien malheureusement et le pouvoir, comme à l’accoutumée, réserva à cet énième appel une fin de non-recevoir, refusant ainsi d’écouter ses concitoyens et laissant traîner une question vieille d’un demi-siècle. L’entêtement du pouvoir et sa politique faite de faux-fuyants et d’intrigues vis à vis du mouvement berbère ont donné naissance, aujourd’hui, à un climat de tension et de méfiance et favorisé l’émergence de certains courants extrémistes.

Le printemps noir en Kabylie et la révolte des jeunes de Tkout dans les Aurès ne sont, en fait, que les conséquences de cette politique de déni et d’ostracisme. Le pouvoir algérien, fidèle à sa stratégie de mépris à l’égard des Algériens, n’a, paradoxalement, de yeux que pour les mises en garde et autres sons, aussi discordants soient-ils, émanant de l’étranger. Puisque son premier et seul souci est de se maintenir, quitte à gouverner une Algérie malade de son identité, de son histoire, de sa culture...

Cette réconciliation tous azimuts prônée aujourd’hui par ses relais ne serait jamais parachevée si elle ne recouvrait pas tous les aspects de la vie politique algérienne, notamment ceux qui consistent à réconcilier l’Algérie avec son identité, son histoire et ses cultures ancestrales.

Proclamation de Tbatent du 20 avril 1994

¨  Considérant que l’Algérie traverse une étape difficile et dangereuse, de nature à porter atteinte à son unité nationale ;

¨ Considérant que la reconnaissance de l’authenticité algérienne dans toute sa plénitude n’est toujours pas admise dans les institutions nationales ;

¨ Considérant qu’il ne saurait y avoir d’accomplissement de la personnalité algérienne sans son élément premier originel qui est tamazight;

¨ Considérant que l’Amazighité est une spécificité civilisationnelle et un élément permanent dans l’histoire nord-africaine ;

¨ Considérant que nombre de compatriotes ont perdu de vue leurs origines et, plus particulièrement, Tamazight, langue ancestrale ;

¨ Considérant que Tamazight demeure le socle de l’unité et de l’identité nationales ;

¨ Considérant que la société amazighe a, de tout temps, été des plus ouvertes aux différentes civilisations tout en restant attachée à son amour de la liberté, à son humanisme, à son universalité et à son refus de toute oppression ;

¨ Considérant que tout retour aux sources est une vertu;
  Considérant que le 20 avril est définitivement ancré dans la mémoire collective comme une date historique dans le parcours revendicatif du peuple algérien, le MCA proclame:

* Tamazight langue nationale

* La libre expression en Tamazight, droit fondamental et inaliénable de tous les Algériens.

* L’Amazighité inséparable des composantes de la personnalité algérienne.

* La nécessité de l’application des principes de la Déclaration universelle des droits de l’homme, notamment en matière de libertés linguistique et culturelle.

* L’émancipation du peuple algérien et le refus de son aliénation.

* Le 20 avril, journée de l’unité nationale et de la liberté d’expression.

(Salim Guettouchi, samedi 11 septembre 2004, cercleauressiens@yahoo.ca)

 

 

 

 

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.