uïïun  93, 

ynyur

  2005

(Janvier  2005)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

Asaäuf n usidds n ikabarn isrtiyn niv asaäuf mgal i tmazivt?

Idvrisen n Franz Kafka

Turi-turi

Akud n izeggilen

Ayujir n wussan

Imettcawen n yidv

Français

Le monde arabe, ce n'est pas ici

De la reprise de la productions des signes

Le prix du panarabisme

Itri, l'éternel

La monarchie dans les régimes politiques

Tarezzift n ugdud n udrar

Halte à la discrimination

Grève de faim à Genève

Vers quelle qualification aspire notre pays?

Quel forum pour quel avenir?

العربية

قانون لتنظيم الأحزاب أم لمحاربة الأمازيغية؟

نهايات الطفل الأمازيغي

مسرحية البيان الأمازيغي، من المؤلف؟

قيدوم المختطفين حدّو أقشيش

الزمّوريون

تقديس العرب والعربية

كلام في الأسواق

ماذا تحقق للإنسان المغربي

المقرر الجديد يستخفّ

الحركة الأمازيغية في يوم حقوق الإنسان

إشكالية غياب النخبة الأمازيغية

المؤسسات التقليدية الأمازيغية

المعهد الملكي للأمازيغية

تاريخ التعليم بالمغرب

متى يوضع حد لنعت الأمازيغ بالبربر

علي ماسينيسا

الجمعيات الأمازيغية للجنوب الشرقي

ذكرى انتفاضة آيت باعمران

بني نصار أو مدينة الأزبال

بيان منتدى الحقيقة والإنصاف

بلاغ للكنكريس الأمازيغي

جمعية تانوكرا تجدد مكتبها

بيان جمعية أناروز

بيان كنفيديرالية تامونت

جمعية نساء من أجل المساواة

 

Grève de faim a Genève: Les autochtones en colère.

   Le lundi 29 novembre 2004 à 11 heure, une grève de la faim et un jeûne spirituel à l’intérieur du Palais des Nations à Genève ont été observés par des délégués autochtones présents pour participer à la reprise de la 10éme session du groupe de travail sur le projet de déclaration des nations unies sur les droits des peuples autochtones.
La grève a été décidée pour attirer l’attention internationale sur les tentatives continues de certains Etats d’affaiblir et de saper le projet de déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones.
Les délégués qui entreprennent cette grève de la faim, avec les Peuples autochtones, Organisations, Gouvernements tribaux, Nations, Communautés et réseaux soussignés demandent que le texte de la déclaration de la sous commission soit renvoyé à la commission des droits de l’Homme des Nations -Unies avec le message qu’en 10 ans les propositions des Etats pour affaiblir ou amender le texte n’ont pas obtenu le consensus des participants au groupe de travail qui inclut à la fois les Etats et les Peuples autochtones.
La commission des Droits de l’Homme doit établir un processus qui ne fournit pas à une poignée d’Etats une opportunité d’affaiblir les droits des Peuples autochtones. Ce processus doit aussi prendre en compte les voix de très nombreux peuples autochtones de tous les coins du monde.
Les grévistes déclarent:
«Nous ne permettons pas que nos Droits soient négociés, compromis ou diminués dans ce processus des Nations Unies qui a été initié depuis plus de vingt ans par les peuples autochtones».
A noter la participation active de l’organisation Tamaynut au soutien et à l’adhésion à cette grève de la faim pour la dignité.
(Abdallah Hitous, Genève le 30 novembre 2004)
 

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.