uïïun  93, 

ynyur

  2005

(Janvier  2005)

Amezwaru

 (Page d'accueil) 

Tamazight

Asaäuf n usidds n ikabarn isrtiyn niv asaäuf mgal i tmazivt?

Idvrisen n Franz Kafka

Turi-turi

Akud n izeggilen

Ayujir n wussan

Imettcawen n yidv

Français

Le monde arabe, ce n'est pas ici

De la reprise de la productions des signes

Le prix du panarabisme

Itri, l'éternel

La monarchie dans les régimes politiques

Tarezzift n ugdud n udrar

Halte à la discrimination

Grève de faim à Genève

Vers quelle qualification aspire notre pays?

Quel forum pour quel avenir?

العربية

قانون لتنظيم الأحزاب أم لمحاربة الأمازيغية؟

نهايات الطفل الأمازيغي

مسرحية البيان الأمازيغي، من المؤلف؟

قيدوم المختطفين حدّو أقشيش

الزمّوريون

تقديس العرب والعربية

كلام في الأسواق

ماذا تحقق للإنسان المغربي

المقرر الجديد يستخفّ

الحركة الأمازيغية في يوم حقوق الإنسان

إشكالية غياب النخبة الأمازيغية

المؤسسات التقليدية الأمازيغية

المعهد الملكي للأمازيغية

تاريخ التعليم بالمغرب

متى يوضع حد لنعت الأمازيغ بالبربر

علي ماسينيسا

الجمعيات الأمازيغية للجنوب الشرقي

ذكرى انتفاضة آيت باعمران

بني نصار أو مدينة الأزبال

بيان منتدى الحقيقة والإنصاف

بلاغ للكنكريس الأمازيغي

جمعية تانوكرا تجدد مكتبها

بيان جمعية أناروز

بيان كنفيديرالية تامونت

جمعية نساء من أجل المساواة

 

Le monde arabe, ce n’est pas ici
Par: Hha Oudadess (Rabat)

Chaque jour, et plusieurs fois, les Marocains – surtout ceux qui croient en leur amazighité - sont effrontément et ostensiblement insultés. En effet, on leur jette à la figure (Radio, Télés, Journaux, …) que le Maroc est un pays arabe et qu’il fait partie du Maghreb arabe qui lui-même n’est qu’un sous-bloc du monde arabe. On n’oublie pas, en passant, de faire allusion à l’islam et au monde musulman. Les contradictions ne tuant pas, on nous parle, d’autre part, de l’authenticité marocaine en orientant l’auditeur et/ou le lecteur sur une vague africanité. Ainsi certains piètres stratèges et/ou tacticiens pensent en être quitte avec l’amazighité! Ce fait concerne des ministres, de soit-disant intellectuels, des responsables de partis politiques, de médiocres speakers qui se prennent pour des vedettes, … .
A force de vouloir taire – en fait, gommer - la véritable authenticité de notre pays, en essayant de la diluer dans du fictif, on finit par en faire, officiellement, une entité factice qui ne correspond à rien; un pays d’Arlequin. Trèves de plaisanterie. On ne peut construire que sur du solide. Et puisque les responsables –les gérants temporaires, en fait - jouent aux sourds et mettent tous leurs efforts à causer ce qu’ils pensent être irréparable, il n’est plus possible de continuer à tenir un langage poli et de conciliation.
Ici, c’est Tamazgha. Celui qui se croit Iraquien, Syrien, Séoudien, …, et dont l’arbre refuse de prendre racine ici, se doit de retourner là d’où il se dit être. Ceux qui se croient de pures Andalous et qui rejettent leur marocanisation peuvent essayer de retourner en terre d’Andalousie; elle est toujours à la même place et porte toujours le même nom. Peut-être seront-ils acceptés par ceux qu’ils considèrent comme leurs cousins.
Le Maroc est amazigh. Le grand Maghreb (dit trop souvent et pompeusement «Maghreb arabe», surtout en arabe) est tout simplement le Maghreb Amazigh. Quant au monde dit arabe, ce n’est pas ici. Il faut aller chercher ailleurs. Et ce message s’adresse non seulement à des Marocains égarés mais aussi à des étrangers qui se permettent- en ont-ils le droit? - de parler au nom du Maroc en partant du dictat que c’est un pays arabe faisant partie du monde dit arabe. Sans doute, s’appuient-ils sur des positions officielles qui correspondent à leurs fantasmes. C’est ainsi que des Besbous, des Sfeir et autres –qu’ils soient, se disent, arabes ou non- continuent, du haut de leur perchoir médiatique et soit disant objectif( !), à pérorer et à se délecter d’analyses virtuelles. Certes l’effort est louable mais les hypothèses sont erronées. Les intérêts terre-à terre, la routine, la sclérose et l’entêtement font, évidemment, tomber dans une ornière profonde dont il est difficile de s’extirper. Le monde dit arabe est un modèle qui permet à certains de rêver ou de raisonner et à d’autres d’asséner leurs dictats et de continuer à gouverner dans le monde politique et/ou culturel. Malheureusement pour ceux-ci et ceux-là, le monde où ils croient vivre ou qu’ils espèrent construire n’est que vacuité. Le fait est qu’ils ont été à trop bonne école. C’est la France –et aussi l’Angleterre- qui a injecté, couvé et développé la notion de monde arabe. Elle s’est, pour ce faire, choisi des intellectuels égarés et/ou mercenaires qui, forts de son soutien, se sont mis, prétentieusement, à parler aux noms de peuples qu’ils ne connaissent pas ou font semblant de ne pas connaître.
Avis à la «Grande France»; celle que nous ont fait aimer nos «modestes» Instituteurs et Professeurs d’avant et de juste après l’indépendance. Ceux-là ont été, avec les Médecins et les infirmiers, les nobles combattants de la France conquérante. Autrement, notre contentieux, avec la France est incommensurable. Et il est grand temps de s’en occuper.
 

Copyright 2002 Tawiza. All rights reserved.