uïïun  92, 

mggyur  2004

(Décembre  2004)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

Is tanbaät tssidmr ingmiyn n «umskan amaziv»?

Azul, iman n Azayku

Tamazight inw

Taghufi

Asefru n tiddukla

Français

Qui saura défendre tamazight?

Femme amazighe et droits culturels

Toponymie de Nador

Pas de chromosomes cananéens chez imazighen

La ruée vers Internet

La femme amazighe rurale

Imazighen et les ONG des droits de l'homme

Imazighen du Maroc: un peuple minorisé

Le patrimoine amazigh

La déclaration universelle des peuples autochtones

Remerciements de la famille de Azaykou

Communiqué du CMA

Communiqué2 du CMA

 

العربية

ماذا تحقق من مطالب البيان الأمازيغي؟

نهايات الطفل الأمازيغي

الثقافة القرابية والزواجية بدادس

الأحداث المغربية تحذر من استهداف الهوية

في نقد  المشروع التعريبي للمختار السوسي

موسم الورود أم موسم الأشواك

في ذكرى انتفاضة آيت باعمران

سكان زمّور: دراشة إثنية

مؤتمر الفكر العربي بمراكش

لله درّك يا أحرضان

أمازيغي أنا

كي لا ترحل عنا أيها الرفيق

اللجنة الدائمة بالحسيمة تحتج

الحركة الأمازيغية تستأنف نشاطها بأكادير

شكر على تعزية

 

La déclaration universelle des peuples autochtones: pourquoi ce retard?
Par: Rachid Najib Sifaw

«Pendant trop longtemps, les espoirs et les aspirations des populations autochtones n’ont pas été pris en compte; leurs terres ont été confisquées; leurs cultures dénigrées, voire directement attaquées; leurs langues et leurs coutumes ont été supprimées; leur sagesse et leurs connaissances traditionnelles négligées; leurs méthodes durables de développement des ressources naturelles rejetées. Certains ont même été menacés d’extinction. Pour répondre à ces graves menaces, il faut s’y confronter sans plus tarder.» (kofi annan)
Il ne reste que moins de cinq mois avant l’expiration de la décennie mondiale des peuples autochtone. Le groupe du travail chargé d’élaborer le projet de déclaration se réunira à Genève dans sa dixième session en décembre prochain.
Or, l’adoption d’une déclaration, qui est l’objectif principal de ladite décennie, reste inattendue à cause des manœuvres politiciennes exprimées par des Etats qui veulent enrayer le processus mondial visant la valorisation des peuples autochtones dans le monde.
En se basant sur des statiques fournies par les Etat membres, l’organisation des nations unies a estimé le nombre de la population autochtone à travers le monde en 370 million habitants autochtones, de leur part, les organisations des peuples autochtones estiment le nombre en 600 million habitants. Cette différence au niveau du chiffre montre qu’il y a un fossé profond entre les peuples autochtones et les pays dans lesquels ils vivent.
Tous les Etats ont le devoir d’assurer le bien-être et la sécurité de tous les membres de la société. Mais, la plupart des Etats refusent de reconnaître l’existence des peuples autochtones dans leurs territoires, en plus ils exercent des politiques unilatérales menaçant l’identité culturelle de ces peuples ainsi que leurs niveau sanitaire et leurs existence.
Au début, le groupe du travail chargé des questions des peuples autochtones, a mis - dans le cadre de la décennie internationale des peuples autochtones - un programme d’action en collaboration avec les Etats, des experts aux questions autochtones, les organisations spécialisées des peuples autochtones, les ONG internationales et les représentants des peuples autochtones… afin de mettre en œuvre les normes internationales minimales pour la protection et la promotion des droits des peuples autochtones.    
 Lesdites normes ne seront exprimées que dans le cadre d’une déclaration qui garantira le droit des peuples autochtones de vivre en égalité et dignité humaine.
Il s’agira d’une déclaration qui permettra de résoudre les conflits sur la terre, les eaux, les ressources naturelles… il poussera au développement social, culturel, économique des peuples autochtones.
Actuellement, et après huit ans de discussion du projet de déclaration, la perspective de voir l’adoption de la déclaration universelle des droits des peuples autochtones est encore loin, et ce à cause des manœuvres exprimées par quelques Etats qui demandent plus d’amendements sur le projet, et essayent par ce fait de retarder une adoption future  de la déclaration. Au terme de 45 article, deux uniquement étaient en principe adoptés! C’est pour cela, que la décennie prendra sa fin sans  réaliser un progrès concernant la déclaration universelle des droits des peuples autochtones.
Pour les droits de l’homme, pour la protection internationale des droits des peuples autochtones qui ont beaucoup souffert, réagissez –vous avant le 29 novembre 2004.
Envoyez des lettres, cartes postales et pétitions à l’un ou plusieurs des quatre gouvernements qui ont joué un rôle crucial dans le débat relatif au projet de Déclaration – l’Australie, le Canada, le Royaume-Uni et les États-Unis – ainsi qu’au ministère des Affaires étrangères de votre propre pays. Écrivez avec vos propres mots, en faisant valoir ce qui suit:
•des normes internationales efficaces sont nécessaires pour garantir la reconnaissance, la protection et la promotion des droits humains des peuples autochtones de toutes les régions du monde;
•l’adoption de la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones est une étape cruciale pour répondre à ce besoin;
•tous les États devraient s’engager à collaborer étroitement avec les organisations de peuples indigènes afin que des progrès soient faits en vue de l’adoption d’une Déclaration ferme et efficace avant la fin de la Décennie internationale des populations autochtones, en décembre prochain.
Écrivez à:
-Ministre australien des Affaires étrangères,The Honourable Alexander Downer Minister for Foreign Affairs Department of Foreign Affairs and Trade
R.G. Casey Building, John McEwen Crescent, Barton, ACT, 0221 Australie.
-Ministre canadien des Affaires étrangères
M. Pierre Pettigrew Ministre des Affaires étrangères
Lester B. Pearson Building 125 Sussex Drive Tower A, 10th Floor Ottawa, Ontario, K1A 0G2,Canada.
-Secrétaire d’État britannique aux Affaires étrangères et du Commonwealth The Right Honourable Jack Straw Secretary of State for Foreign and Commonwealth Affairs Foreign and Commonwealth Office King Charles Street, London, SW1A 2AH, Royaume-Uni.
-Secrétaire d’État américain The Honorable Colin L. Powell Secretary of State 2201 C Street, NW
Washington, DC 20520, États-Unis.
 

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.